5/10

Stargate - L'Arche de Vérité

Stargate nous fait son Indiana Jones.

Premier des deux téléfilms faisant suite à la gigantesque série Stargate SG-1, L'Arche de Vérité fut annoncé comme le point final du chapitre sur les Oris, ce qu'il est indéniablement. Les habitués de la série, tout comme beaucoup d'autres, auront certainement déjà deviné quel en sera l'issue et qui demeurera pour savourer la victoire, reste à savoir comment les choses vont concrètement se passer pour le groupe SG-1, et en version longue (100 minutes environ). Beaucoup de choses à dire et à faire cependant, et un résultat qui prouve que la série aurait gagné à se terminer sur une onzième saison.

Toujours empêtré dans une lutte meurtrière contre les Oris, L'équipe SG-1 est maintenant à la recherche de l'Arche de Vérité, artefact ancien destiné à faire entrevoir la vérité aux plus fanatiques.  La découverte de l'objet permettra sans nul doute de mettre fin au conflit, mais il faudra passer outres les malversations du CIS, les légions des Oris, leurs prêtres, et la grande Orisi...


"Alors poupée ? Tu aimes les grosses portes ?"
Car avec le recul, une impression se dessine : les scénaristes auraient-ils défini un dénouement avant de redescendre progressivement vers un commencement ? La question se pose très sérieusement à plusieurs reprises, lorsque l'on s'aperçoit de l'utilité posteriori d'un évènement pourtant sans intérêt (à quoi peut servir la visite d'un prêtre venu clamer la même chose qu'auparavant ?). Mais ce qui frappe le plus est sans conteste cette volonté de remplissage qui prive l'intrigue de plusieurs dizaines de minutes pour pas grand-chose finalement. Les déboires de Mitchell et Carter avec le plan B foireux du CIS en est le plus bel exemple, et ne sert qu'à conférer au téléfilm quelques morceaux de bravoure finalement sans grand intérêt scénaristique. En définitive, le téléfilm affiche les mêmes qualités et les mêmes défauts que n'importe quel épisode de la série, à ceci près qu'il se positionne comme le point d'orgue d'une aventure qui aura duré plus de dix ans et qui se devait donc d'être de meilleure composition. Il est indéniable que le rendu visuel et musical se montre nettement supérieur à ce qui a été fait précédemment, et les nostalgiques ne manqueront pas d'apprécier les quelques reprises de la bande originale du film de Roland Emmerich ; mais les facilités du scénario et la faible teneur des rebondissements nous plongent dans un simili de double-épisode de facture moyenne. Certains décors font nettement carton-pâte, mais le côté factice prend toute son ampleur lorsque l'on se rend compte que la « grande bataille finale contre les Oris » n'aura pas lieu. Est-ce comme ça que devait prendre fin une menace bien supérieure à celle des Goa'Ulds ? Pour sûr non, et je ne vous parle pas d'Adria, la jolie Orisi obnubilée par les origines qui non seulement n'apparaît pas beaucoup (alors qu'elle est un point central de la saison 10), mais en plus part complètement en sucette dans ses convictions.

Une déception, indéniablement, sur beaucoup de points et notamment les plus importants, à savoir le scénario, la cohérence, et la satisfaction des attentes. L'Arche de Vérité clôture le chapitre Ori d'une assez piètre façon, part dans des sens assez inattendus pour finalement s'achever dans la simplicité la plus extrême. Dommage, mais il reste le second téléfilm, Continuum.

A découvrir

Vie de merde

Partager cet article
A voir

Fraggle Rock

A propos de l'auteur

2 commentaires

  • Anonyme

    27/04/2008 à 14h26

    Répondre

    jé lé regardé il é super je le conseille pour lé de la série

  • Anonyme

    03/01/2010 à 13h37

    Répondre

    je ne comprend toujours pas l'arret de stargate sg1,, bien sure o neil manque mais depuis l'arret de la serie et malgrés atlantis, l'espace est bien vide dans nos téléviseurs.


    Dommage de tuel la poule aux oeufs d or, d'autres serie elle par contre ne merite pas d'etre sur nos ondes 

Participer à la discussion

Nous nous réservons le droit de ne pas publier les commentaires qui ne nous semblent pas appropriés (netiquette, loi, point godwin, imbécillité profonde, etc.). Et ne venez pas crier à la dictature !

Vous allez commenter en tant qu'invité-e :

Krinein Médias, ou comment parler des séries TV, qu'elles soient américaines, françaises ou d'ailleurs, avec une certaine intelligence (rien que ça). Mais la critique touche aussi les émissions de la télévision, les magazines, la radio...

Rubriques