La presse cinéma boit le bouillon

La presse écrite serait-elle menacée par la concurrence d'Internet ? En tous cas, les journaux de cinéma semblent trop nombreux sur la place, et sans aller jusqu'à dire qu'il ne doit en rester qu'un, façon Highlander, force est de constater que les pertes sont sévères en ce moment.

D'un côté, Les Cahiers du Cinéma périssent, et écrivent l'amer courrier suivant à la rédaction des Inrockuptibles :

« Chers Inrocks,

Nous sommes la rédaction des Cahiers du cinéma. Nous avons voulu saisir l'occasion de la mise en vente du titre par Le Monde pour développer un projet de
reprise avec la rédaction en chef. Ce projet, né d'une envie et d'une nécessité critiques, a su convaincre des partenaires financiers : notre actionnaire majoritaire est Thierry Wilhelm - entrepreneur presse et Internet -, aux côtés duquel on compte, entre autres, Paul Otchakovsky-Laurens, éditeur historiquement proche de la revue.
Ce projet est aussi celui d'un grand nombre d'anciens des Cahiers, parmi lesquels Jean-luc Godard, Claude Chabrol, Jean Narboni, André S. Labarthe, Jean-louis Comolli, Louis Skorecki, Luc Moullet... ; et de compagnons de route, comme Jacques Rancière ou Jean Louis Schefer. Ceux-ci, plus de vingt-cinq au total, ont marqué leur engagement en signant avec nous une tribune dans Libération.
Ce projet s'est déclaré il y a plusieurs mois. Il a évolué et s'est construit au vu et au su de tous. Ses atouts sont aujourd'hui connus : renouveler en profondeur les Cahiers en développant notamment une complémentarité nouvelle entre la revue et Internet ; assurer la pérennité de la structure dans toutes ses activités ; garantir l'emploi des salariés.
Tout cela, vous ne l'ignorez pas. Ou plutôt si, vous feignez de l'ignorer en maintenant votre candidature au rachat face à un projet maison. Vous annoncez en outre des licenciements.
Est-il possible que ces Inrocks-là soient les mêmes que le news magazine à la sensibilité de gauche affichée ? Est-il possible que vous convoitiez un titre démontrant, en ce moment historique, qu'il a la volonté et les moyens d'assurer par lui-même son avenir ?
Nous n'y croyons pas. Il y a forcément erreur.
N'attendez donc pas pour faire savoir que c'est faux : Les Inrocks ne veulent acheter les Cahiers. Ils sont trop attachés à la pluralité de la presse et à la vivacité du débat critique.

Bien à vous,

Pierre Alferi, Hervé Aubron, Christophe Beney, Nicole Brenez, Jean Douchet, Laurence Giavarini, Charlotte Garson, Gilles Grand, Bill Krohn, Ludovic Lamant, Elisabeth Lequeret, Arnaud Macé, Philippe Mangeot, Thierry Méranger, Cyril Neyrat, Eugenio Renzi, Antoine Thirion, Axel Zeppenfeld. »


Et chez le groupe Express-Roularta, deux titres sont promis au bûcher : Studio et Ciné Live. Le premier a fêté ses vingt ans l'an dernier, pendant que le deuxième fêtait ses dix ans. Les deux vont disparaître, peut-être pour fusionner en un
nouveau titre. Le communiqué de presse suivant a été fait :

« Philippe Boulnois, directeur de la publication de Studio et CinéLive a fait part du nouveau projet du groupe Express-Roularta, maison d'édition propriétaire des deux titres de presse.
Le nouveau support, toujours spécialisé cinéma et toujours à destination du grand public, "se substituera aux deux mensuels actuels", précise Philippe Boulnois. Ce dernier indique également que Fabrice Leclerc, actuel rédacteur en chef de CinéLive, a été nommé pour préparer le projet qui pourrait voir le jour début 2009.
Jusqu'à cette date, Studio et CinéLive seront édités normalement. Aussi, Béatrice Toulon et Michel Rebichon, respectivement rédactrice en chef et directeur de la publication de Studio, sont toujours en poste même si on ne sait précisément quel sera leur avenir. Selon l'OJD, les deux titres diffusent près de 84 000 exemplaires (diffusion payante) par mois. Ils ne sont pas les seuls à voir leur avenir bouleversé.
Pour sa part, le groupe Le Monde a mis en vente Les cahiers du cinéma. La date limite de remise des propositions de rachat était fixée à aujourd'hui, une dizaine de repreneurs sérieux seraient en lice (cf. newsletter du 13 mai) dont Les Inrockuptibles, P.o.l, Phaïdon ou encore Cinémage. »

A découvrir

Krinein recommande

Partager cet article

A propos de l'auteur

4 commentaires

  • Anonyme

    08/04/2006 à 21h19

    Répondre

    Ciné Live fête son 100ème numéro ! "Un numéro wow" selon la couverture ? Bof...

    Au programme, une nouvelle formule. Tous les magazines qui se sont essayé à la nouvelle formule savent à quel point il est difficile de la faire accepter au lecteur. Et là franchement... rendez nous l'original ! La nouvelle maquette ressemble à s'y méprendre à celle du magazine Première, et au niveau des articles, tout ce qui a changé a changé en mal ! La notation, anciennement en "yeux", passe aux étoiles, pour faire comme tout le monde sans doute.

    Heureusement, ils ont gardé les jeux de mots. Ouf.

  • nazonfly

    18/09/2008 à 09h47

    Répondre

    Je crois que oui la presse ciné a du souci à se faire. Je n'ai jamais été consommateur de cette presse, mais depuis 4-5 ans, j'ai l'occasion de lire Premiere tous les mois. Au début, c'était plutôt intéressant. Puis je me suis rendu compte que j'étais de moins en moins d'accord avec leurs critiques, dans le genre à adorer la dernière bouse sortie et ne pas dire un mot sur des films originaux avec une moins grande diffusion.


    Puis je me suis rendu compte qu'ils assuraient de moins en moins les grosses sorties. Le mois de la sortie des Chtis ou de Asterix, de gros dossiers sur les films, mais aucune critique. D'après ce qu'ils disent, c'est qu'ils ont bouclé leur numéro et n'ont pas été autorisé à voir le film avant la sortie (et du coup, on se demande franchement à quoi sert le magazine).


    Depuis quelques mois, il y a aussi un invité. Quelqu'un qui n'est pas du monde du ciné qui fait un interview sur ces goûts ciné etc. Bref du people... Faut dire que c'est ce qui marche.


    Dernière évolution (dans le numéro de ce mois-ci), la présence de pub/photo. En gros de grosses photos d'une page d'acteurs, et au coin de la photo une marque. Certes c'est joli, mais ce n'est pas franchement ce qu'on (ou en tout cas moi) attend d'un mag comme celui-ci.


    Et je passe sur une idée qui est restée quelques mois et a été (heureusement) abandonnée : une rubrique intitulée La cochonne du mois, avec photo à l'appui d'une fille nue dans un film qui sort.


    Bref, à vouloir évoluer, Premiere s'est enlisé dans une direction tristement connue et pas franchement agréable.

  • riffhifi

    18/09/2008 à 10h17

    Répondre

    La rubrique "le petit cochon", ça existait déjà dans les années 90 quand j'étais abonné, et ça avait disparu...


    Mais effectivement, la presse ciné finit par être vachement standardisé, d'où la suppression logique de certains titres (je parle pas des Cahiers, parce qu'indépendamment de ce qu'on en pense ils restaient assez personnels). Je continue à trouver Brazil sympathique, je suis content qu'ils aient ressuscité même s'ils ont un côté je-men-foutiste sur certains points et monomaniques sur d'autres.

  • sven

    21/09/2008 à 01h39

    Répondre

    pour ma part, j'ai lu tous les mois première pendant plus d'une dizaine d'années, et ça s'est arrêté immédiatement après la refonte du magazine il y a de ça 1 an et qqs...


    et je continue à trouver ceci dommage pour le fan de cinéma que je suis, de ne plus systématiquement les critiques de tous les films du mois, de ne plus savoir ce qui est en projet, ni les infos du monde du cinéma, etc...

    mais j'ai réessayé il y a quelques temps, et Première, journal que j'adorais tant est totalement illisible, tant on dirait une caricature de magazine féminin, tant la mise en page est immonde, et tant le cinéma donne l'impression d'être relégué au second plan derrière tout le reste (mode, people, etc... toutes ces choses dont je me fous complètement!)


     cela dit, je ne connais pas les autres magazines cités dans l'article autrement que de nom...

    mais j'ai tendance à trouver ça dommage que des magazines qui donnent l'opportunité d'en apprendre autant sur le cinéma disparaissent


     @ nazgul:

    - ça fait des années que les plus grosses sorties sont parfois absentes de Premiere, car elles ne sont pas présentées à la presse à temps pour la sortie du magazine (selon ce qu'en disait la rédaction)

    - le petit cochon a existé pendant de très nombreuses années, et il comptait dans les rubriques inratables dans le magazine... mais il a disparu, comme nombre d'autres, d'ailleurs

    - j'ai beaucoup plus été choqué par l'immonde nouvelle mise en page et le fait que le journal devienne quasi-illisible que par l'absence de critiques sur les grosses sorties, dont on finit toujours par entendre parler!

Participer à la discussion

Nous nous réservons le droit de ne pas publier les commentaires qui ne nous semblent pas appropriés (netiquette, loi, point godwin, imbécillité profonde, etc.). Et ne venez pas crier à la dictature !

Vous allez commenter en tant qu'invité-e :

Krinein Médias, ou comment parler des séries TV, qu'elles soient américaines, françaises ou d'ailleurs, avec une certaine intelligence (rien que ça). Mais la critique touche aussi les émissions de la télévision, les magazines, la radio...

Rubriques