8.5/10

Simpson (Les)

Humour toujours mais satire au flan

Le 25 juillet prochain, les Simpson débarquent au cinéma. Après 18 ans de bons et loyaux services télévisés, la turbulente famille animée de Springfield mérite bien cette consécration. Partie intégrante de la culture populaire contemporaine, la tribu compte essentiellement cinq membres : Homer, le pater familias goinfre et irresponsable ; Marge, la femme au foyer débordée par l'éducation de ses enfants et de son mari ; Bart, l'affreux jojo qui aime montrer ses fesses en conseillant aux gens d'aller se faire shampouiner ; Lisa, l'élève modèle qui ne comprend pas comment elle a pu naître dans une telle famille ; et Maggie, l'éternel bébé accroc à la tétine. Car en 18 ans d'existence, les Simpson n'ont pas vieilli d'une semaine. Eternellement figés dans leurs âges respectifs, ils ambitionnent de nous faire croire que leurs 400 épisodes (tout rond, sans compter la 19ème saison en cours de réalisation) se sont tous déroulés la même année... Cependant, la série sait s'adapter à l'évolution de l'époque dans laquelle elle se situe : les Simpson d'aujourd'hui utilisent Internet et regardent la téléréalité...

Il n'est pas question de remettre en cause l'indiscutable puissance comique de la série, son inventivité de tous les instants, son rythme haletant ni le talent avec lequel les personnages sont dessinés (au sens propre comme au sens figuré).

En revanche, on peut s'interroger sur l'aspect satirique de la série, souvent décrite comme étant d'une audace folle dans sa description de la société moderne. En réalité, les Simpson ne font que véhiculer (consciemment) une armada de clichés inoffensifs, traités d'une façon suffisamment consensuelle pour ne pas choquer le spectateur moyen, fut-il lui-même américain, obèse, républicain et lecteur de la Bible. On ne devient pas la série de dessin animé la plus populaire de tous les temps en maniant l'humour trash. Sans pour autant oublier que les Simpson restent sans doute le meilleur divertissement premier degré de ces vingt dernières années, repassons sur les thèmes (nombreux et universels) qu'elle évoque :

Ned Flanders
Ned Flanders
La religion

Les habitants de Springfield, massivement protestants (à l'exception d'Apu, l'épicier indien et hindouiste), se rendent à l'église tous les dimanches sans entrain mais par souci de la tradition. Le seul réel pratiquant de la ville est Ned Flanders, le voisin des Simpson, qui appelle régulièrement le révérend Lovejoy au milieu de la nuit pour lui demander conseil sur l'interprétation d'un verset de la Bible.
Par ailleurs, lorsque dans un épisode Bart vend son âme à son ami Milhouse, il finit par le regretter et la lui rachète.
Bilan : pratiquez la religion car Dieu existe peut-être, mais pas trop pour ne pas avoir l'air bête.

Seymour Skinner
Seymour Skinner
L'éducation

Dans l'école de Springfield, le principal Skinner est un homme sévère mais juste, incompétent mais pas foncièrement méchant. Il fait son métier comme n'importe quel autre, sans réellement se soucier de l'avenir des enfants, et préfère se concentrer sur sa relation avec l'institutrice, Mme Krapabel. L'éducation est présentée comme un élément négligeable de la vie américaine, contrairement à ce que les sitcoms et autres séries du pays de l'Oncle Sam veulent nous faire croire. En fait, l'éducation passe après tout le reste : l'argent (l'école est reconstruite en pâte à pizza par des mafiosi pour faire du profit et les enfants sont obligés de quémander auprès de Mr Burns pour obtenir des fonds), l'amusement (les professeurs n'attendent qu'une chose, la fin des cours et les sorties pédagogiques pour avoir enfin le temps de boire des bières et fumer des cigarettes), la politique (Lisa devient délégué du personnel et le pion des professeurs, dans une très bonne parodie d'Evita). Pas le plus consensuel des sujets de la série, donc.

Montgomery Burns
Montgomery Burns
La vieillesse

Le vieux, par définition, est soit aigri comme Montgomery Burns, soit sénile comme le grand-père Abraham Simpson. Cliché facile mais qui ne porte pas à conséquence puisque le spectateur moyen de la série n'est pas en âge de se sentir concerné.

L'homosexualité

Wellon Smithers, l'assistant de M. Burns, nourrit des fantasmes terriblement sexuels à l'endroit de son patron (ou plutôt à son envers...). Il rêve de sa coupable passion la nuit mais n'ose en parler à personne, et souffre dans son coin.
Bilan : l'homosexualité, ce n'est pas toujours facile à assumer, surtout dans une petite ville. Restez cachés.

Chief Wiggum
Chief Wiggum
La justice

Le chef Wiggum est à la tête de la police de Springfield : gros mangeur de donuts, il est l'archétype du policier paresseux et incapable. La justice à Springfield est simple : celui qui part en prison n'est jamais le bon. Homer, Marge et même Bart sont entrés au moins une fois dans la bonne vieille prison de Springfield. Le chef Wiggum est toujours à la traîne et ne semble jamais rien comprendre à ce qui se passe. C'est en général Bart ou Lisa qui résout les crimes. Le cliché est plus français qu'américain mais il est toujours porteur : le flic est incapable mais il a un bon fond.

Diamond Joe Quimby
Diamond Joe Quimby
La politique

Eternel maire de Springfield, le maire Quimby représente le politique véreux par excellence. Ses seuls faits d'arme en tant que maire de la ville sont d'instaurer des journées spéciales pour un rien et de se faire porte-parole de la population springfieldienne. Il passe son temps à détourner l'argent du contribuable, à draguer des stagiaires et à magouiller.
Et malgré tout, il est toujours maire ?! Oui, car les politiques sont tous pourris, c'est bien connu.

Apu et son nom de famille imprononçable
Apu et son nom de famille imprononçable
Le racisme

Dans un épisode, Apu l'épicier est sur le point d'être expulsé, car les habitants de Springfield se sont convaincus que les étrangers étaient la cause de tous leurs malheurs. Après un discours pacificateur de Homer (ou Marge, peu importe), la foule se calme et décide de ne pas chasser Apu.
Bilan : le racisme c'est mal, mais il suffit de l'expliquer gentiment et les gens le comprennent, car ils ont un bon fond.

Une morale d'un angélisme rare : on peut difficilement parler de satire.

Dead like him
Dead like him
La mort

Sans doute le seul sujet à être traité de façon vraiment étonnante dans la série, la mort des personnages n'intervient (heureusement) que rarement. Mais lorsqu'un collègue d'Homer s'électrocute, ou qu'un personnage récurrent meurt (par la faute de ce danger public d'Homer !), c'est avec une décontraction surprenante que l'évènement est accueilli. Sans pleurnicherie dégoulinante comme d'autres séries - même comique - savent le faire. Homer est même capable d'oublier qu'il se trouve à un enterrement et de s'endormir en réclamant une bière. Pour le coup, les auteurs présentent une vision intéressante de la réaction humaine face à la mort : on rit, on oublie. On repousse à plus tard en haussant les épaules, au mépris parfois de ceux qui gisent sous nos pieds. Brr.

We are family
We are family
La famille

Thème fondamental de la série, la famille est finalement présentée sous un angle simpliste et optimiste : après toutes ces années, toutes ces péripéties, la famille Simpson est toujours unie : le mari est un porc abject et mesquin, mais sa femme n'a pas divorcé ; malgré une éducation laxiste et irresponsable, les enfants n'ont pas fugué ni sombré dans la drogue. Malgré sa bêtise et sa fainéantise, Homer occupe toujours son poste à l'usine et n'a toujours pas causé d'accident majeur (il en a même évité grâce au jeu du pique-nique-douille !).

A force de ne jamais évoluer, la série semble dire aux spectateurs : « vous êtes laids et bêtes, on peut en rire (surtout si vous reconnaissez vos voisins avant de vous reconnaître vous-mêmes) mais n'essayez pas de changer : tout va très bien. »

Dommage de consacrer un article entier à l'énumération des frilosités de la série, car elle reste par ailleurs un spectacle comique de tout premier ordre. Mais comme pour tout objet de culte, il faut savoir prendre du recul pour garder son objectivité...


Co-écrit avec May, dite ‘Chouquette', spécialiste française des Simpson et auteur du livre Les Simpson et moi : quinze ans de concubinage (épuisé)

A découvrir

Profiler

Partager cet article

A propos de l'auteur

32 commentaires

  • bousk8

    09/06/2005 à 17h39

    Répondre

    Yesssssssssssssssssssssssssssssssssssssssssssssssssss

  • iscarioth

    09/06/2005 à 19h14

    Répondre

    Mouais A partir de la saison 13, les simpsons, ca tourne en rond. Ils ont tout fait faire aux personnages, il y a des tonnes de guest pour combler les manques d'idées... Pour la saison 7, par contre, c'est du tout bon, on était en plein age d'or (saison 10, la meilleure)

  • Lestat

    09/06/2005 à 20h20

    Répondre

    Quelques belles guest :

    Tom Savini (sequence "gore" inside )



    Stephen King



    REM



    Il y avait les Who aussi si je ne me trompe pas, dans un épisode.

  • Protos

    09/06/2005 à 20h27

    Répondre

    En parlant des Simpsons, j'ai invité Homer une fois, à la station, et il a fait péter la radio. Enfin bon, si vous voulez l'entendre, il y est sur mon site, dans le couloir CS4.

  • lunia

    10/06/2005 à 10h16

    Répondre

    moi ce qui me fera toujours rire dans les Simpsons c'est la facon dont ils balancent "la Fox c'est de la merde" dans pas mal d épisodes...

    je les trouves assez engagés politiquement et sans poser un avis sur leur opinion, c'est refraichissant comme nos Guignols

  • Anonyme

    10/07/2007 à 11h02

    Répondre

    Je ne sais pas si c'est raisonnable de tenter d'expliquer chaque traitement des sujets en aussi peu de ligne, sans dire que tout est faux, je dirai surtout que tout n'est pas aussi facile à shématiser.


    Je regarde les simpsons depuis sa première diffusion sur Canal + et j'y ai vu une certaine évolution et même si la temps semble figé à springfield, je ne sais pas si on peut évaluer de manière aussi simpliste le traitement de Matt Groening.


     Prenons juste le cas de l'homosexualité, un certain épisode (je ne sais plus lequel) présente un personnage passioné par le kitsh et très précieux laissant douter de son hétérosexualité, il réussit à se faire apprécier de Bart et Homer (autant par jalousie que par inquiétude) se méfie de lui et tente de préserver son fils, ce traitement est finallement en opposition au cas de smitters. Un Smitters qui n'explique pas qu'il faut vivre caché mais qui fait constater que ce genre de cas est plutôt répendu.


    Prenons aussi le cas de ce type qui est l'opposé de Homer et qui tente désespérément de prouver au monde entier que c'est un abruti mais tout le monde aime homer et l'épisode se termine par le suicide de ce personnage (par électrocution). l'enterrement se termine en rire (grâce à Homer) et montre le mépris que les  gens ont eu pour cette personne compétente et honnête mais qui ne réussit pas à supporter Homer, je trouve l'ensemble très caustique et même un peu immoral.


    Enfin, un détail assez marrant, c'est que Bart n'appelle jamais son père papa, ça parait bête mais je trouve ça assez peu commun pour une famille américaine typique.


     C'est sur que ton explication n'est pas dénuée d'intérêt, mais je trouve difficile de résumer en quelques lignes, une série qui a perduré sur autant d'années. Je pense qu'on passe à côtés de certaines choses et qu'on finit par fausser certaines idées en voulant à tout prix épurer l'explication en pensant aller droit à l'essentiel.


     Sur ce coup, le livre doit je pense être plus complet.


     

  • riffhifi

    10/07/2007 à 11h33

    Répondre

    Pas de chance, le livre est une blague


    Mais tu as raison, il faudrait l'écrire ! Le but ici était surtout d'ouvrir le débat, mais le traitement est effectivement lapidaire...

  • iscarioth

    10/07/2007 à 12h31

    Répondre

    Je suis assez d'accord avec le discours global de la série : les simpson, c'est très comique mais peu caustique. Surtout en comparaison de ce qu'on a fait depuis : South Park.



    Un épisode de la saison 10 de South park fait se rencontrer Bart et Cartman, unis contre les Griffin. Les deux gamins s'échangent leurs exploits :



    Eric Cartman - c'est quoi le pire truc que t'ai fait ?

    Bart - J'ai décapité la statue de ma ville

    Erc Cartman - Moi un jour, un ado me faisait chier, j'ai tué ses parents et lui ai fait bouffer mélangé à du chili con carne.


    Ca annonce bien le fossé niveau causticité, surtout que dans South Park, c'est loin d'être purement scato et gratuit comme les réacs le disent souvent.


    Pour cet esprit critique ultra aiguisé et cette causticité extrême, j'ai totalement délaissé les Simpson, qui ont bercé ma jeunesse, pour South Park.


    Dernièrement, j'ai revu un épisode des Simpson avec Abraham, le grand père, mon personnage préféré. Et j'ai beaucoup ri. Je me suis surpris à constater que les Simpsons, même avec le temps, ca restait d'un très bon niveau comique. Dans le discours, ce n'est peut être pas bien frondeur, mais dans l'humour, c'est parfois osé. Je rejoins donc le discours global de Riffstéréo. Même si je reste assez dubitatif face à la courte analyse de certains points (la vieillesse notamment : je vois pas en quoi la caricature affaiblit le propos). Mais bon, comme il l'a dit et ca se sent, c'est pour lancer le débat ! 


    Je rajoute : les simpsons, après la saison 12-13, ca vaut plus rien. Que des guest stars et des personnages qui n'évoluent pas, dont on a fait le tour. La série aurait dû s'arrêter là.

  • Anonyme

    11/07/2007 à 11h08

    Répondre

    Pour moi comparer south park et simpsons c'est un peu comparer star wars et starship troopers en affirmant que star wars c'est moin bien pasque c'est moin violent.


     On peut pas repprocher à une série son manque de causticité, le ton de la série est un choix artistique mais malgré cela, je ne pense pas que le portrait de Rifhiffi soit en phase avec les intentions de l'auteur (j'ai donne l'éxemple avec smitters) et la réussite de la série fonctionne surtout sur son côtés abordable à l'inverse de South Park auquel j'ai du mal à adhéré (je sais je suis l'un des rares).


    Mais par contre je ne discuterai pas sur la qualité des deux séries, je ne serai pas assez objectis vu que je connais trop les simpsons et pas assez south park. 


     en tous les cas, vivement le film !

  • Anonyme

    12/07/2007 à 11h12

    Répondre

    Les Simpsons sont indiscutablement beaucoup plus consensuels que South Park ou cette autre affreuse famille qui possède un chien appelé Brian (ça m'énerve, je ne retrouve pas le nom de la série ! si quelqu'un peut m'aider...).

    Ceci dit, et même si en général les épisodes se terminent bien (avec une morale qui en général ne fait qu'enfoncer des portes ouvertes), la façon dont chacun des personnages agit est furieusement discutable.
    A mon sens, les Simpsons sont juste le reflet grossier de nos travers les plus humains, dans un monde où finalement les punitions sont légères voire inexistantes. Les Simpsons nous font rire parce qu'ils représentent notre humanité dans ce qu'elle a de plus bête. Ils ont également cette grande chance de pouvoir faire des choses que nous adorerions faire également(il n'y a qu'Homer Simpson pour pouvoir se faire virer aussi souvent de la centrale et réintégrer aussi vite son poste, il n'y a que lui également pour voyager dans l'espace en mangeant des chips !).

    L'analyse de Rhiffifi, co-écrite avec ma modeste personne, n'est bien sûr qu'une ébauche de ce que l'analyse poussée des Simpsons pourrait donner.

    Et je crois que le mieux encore, plutôt que de discuter encore et encore des bienfaits, des qualités et des défauts des Simpsons, c'est de les regarder !
    Viva el Barto !

  • Anonyme

    12/07/2007 à 13h03

    Répondre

    Oui moi aussi je suis la .


     "avec une morale qui en général ne fait qu'enfoncer des portes ouvertes". 


    je comprends pas le but de la phrase ??? Tu vois en Les simpsons une série moralisatrice ou juste une série qui taquine la morale ??? 


     " la façon dont chacun des personnages agit est furieusement discutable"


     Pourquoi furieusement discutable ??? la aussi tu développes pas pourquoi tu parles de ça ???


     "les Simpsons sont juste le reflet grossier de nos travers les plus humains"


     Oui je suis assez daccord avec ça, preuve que la série taquine plus qu'elle critique et sur ce coup, elle remplit bien son contrat.


     "Et je crois que le mieux encore, plutôt que de discuter encore et
    encore des bienfaits, des qualités et des défauts des Simpsons, c'est
    de les regarder !"


     En fait, on a droit à une ébauche (résumé ou morceau choisit ???) d'une analyse mais on ne peut pas contredire ni discuter ? on est sur un forum et la seul façon de s'exprimer c'est de prendre son clavier... J'ai tellement vu d'épisodes des simpsons que j'en suis presque imbibé ( c'est moin nocif que l'alcool quand même ) et pourtant je ne regarde plus tellement (en plus j'ai découvert FUturama et j'ai même pu profiter de la seule diffusion de' profession critique " de Groening sur canal +)


     Donc moi j'ai tout le temps d'en parler, je pense que c'est dommage qu'une personne qui serai presque motivé d'en faire un livre ne veuille pas discuter plus que ça et cloture son explication par une phrase passe partout, vraiment dommage .


     


     

  • Anonyme

    13/07/2007 à 12h27

    Répondre

    Je rappelle que ce livre sur les Simpson n'est qu'une plaisanterie !

  • Anonyme

    13/07/2007 à 13h20

    Répondre

    Oui mais Bender ne sais pas plaisaner


     


    En fait toute cette analyse n'est qu'une sympathique farce ??? désolé j'avais pas TOUT compris.

  • Anonyme

    16/07/2007 à 16h54

    Répondre

    Pourquoi chercher forcémment des messages véhiculés, des morales cachées, des satires et tout le tralala ?


    Je pense que la caricature des personnages des Simpsons ( Barney le poivreau, Burns le patron machiavélique ... ) a un but purement comique, pas forcément satirique.


    C'est pas parce que Homer est un peu beauf que c'est une satire des familles moyennes ...


    Et c'est tant mieux, car je suis de ceux qui en ont ras le bol des films et séries qui véhiculent des messages neuneux du style : la guerre c'est mal, la drogue c'est pas bien, le racisme c'est pas beau ... Comme si on avait besoin de films pour savoir ça.


    Pour moi le cinéma c'est fait pour rêver, pour nous faire vivre des émotions qu'on ne vit pas tous les jours. Bref le cinéma c'est pas pour se prendre la tête avec des morales et des critiques de la société.

  • Anonyme

    17/07/2007 à 13h39

    Répondre

    Plutôt en accord avec toi par contre....


    SImpsons c'est une série TELE avant tout non ???

  • Wax

    17/07/2007 à 15h56

    Répondre

    Il y a des oeuvres à la fois distrayantes et qui véhiculent un message. N'en déplaise aux tenants du débranchage de cerveau à tout prix, je peux prendre autant de plaisir à voir un blockbuster comme Harry Potter (dont le dernier épisode véhicule, mine de rien, son petit paquet de messages justement!) ou bien un truc "intello" comme Le Septième Sceau de Bergman (revu la semaine dernière: c'est magnifique!)


    Flatter ses mirettes à coups d'effets spéciaux n'a rien de honteux, mais flatter son intellect non plus. Si en plus on peut avoir les 2 à la fois de quoi se plaint-on? Le tout est, je pense, de garder l'exigence d'une certaine qualité!

  • Anonyme

    13/08/2007 à 12h06

    Répondre

    les simpsons, c'est merveille d'inventivité comme il s'en fait peu. Contrairement à ce qu' il a pu etre dit dans la chronique les Simpsons c'est caustique. La critique est beaucoup plus subtile que dans south park. Car si le propos n'est pas âpre en apparence il est souvent appuyé d'une référence à un évènement qui a vraiment eu lieu (donc il faut etre un peu à l'écoute de ce qui se passe aux Etats Unis), et cette référence apparait tout le temps implicitement. Il y a un côté subtil chez les simpsons qui permet d'introduire le débat sans imposer la vision du réalisateur. Le fait de réaliser une série comique et satirique n'exclut pas le respect. A mediter pour monsieur le chroniqueur.

  • Anonyme

    12/11/2007 à 21h51

    Répondre

    Sans doute le meilleur dessin animé depuis les shaddoks, et "Fritz the Cat" de Crumb,  sans oublier certain Tex Avery...





    C'est que... l'Art des images animées ne s'adresse pas qu'aux enfants, hein...

  • KaSuGayZ

    21/06/2008 à 01h18

    Répondre

    Bon papier.

  • Anonyme

    23/10/2008 à 21h04

    Répondre

    "Bilan : pra­ti­quez la re­li­gion car Dieu existe peut-être, mais pas trop pour ne pas avoir l'air bête. " Vos bilans sont très primaires et totalement dépourvus de recherches préliminaires, donc infondées. Beaucoup de lacunes sur la série, bref une critique médiocre en tout point. Exemple: Homer, saison 5, contexte: il lit la bible. " cette bible m'a couté 15dollars et tout ce qu'elle peut me dire c'est qu'on est tous des pecheurs a par celui-la". Dans le contexte socio-culturel religieux américain, faire sortir ces mots de la bouche d'Homer est plus que facheux, c'est une remise en question complète de la crédibilité de la religion en une simple phrase qui dénonce un fatalisme explicite: deuxieme problématique que cela amène? pourquoi chercher à s'ameliorer si de toute facon nous sommes irrevocablement considerés comme pecheurs. Bref c'est un réel questionnement contre-culturel que matt groening propose dans cet exemple. Navré que vous n'ayez pas eu un degré suffisant pour le remarquer. Amicalement, benoit, etudiant en master de recherche sur la satyre américaine.

  • riffhifi

    23/10/2008 à 22h50

    Répondre

    Honnêtement ? Cette phrase ne me paraît pas être une réelle attaque de la religion, c'est plutôt un résumé amusant et amusé de la Bible, mais ça n'est pas ni faux ni injurieux ! Mes conclusions sont évidemment présentées de manière lapidaire, mais crois-bien que j'ai beaucoup regardé la série (comme la plupart des gens ^^), que je l'adore mais que je maintiens mon point de vue sur sa supposée causticité décapante. Et j'ajoute que satyre avec un y, c'est un mot masculin qui ne désigne sans doute pas l'objet de ton master (ou alors je ne vois pas le rapport avec le sujet )

  • Anonyme

    24/10/2008 à 14h36

    Répondre

    je comprends aussi ton point de vue, c'est d'ailleurs le travail que je suis supposé faire. Mais Je ne crois pas qu'on puisse parler de concensus car les simpson sont bcp soumis a la censure vigilante etats unienne. Si elle opere, c'est parce que certaines scenes posent problème, c'est evident. Les simpson selon moi ne defendent pas des idéologies précises de ce qu'est la religion pour reprendre mon exemple, et je te rejoins sur ce point, mais propose bel et bien des questionnements, des problématiques très critiques, qui ne sont pas négligeable, mais carrément meme etudiable. Cependant le fait d'etre satyrique dans une comédie permet beaucoup d'ambiguité, et c'est tres compréhensible que certaines personnes ne veuillent pas creuser l'implicite de la série parce que c'est relou de tout analyser comme certains l'ont dit plus haut. Je defends simplement l'opinion suivante; si les simpson sont sur la route depuis tant d'années, ca n'est pas parce qu'ils contentent tout le monde, public et pouvoir en place, mais parce qu'il savent glisser habilement leurs satyres tout en jouant sur l'ambiguité qui reside entre comédie et satyre. Ils prennent bien soin par ailleurs de ne jamais se prononcer explicitement sur une question et de ne jamais donner une morale toute faite( c pour ca que j'ai critiqué la tienne). Les opinions sur une question varie toujours en fonction des personnages, et laisse un questionnement large et ouvert. C'est en ce sens que l'on pourrait croire que les simpson ne sont pas agressifs.

    PS: J'ai mal ecrit hier et certainement aujourd'hui, mais je ne crois pas qu'une faute d'orthographe puisse décredibiliser mon argumentation

    A qui veut rejoindre cette discussion..

  • Anonyme

    24/10/2008 à 17h25

    Répondre

    les états-unis sont la résidence secondaire de Dieu, alors faut pas trop lui chatouiller les doigts de pieds, ô satyre.


    In God you trust itou ?

  • Anonyme

    28/10/2008 à 10h58

    Répondre

    oui je pense aussi que c'est la qu'on peut y trouver sa résidence secondaire, mais je ne crois pas qu'il y vienne souvent...

  • Bung

    28/10/2008 à 13h00

    Répondre

    Euh...


     si les simpson sont sur la route depuis tant d'années ca n'est pas parce qu'ils contentent tout le monde, public et pouvoir en place


    Ah, c'est surtout parce qu'ils ont de la chance d'être suivi par un public. Le reste à suivi.

  • Anonyme

    01/11/2008 à 23h33

    Répondre

    ca marche par réciprocité; si le public a suivi c'est parce que c'est une série géniale, complète et dérangeante

  • Bung

    01/11/2008 à 23h43

    Répondre

    Mouais.


     Sauf que si il y a eu série, c'est parce que l'episode spécial de noël du show avait été particulièrement suivi.


    Il n'y avait rien de"dérangeant" dans cet épisode.


     Une saison a suivi, et petit à petit la série a progressé et est devenu une bonne série sociétale (et pas sociale, ce qui n'est pas la même chose).

  • Anonyme

    02/11/2008 à 15h22

    Répondre

    la série à la base financé par brooks a été signée sur 3 ans ( et c'est toujours le cas aujourdhui, ca fait 20ans que les simpson renouvellent leur CDD lol) et on savait bien qu'elle allait prendre une tournure satirique lorsqu'on connait le travail de matt groening avant les simpson comme par exemple la BD "life in hell" qui est carrément du meme acabi. Evidemment les simpson ont mis du temps à etre ce qu'ils sont devenus. beaucoup de personnes critiquent les trois premières saisons; j'admet qu'elles sont plutot brouillones mais la sauce est tout de meme la. Evidemment il ne faut pas faire de généralité; une quantité d'épisodes n'ont quasiment rien de relevable d'un point de vue satirique et dérengeant et c'est tant mieux parce que ca serait relou. Certains ne sont que de belles histoires, ou une accumulation de chutes.. Il parait d'ailleurs qu'on confit  le mélo-dramatique à Brooks car il est professionalisé dans les films à l'eau de rose.

  • Bung

    02/11/2008 à 19h37

    Répondre

    Sûr qu'elle a été signée sur 3 ans, mais si elle a été signé sur 3 ans c'est grâce au succès de l'episode Special Noel du Tracey Ulman Show, c'est tout.

  • Anonyme

    19/10/2009 à 14h56

    Répondre

    bojour je kiff les simpsons ouhhhhh!!!!!!!hahaha

  • Anonyme

    27/10/2009 à 04h55

    Répondre

    Remarquable analyse sur les simpsons helas comme toute serie sauf exeption la qualité c'est dilluée au fil des épidodes ( vers la saison 10 a 12 la serie a commencé un lent mais inexorable plongeon vers le consensuel.Comme les guignols,une serie qui critique le systeme et qui a du succes finit par faire parti du systeme.Et quand on fait parti des institutions sacrees ou sacralises zidane la politique la religion la television il devient difficile de se battre contre un monde qui vous nourrit et vous accorde le statut de privilegie.Malheureusement aucune serie ne changera le monde surtout pas une serie comique car rire de nos defauts n'est-ce pas tenter de les oublier ou de les faire passer pour des choses banales des choses contre lesquelles ont ne peu pas lutter ? Les simpsons sont a l'image de notre epoque mi-positive attitude mi-on est foutu va tous mourir En resume tu as perdu ton travail et ton usine mais regarde la bourse qui monte et la croissance qui repart ou la terre sera detruite on est foutu mais n'ai pas peur l'ecologie est devenu tendance hulot parle a sarko le G20 y reflechi formidable non ? Les simpsons sans doute le plus bel objet d'etude pour futur historiens du 21 eme siecle qui voudront comprendre la mentalite de ce temps Si on voit la vie facon simpson selon la vision contemporaine de politiciens corrompus de fonctionnaires feignants de paysans arrieres de religieux extremistes devieniendra pour nous aussi naturelle et ineluctable que la maladie ou la mort La serie la plus audacieuse ne devrait elle pas montre au contraire les malheurs de politiciens honnetes ou de travailleurs devoues pousses au chomage ou au suicide Scenaristes a vos crayons !!!!!!!!!!!!!

  • Anonyme

    24/12/2009 à 15h20

    Répondre

    J'adore les Simpson je le regarde tout les jours sur  W9 midi et soir      

Participer à la discussion

Nous nous réservons le droit de ne pas publier les commentaires qui ne nous semblent pas appropriés (netiquette, loi, point godwin, imbécillité profonde, etc.). Et ne venez pas crier à la dictature !

Vous allez commenter en tant qu'invité-e :

Krinein Médias, ou comment parler des séries TV, qu'elles soient américaines, françaises ou d'ailleurs, avec une certaine intelligence (rien que ça). Mais la critique touche aussi les émissions de la télévision, les magazines, la radio...

Rubriques