7/10

ReGenesis

Arte réussi son test avec la mention "positif". ReGenesis devrait en faire tomber plus d'un. Surtout les hypocondriaques, à qui on la déconseille vivement.

Arte ne fait rien comme les autres. Rien. Quand la chaîne franco-allemande annonçait en novembre dernier qu'elle se mettait aux séries, on s'est dit "tiens, voilà une nouvelle précaire en quête d'audience". Quand on a connu le pitch de la série, à savoir : du bioterrorisme contré par des experts scientifiques, là c'était : "Mouarf, encore un croisement des Experts avec 24". Puis, on a regardé. Et c'est bien, finalement.

Rappel de vaccins

(© Shaftesbury Films)
(© Shaftesbury Films)
Créée par la canadienne Christina Jennings, ReGenesis plonge ses téléspectateurs dans le travail de la NorBAC. Ce comité consultatif sur les biotechnologies en Amérique du nord situé à Toronto est mené par Caroline Morrison, directrice administrative, et David Sandström, scientifique de génie. Une direction bicéphale qui pose problème entre deux caractères bien opposés. D'un côté, l'ancien agent de la CIA sensible à la raison d'état et de l'autre, le biologiste moléculaire chevronné. Ce dernier est du genre énervant car capable de résoudre les équations différentielles les plus tordues tout en sirotant une bière à la fraîche. Entre désinvolture et éclair de génie, le personnage, campé par le très convaincant Peter Outerbridge, devient vite attachant. Héros bourru, il se démène avec répondant face aux menaces qui planent : virus mutant ébola/variole du chameau, super-prions, histiocytose langerhansienne, et même pire, adolescente de 15 ans.

Comme les saletés à éradiquer, il faut un léger temps d'incubation avant de succomber à ReGenesis. Après un pilote légèrement poussif où l'on a l'impression de croiser un mix des Experts et d'un téléfilm-catastrophe de M6, la série prend ses marques et son envol. D'épisode en épisode, les personnages s'épaississent et les crises étudiées deviennent plus angoissantes sans tomber pour autant dans la pure science-fiction. Dès lors toute menace semble appartenir à l'ordre du possible pour un résultat palpitant. Impression renforcée grâce à des intrigues tarabiscotées qui préfèrent laisser de nombreuses questions sans réponses. Frustration et flippe assurées.

Mal au crâne ? C'est peut-être ébola

Archétype du programme "post-11 septembre", ReGenesis virevolte de bactéries en virus sur les peurs d'un monde déglingué où les plans d'alerte seraient constamment au niveau écarlate.

(© Shaftesbury Films)
(© Shaftesbury Films)
La mise en scène joue merveilleusement son rôle pour appuyer cette atmosphère narrative : les visages sont blafards, les décors oscillent dans les tons glauques et toute mission comporte son lot de sacrifiés. Malgré de nombreux emprunts aux canons du genre tels que 24 pour les split-screens et Boomtown pour le retour en arrière suivi d'un changement de point de vue, la série trouve sa propre identité au fond d'un bouillon de culture entre inspiration britannique et efficacité américaine. Parfois, la réalisation est touchée par la grâce comme lors d'un dialogue monté/remonté d'une femme en détresse après la mort de sa fille d'une encéphalopathie spongiforme fulgurante. Confusion des sentiments. Angoisse palpable qui se projette sur le téléspectateur. Très perturbant.

Avec ReGenesis, Arte réussi son test avec la mention "positif". Assez différente pour se démarquer de la concurrence tout en restant divertissante, la série devrait en faire tomber plus d'un. Surtout les hypocondriaques, à qui on la déconseille vivement.

A découvrir

Zapping (Le)

Partager cet article

A propos de l'auteur

    5 commentaires

    • Brieux

      06/03/2007 à 00h56

      Répondre

      Bonne critique.
      Ce n'est à mon sens pas une série sensationnelle, ni même indispensable à voir mais le genre de petit programme qu'on peut aimer choyer si un truc nous botte particulièrement. De mon côté, c'est Peter Outerbridge, un de ces acteurs très doués et un peu oublié par le système: bonne palette de jeu, il a la faculté de crever l'écran juste en montrant sa face et en faisant un ou deux rictus et ça, c'est plutôt la classe.

    • Choubide

      02/05/2007 à 12h21

      Répondre

      Alors que les deux premières saisons viennent de sortir en DVD, petit retour sur cette série passionnante.

      D'abord les DVDs. Pas très folichonne, l'édition DVD se contente du minimum. Nous avons donc les treize épisodes par saison, avec au choix deux versions : français ou anglais sous-titré français. (là je fais ma chieuse, mais français sous-titré français pour les malentendants, et anglais seul ou anglais sous-titré anglais pour ceux qui essaient d'entretenir leur bilinguisme obtenu de haute lutte ou ayant des amis étrangers, c'est quand même mieux).
      Les bonus confinent un chouia au ridicule. Dans les deux cas, une bande annonce et trois teasers identiques pour les deux coffrets.
      Puis un épisode bonus. Dans le coffret de la saison 1, c'est le première épisode de la saison 2, pratique si les fonds viennent à manquer pour un second achat. Dans le coffret de la saison 2, c'est le dernière épisode de la saison 1. Bof! Soit on a déjà le premier coffret. Soit on ne l'a pas, mais le dernier épisode de la saison 1 est tellement dense, qu'on risque de n'y rien comprendre si on commence par là, car il clôt toutes les intrigues de la saison 1 et fait référence à tous les épisodes, y compris les premiers.
      Enfin il y a un making-of pour chacune des saisons. Le premier reprend le minimum syndical des making-of. On survole le pourquoi et le comment de la série et le gentil animateur de 13ème Rue nous dit même à la semaine prochaine. Le deuxième est un peu plus consistant et explique comment le côté scientifique s'intègre dans le côté fictionnel et le marketing autour de la série (site internet, jeu...).

      Donc une édition DVD moyenne.

      Mais la série reste toujours autant passionnante.

      Brieu a dit :
      Ce n'est à mon sens pas une série sensationnelle, ni même indispensable à voir

      Et bien, je dirais le contraire. C'est une des séries les plus intéressantes et les plus intelligentes du moment. Le côté scientifique de la série n'est pas un prétexte pour redonner du peps à un genre rebattu (comme dans les Experts, Numb3rs...). C'est le fond de l'histoire, un personnage à part entière.
      Un des thèmes de la série est bien la responsabilité des scientifiques face à leurs découvertes et à leurs conséquences. On a donc de nombreux épisodes qui abordent l'éthique scientifique : les médicaments-bébés (comment peut-on se construire quand notre venue au monde n'a qu'un côté pratique, celui de guérir un autre enfant), les OGM, le clonage, la génétique (avec un épisode où le géne de la préférence sexuelle serait découvert. Que faire de cette découverte? L'homosexualité serait-elle vu comme une maladie génétique au même titre que la trisomie 21?).
      Des sujets qui collent à l'actualité et qui abordent de vrais thèmes. On peut citer le réchauffement climatique, les prions...
      Les jeux de pouvoirs entre états, conglomérats pharmaceutiques et scientifiques est un autre thème de la série. Le problème des malades du SIDA et surtout des enfants en Afrique est abordé. Le bioterrorisme est largement exploité.
      Chaque thème est amené au spectateur, qui au final doit se poser lui aussi la question. Peu de réponses définitves sont données sur tel ou tel sujet. Parce que la science bouge, parce qu'il n'y a pas de réponse toute faite.

      La qualité d'écriture est une des grandes réussites de cette série. Les intrigues s'étallent sur plusieurs épisodes sans perdre de leur force. Pas de moments inutiles. Les personnages sont bien cernés et loin d'être caricaturaux. La saison deux creusent leur vie personnelle, mais ne tombe pas dans l'anéctodique et le soap. Cela donne des renseignement sur leur motivation, leur moteur.
      Le jeu des acteurs est très bon (Peter Outbridge!). La réalisation sert l'histoire comme il faut. Et la bande originale est bien écrite.

      Je conseille donc cette série à toutes les personnes interressées par les questions scientifiques actuelles mais rebutées par une approche plus théorique.

    • Anonyme

      09/06/2007 à 12h58

      Répondre

      Excellente série, qui reste méconnue et qui laisse ses fans dans l'attente du nouvelle saison, mais sans autres informations...

      Bon, pour contrer ça, j'ai crée un petit site sur la série :
      http://regenesis.jed.st/

    • Anonyme

      20/12/2008 à 13h26

      Répondre

      Super série qui nous transporte dans le milieu des virus, bactériologies et malades épidémiques. Les sujes abordés sont bien expliqués, pour que le spectateur accroche du début à la fin. Mon personnage préféré est le biochimiste Bob Melnikov.

    • Anonyme

      02/02/2009 à 15h15

      Répondre

      Je crois que la série s'arrête à la saison 4.  Et n'est de toute façon plus diffusée à la tv européenne :-/


      J'attends impatiemment la série 3 et ensuite la 4 en dvd : j'ai déjà acheté les 2 premières


      J'adore, la série amène en effet un qustionnement sur les sciences par rapport à l'humain...


       Je travaille dans le paramédical et l'enseignement, vous imaginez que j'ADORE!!!


      Les prof de science devraient s'en serrvir auprès de leurs étudiants pour amener le débat, ainsi que les profs de philo : c'est génial, tout simplement!


       

    Participer à la discussion

    Nous nous réservons le droit de ne pas publier les commentaires qui ne nous semblent pas appropriés (netiquette, loi, point godwin, imbécillité profonde, etc.). Et ne venez pas crier à la dictature !

    Vous allez commenter en tant qu'invité-e :

    Krinein Médias, ou comment parler des séries TV, qu'elles soient américaines, françaises ou d'ailleurs, avec une certaine intelligence (rien que ça). Mais la critique touche aussi les émissions de la télévision, les magazines, la radio...

    Rubriques