Owni c'est fini

Après avoir échappé à la raclette de la fin du monde, aux courses de Noël du dernier moment et à un dimanche sur la terrasse ("Noël au balcon, Pâques aux tisons" qu'ils disent, vous aurez été prévenus), je me connecte aujourd'hui sur le site d'information Owni. Avec ce message en tête du site.

Nous y voilà

La déclaration de cessation de paiement, accompagnée d'une procédure de mise en liquidation judiciaire, a été déposée pour la société OWNI SAS, ce matin, le 21/12/12.

On a encore pris tout le monde de court : tout n'était pas centré sur Bugarach. Ces Mayas avaient un sacré flair.

Merci pour ces années partagées, ces sujets débattus, ces aventures racontées, ces projets inventés. Merci pour avoir largement contribué jusqu'au bout, sur #owinoupas comme sur la question du #PayWhatYouWant qui, malgré votre générosité, ne suffira pas. Merci pour ce voyage ensemble.

On s'atomise et, soyez-en sûr, on se recroisera un peu partout. On n'est pas prêts de s'arrêter de faire ce que l'on aime. Ici ou ailleurs.

Et d'ici là, toutes les archives restent bien sûr en ligne.

C'est un bien commun en Creative Commons.

./Mediahacker

 

 

Depuis début décembre, ça sentait le sapin pour le site d'informations avec l'annonce d'un plan de licenciement, l'éventualité d'un repreneur, un appel à la générosité. Las, rien n'y a fait : Owni ferme donc ses portes.

Et avec lui sans doute l'idée d'un site d'informations quasi-indépendant. Ouvert depuis 2009, le site avait tenté le pari d'être proposé sans pub et sans accès payant.

On les connaît surtout pour avoir été partenaire de Wikileaks qu'on ne présente plus (bon ok pour ceux qui ne connaîtraient pas, Wikileaks, mené par le charismatique Julian Assange, donne une visibilité aux fuites d'informations, ce qui ne plaît bien évidemment à tout le monde). Ainsi que pour avoir suivi de relativement près l'affaire d'Amesys, une société informatique française qui aurait vendu des technologies d'espionnage au régime libyen du colonel Khadafi (ainsi qu'à d'autres sémillants régimes de la planète).

Ceux qui suivaient le site d'informations regretteront sans doute aussi la chronique Graphisme de Geoffrey Dorne, les articles sur les fab labs et le hacking en général.

À l'heure où la presse papier se casse la gueule, où la presse traditionnelle n'arrive pas réellement à trouver un modèle viable en ligne, la fermeture d'Owni (double lauréat du « meilleur site en langue non-anglaise » des Online Journalism Awards) montre que les sites d'informations indépendants ont encore plus de difficultés à exister malgré un apport indéniable.

Partager cet article

A propos de l'auteur

Intéressé par beaucoup trop de sujets, nazonfly est en charge de la partie Musique Krinein depuis quelques années. Ce qui ne l'empêche pas de visiter les territoires des livres, du cinéma, des médias et même de sciences et tech.

1 commentaires

  • naweug

    26/12/2012 à 17h59

    Répondre

    C'est une nouvelle qui fait bien rager. C'était vraiment un très bon site.

Participer à la discussion

Nous nous réservons le droit de ne pas publier les commentaires qui ne nous semblent pas appropriés (netiquette, loi, point godwin, imbécillité profonde, etc.). Et ne venez pas crier à la dictature !

Vous allez commenter en tant qu'invité-e :

Krinein Médias, ou comment parler des séries TV, qu'elles soient américaines, françaises ou d'ailleurs, avec une certaine intelligence (rien que ça). Mais la critique touche aussi les émissions de la télévision, les magazines, la radio...

Rubriques