5.5/10

On ne peut pas plaire à tout le monde

C'est constatable dès le début de l'émission, avec le sommaire, On ne peut pas plaire à tout le monde s'attaque à des sujets très actuels : politiques, sportifs, artistiques et même sociaux. Les invités sont souvent des personnalités au top de leur forme médiatique.

Marco, un vrai petit roquet

Avec les talk-show, on peut distinguer deux grands types de présentateurs intervieweurs : le journaliste intéressé et documenté qui, à force de questions larges mais orientées va amener son invité à discourir longuement et, à l'opposé, le journaliste qui sait dès le départ où il veut amener l'interviewé et quelles phrases il veut entendre. Marc-Olivier Fogiel fait assurément parti de cette seconde catégorie. Le jeune roquet assomme tellement ses invités de questions et de phrases choc dans son émission qu'on a clairement l'impression de l'entendre plus souvent lui que tous ses invités. Rares sont d'ailleurs les interviewés qui arrivent à finir leurs phrases. « Qui ça ? », « Dites les choses clairement », « Des exemples ! », « Vous pouvez donner des noms ? »... Fogiel extirpe de la bouche de ses invités les choses qu'il veut entendre. Parfois, le retour de flamme est violent face aux invités possédant de la répartie. A ce niveau, On ne peut pas plaire à tout le monde fait preuve de beaucoup plus d'honnêteté que la plupart de ses émissions concurrentes, pour la bonne et simple raison qu'elle est en direct. Marc-Olivier Fogiel a beau se démener pour amener ses invités là où il veut qu'ils aillent, le direct ne ment pas. On voit souvent des invités renvoyer à Fogiel ses uppercuts avec, souvent, beaucoup plus de force et de classe. Guy Carlier est, quant à lui, beaucoup plus en retrait. Le bonhomme intervient à sa guise, au fil de l'émission. Il prend parfois la parole plus longuement pour décocher des tirades rythmées et incisives. On ne peut pas plaire à tout le monde est une émission beaucoup plus agréable à regarder que tous ces talk-show tronqués et déformés au montage comme On a tout essayé.

Mise en scène et réalisation honnêtes.

La réalisation de On ne peut pas plaire à tout le monde est sobre et naturelle, presque conviviale, à l'opposé des ridicules émissions proposées par Julien Courbet. La mise en scène se place dans les canons de la mouvance télévisuelle actuelle, avec des plans à images multiples, saisissant un visage et un écran vidéo ou plusieurs visages en même temps. Tout cela sans excès. On sent une volonté d'instaurer une atmosphère plutôt détendue et conviviale et pas celle d'orienter vicieusement l'oeil du téléspectateur.

Les chiens aboient, la caravane passe

Le plus énervant reste sans doute l'attitude parfois très irrespectueuse de Fogiel et Carlier. Les deux compères n'hésitent pas à s'acharner bêtement sur quelques spécimens choisis, souvent des célébrités issues de la Real TV. Ils s'amusent alors à rabaisser plus bas que terre leur invité en le réduisant à un stéréotype minable. Les remarques et formules irrespectueuses, voire même déplacées, se bousculent alors dans la bouche de Fogiel. On se souvient d'un Titoff piqué au vif ayant fait les bons moments du Zapping. Fogiel essayait de faire « avouer » à Titoff qu'il était « le Marseillais de service », lequel s'était énervé en répliquant qu'on pouvait tout aussi bien cantonner Fogiel au rôle d' « homosexuel de service ». Cette manière de provoquer les invités a parfois du bon. Fogiel connaît bien ses sujets, on le sent documenté. Il met souvent ses invités en position délicate en leur citant des déclarations prononcées par leurs supérieurs hiérarchiques ou par eux-mêmes. Mais l'impertinence de Fogiel a, fort heureusement, ses limites. On le sent plus indulgent avec certains invités qu'avec d'autres. Quant il interviewe des invités au vécu difficile, faisant face à une grande injustice, à une souffrance physique ou morale (violences, inégalités), Fogiel se montre plus sensible, plus fin et respectueux, coupant moins la parole.

Distrayant et/ou constructif

On ne peut pas plaire à tout le monde s'étale sur presque trois heures. Trois heures de talk-show, ça peut sembler long. Mais l'émission est structurée de manière à ce que les sujets s'enchaînent, rythmés par des mini-reportages. Ces derniers, s'ils ne traitent pas toujours d'un thème fort intéressant, sont bien construits, avec un sens critique aiguisé, sans êtres diffamatoires. Comme tous les travaux de montage et de synthèse, ces reportages comportent une grande part de subjectivité. Mais, dans l'ensemble, ils sont plutôt bien menés, mettant le doigt sur des phénomènes ou informations parfois peu éclairés par les médias.
Les sujets s'enchaînent très vite. On ne peut pas plaire à tout le monde est un talk-show à la thématique multiple, conçu pour être divertissant, avec des sujets dans l'air du temps. En regardant On ne peut pas plaire à tout le monde, il ne faut pas croire pouvoir toucher le coeur d'un débat et creuser véritablement sa réflexion personnelle. On est loin d'une émission comme Ripostes qui propose un débat articulé, orchestré et structuré autour d'un thème, avec des intervenants nombreux et diversifiés. On ne peut pas plaire à tout le monde met le doigt sur des sujets d'actualité ou de société mais ne se donne pas le temps de creuser une véritable réflexion, de dégager des questions majeures, des idées fortes. Chaque exposé-débat-interview est mené assez superficiellement, sur une vingtaine de minutes. Divertissant mais incitant peu à la réflexion constructive. En somme, ce que l'on peut reprocher à On ne peut pas plaire à tout le monde, c'est ce que l'on peut reprocher aux talk-show en général...

Si vous voulez avoir un aperçu plus vaste et moins encadré des réflexions et pensées de messieurs Guy Carlier et Marc-Olivier Fogiel, je vous conseille fortement le visionnage des 20 ans du Zapping, film pour lequel les deux compères, et d'autres, nous livrent leurs conceptions de la télévision.

Partager cet article

A propos de l'auteur

9 commentaires

  • Sphax

    28/04/2005 à 21h53

    Répondre

    Il est vrai que cette émission est d'une qualité très moyenne (moi je ne la trouve pas si nulle que ça au vu du paysage télévisuel actuel). La seule chose qui me déçoive est en fait Guy Carlier, que j'adorais tant que je l'écoutais sur france inter (il est d'ailleurs toujours aussi bon), mais que je ne comprends pas ici : il doit largement avoir la répartie nécessaire pour abaisser Fogiel plus bas que terre et il ne le fait pas, au contraire, il le "protège". J'apprécierais beaucoup plus qu'il réserve certaines de ses critiques et de ses remarques acides pour ce cher MOF, surtout que je trouve que le gaillard, si il excelle dans l'ofensive, se calme immédiatement dès qu'on lui répond.

  • stupide_aliboron

    29/04/2005 à 00h05

    Répondre

    ce cher Fogiel, si agressif d'habitude, semble soudainement affublé d'une muselière quand il se retrouve face à Bernadette Chirac ou Sarkozy.


    en tout cas, face à ségolène royal, il était plutôt "méchant".

    moi je me rappelle surtout de l'émission spéciale brigitte bardot, dont les conséquences s'étaient répercutées jusqu'à plusieurs mois après l'émission

    et puis bon, on pourra dire tout ce qu'on voudra, mais ONPP reste une des rares émissions du PAF où il se passe un peu quelque chose.

  • yulara

    29/04/2005 à 00h28

    Répondre

    pour moi, cette émission a perdu tout interet depuis qu'elle est passée en prime. les amenagements pour la menagere de moins de cinquante ans (les sms, la coupure des micros des invités, le plateau gigantesque,...) ont à mon sens completement boulversé l'atmosphere de cette émission, et donc son interet (tout comme on a tout essayé d'ailleurs...).

  • Lilly

    29/04/2005 à 17h54

    Répondre

    Deux choses par rapport à la critique:
    - oui Fogiel veut faire dire à ses invités ce qu'il a envie d'entendre, et je rajouterai que malheureusement ce qu'il a envie d'entendre est inintéressant
    - être invité chez Fogiel c'est avoir une faille qu'il veut creuser, Fogiel c'est une mouche à merde, les choses essentielles il s'en tape, lui il pourchasse les scandales avec sa tête de fouine...

    alors je vois pas non, il ne se passe rien, quand on voit le nom de l'invité, on sait déjà comment Fogiel va orienter l'émission et ce qu'il serait intéressant d'entendre, la créativité, les passions des invités ne sont jamais abordées, Fogiel c'est le Paris match de la TV, pas de fond, tout basé sur la vie personnelle des invités, c'est du bien pensant "oulala c'est mal ce qu'il a fait" "ou lala le pauvre il a bobo"

  • Memy

    11/10/2005 à 19h11

    Répondre

    Il faut dépassionner le débat et ne plus se focaliser sur les seules personnalités de Fogiel et de Dieudonné. La seule question à se poser est la suivante : Fogiel a-t-il le droit de laisser passer sur une chaîne publique un SMS raciste qui est soit disant un condensé de SMS racistes quil aurait reçus ? Message dénonçant lodeur des Noirs ! Car sa ligne de défense est de dire que ce message na pas été rédigé par un de ses collaborateurs mais un condensé de SMS racistes reçus ! Drôle de ligne de défense car à ce moment là, Le Pen et Maigret pourraient aussi venir à la télé pour lire tous des messages racistes du moment quils prétendent que ces messages ne sont que des condensés de messages racistes quils ont reçus !

    La responsabilité de Fogiel est grande car un journaliste ou un animateur a le devoir dapaiser les tensions et conflits au lieu de les aviver en mettant de lhuile sur le feu. Fogiel a fait plaisir aux racistes mais il a surtout humilié les Noirs qui, jen suis sur, auraient préféré ne pas lire ce genre de SMS ! Surtout sur une chaîne publique quest France 3 ! Et le pire cest que la Directrice de France 3 dit que Fogiel a tout le soutien de la Chaîne !

  • mallune

    26/11/2005 à 14h01

    Répondre

    Je vais en rajouter une couche sur Guy Carlier, oui c'est facile mais quand on entend jouer les pères la morale ou les censeurs il faut s'attendre à se faire réprimander.
    J'ai beaucoup aimé, moi aussi, écouter Guy Carlier sur France Inter, c'était la seule raison qui me poussait à supporter le son de la langue de Stéphane Berne sur les bottes de ses invités.
    Mais je me rappelle clairement du jour où le charme s'est rompu. C'était la premiere chronique de Carlier durant la dernière coupe du monde de football.
    Il passait le matin et s'essayait à raconter ce que ressentait le ballondurant un match, de manière poétique disait-on. Ca n'a l'air de rien mais soudain je me suis rendu compte que ce cher Guy n'était finalement pas mieux que tout ceux à qui il repochait de ne pas savoir rester à leur place(critique récurrente chez lui). Et de ce jour, je n'ai plus était capable de l'écouter comme avant. Pire, je me suis mis à le trouver vieux jeu, limite réac qui se déguise derrière une sorte d'amour du bon goût. Guy Carlier n'hésite alors pas à verser dans le cliché le plus vulgaire, persuadé que tous les jeunes ne parlent qu'à grand renfort de wesh wesh de zyva ou autre stupidités du genre, que tous les homos sont des folles perdues. Mais le pire dans tout ça, c'est que ce pauvre Guy est persuadé d'aimer les jeunes, les homos et tous les gens qu'il caricature sans même s'en rendre compte. Il aimerait les comprendre mais est trop fainéant pour gratter derrière le cliché.
    Alors finalement, Guy il me fait honte quand je le vois, parcequ'il est bête mais pas méchant. En tout cas pas volontairement.
    Mallune.

  • Emeric

    27/11/2005 à 17h59

    Répondre

    Bien dit Mallune!
    Pareil, je suis de plus en plus déçu du père Carlier ...

  • bill colby

    04/12/2005 à 21h06

    Répondre

    Je ne supporte pas Guy Carlier pour une seule raison : dans un de ces livres, il écrit une lettre à jennifer de la Star Academie. Il critique l'émission ... bon ok... mais il se laisse aller ensuite vers une méchanceté gratuite et hors de propos. Il fait une allusion à la mère de la jeune femme (chanteuse de bal) et surtout sur le fait qu'elle a dû en finir des soirées sur les banquettes arrières des voitures.

    C'est creux, gratuit et je ne vois pas ce que ça vient faire avec la télé-réalité.

    Surtout que des vannes de ce niveau sur Carlier, ce serait facile d'en faire !

    Quant à Fogiel, les drames et scandales sordides (et bidons) font vendre des journaux ... ils font, hélas, aussi de l'audience.

  • Anonyme

    25/05/2007 à 07h53

    Répondre

    J'aimais l'émission d'origine : j'entends celle avec les 1er collaborateurs : Ariane Masseney, et les trublions du début.

    Ariane faisait un bon pendant au mordant de Fogiel, tout en était assez mutine.

    L'intérêt de l'émission venait de l'enchaînement de mini reportage très bien foutu, et de la variété des invités. Le mordant de Fogiel aussi. Mais surtout, en 2nd degré, le jeux de pouvoir entre Masseney/Fogiel/l'invité donnait du piquant.
    si le sujet était chiant, au moins on avait la joute verbal. Fogiel seul, on assiste platement à quelqu'un qui joue les "je-sais-tout", et qui prend les sujets trop au sérieux.

    Mais Fogiel a évincé tous les collaborateurs qui pouvaient lui faire de l'ombre à l'écran, et a mis à leur place des gens assez ternes : il n'empiète pas sur Fogiel.
    Guy Carlier, le mot juste pour le définir, c'est "lâche", une vraie girouette (il commence par vomir sur les gens, puis il se répand en excuse), mais il a ses bons côtés.

    Maintenant, sur M6, je ne regarde plus l'émission :
    - pas de jeu/joute verbal
    - toujours les mêmes sujets mal approfondis
    - Fogiel est très lassant
    - Toujouts les mêmes invités, les mêmes peoples sans intérêts, ça en devient insupportable
    - des croniqueurs "langues-de-putes" qui jouent les intellectuels
    - même les mini reportages ont perdu de leur éclat

    Bref, cette émission a très mal vieillie, c'est une antiquité pour moi.
    Alors que paradoxalement, j'aime encore regarder Ariane Masseney dans le grand journal. Elle, elle n'a rien perdu.

Participer à la discussion

Nous nous réservons le droit de ne pas publier les commentaires qui ne nous semblent pas appropriés (netiquette, loi, point godwin, imbécillité profonde, etc.). Et ne venez pas crier à la dictature !

Vous allez commenter en tant qu'invité-e :

Krinein Médias, ou comment parler des séries TV, qu'elles soient américaines, françaises ou d'ailleurs, avec une certaine intelligence (rien que ça). Mais la critique touche aussi les émissions de la télévision, les magazines, la radio...

Rubriques