6.5/10

Once upon a time - Saison 1

… ils vécurent heureux et eurent beaucoup d'enfants. FIN. Et c'est là que commence Once upon a time, la nouvelle série tout récemment débarquée sur M6. Sur un principe plutôt original, elle crée un univers assez particulier et des personnages hauts en couleur. Voyons ça de plus près.

Jennifer Morrison est Emma, une jeune fille que Henry, son fils de 10 ans abandonné à la naissance, emmène dans une ville étrange appelée Storybrooke. Il se trouve que le gosse connait le secret de la ville, peuplée uniquement de personnages de contes qui ont perdu la mémoire suite à la malédiction lancée par la méchante Reine. Laquelle n'est autre que la mère adoptive d'Henry. Emma est la seule qui peut renverser la situation mais il y a un léger problème, elle ne croit pas à tout ça et se concentre davantage sur Henry à qui elle s'attache peu à peu.


Une scène familière

Tout commence comme dans un conte de fées...

Once upon a time reprend la narration en vogue en ce moment, à savoir deux parties bien distinctes, la première dans la ville, l'autre dans le monde des contes. Dans ce dernier d'ailleurs, la chronologie est complètement chamboulée, ce qui est plutôt intelligent car on connait la fin dès le premier épisode.

On suit donc notre personnage principal qui côtoie les habitants de la ville, lesquels n'ont aucune idée que dans une autre vie, ils ont été Blanche-Neige, le Petit Chaperon Rouge ou Jiminy Cricket. C'est d'ailleurs assez amusant d'en apprendre un peu plus sur eux en parallèle dans leur passé oublié et dans le présent.


Rumpelstilskin, comme ça s'écrit.
Le ton général est assez léger, on passe son temps à chercher qui pourrait être untel dans le conte et une bonne humeur se dégage malgré quelques noirceurs souvent bienvenues qui évitent les platitudes. Les personnages sont assez attachants, avec en tête Blanche-Neige, Grincheux et bien sûr le méchant, l'irrésistible Rumpelstilskin, incarné par Robert Carlyle qui se fait visiblement bien plaisir avec ses manières exacerbées et son rire si particulier.

Un autre point fort est l'intrigue, assez riche en rebondissements, qui parvient à tenir suffisamment le spectateur en haleine pour regarder l'épisode suivant. Même si l'issue reste assez prévisible et que certains épisodes ne dévoilent pas trop de choses essentielles, on a quand même envie d'en savoir plus à propos des personnages et des mystères qui entourent leur histoire.


Emma avec Mlle Blanchard, alias Blanche-Neige.

... avec ses lacunes et ses clichés

Mais tout de même, la série est loin d'être parfaite. L'univers des contes de fée n'est pas forcément adapté à une intrigue puissante et on sombre régulièrement dans une mièvrerie vraiment trop accentuée. Les défenseurs de Once upon a time pourrait arguer que c'est parce que c'est un conte, que c'est un hommage à toute cette imagerie mais tout ça aurait pu être beaucoup plus travaillé et remanié différemment. L'histoire autour du « véritable amour, seul capable de vaincre bla bla… » est beaucoup trop explicitée et caricaturale pour qu'on y croit vraiment.

Si on rajoute à ça des effets spéciaux dignes de Charmed, il devient vraiment difficile de prendre au sérieux toute cette histoire. Si on veut faire quelque chose de kitsch et de coloré pour correspondre aux contes d'accord, c'est très bien. Mais lorsque les images de synthèse bouffent tout, là c'est vraiment pousser le vice jusqu'au mauvais goût.


Emma et son sale gosse
Et puis comme dans toutes les séries « chorales » avec une multitude de personnages, il y en a forcément qui sont moins intéressants que d'autres. La Reine, par exemple, aurait pu être vraiment divertissante tant elle est méchante et sans aucun scrupule, mais en même temps séduisante et capable de feindre une vulnérabilité très convaincante. Mais son personnage n'évolue absolument pas tout au long de la saison et on finit par se lasser de ses réactions trop prévisibles. Je ne parlerai pas du gosse encore plus insupportable que Jake Lloyd dans Star Wars I, mais tout cela diminue un peu le capital sympathie d'un ensemble qui aurait pu être bien mieux.

Enfin, une dernière faiblesse tient au principe-même de la série car le spectateur connait la vérité dès le début et Emma ne veut pas y croire. Une idée qui peut être bonne le temps d'un épisode mais qui devient vraiment usante au fur et à mesure de la saison. Il devient ainsi extrêmement frustrant de gueuler comme un Joe Dalton devant sa télé pour que cette gourde finisse par ouvrir les yeux et à voir que Henry dit vrai, ça donne envie de lui faire bouffer un chausson aux pommes empoisonné, de la piquer avec un fuseau, de la transformer en citrouille… mais je digresse.

 

Malgré ces défauts qui, au fur et à mesure, deviennent de plus en plus voyants, Once upon a time est tout de même une bonne série familiale, suffisamment haletante pour vouloir la voir jusqu'au bout, et plus complexe qu'une série pour ado comme on aurait pu le croire. Je voudrais bien dire que la série va s'améliorer lors de la deuxième saison mais à voir le final de la première, il y a quand même peu d'espoir. A suivre.

Partager cet article

A propos de l'auteur

Je regarde plein de films et sur mon temps libre je suis journaliste. J'ai eu peur devant Paranormal Activity et je me suis endormi devant Interstellar. Mes goûts n'engagent que moi.

3 commentaires

  • naweug

    13/12/2012 à 11h33

    Répondre

    Globalement, je suis d'accord avec toi, mais je trouve qu'il y a un quelque chose qui fait nous accrocher.
    La saison 2 démarre mieux, et est moins pénible puisque cette fois, on ne sait pas où on va.
    Le côté culcul est parfois fatigant, mais ça fait partie de l'aspect contes 'ils vécurent heureux, blablabla'.
    Ca m'épate qu'une cynique comme moi puisse accrocher, c'est que quelque part, ce n'est pas si mauvais. Ou alors, peut-être parce que j'y cherchais un petit clin d'oeil à la bonne série de comics Fables...

  • Loïc Massaïa

    14/12/2012 à 09h23

    Répondre

    moi j'ai pas tenu...

  • Maat

    15/12/2012 à 19h43

    Répondre

    Nous on a tenu mais y a grave trop de longueurs.
    A mon avis, en 15 épisodes la saison 1 serait mieux passée.
    Par contre, Snow... attachante... euh comment dire, tête à claque oui, le perso le plus insupportable de la série.

Participer à la discussion

Nous nous réservons le droit de ne pas publier les commentaires qui ne nous semblent pas appropriés (netiquette, loi, point godwin, imbécillité profonde, etc.). Et ne venez pas crier à la dictature !

Vous allez commenter en tant qu'invité-e :

Krinein Médias, ou comment parler des séries TV, qu'elles soient américaines, françaises ou d'ailleurs, avec une certaine intelligence (rien que ça). Mais la critique touche aussi les émissions de la télévision, les magazines, la radio...

Rubriques