8/10

Smallville : dernière saison

Au bout de dix ans, le Clark Kent interprété par Tom Welling est enfin prêt à prendre son envol. Une saison finale pleine de panache, d’humour, de clins d’œil… et de guimauve, de surenchère, de maniérisme. Smallville, quoi.

Lorsque Warner Bros. lance en 2001 une série sur l'adolescence de Superman, le public est constitué de midinettes et le résultat suscite 48250.jpgquelques ricanements. Mais au bout d'un moment, Smallville s'impose comme une réinvention habile et respectueuse du personnage et de son univers, et continue sa route télévisée au fil des ans tandis que Superman Returns, le blockbuster de 2006, récolte un bide en salles. Arrivée au terme de dix années parfois chaotiques (départ d'acteurs clés, rachat de la chaîne WB par The CW, changement de production), la série a le bon goût de poser le point final longtemps attendu : la transformation effective de Clark Kent en justicier volant. La métamorphose a certes été délayée artificiellement sur les dernières saisons, mais Tom Welling accède ainsi au statut d'acteur ayant incarné Superman sur la plus longue période de temps (Christopher Reeve totalisait neuf ans), et Smallville à celui de série SF américaine la plus longue de l'histoire de la télévision (devant Stargate, qui détenait le record).

Que restait-il à traiter dans la saison 10 ? Côté guest star, on attendait Teri Hatcher : elle répond à l'appel. Côté mythologie, on voulait voir Clark en reporter timide et binoclard, et le célèbre costume dans le dernier épisode : check. Côté romance, on s'impatientait face à l'indécision du couple Lois Lane - Clark Kent : la question va être réglée. Côté personnages, il fallait battre le rappel de ceux qui ont déjà été introduits (bon nombre reviennent), et caser le vilain Darkseid : check. Green Arrow, Supergirl et Hawkman viennent soutenir Clark, qui doit affronter à nouveau Zod, Toyman, la famille Luthor… Pour sortir les morts de leur tombe, tous les moyens sont bons : clonage, voyage temporels et interdimensionnels. Quelques petits nouveaux pointent leur nez en guise de bonus : Cat Grant (moins sexy que dans Lois & Clark), Deadshot, Booster Gold… les complétistes n'auront pas beaucoup de griefs à 48249.jpg
Enfin !
formuler (non, vous ne verrez ni Batman ni Green Lantern, faites-vous une raison).

Comme souvent, la dernière saison se croit obligée de revenir sur les traces de la première, en recréant des scènes de l'épisode pilote. Heureusement, cet exercice de style est évacué dès le premier épisode, laissant aux vingt autres la liberté de changer de cap. Le ton est volontiers léger, et conserve généralement un bon équilibre entre les scènes d'action et les traditionnels dialogues sirupeux ; l'épisode final, malheureusement, abuse des derniers, et les arrose d'une haute dose de flash-backs.

La propension des auteurs à pasticher de récents succès cinématographiques atteint un pic : au gré des épisodes, on retrouve des scènes d'Iron Man, mais aussi de Mon beau-père et moi ou Very Bad Trip (voir Superman bourré, ça fait du bien) ; on note également une scène de combat filmée "à la Zack Snyder" au cours de l'épisode Dominion situé dans la Zone Fantôme : un bon moyen de se préparer au Superman cinématographique que le réalisateur concocte actuellement.

Hautement divertissante, jouissant d'une photographie léchée, bouillonnant d'intrigues à rebondissements, d'action échevelée, de mièvrerie à l'américaine, d'autodérision, de références internes et externes, cette dixième et dernière saison est aussi réjouissante qu'une pile de comics dévorée en un week-end. Comment ça, c'est fini ? Mais ça vient juste de commencer !

48251.jpg

#1 - Lazarus
#2 - Shield
#3 - Supergirl
#4 - Homecoming
#5 - Isis
#6 - Harvest
#7 - Ambush
#8 - Abandoned
#9 - Patriot
#10 - Luthor
#11 - Icarus
#12 - Collateral
#13 - Beacon
#14 - Masquerade
#15 - Fortune
#16 - Scion
#17 - Kent
#18 - Booster
#19 - Dominion
#20 - Prophecy
#21 - Finale

A propos de l'auteur

0 commentaires

Participer à la discussion

Nous nous réservons le droit de ne pas publier les commentaires qui ne nous semblent pas appropriés (netiquette, loi, point godwin, imbécillité profonde, etc.). Et ne venez pas crier à la dictature !

Vous allez commenter en tant qu'invité-e :

Krinein Médias, ou comment parler des séries TV, qu'elles soient américaines, françaises ou d'ailleurs, avec une certaine intelligence (rien que ça). Mais la critique touche aussi les émissions de la télévision, les magazines, la radio...

Rubriques