La télé-réalité, 12 ans plus tard...

Souvenez-vous, le 26 avril 2001, M6 faisait trembler la France entière en proposant un nouveau concept d'émission. Cette dernière : Loft Story, introduisait la télé-réalité en France.

Pendant des jours, des mois, des semaines même, les journaux, la télévision, les cours d'école, les cafés du commerce... partout, tout le monde parlait de l'émission. Très mal vu par la plupart des intellectuels (et à l'époque Krinein l'était, je vous jure, lisez cette preuve accablante), le concept de télé-réalité ne plaisait pas, mais alors pas du tout. Les plus grands journaux parlaient de la lie de la télévision, des excès, du côté Big brother des caméras et de l'exposition privée devenant publique.

Pourtant, plus de 10 ans plus tard, la télé-réalité est toujours présente sur les écrans de télévision. D'ailleurs, si TF1 poussait des cris d'orfraie devant la "télé-poubelle", elle n'a pas manqué de devenir un grand diffuseur d'immondices. Ainsi, on aura le droit à Star Academy, Nice People, Secret Story, et quantité d'autres programmes que nous évoquerons plus tard.


Nikos, le chantre de la télé-réalité musicale

Le concept originel, celui de regarder à toutes heures du jours et de la nuit de parfaits inconnus dans leur vie plus ou moins privée, bien que voyeuriste était profondément fascinant. Pourtant, rapidement, il laissa place à une absence totale d'intérêt.

Regarder un type boire un verre d'eau, puis déguster un bol de céréales, puis aller bronzer au soleil, puis échanger quelques paroles sur le beau temps... on peut s'en passer rapidement. À tel point que si Loft Story a permis l'avènement de la télé-réalité en France, cette dernière s'est métamorphosée progressivement pour prendre un format plus "actif". C'est à dire, devenir un documentaire émotionnel dans lequel la trame est dirigée et ponctuée d'événements permettant de faire apparaître de l'attrait.

Les États-Unis, qui connaissent la télé-réalité depuis bien plus longtemps, l'ont adoptée, comme nous, malgré des critiques fortes, notamment dans l'univers du cinéma.

La télé-réalité en France, en 2001, c'est un peu comme un conte de fées, dans lequel il n'y aurait ni combat, ni monstre, ni méchante belle-mère. Il faut des péripéties, des adjuvants, de la magie et beaucoup de rêve.

Mais comment en est-on arrivé là ? La télé-réalité a marqué le PAF, mais a-t-elle marqué les esprits au delà de son concept ?

Au départ, c'est la magie du casting. Réussir à persuader quelques individus d'avoir leurs semaines de gloire, c'est sans doute assez facile. Mais parvenir à les sélectionner si rigoureusement que des situations assez captivantes pour maintenir l'audimat se créent d'elles-mêmes, voilà le challenge.

C'est l'histoire d'un Loft

C'est le premier défi auquel se confronte Loft Story, diffusé sur M6 du 26 avril 2001 au 5 juillet 2001. Présentée par Benjamin Castaldi, l'émission, la première du genre en France, démarre sur les chapeaux de roues. L'épisode de la piscine animera les conversations : Loana et Jean-Edouard, deux candidats, profiteront de leur troisième jour dans l'enceinte de la maison close, pour s'abandonner aux plaisirs de la chair. Le tout devant les caméras et le stream 24/24 bien évidemment.

La suite de l'émission sera bien plus plan-plan. Heureusement pour la production, l'attrait de la nouveauté continuera de faire de Loft Story un énorme succès, un phénomène de société, alors que franchement... regarder un groupe de gens ne rien faire devient rapidement ennuyeux. On se demande encore si le succès de l'émission n'a pas été de laisser penser qu'on allait pouvoir voir passer subrepticement un bout de nichon ou une paire de fesses, plutôt que de faire avancer l'humanité. D'autres saisons suivront, mais seront vite oubliées, tout comme la plupart des candidats.

Comme cela serait dommage de jeter un concept qui, certes, s'essouffle, mais a incroyablement bien marché, les ersatz sont nombreux à avoir vu le jour : Nice People, Les Colocataires, Secret Story ou Dilemme... À part Secret Story qui fonctionne vraiment sur le côté "J'ai un truc énorme et honteux à cacher, je sais que vous voulez tout savoir et êtes prêts à regarder pour cela", les autres semblent pour le moins enterrés.


DR.

Notons tout de même que, parmi les tentatives, si toutes ont été plus ou moins bien vues, il y a au moins un énorme ratage. Il s'agit de Carré ViiiP qui a été diffusée sur TF1 du 18 mars 2011 au 31 mars 2011.
Le concept ? Reprendre celui du loft, en arrosant tout le monde de superficialité et de paillettes. Des grosses, des petites, des moyennes, des énormes. De quoi chopper une crise d'épilepsie en quelques secondes.
L'émission n'a duré que 13 jours. Puis a été annulée, faute d'audience. Le téléspectateur a su démontrer qu'il pouvait être imperméable au zéro absolu.

Les aventuriers en pantoufles

TF1, qui faisait vœu pieux de ne pas sombrer dans la télé-réalité afin d'éviter le voyeurisme, reviendra progressivement sur sa décision devant le succès du concept.

Koh-Lanta, diffusée sur TF1 du 4 aout 2001 au 21 septembre 2001 et présentée par Hubert Auriol (plus tard ce sera Denis Brogniart), sera bien différente de Loft Story . Deux groupes d'aventuriers sont placés sur des îles désertes, charge à eux de survivre. Faire du feu, trouver à manger, dormir à l'abri, autant de tâches qui occuperont les candidats tout au long de la journée. Et, régulièrement, une épreuve, un jeu, destinés à éliminer progressivement les acteurs afin qu'il n'en reste, au final, qu'un seul, qui sera désigné vainqueur.

Ici, les candidats seront aussi filmés très régulièrement, mais le résultat présenté aux téléspectateurs est un montage, remis bien après la captation. Le voyeurisme en direct n'est donc pas de mise, même si l'émission utilise les sentiments, les échanges inter-personnels pour mener sa barque scénaristique.


DR.

C'est le Robinson Crusoë de l'Européen contemporain. On se fait peur tout en ne sachant s'il s'agit de vacances ou de survie.
L'émission sera un énorme succès, diffusée chaque année, parfois sous forme de variantes, jusqu'en 2013, où tout s'arrête après la mort d'un candidat durant le tournage.

Quand la musique est bonne !

Un autre type de télé-réalité s'intéresse aux talents. Ceux de la musique d'abord, parce que c'est une bonne façon de moderniser les vieilles émissions télé, où les chanteurs se succèdent jusqu'à plus soif.

Ainsi, Popstars a pour objectif de transformer une pelletée de candidats en un groupe de musique (puis plus tard, il s'agira de chanteurs individuels). On y voit l'arrière des paillettes, la vie "pas facile" des graines de star.

La télé-réalité, pourtant jeune en France est déjà contrefaite : le sentiment d'adhésion des téléspectateurs est si fort qu'il devient rusé et froidement logique, de proposer de "payer" après l'émission. En clair : vous aimez des candidats, on les récompense. Et vous irez acheter leurs disques, puisque vous les aimez si fort. Une formule win-win où c'est la production qui gagne deux fois.TF1 suit très logiquement avec Star Academy et Nikos Alliagas en présentateur. Principe similaire. Même recette, même succès.

D'ailleurs, le Loft a su faire de belles piles de billets en faisant chanter la belle brochette de candidats pour un single haut en couleur, alors...


DR.

Le bal des émissions musicales n'a jamais arrêté depuis. A la recherche de la nouvelle Star sur M6, qui deviendra Nouvelle Star par la suite, se concentre sur les castings, avant de procéder à des éliminations forcenées. L'Ecole des stars, sur Direct 8, est la version pour les gamins du concept. En 2009, Pop Job propose une innovation : un combat musical entre employés de secteurs différents. Étrange. Et en 2012, parce que les biais des castings commencent à être bien compris par Madame Michu, TF1 inaugure The Voice. Dans l'émission, les candidats sont sélectionnés en aveugle, seulement sur leur voix.
Pas la peine de réfléchir, cela veut dire que le niveau musical sera meilleur, non ? Ce qu'on en retient, c'est que l'initiative est intéressante dans un monde où l'on cherche l'égalité des chances. Mais c'est aussi très faux cul, puisqu'après les premières auditions, les candidats deviennent visibles du jury. Sans commentaire.

Si Eros m'était conté

On l'a compris, Loft Story a su attirer les foudres et les foules, grâce à une promesse d'érotisme à travers un voyeurisme constant.
Si dans les faits il n'y eut pas beaucoup d'"incidents", cela fit rêver...

De là à inventer de la télé-réalité où l'érotisme est la priorité, il n'y a qu'un pas, que TF1 franchira avec L'Île de la tentation, diffusée sur TF1 du 6 juillet 2002 au 25 aout 2002. Simultanément, Opération séduction aux Caraïbes a été diffusée sur M6 du 11 juillet 2002 au 28 août 2002.

Il s'agit d'émissions où les candidats sont recrutés sur leur plastique et doivent, dans un cadre de rêve, mener des épreuves les incitant à "fauter".

L'imposture

Parfois c'est fatiguant de monter une émission de télé-réalité. Je ne sais pas vous, mais si on veut faire un concept avec un riche millionnaire, il faut aller le trouver, le persuader de participer. Pfffiou.

Alors on lance des concepts où le concept est d'avoir un concept qui se révèle bidonné (vous suivez ?).

Par exemple, dans Greg le millionnaire  sur TF1, on fait croire à des jeunes femmes qu'elles ont leur chance de pouvoir sortir avec Greg, millionnaire de son état. La grosse blague étant, bien entendu, qu'il n'est pas du tout millionnaire.

Je me demande bien quel genre de papier on peut faire signer pour empêcher de s'opposer à la diffusion de l'émission. Mais je parie qu'il y en a une grosse ramette.

Mon incroyable fiancé (TF1 en 2005) encourage deux candidats à faire croire à leurs familles qu'ils vont se marier. Évidemment, la jeune femme est jolie, le jeune homme semble être hors catégorie pour elle tellement il est horrible.


DR.

Horrible, vraiment ? Oui, car la production a décidé que le jeune homme serait un comédien. Il est gros, mais on peut se moquer puisque c'est un rôle, hein ? Il est con, mais on peut se moquer, puisque c'est un rôle, hein ?
Ce n'est pas très fin et pas très bien pensé...

Gloire et fortune : la grande imposture, diffusée sur M6 est bien différente. Ici, seul le candidat central est un réel candidat. Tous les autres sont des acteurs, absolument tout, et tout est scripté. Une mise en abîme du système de la télé-réalité.

Le retour des has-been

On a souvent des concepts merdiques avec la télé-réalité. Alors, pour quand même attirer l'audience, on va faire appel à des célébrités.
Will Smith et Georges Clooney étant trop chers, on va se tourner vers des seconds couteaux. Par exemple, ceux connus il y dix ans, voire plus, et peut-être pas par tous. Ils viendront pour pas trop cher, voire gratuitement, tellement ils sont désireux de relancer leur carrière.

Dans la Ferme Célébrités, présentée par Christophe Dechavane et Patrice Carmouze, on a du lourd. Eve Angeli, Mouss Diouf, Danièle Gilbert... qui s'affrontent pour ne pas être éliminés. Et pendant ce temps-là, il faut mener les travaux de la ferme.


DR.

La Première compagnie, sur TF1, a un concept très similaire, tandis que Je suis une célébrité, sortez-moi de là !, emmène les has-been dans la jungle.
Un peu plus léger, Danse avec les stars emmène des inconnus danser avec des personnalités médiatiques. Pas de quoi pavoiser cependant, c'est, en gros, une compétition de danse avec des participants pour la plupart non professionnels.

Laissez les tranquilles ! Ils ne vous ont rien fait !

Fortune, gloire et beauté

Quand on veut éviter le sexe pour faire bonne figure, il reste la fortune, la gloire et la beauté.

Ainsi, le Bachelor, le gentleman célibataire a été diffusée sur M6 du 7 mai 2003 au 25 mai 2003. Le concept ? Un type qui a réussi dans la vie cherche une petite amie. Et comme il le vaut bien, il ne s'inscrit pas sur Meetic, il ne sort pas, non... lui, il attend qu'on lui amène 20 jeunes femmes séduisantes sur un plateau... Normal, non ?!


DR.

L'Île des vérités met en scène des candidats issus de la "jeunesse dorée" dans un cadre paradisiaque. Émotions et vérités au rendez-vous, puisque chaque candidat devra découvrir un "secret". Mais tout cela dans le luxe, bien entendu ! Ou en tout cas, dans une idée du luxe.

Le voyage

Après le sexe, la fortune et la beauté, que nous reste-t-il ? Le voyage bien sûr !

Pékin Express diffusé sur M6, propose à des candidats de voyager sans argent (ou si peu) d'un point à un autre, dans un pays étranger. En clair, ils doivent trouver où dormir, comment se faire transporter, manger...

Pas de doute, la télé-réalité s'écarte de ses fondamentaux. Les tensions sont légion, bien entendu. Comment n'y en aurait-il pas alors que l'on vit une galère absolue ?


DR.

Mais c'est le montage qui fait tout. La magie d'un bon plan associé à une bonne réplique, et voilà de quoi faire pouffer, rêver, sourire.
La composante jeu est présente, mais reste généralement simple : il faut aller rapidement d'un point à un autre. Parfois avec un handicap ou un avantage, mais jamais sans que tout le principe du jeu soit remis en question.

La cuisine

Les nouvelles émissions de télé-réalité ont tendance de plus en plus à être des jeux, des concours, des compétitions, avec la particularité d'un montage serré, efficace et fort en émotions.

C'est le cas de toutes les émissions de télé-réalité concernant la cuisine.

Top Chef est diffusée sur M6 et est présentée par Stéphane Rotenberg. Dans cette émission, un concours de cuisine sur plusieurs semaines, les candidats, tous versés dans l'art de la cuisine, s'affrontent sur la confection de plats. Parfois avec une recette commune, parfois avec une idée à "sublimer".
Le jury est composé de chefs, encourageants et sanctionnant la qualité des plats, leur goût, leur esthétique.


DR.

Plus les saisons passent, plus Top chef se complexifie. On sent qu'il y a eu une lassitude à regarder l'équivalent de "la cuisine des mousquetaires" en à peine plus vif. On se retrouve donc régulièrement avec des épreuves dans les épreuves, comme si faire simple ne suffisait plus.
Tu prépares une pièce montée, c'est déjà délicat, mais en plus, il faut que pendant les dix prochaines minutes, tu le fasses en étant debout à cloche-pied sur un tabouret. Chaque chou tombant au sol te donnant dix minutes de moins pour finir ta recette.

C'est à peine exagéré, mais tellement vrai !

MasterChef est la version TF1 de la télé-réalité cuisine. Le concept est très similaire, comme on pouvait s'y attendre, si ce n'est que les professionels des cuisines sont remplacés par des amateurs éclairés.
TF1 a préféré l'approche "proche du peuple". Et s'en est un peu mordu les doigts au début car on reprochait au jury d'être très critique, trop peu sympathique.

Les rencontres

S'il y a un autre secteur que les Français aiment, c'est celui de la rencontre amoureuse. Les célibataires à la recherche de l'amour sont nombreux. Et les filmer pendant leur recherche, voire même les aider largement, c'est un service qui pourrait donner de très belles images.
Les coups de coeurs, les coups de gueules rendent toujours très bien devant un objectif. Si en plus le montage est bien dramatisé, c'est un régal pour le spectateur avide d'émotions.

Mais on ne va pas refaire Tournez Manège, alors il faut trouver des idées plus incongrues !

L'amour est dans le pré s'attache à faire trouver l'amour à des agriculteurs. De cette façon, on fait d'une pierre, deux coups : on sort les clichés sur les agriculteurs, tout en étant "généreux" en émotions. M6 excelle à ce jeu.


DR.

TF1 a un programme assez similaire depuis peu : Coup de foudre au prochain village, où la chaîne fait se rencontrer des personnes habitant des villages, façon, les "bouseux" ont besoin de nous. Étrange et effectivement, on se demande si ce n'est pas encore une façon d'exploiter un cliché régional.

Maman cherche l'amour, sur M6, c'est la rencontre spécialisés pour les femmes célibataires qui ont déjà un enfant.
Chez TF1, ce sera L'Amour est aveugle, qui permet à des mal-voyants de faire des rencontres. Ah... non ! On me souffle dans l'oreillette qu'il s'agit plutôt de faire des rencontres sans voir la personne. Bravo TF1 : la beauté intérieure est à son firmament. Ah... ne me dites pas qu'il est possible de se toucher et de se frôler dans le noir tout de même ?

Mais, parfois, la recherche de l'amour n'est pas assez ponctuée par l'énervement, et à la télé, on aime les prises de becs. Heureusement, Qui veut épouser mon fils ? sur TF1 tombe à point nommé. Quoi de mieux que d'impliquer la mère ou le père dans le choix d'un futur conjoint ? Surtout quand ils sont gratinés...

Pour faire - un peu - la nique à Greg le millionaire, W9 a déballé La Belle et ses princes presque charmants. Une jeune femme y est courtisée par des dizaines d'hommes. A elle de faire son marché. Mais les producteurs, facétieux, ont casté des protagonistes bien particuliers : d'un côté les beaux gosses, un peu idiots. De l'autre, les moches et timides.
Merci à la production de faire perdre son temps à une jeune femme en lui proposant uniquement des clichés.

Le comique régionaliste

Les générations les plus jeunes ont grandi avec la télé-réalité. Elles n'en ont pas du tout les mêmes attentes et le fait est qu'elles regardent souvent ces programmes avec un second, voire un troisième degré constant (en tout cas, on l'espère...).

Télé-réalité rime pour elles avec grosse blague et ridicule. Si les candidats ne sont pas risibles, ce n'est pas un bon programme !

W9 l'a bien compris et fait dans le comique régionaliste. On prend des Ch'tis pas très éveillés et mal dans leur peau. Le cliché typique, et on les dépose à Ibiza (Les Ch'tis à Ibiza), ou bien encore dans une station de ski, et pourquoi pas à Mykonos ?


DR.

On les filme et on regarde le pire montage possible. Celui qui ne les met vraiment pas en valeur...

Il faut arrêter de vouloir à tout prix passer à la télé !

Touchez ma bosse, ça porte bonheur

La télé-réalité est un plaisir grand public. Ce serait dommage que tout un chacun ne puisse pas avoir une chance d'y participer, d'avoir son quart d'heure de gloire.

Avec des émissions comme La France a un incroyable talent sur M6, c'est exactement cela. Le type est champion du monde de saut à slip, il peut passer à la télé. Il sait danser comme dans Matrix, au ralenti, il a aussi le droit de passer à la télé. Il sait couper les cheveux en quatre ? Je parie qu'il pourrait aussi postuler.

Quand on regarde de loin, on peut s'extasier de voir qu'il y a beaucoup de gens avec un hobby qu'ils maîtrisent. Mais de là à leur faire croire que ce hobby les rendra riches et célèbres, c'est bien dommage, et c'est une dérive forte de la télé-réalité.


DR.

Faire croire que tout est possible, même sans talent, même sans travail, ou avec un talent qui n'intéresse personne, c'est donner une fausse vision de la société. En étant bercé par ce genre d'émissions depuis sa plus tendre enfance, on croit qu'on peut s'en sortir en claquant des doigts, sans rien faire, grâce à la télévision. Les déconvenues vont faire très mal.

Toi, candidat de la Nouvelle Star qui n'est pas sur le podium, tu le sais, tu bosses à nouveau chez McDo.

Et les autres...

La télé-réalité est adaptée à toutes les sauces. En fait, c'est presque surprenant de voir un nouveau divertissement qui ne fasse pas appel aux ficelles de la télé-réalité.

Souvent, il s'agit de mettre des personnes dans une situation inédite pour elles, et de les filmer. Cela pourrait être un documentaire, mais comme le montage s'attache à trouver des pépites, des conflits, c'est de la télé-réalité.

Inutile de les énumérer ici, il y en a beaucoup trop.

Le recyclage

Quand la télé-réalité tombe en panne d'idée et de candidats, que fait-elle ?

Elle prend les stars d'un jour, issues d'autres émissions de télé-réalité, et les convie à une nouvelle émission de télé-réalité. Et c'est estampillé "Les Anges de la télé-réalité". Sur NRJ12, on se mange donc le pire du pire : les candidats qui ont encore besoin d'exposition, ceux qui sont prêts à tout pour obtenir un peu de célébrité, et espérer percer.
Tu n'es pas devenue mannequin lingerie en envoyant ton CV et tes photos à des agences ? Tu penses sérieusement que tu vas le devenir en te montrant à la télé ?


Les Anges de la télé réalité.

Mais comment parler du recyclage sans évoquer le devenir des candidats de la télé-réalité ? Starifiés pendant quelques semaines, comment font-ils pour revenir à la triste et anonyme réalité ? Apparemment, plusieurs n'y parviennent pas. Loana du Loft a connu bien des déboires avec sa nouvelle image. Steevy, du Loft toujours, a mieux su tirer son épingle du jeu en tant que disciple de Laurent Ruquier.

Beaucoup ont décidé de convertir leur célébrité d'un soir en talent. Comme si passer une semaine à la télé conférait des supers-pouvoirs permanents.
Malheureusement, comme nous le montre Nazonfly par l'exemple, le talent musical ne touche pas forcément les candidats de télé-réalité.
Ou alors, si on n'ose pas déposer sa voix sur un fond électronique, on peut toujours espérer trouver un rôle de figurant, comme Steevy.

Alors ?

Après plus de dix ans de télé-réalité, on doit se rendre à l'évidence... Si en 2001 on poussait des cris devant tant de voyeurisme, en 2013 Big Brother a su nous dompter. Qui est encore choqué de voir une bande de jeunes filmés jusque sous la douche ?

Peut-être que ce qu'on pensait être naïf et spontané est devenu progressivement scénarisé, planifié et consenti. Si la scène de la piscine est préméditée, toute la donne change.
Ce n'est d'ailleurs certainement pas sans raison, que les procès pour requalifier des participations aux émissions de télé-réalité en contrats de travail, se multiplient.

Dans quelle mesure la télé-réalité est-elle la télé de la fausse réalité ?
Quand on sait que, pendant le tournage, les participants sont parfois amenés à refaire des scènes pour qu'elles soient plus attrayantes, comment peut-on imaginer être devant un documentaire ?

Cela fait bien longtemps que plus personne n'est dupe, et cela se manifeste bien dans les changements d'orientation des émissions de télé-réalité : de l'observation, on est passé à la narration face à un contexte exceptionnel (voyages dans un pays étranger, survie), voire à une télévision jouant le rôle de facilitatrice sociale (rencontre et plus si affinités), quand ce n'est pas simplement une façon plus moderne de filmer un jeu.
Après tout, La Roue de la fortune pourrait avoir un montage façon télé-réalité. En attendant, ce sont des émissions comme Top Chef qui emportent la palme : un concours très basique devient émotionnellement prenant. Quand la France montre son incroyable talent, c'est très similaire à une élection de Miss France...

La télé-réalité, en 2013, c'est tout simplement un courant de scénarisation, de montage. Et plus du tout un concept de vérité. Bien au contraire, plus on chercher à altérer la sincérité, plus celle-ci se dérobe.
Mais parvenir à tirer le faux du vrai est parfois très difficile, et c'est sur cet aspect que la télé-réalité reste à décrier.

Son voyeurisme exacerbé n'est plus tellement un problème. C'est plutôt sa fausse candeur et sa tromperie qu'il faut chercher à découdre.

A propos de l'auteur

Guillaume est le fondateur et le rédacteur en chef de Krinein. Curieux et passionné par la culture au sens large, il poursuit sa route sur les chemins tumulteux de la critique culturelle.

3 commentaires

  • cubik

    24/05/2013 à 08h51

    Répondre

    la seule télé réalité, c'est Striptease

  • nazonfly

    24/05/2013 à 09h41

    Répondre

    J'aurais plein de choses à dire mais ça va être désorganisé :
    - On se demande encore si le succès de l'émission n'a pas été de laisser penser qu'on allait pouvoir voir passer subrepticement un bout de nichon ou une paire de fesses, plutôt que de faire avancer l'humanité. => ben si, un peu pas pour rien qu'il y avait des caméras dans les douches, une chaîne de télé 24h/24. Seulement en France le CSA a veillé et a obligé la présence d'une salle CSA (où les candidats peuvent tout faire... mais sans caméra) et a, je crois, interdit les chaînes 24h/24. Je ne sais pas pour les autres pays.
    - Notons tout de même que, parmi les tentatives, si toutes ont été plus ou moins bien vues, il y a au moins un énorme ratage. => Dilemme ou Les colocataires se sont plantées aussi. Sinon on aurait eu la suite. Mais M6 et W9 n'ont pas les mêmes attentes d'audience que TF1.
    - The voice : Ce qu'on en retient, c'est que l'initiative est intéressante dans un monde où l'on cherche l'égalité des chances. => Sauf qu'il y a aussi pré-sélection... Et ça m'étonnerait que ce soit une pré-sélection à l'aveugle.

    J'aime bien la conclusion, c'est exactement ça, la télé-réalité n'est plus vraiment de la réalité (si elle l'a jamais été...). J'aurais volontiers rajouté un mot sur la volonté de certaines personnes à se faire connaître par ce biais. Devenir connu, être un people comme seul horizon, c'est assez spécial comme chemin de vie.

  • naweug

    26/05/2013 à 14h33

    Répondre

    J'aime bien ton article. Même si j'aurais parlé des socio docus aussi, mais je pense que c'est assez vaste comme sujet.

Participer à la discussion

Nous nous réservons le droit de ne pas publier les commentaires qui ne nous semblent pas appropriés (netiquette, loi, point godwin, imbécillité profonde, etc.). Et ne venez pas crier à la dictature !

Vous allez commenter en tant qu'invité-e :

Krinein Médias, ou comment parler des séries TV, qu'elles soient américaines, françaises ou d'ailleurs, avec une certaine intelligence (rien que ça). Mais la critique touche aussi les émissions de la télévision, les magazines, la radio...

Rubriques