8/10

Ma vie au commissariat

Incroyable, M6 ne produit pas que des débilités pour attirer la ménagère de moins de 50 ans. Entre En voilà des manières, C'est du propre, Au secours mon chien fait la loi ou Mon voisin est une rock star, ils font tout de même dans le lourd. Mais au milieu de ces crétineries télévisuelles surgit parfois un programme à part, comme peut pousser une fleur resplendissante sur un tas de purin. Cette émission, c'est Ma vie au commissariat, un documentaire innovant et intelligent qui raconte la vie des policiers dans leur quotidien. S'inscrivant dans la lignée des déjà réussis Ma vie aux urgences - Grenoble et Ma vie aux urgences - Ajaccio, ce reportage complète d'une belle manière la qualité de cette nouvelle franchise.

Cette fois-ci, les documentaristes ont posé leurs caméras pendant deux mois à Mulhouse afin de suivre la vie d'un commissariat de quartier. Dès le générique aux forts accents de série télé, on sent la volonté de trancher avec le genre, d'être plus novateur tant dans le style que la réalisation, ce qui se produit. Ma vie au commissariat n'est pas construit comme un documentaire classique conçu pour éclairer le public sur la vie policière actuelle à travers des interviews ou des reportages sur le fonctionnement de l'institution. À l'inverse, il se veut descriptif afin de montrer concrètement ce qui se passe et comment les enquêtes sont traitées et résolues. En effet, la trame de l'émission n'a pas été laissée au hasard et s'avère construite comme une fiction où l'on suit différents services dans le traitement complet d'une affaire quotidienne, comme dans une série. Il n'y a rien de tel pour intéresser que l'envie de connaître la conclusion de l'enquête. De plus, le montage rythmé, la musique originale, le tournage en 16/9ème et le traitement des personnages renforcent cette impression d'aller plus loin que le documentaire de base.

Cela dit, on se rend vite compte qu'on ne se trouve heureusement pas dans une fiction française. Les policiers sont eux-mêmes, donc parfaitement crédibles, et les enquêtes sont particulièrement ahurissantes. Ce ne sont pas les thèmes qui surprennent (enlèvement, pédophilie, violence, proxénétisme, ...) mais bien la façon dont les affaires sont abordées tant elles semblent irréelles, à se demander chaque fois comment elles sont possibles. Les dires des accusés sont incroyables, leurs comportements également avec des degrés de cruauté, de bêtise ou de perversité qu'on n'imaginerait pas. Ma vie au commissariat montre une France qu'on ne voit jamais à la télévision. Tout semble tellement énorme et pourtant si vrai que l'on se demande si l'on voit bien le quotidien policier et si le documentaire n'a pas été monté d'une telle manière qu'on se retrouve uniquement avec les situations les plus incroyables. Cela l'est tellement que ça devient parfois comique comme lors de l'intervention de la brigade de nuit pour un fil de thermomètre extérieur supposé piégé. C'est à ce moment qu'un policier doit montrer toute sa maîtrise pour ne pas éclater de rire. On remarque d'ailleurs que le travail de policier est essentiellement basé sur le social, la diplomatie et le contact humain, et qu'il faut toujours réussir à doser le rationnel et l'instinctif lors des affaires. Un bien dur métier que voilà, comme le montre ce reportage qui ne cache rien, ni les autopsies, ni les insultes, ni les moments les plus dramatiques.

Ma vie au commissariat est un documentaire choc qui montre le métier de policier dans sa diversité et son intégralité mais sans aucun voyeurisme. L'identité des victimes, des accusés ou de certains policiers est ainsi masquée. L'émission veut juste montrer la réalité du terrain à travers quelques cas concrets, ce qu'elle fait parfaitement, pour un résultat résolument incroyable qui fait ouvrir les yeux sur une certaine réalité sociale.
M6 sort le grand jeu avec sa franchise des Ma vie au "où l'on veut". Après seulement quatre épisodes au commissariat on en redemande, quitte à reprendre les mêmes lieux pour revoir des personnages qui se sont révélés fort sympathiques. On attend la suite avec envie, qu'elle soit aux urgences, au commissariat ou ailleurs.

Partager cet article

A propos de l'auteur

3 commentaires

  • Lestat

    03/02/2006 à 22h41

    Répondre

    Ma Vie au Commissariat ressemble grosso modo aux reportages sans presentateurs ni voix off qu'on peut parfois voir sur la 3 -pour moi, les meilleurs-. De haute tenue donc, d'autant que quelque part, ça fait plaisir de voir ça sur M6. Le feuilleton est bien fichu, on voit différentes brigades, différents types d'enquête ("on a desamorcé un thermomêtre...", Cette pauvre dame a du mourir de honte).
    Puis c'est bien Mulhouse comme cadre, ça change des sempiternels reportages dans le 9-3.

  • Protos

    04/02/2006 à 02h18

    Répondre

    Comme si l'on était pas suffisemment "policier mind". Je veux dire, mentalement, j'ai quand même l'impression que l'on devient de plus en plus policier ; il y a de plus en plus de rondes de policiers dans toutes les villes, des cars de CRS sur toutes les places des grandes villes (oh la Tour Eiffel, oh 36 cars de CRS...) ; tout le monde soupçonne son voisin. C'est mon opinion, mais je trouve que ça fait limite un peu trop.
    J'aurais préféré un documentaire sur la vie des pompiers par exemple.
    Le titre aussi n'est pas super original.

  • Anonyme

    25/11/2007 à 23h49

    Répondre

    Moi je trouve cette émission très intéressante , à chacun de faire la part des choses et d'en tirer le meilleurs. Pas la peine d'en devenir parano , c'est quand même la réalité en plein qu'on voit là.


    Et puis moi qui rêve de réussir et de rentrer dans la police , çà va me servir

Participer à la discussion

Nous nous réservons le droit de ne pas publier les commentaires qui ne nous semblent pas appropriés (netiquette, loi, point godwin, imbécillité profonde, etc.). Et ne venez pas crier à la dictature !

Vous allez commenter en tant qu'invité-e :

Krinein Médias, ou comment parler des séries TV, qu'elles soient américaines, françaises ou d'ailleurs, avec une certaine intelligence (rien que ça). Mais la critique touche aussi les émissions de la télévision, les magazines, la radio...

Rubriques