9/10

The Lone Gunmen : Au coeur du complot

Créée par Chris Carter, Vince Gilligan, John Shiban et Frank Spotnitz, The Lone Gunmen est le « spin-off » d'X-Files. Composée de 13 épisodes et diffusée par la Fox entre mars et juin 2001, la série est centrée autour de Richard 'Ringo' Langly (Dean Haglund), Melvin Frohike (Tom Braidwood) et John Fitzgerald Byers (Bruce Harwood). Ces trois enquêteurs et hackeurs écrivent pour le journal The Lone Gunmen et rendent publiques les affaires honteuses dont personne n'ose parler.

Sérieux et humour 

Commençant par un pilote absolument hallucinant dans lequel on trouve une prévision exacte des évènements qui se sont produits le 11 septembre 2001 et une dénonciation de l'espionnage de particuliers par des entreprises, The Lone Gunmen adopte un ton sérieux qui sera constamment accompagné d'un humour particulièrement savoureux. Un humour à base de parodies, de gags - souvent visuels - et du personnage crétin de Jimmy Bond (Stephen Snedden). Ce dernier, qui se rajoute à l'équipe dès le second épisode, avec son esprit d'enfant innocent, plein de rêves et d'une morale touchante, est à la base de nombreux moments comiques où l'absurdité rejoint la tendre et drôle bêtise. A chaque épisode de 42 minutes, on rigole franchement grâce au second degré. Chacun de nos quatre héros masculin y va de ses bourdes, de ses expressions corporelles ou faciales amusantes et de ses talents insoupçonnés. Côté charme, le personnage d'Yves Adele Harlow (Zuleikha Robinson) apporte une froideur sexy et un professionnalisme dans les enquêtes, en quasi contradiction avec les quatre autres. Ce contraste est aussi une des ficelles qui fait la réussite de la série. On ne reste pas non plus insensible aux « guest star », de l'assistant directeur du FBI Walter Skinner (Mitch Pileggi) et de l'agent Mulder (David Duchovny).  

Les thèmes abordés sont pertinents et souvent préoccupants : attentats, complots gouvernementaux, manoeuvres politiques, expériences scientifiques, environnement, réalité virtuelle ou encore monde carcéral. Fait rare dans une série américaine, les scénarios ont un vrai sens au travers de réflexions. Comme par exemple sur la voiture à eau, l'élection truquée d'un sénateur, l'espionnage international, la corruption... Avec tout ça, la série The Lone Gunmen avait réussi un bel exploit qui aurait mérité plus de succès afin de pouvoir continuer ses enquêtes passionnantes et intelligentes. Au lieu de cela, elle s'est terminée tragiquement dans un épisode d'X-Files.

A propos de l'auteur

0 commentaires

Participer à la discussion

Nous nous réservons le droit de ne pas publier les commentaires qui ne nous semblent pas appropriés (netiquette, loi, point godwin, imbécillité profonde, etc.). Et ne venez pas crier à la dictature !

Vous allez commenter en tant qu'invité-e :

Krinein Médias, ou comment parler des séries TV, qu'elles soient américaines, françaises ou d'ailleurs, avec une certaine intelligence (rien que ça). Mais la critique touche aussi les émissions de la télévision, les magazines, la radio...

Rubriques