9/10

Muze

Dans l'univers de la presse, les magazines destinés aux jeunes pullulent, et ce a fortiori lorsqu'il s'agit de magazines pour les filles. Pourtant, au milieu des Kotchup, Muteen et autres Hit Machine Girl, Muze fait figure d'extraterrestre, tant son apparence, ses revendications et son contenu diffèrent de ce qui est proposé habituellement à la gent féminine post-adolescente. Dans Muze, les people sont relégués au placard à la faveur des écrivains du moment, la mode est étudiée sous un aspect historique ou sociologique, et vous pourrez toujours feuilleter le magazine de A à Z, vous n'y trouverez ni horoscope grotesque, ni tests de personnalité caricaturaux, ni potins crétinisants.

Mais cela ne constitue pas une perte considérable puisque ces débilités laissent place à des articles constructifs, fournis et documentés, qui une fois n'est pas coutume, semblent réellement être écrits pour des êtres pensants. Muze, c'est avant tout un concentré de culture. Le magazine se construit donc autour de plusieurs axes : livres, cinéma, musique, « allure » (regard porté sur la mode, teinté d'histoire, de sociologie ou encore de psychologie), monde et enfin un dossier d'une dizaine de pages (pompeusement baptisé psycho+philo+ethno) portant sur des thèmes ou des phénomènes tels que « le pouvoir des mots », « la personnalité » ou encore « le donjuanisme ». La partie livres est la plus développée, puisque près d'une trentaine de pages lui est attribuée. C'est l'occasion de s'informer des sorties récentes par le biais de mini-critiques, de découvrir des écrivains, des personnalités, des livres cultes, et ce de manière diversifiée et jamais ennuyeuse : portraits, entrevues, analyses, regroupement des oeuvres par thèmes... Le tout ponctué d'extraits toujours bien choisis et très significatifs. Les quelques pages consacrées au cinéma comportent une interview et diverses critiques, tandis que la partie musique fait preuve d'une très grande et rare variété, mariant allègrement dans un même numéro une biographie (qui plus est passionnante) de Maria Callas, une chronique concernant Mano Solo, ainsi que des mini-critiques portant aussi bien sur Björk que sur Marianne Faithfull. Absolument tous les styles sont abordés, et l'on se prend à rêver de quelques pages en plus pour cette rubrique. Malheureusement, la centaine de pages que contient Muze est déjà bien remplie. Outre toutes les catégories sus-citées, on trouvera en prime des encarts sur la danse ou le théâtre, mais aussi et surtout plus d'une trentaine de pages de longs extraits de diverses oeuvres, et une nouvelle. Situés en fin de revue, les extraits permettent réellement de se faire une idée sur des oeuvres aussi diverses que des romans, des biographies ou des carnets de voyage. Quant à la nouvelle publiée, elle est toujours de bonne qualité et passionne plus ou moins au gré des numéros et des goûts de chacun.

Pour ce qui est de la présentation, on se familiarisera rapidement avec le format peu commun, presque carré, du magazine, et on appréciera le beau papier glacé (remplacé par du papier épais et mat dans la partie extraits et nouvelle), la présentation élégante et pas trop tape à l'oeil, ainsi que les illustrations toujours à propos. On regrettera cependant le manque d'organisation de l'ensemble, les articles semblant dispersés au hasard au fil de la revue, sans réelle cohérence dans leur enchaînement. Mieux vaut tout lire à la suite si l'on ne veut pas manquer un article, car il est très difficile de se repérer dans le magazine. Il n'est pas rare d'ouvrir ce dernier à une page quelconque et d'y découvrir un petit encadré que l'on avait oublié de lire, ou une chronique qui était passée inaperçue.

Malgré ce léger défaut, Muze est une mine d'or pour tout passionné de culture (aussi bien les filles que les garçons, bien que le magazine soit marqué d'une orientation plutôt féminine) et regorge de bonnes idées : en panne de bouquins ou de CD ? Pas de problème, allez fouiner dans Muze et vous dénicherez tout ce qu'il vous faut pour passer un mois culturel bien rempli. Pour ceux qui en douteraient encore : oui, les jeunes ont un cerveau, et voilà bien l'un des seuls magazines qui s'en soit aperçu !

A découvrir

nounou d'enfer (Une)

Partager cet article

A propos de l'auteur

0 commentaires

Participer à la discussion

Nous nous réservons le droit de ne pas publier les commentaires qui ne nous semblent pas appropriés (netiquette, loi, point godwin, imbécillité profonde, etc.). Et ne venez pas crier à la dictature !

Vous allez commenter en tant qu'invité-e :

Krinein Médias, ou comment parler des séries TV, qu'elles soient américaines, françaises ou d'ailleurs, avec une certaine intelligence (rien que ça). Mais la critique touche aussi les émissions de la télévision, les magazines, la radio...

Rubriques