6/10

Secrets d'actualité

Ces derniers temps, la télévision semble se mettre à l'investigation journalistique.

Après avoir été discrédité dans les années 90, suite aux dérives sensationnalistes de certaines émissions télévisées (ayant conduit à de pâles supercheries et un certain nombre de fausses révélations), et après avoir été accusé d'avoir favorisé un sentiment d'insécurité à la veille de l'élection présidentielle de 2002, le fait divers occupe à nouveau le devant de la scène, au travers de nombreux magazines d'information, tels que Le Droit de savoir : Faits divers (TF1), Faites entrer l'accusé (France 2), Lundi investigation (Canal +) ou Secrets d'actualité (M6). Le secret de ces émissions à succès réside à coup sûr dans leur manière de traiter ces faits divers : une narration alarmiste, digne d'un Pierre Bellemare dans ses plus grands jours, un esthétisme visuel et une ambiance musicale à la Craig Armstrong, irréprochables à tout point de vue, pour une écriture chapitrée "comme dans un roman". La façon dont ces émissions maintiennent une distance critique vis-à-vis du fait divers exploité, dont elles situent la frontière entre le journalisme d'investigation et le racolage et dont elles esquissent les scènes de crimes et divulguent les détails les plus sordides leur permettent toutefois de se distinguer entre-elles.

Intéressons-nous donc de plus près à l'une d'entre-elles.

Coproduite par Jean-Marie Goix et Laurent Delahousse, et présentée par ce dernier, l'émission Secrets d'actualité est un de ces magazines d'information, régulièrement diffusé sur M6 en seconde partie de soirée. Chacun de ses numéros est l'occasion de revenir en détail sur un ou deux sujets ayant particulièrement marqué l'actualité de ces dernières années. "M6 oblige", il ne suffit bien évidemment pas de présenter un simple meurtre ou une simple affaire de corruption : il faut que le fait divers soit le fruit d'un véritable stratagème, que son dénouement éblouisse les foules. La rédaction du magazine s'appuie sur une multitude de documents de tous types (photographies, rapports officiels, croquis, vidéos amateurs, enregistrements audio...), ainsi que sur les témoignages, parfois inédits, de nombreux intervenants liés de près ou de loin à l'affaire en question : proches des victimes ou des coupables, journalistes ayant couvert l'événement, avocats des parties civiles, juges d'instruction... En outre, l'équipe de Secrets d'actualité se prête fréquemment à l'exercice de la reconstitution, ce qui permet d'y voir un peu plus clair à l'occasion. C'est ainsi que l'émission apporte régulièrement des éléments nouveaux, jusqu'alors inconnus du grand public, et donne l'impression de vouloir faire avancer les choses en levant le voile sur les zones d'ombres de certaines affaires judiciaires jugées particulièrement complexes. L'énigme du vol TWA-80 New York - Paris, l'affaire du petit Grégory, le parcours de Michel Fourniret (l'homme aux deux visages), l'affaire Flactif (une famille assassinée) et la vague d'attentats de Madrid ("le 11 septembre européen") sont autant d'événements tragiques qui ont été judicieusement décortiqués dans le cadre de l'émission.

Au-delà des affaires criminelles, Secrets d'actualité lève souvent le voile sur les personnes qui rendent la justice en ce bas monde : la bravoure ou les bavures des enquêteurs, les absences ou les subterfuges des juges d'instruction, les prouesses à mettre à l'actif de la police scientifique (dactyloscopie, recherche de traces de sang, étude des groupes sanguins, profils enzymatiques, groupes tissulaires, empreintes génétiques, entomologie, et j'en passe), le laxisme ou la fermeté des juges, l'adresse des avocats... Ce sont souvent au travers de petites choses inattendues, de détails ou de gestes inconsidérés que les affaires se délient et que la vérité éclate au grand jour : l'émission offre une vue imprenable sur ces petits défauts, dont notre société contemporaine se crible, et les drames qui en découlent à l'occasion. Pour reprendre les mots d'un spécialiste en la matière, "le fait divers se renouvelle constamment et montre à quel point la réalité a bien plus d'imagination que la fiction."

L'émission perd un peu de son charme lorsque elle dresse le portrait de personnalités particulièrement en vue dans les médias. Les déboires conjugaux de David Beckham, les derniers secrets de François Mitterrand, le prétendu lien de parenté entre Yves Montand et Aurore Drossard : tels sont les sujets résolument "people", qui font à la fois l'originalité et la faiblesse du magazine. "M6 oblige", me soufflerez-vous. "M6 oblige", vous rétorquerai-je, d'un air dépité. Mais quelque soit la nature des sujets diffusés, l'enthousiasme de Laurent Delahousse ne laisse pas indifférent. Lorsqu'il s'agit d'animer les parties "talk", qui concluent chacun des reportages proposés (et qui servent parfois à lever le voile sur l'évolution d'une affaire judiciaire ou bien les dernières théories au sujet d'un meurtre non élucidé), il fait même preuve d'une certaine perspicacité, en sachant poser les bonnes questions au bon moment et aux bonnes personnes.

Les grandes énigmes criminelles reviennent en force à la télévision. Alors bien sûr, la forme de l'émission Secrets d'actualité n'est certainement pas aussi fringante que celle de Faites entrer l'accusé (son présentateur qui se glisse dans la peau d'un véritable enquêteur, arpentant les rues de nuit en quête de témoignages exclusifs et de nouveaux indices, sa salle d'interrogatoire et ses murs recouverts de coupures de presse...). Et puis, toutes les questions qui se posent ne trouvent pas toujours de réponses : cette volonté récurrente de traiter deux sujets au lieu d'un seul en une heure et demie affaiblit certainement le contenu de certains reportages. Enfin, je ne reviens pas sur le choix des sujets traités, qui laisse parfois à désirer (on se passerait volontiers de ceux qui correspondent un peu trop à l'image de marque de la "maison mère"). Mais quoi qu'on en dise, Secrets d'actualité n'en demeure pas moins un bon magazine d'information, qui prend le spectateur aux tripes et ne lui laisse aucune chance de se défiler. De simples rediffusions réunissent parfois près de trois millions de téléspectateurs, soit en général un peu plus d'un quart du marché, ce qui est loin d'être négligeable. A l'heure où les "docu-fictions", autrement dit les "fictions du réel", envahissent nos grilles de programmes, Laurent Delahousse et les siens n'ont certainement pas à rougir de ces chiffres.

Partager cet article

A propos de l'auteur

1 commentaires

  • Fandor

    16/08/2005 à 23h28

    Répondre

    Je déteste cette émission.
    Que ce soit de part la forme ou de part le contenu, ça m'écoeure de voir des choses pareilles.

    Rien que cette semaine, oser poser le thème d'[b]Halloween sur le meurte de Yann Piat, c'est tout simplement immonde.
    C'est pas un film, bordel ! Cette femme s'est VRAIMENT faite tuer ! Et s'en servir comme pour un vulgaire téléfilm, c'est insultant.

    Je passerai sur les "secrets" car rien de nouveau n'est jamais dit dans cette émission. Cette façon de racoler toutes les 5 phrases et de répéter au moins 3 fois qu'il va y avoir une révélation là, juste après cette explication, ah bah non, l'autre, ah toujours pas, attendez on va vous le dire mais après... Ils n'ont tellement rien à dire qu'ils allongent la sauce à n'en plus finir.

    Pour des sujets légers (genre les révélations sur le Da Vinci Code[/b]), pourquoi pas, c'est pas bien grave, juste ennuyeux et lent.
    Mais pour les sujets comme l'assassinat de Yann Piat, c'est juste pas possible.

Participer à la discussion

Nous nous réservons le droit de ne pas publier les commentaires qui ne nous semblent pas appropriés (netiquette, loi, point godwin, imbécillité profonde, etc.). Et ne venez pas crier à la dictature !

Vous allez commenter en tant qu'invité-e :

Krinein Médias, ou comment parler des séries TV, qu'elles soient américaines, françaises ou d'ailleurs, avec une certaine intelligence (rien que ça). Mais la critique touche aussi les émissions de la télévision, les magazines, la radio...

Rubriques