8.5/10

Sherlock - Saison 1

Après avoir modernisé le Dr Jekyll et repris en main le Dr Who, c'est au Dr Watson que Steven Moffat présente le XXIème siècle... en invitant bien entendu son ami Sherlock. Une des meilleures relectures des célèbres personnages de Conan Doyle.

Tout en chapeautant les aventures du docteur Who, le scénariste Steven Moffat parvient simultanément à écrire les adaptations cinématographiques de Tintin (actuellement en cours de production sous la double houlette de Steven Spielberg et Peter Jackson) et à lancer une nouvelle série consacrée à Sherlock Holmes. L'annonce avait de quoi faire frémir : Moffat ne courrait-il pas trop de lièvres à la fois ? Le détective de Baker Street ne serait-il qu'un choix opportuniste destiné à surfer sur le succès de la version Guy Ritchie ? La modernisation du sujet ne serait-elle pas l'exemple-type d'une fausse bonne idée vouée à l'échec ? En réalité, la BBC semble s'être posée les mêmes questions. Au lieu de commander une saison entière (ce qui, en Angleterre, représente environ treize épisodes), elle a préféré se contenter de trois histoires, développées chacune sur un format 90 minutes. Mais maintenant qu'on a vu ces trois-là, la deuxième saison ne saurait arriver trop vite...

John - It was extraordinary, it was quite extraordinary!
Sherlock - That's not what people normally say.

John - What do people normally say?
Sherlock - "Piss off".

D'emblée, l'épisode pilote touche juste : John Watson revient d'Afghanistan où il a été blessé, il cherche un colocataire, et découvre alors un drôle de zouave qui bat les cadavres à la morgue pour étudier les ecchymoses ainsi produites. Nous sommes au XXIème siècle, mais ces évènements reprennent très exactement les premières pages du roman A Study in Scarlet, la toute première enquête de Sherlock Holmes. C'est même la première fois que la rencontre Holmes-Watson est portée à l'écran de façon aussi fidèle. D'ailleurs, le titre de l'épisode, A Study in Pink, annonce la couleur (c'est le cas de le dire) : l'adaptation sera à la fois scrupuleuse et libre. John et Sherlock s'appellent par leurs prénoms, mais font partie des meilleures incarnations des personnages de Sir Arthur Conan Doyle. Le premier, joué par Martin Freeman que l'on n'est pas habitué à voir aussi sérieux, n'a certes pas de moustache (un choix quasi inédit, si l'on excepte évidemment Le secret de la pyramide où Watson avait quinze ans) mais possède le caractère curieux, enthousiaste et aventureux qui le distingue dans les livres (après tout, il est le seul être au monde à pouvoir cohabiter avec Sherlock Holmes). Quant au méconnu Benedict Cumberbatch, il se pose en digne héritier de Jeremy Brett et donne au détective le mélange de bizarrerie et de passion qui lui sied : moqueur, cynique, arrogant, il toise ses interlocuteurs du haut de son intelligence, mais peut aussi bien porter le masque de la séduction ou de la compassion pour arriver à ses fins... voire même laisser paraître ses sentiments,
bien qu'il se défende d'en avoir. Ses interjections récurrentes (« Boring! », « Problem? »), brèves et sans appel, menacent déjà de rentrer dans le langage courant. Ce Holmes-ci utilise internet, envoie des textos, et déduit d'un iphone ce que son modèle déduisait d'une montre à remontoir. La transposition fonctionne, et s'avère même particulièrement stimulante.

Dans les épisodes 2 et 3, les références au Canon se mélangent allègrement (on y trouve des éléments du Signe des quatre, des Plans du Bruce-Partington, du Dernier problème...), et servent à alimenter des intrigues originales, où le cerveau de Sherlock peut faire constamment étalage de sa supériorité. Jouant avec le spectateur initié comme avec le novice, les scénaristes (parmi lesquels se trouve Mark Gatiss, qui incarne également Mycroft Holmes dans la série) multiplient les défis intellectuels, tandis que les réalisateurs dynamisent les intrigues (naturellement bavardes, malgré quelques scènes d'action bien dosées) à l'aide d'une ingéniosité visuelle constante mais rarement encombrante (on peut néanmoins se fatiguer des textos qui s'affichent à l'écran).

Le troisième épisode, The Great Game, est conçu comme un jeu de piste façon Une journée en enfer, et s'achève sur un cliffhanger incroyablement rageant... Heureusement, les épisodes suivants sont déjà sur les rails, pour une diffusion prévue à l'automne 2011.



#1 - A Study in Pink
#2 - The Blind Banker
#3 - The Great Game

A propos de l'auteur

31 commentaires

  • pastis-mirabelle

    16/10/2010 à 14h05

    Répondre

    « ...les adaptations cinématographiques de Tintin (actuel­lement en cours de production sous la double houlette de Steven Spielberg et Peter Jackson) »


    Je dirais même plus, "sous la double houppette de Steven Jackson et Peter Spielberg" !  

  • Luz

    17/10/2010 à 10h53

    Répondre

    Vivement la suite !

  • Penthesilea

    06/03/2011 à 21h57

    Répondre

    effectivement étonnant la transposition contemporaine, vivement la suitehttp://television.krinein.com/sherl ... 10386.html

  • Sylvain

    06/03/2011 à 22h00

    Répondre

    C'est pas mal, mais un peu mou du genou quand même...

  • riffhifi

    06/03/2011 à 23h02

    Répondre

    Tu dis ça pour Watson ? C'est dégueulasse, de se moquer !

  • Maat

    07/03/2011 à 07h20

    Répondre

    Ben moi j'ai vraiment bien aimé
    Un peu lourd les trucs des textos mais bon.

  • naweug

    16/03/2011 à 23h11

    Répondre

    Vu les deux premiers pour le moment. Bien aimé le premier, trouvé le second un peu plus mou. Les deux acteurs sont bons et on retrouve bien le rythme qu'il y avait dans Dr Who (période D. Tennant). J'aime beaucoup les interjections de Holmes. J'attends de voir le troisième, et son fameux cliffhanger.

  • naweug

    24/06/2011 à 23h09

    Répondre

    France 2 diffusera les trois épisodes de Sherlock, à partir du vendredi 2 juillet en début de soirée, avec un épisode par soirée (durée 90 mn chacun).http://television.krinein.com/dvd-s ... 16386.html

  • froo

    02/11/2011 à 21h04

    Répondre

    J'ai regardé les trois épisodes ce week-end (les voyages en train, ça aide) et je dois dire que j'ai beaucoup apprécié. Ça va être difficile d'attendre la suite.

  • jaiina

    13/11/2011 à 13h20

    Répondre

    Le premier épisode est une introduction au modernisme de la série, le 2 eme plus classique et le 3 eme épisode m'a scotchée avec un beau cliffhanger: série bien écrite, jouée; sans effet superflu. Hâte de voie la 2 eme saison. Le duo fonctionne très bien

  • naweug

    08/12/2011 à 22h57

    Répondre

    Oyez, oyez, fans de Sherlock : la 2e saison est enfin annoncée ! Le premier épisode sera diffusé outre-Manche le 01/01/2012 à 20h10 heure locale. Les deux suivants seront diffusés les 8 et 15 janvier.

  • naweug

    20/12/2011 à 19h03

    Répondre

    Un petit aperçu de cette saison 2 :

  • froo

    04/01/2012 à 14h37

    Répondre

    Ça y est, ils sont de retour ! Et c'était plutôt pas mal.

  • Maat

    10/01/2012 à 21h16

    Répondre

    Moué, j'ai souvenir que c'était moins long, à l'époque. Là, me suis même pas enchainé les deux épisodes, tant c'était long...

  • naweug

    10/01/2012 à 21h18

    Répondre

    Les trois épisodes de la 1e saison faisaient bien aussi entre 1h et 1h30.
    J'ai vu le premier de cette saison 2, c'était sympa de les retrouver mais je l'ai trouvé un peu trop gentillet..

  • Maat

    10/01/2012 à 21h32

    Répondre

    Non mais je ne parle pas de la durée. Je veux dire, en saison 1, je ne sentais pas passer le temps. Là, plusieurs fois j'ai regardé l'heure.

  • naweug

    10/01/2012 à 21h38

    Répondre

    Ah oui, c'est vrai, moi aussi

  • Maat

    11/01/2012 à 23h09

    Répondre

    L'épisode 2 est vachement mieux je trouve (ou alors, comme je regarde en VOSTA et que j'ai pas arrêté de regarder des mots dans le dico... pfiuh, quel vocabulaire ils ont !). En plus Sherlock, quand il est lancé, il parle aussi vite et compliqué que Sheldon, parfois, même avec sous titres j'ai du mal à suivre
    Le scenar est vraiment sympa et je regrette de ne pas connaître les bouquins pour avoir un point de comparaison, mais j'imagine que le travail d'adaptation contemporaine est énorme.

  • naweug

    12/01/2012 à 13h35

    Répondre

    (Précise que Sheldon c'est l'horripilant méga nerd de The Big bang theory... )

  • Guillaume

    12/01/2012 à 14h02

    Répondre

    Nerd nerd.. pas juste. Sociopathe, presque psychopathe.

  • Maat

    12/01/2012 à 14h27

    Répondre

    Ben Sherlock n'est pas beaucoup mieux loti

  • naweug

    12/01/2012 à 21h43

    Répondre

    Sauf que je trouve Sherlock bien plus sexy que Sheldon . Et oui, il est à la limite de la psychopathie !

  • Maat

    12/01/2012 à 23h08

    Répondre

    Je te laisse apprécier le côté sexy, ce n'est pas mon rayon

    Ohhhh j'ai gagné le badge 1000 messages ici !

  • pastis-mirabelle

    13/01/2012 à 02h29

    Répondre

    naweug a dit :
    (Précise que Sheldon c'est l'horripilant méga nerd de The Big bang theory... )


    J'aurais plutôt écrit "désopilant".

  • froo

    14/01/2012 à 20h25

    Répondre

    naweug a dit :
    Sauf que je trouve Sherlock bien plus sexy que Sheldon

    Ouiiiiiiiiiii !

  • naweug

    14/01/2012 à 23h11

    Répondre

    Cet épisode 2 était à la hauteur des autres : c'est une adaptation contemporaine sympa du détective. Le Chien des Baskerville a toujours été une de mes histoires favorites de Sherlock Holmes et comparer les deux est quasiment impossible. Mais le résultat était intéressant.

  • naweug

    17/01/2012 à 23h57

    Répondre

    Ayaaaa ce dernier épisode !

  • cubik

    20/01/2012 à 09h09

    Répondre

    Bon, j'ai regardé le premier épisode de la saison 2 hier soir.
    Et franchement, c'est mon préféré pour l'instant.
    J'aime beaucoup les astuces visuels, le côté tortueux de l'épisode aussi
    Les persos sont vraiment super bien gérés. En plus, tout n'est pas dit, les auteurs laissent beaucoup de sous-entendus
    vraiment très chouette

  • jaiina

    24/01/2012 à 14h38

    Répondre

    J'ai vu les 2ers de la saison 2 et je confirme tout le bien de la série, avec une mention spéciale pour les chiens de Baskerville.
    Dommage qu'il n'y ait que 3 épisodes par saison.
    Bahhhh, me consolerai bientôt avec Jude et Robert!!!

  • Lanfeust_deTroy1

    03/02/2012 à 08h37

    Répondre

    Perso, je vais probablement regarder la saison 2 avec madame ce week-end, et j'adore!!! (Bon, faut dire, je suis fan à la base d'Holmes et Watson, donc c'était gagné d'avance...).

    Maat a dit :
    Le scenar est vraiment sympa et je regrette de ne pas connaître les bouquins pour avoir un point de comparaison, mais j'imagine que le travail d'adaptation contemporaine est énorme.

    Je confirme pour ê un fan et avoir vu la saison 1 que le travail d'adaptation est in-croy-able! Mais surtout, au-delà de ça, il est vraiment fait avec finesse et intelligence. (Qui a dit "ça se voit que c'est anglais et non américain ? Ah, moi, mince! ).
    C'est super bien joué car c'est remis au gout du jour, mais tout en respectant vraiment le "matériel de base" : un Holmes (trop) intelligent et prétentieux, avec une logique imparable et acérée. Juste que les déductions sont maintenant liées à des objets/choses contemporaines. Bien vu!

    Seul changement qui m'a pas mal étonné (mais en bien je trouve), c'est qu'en tout cas dans la saison 1, le personnage de Watson touche quand même sa bille et se débrouille niveau enquête, alors que dans les bouquins de Conan Doyle, sans être inutile, il reste quand même vraiment un faire-valoir v-à-v de Sherlock.

    -> Franchement, des adapations comme ça, moi j'en veux bien tous les jours !

  • Guillaume

    03/02/2012 à 08h44

    Répondre

    Le format choisi me déçoit un petit peu. Un peu plus court, ça aurait mieux

Participer à la discussion

Nous nous réservons le droit de ne pas publier les commentaires qui ne nous semblent pas appropriés (netiquette, loi, point godwin, imbécillité profonde, etc.). Et ne venez pas crier à la dictature !

Vous allez commenter en tant qu'invité-e :

Krinein Médias, ou comment parler des séries TV, qu'elles soient américaines, françaises ou d'ailleurs, avec une certaine intelligence (rien que ça). Mais la critique touche aussi les émissions de la télévision, les magazines, la radio...

Rubriques