8/10

Melrose Place

Spin Off de Beverly Hills, 90210, Melrose Place débarque en juillet 1992 sur la FOX et en mai 1995 sur TF1. Créée par Darren Star, cette série américaine expose la vie d'individus habitant dans la résidence de Melrose à Los Angeles. Ayant rassemblé des millions de téléspectateurs de 1992 à 1999, le programme compte 7 saisons d'en moyenne 32 épisodes de 42 minutes, soit 228 épisodes en tout.

Tout commence bon enfant avec des amitiés de quelques personnages de Beverly Hills, 90210 et une introduction des habitants des 8 appartements de la propriété: Jane Mancini (Josie Bissett), vendeuse dans une boutique de vêtements mariée à Michaël Mancini (Thomas Calabro), médecin émérite à l'hôpital Wilshire Memorial; Sandy Louise Harling (Amy Locane), une serveuse qui voudrait devenir actrice; Rhonda Blair (Vanessa Williams), une afro-américaine qui donne des cours de danse; Allison Parker (Courtney Thorne-Smith), secrétaire dans une agence de publicité nommé "D&D"; Billy Campbell (Andrew Shue), un écrivain incertain; Jake Hanson (Grant Show), instable professionnellement et Matt Fielding (Doug Savant), l'ami sur qui on peut compter...

Bien vite, Melrose Place va imposer une touche dramatique spécifique. Dès la première saison, les personnages sont confrontés à une quantité d'éléments et d'évènements aux conséquences négatives : manipulations professionnelles, harcèlements sexuels et moraux, agressions, dépressions, infidélités, révélations sentimentales, alcoolisme, ruptures, problèmes d'argent, d'amitiés, de grossesse, de paternité, de santé... Intelligemment, les scénaristes ont compris que les seconds rôles (plus d'une centaine sur la totalité des épisodes du soap) sont essentiels pour donner de la profondeur et du rythme à une série télévisée. De plus, au lieu de tranquillement se reposer sur les personnages du début du show, ils en introduisent des nouveaux dès la première saison, dont l'importance sur la globalité du programme sera conséquente: le docteur Kimberly Shaw (Marcia Cross), la photographe Jo Reynolds (Daphne Zuniga), la soeur de Jane Sydney Andrews (Laura Leighton) et Amanda Woodward (Heather Locklear). Au travers de ces 32 premiers épisodes, on remarque une critique du capitalisme et de ses effets destructeurs sur les individus, qui sera récurrente par la suite.

Si on peut croire à la fin de la première saison qu'il n'est pas possible d'aller plus loin dans le bouleversant, les saisons qui suivent démontrent largement le contraire. Comme jamais dans une série, les scénaristes vont explorer très profondément la méchanceté, la folie et les malheurs humains. En tête des drames, on décerne sans aucun doute le prix de la personnalité la plus méchante, schizophrène et folle à Kimberly, qui deviendra une des icônes de la série. On peut par exemple lui attribuer plusieurs menaces de mort et tentatives de meurtre, le vol d'un bébé, une tentative de suicide ou encore l'explosion de la propriété à la fin de la saison 3. Quasiment au même niveau de cruauté, on retrouve deux autres piliers du programme à priori dominants mais qui ne sont pas non plus immunisés contre des abominations en tous genres contre leurs êtres: Amanda, à qui il arrive le meilleur (sa relation avec Peter, sa réussite professionnelle...) comme le pire (cancer, harcèlement, accident cardiaque, kidnapping...) et Michaël, qui a le caractère le plus machiavélique et amusant de la série. A l'opposé, côté victime absolue, Melrose Place possède Sydney qui, avant de mourir percutée de plein fouet par une voiture le jour de son mariage (!), passe par la prostitution, le strip-tease, des tentatives de viols, de multiples reniements de sa soeur Jane, des agressions physiques, une secte... Un tout petit peu en dessous, Melrose Place a aussi Allison qui, entre une constante compétition avec Amanda, un alcoolisme de longue durée, un viol par son père, une cécité et de nombreuses relations sentimentales avec des psychotiques, à de quoi marquer. Comme autres personnages stressants, torturés et instables, le soap a ses personnages violents persécuteurs et/ou manipulateurs (Taylor Davis jouée par Lisa Rinna, Patrick Muldoon dans le rôle de Richard Hart, Donna Mills dans la peau de Sherri Doucett Larson, la mère de Jane...) et ses individus tout d'abord gentils qui sont vite pervertis par les habitants de longue date de Melrose Place et leur environnement : Jane, avec laquelle les scénaristes prennent un malin plaisir à la faire souffrir (à moitié noyée par la marée montante sans la possibilité de bouger dans sa chaise roulante...); Peter Burns (Jack Wagner), qui alterne entre nervosité, pétage de plomb et gentillesse; Brooke Armstrong (Kristin Davis), que l'on retient surtout après sa mort lorsqu'elle hante l'esprit de Billy; Craig Field ( David Charvet), exploité par Amanda et déchiré par la mort de Sydney au point de se tirer une balle; Megan Lewis (Kelly Rutherford), utilisée par Kimberly et tourmentée par Michaël; Samantha Reilly (Brooke Langton), rattrapée par son passée; Kyle McBride (Rob Estes), qui subit bien malgré lui les dérives des autres...

Niveau sentimental et sexuel, la série explore quasiment toutes les possibilités imaginables. A part pour quelques relations récurrentes (Michaël et Jane-Kimberley-Sydney, Peter et Amanda, Jo et Jake, Allison et Billy), à Melrose tout le monde couche avec tout le monde sans que pourtant cela soit incohérent. En effet, l'équipe d'écriture des épisodes se débrouille pour que le sexe soit le reflet des faiblesses des protagonistes et une parenthèse qui les libèrent temporairement de leurs excès, de leurs incertitudes et des destins terribles qui s'abattent sur eux. Avec tous ses effets dramatiques et graves (on peut rajouter en vrac des incendies, des accidents de voiture, des falsifications de vérités, des traffics de drogue, des mariages qui ne durent pas plus de quelques jours, des amnésies, des enfermements en asile psychiatrique, de nombreux tabassages, des cures de désintoxication, des licenciements, des pressions en tous genres, des fausses couches...), Melrose Place dresse un intéressant tableau sociologique d'une micro-société américaine obnubilée par l'argent, la gloire et le sexe.

Riche du plus gros bagage dramatique jamais créé à la télévision, Melrose Place alterne aussi entre la comédie (avec par exemple les magouilles de Michaël et du Docteur Louis Visconti à partir de la saison 5), l'épouvante (les multiples retours de la mort de Kimberley, sa folie...), la psychologie (qui apparaît au travers de l'ingéniosité de la plupart des âmes de la résidence), la description de réalités sociales (viols, agressions, alcoolisme, drogue, questions de parenté, de maladies...) et économiques (la cruauté du monde du travail, le goût et les sacrifices pour le profit, la dépersonnalisation des individus...). Gardant tout le long de ses saisons un rythme frénétique, Melrose Place ne laisse à aucun moment au spectateur le temps de s'ennuyer. Pris dans le tourbillon d'histoires hallucinantes et passionnantes, il ne peut décrocher de ce soap qui restera probablement le meilleur de tous les temps.

A découvrir

Jogging International

Partager cet article
A voir

Karambolage

A propos de l'auteur

28 commentaires

  • gyzmo

    30/09/2005 à 10h25

    Répondre

    à lire la critique de Vincent L, Melrose Place est une série d'une qualité rarement égalée à ce jour
    (9.5/10, c'est énorme quand même^^).

    je vois plutôt ce "truc" comme un beau panier de crabes où les scénaristes écrivent un peu tout et n'importe quoi au fil de leur "inspiration" (hum, hum). le simple fait qu'ils exploitent tous les genres (les nombreuses invraisemblances font effectivement penser au fantastique, voire même au documentaire animalier), toutes les situations (drogue, sexe et rock'n roll, quelle originalité !), toutes les combinaisons possibles (comme dans la plupart des séries américianes, en fait) et en injectant quotidiennement de nouveaux personnages (pour colmater le manque de profondeur psychologique, sûrement), sans vraiment avoir une ligne directrice intelligente (c'est tout de même du grand n'importe quoi niveau rebondissement), me fait plutôt penser que ce ramassis de noirceurs à la gimauve, de clichés mal développés, de caricatures poussées à l'extrême, est finalement très très médiocre.

    c'est déjà moins niais que [i]Bervely Hills (tanlanlanlan ! tanlanlanlan !), c'est sûr. mais Melrose Place n'invente rien, surtout lorsqu'on parle de "critique du capitalisme". elle ne fait que repousser des limites pour embarquer le spectateur dans une tourmente nawakienne où, assez rapidement, on sait qui va finir mal et qui va s'en sortir. dans Santa-Barbara-le-mal-de-vivre - - les scénaristes utilisaient déjà les mêmes grosses ficelles qui, apparemment, fascinent une certaine catégorie de spectateurs (c'était bien Dallas, aussi, dans le même genre^^). bref! je pense que la couverture de ce Melrose Place est très voyante, sa reliure pas assez solide, l'odeur de son papier trop nauséabonde et ses personnages, bah, peu intéressants (même si leur grosse part d'ombre peut fasciner 5 minutes), pour que mon petit cerveau soit vraiment captivé par tout ce remus-ménage d'une superficialité, pour le coup et pour moi, inégalée à ce jour...

    (même Nip/Tuck s'en sort mieux, j'ai l'impression^^)

    *et mention spéciale au générique de présentation, presque aussi bien que Les Feux de l'Amour ou Amour Gloire et Beauté[/i] (genre : je me la pete, regardez comme je suis beau, l'air intelligent, les dents bien blanches, le visage camouflé sous le maquillage, et tout ça ).

  • kenji

    30/09/2005 à 11h23

    Répondre

    Ouais c'est clair 9.5 ca fait beaucoup quand meme.

  • Protos

    30/09/2005 à 11h31

    Répondre

    A mon avis, Vincent voulait mettre un 0.5, ce qui est normal pour une série de formatage de cerveau, au ketchup et au coca, passée sur tf1. Seulement, au moment où il appuyait, un gros chat, sorti de nulle part, sauta sur sa souris, et v'lan, la note s'est décallée vers la droite.
    C'est la seule explication possible.

  • weirdkorn

    30/09/2005 à 11h56

    Répondre

    Cela prouve seulement que Vincent est un gros fan de soap et que Melrose place est un des meilleurs soaps qui soit.

  • gyzmo

    30/09/2005 à 11h59

    Répondre

    weirdkorn a dit :
    Cela prouve seulement que Vincent est un gros fan de soap et que Melrose place est un des meilleurs soaps qui soit....

    ... pour Vincent ( )

    Avec 9.5/10 (même dans la catégorie du soap), on est pas loin du chef d'oeuvre tout de même

  • Kassad

    30/09/2005 à 12h04

    Répondre

    Ouais moi qui ait mis 9,5 à six feet under... le voir comparable à Melrose Place mais bon tous les gouts sont dans la nature

  • iscarioth

    30/09/2005 à 12h39

    Répondre

    Kassad a dit :
    Ouais moi qui ait mis 9,5 à six feet under... le voir comparable à Melrose Place mais bon tous les gouts sont dans la nature


    Ca c'est la dure loi de la diversité des points de vue De mon coté, j'en reviens pas que tu ai mis un 5.5/10 à Strip Tease de Joe Matt, qui est considéré par bcp de bédéphiles (dont moi) comme l'un des plus grands one shot de tous les temps (et je pèse mes mots) ! Mais bon, je m'égare là

  • Protos

    30/09/2005 à 14h59

    Répondre

    Ben moi, si j'avais à mettre un 9.5, se serait pour un chef d'oeuvre monumental, un film grandiose par exemple, un pur bijoux de génie, un diamant étincelant de lumière, comme... Blade Runner, de Ridley Scott, ou 2001 l'Odysée de l'espace (bon disont 9.0 pour 2001 ). D'où en fait, que j'aurai mis 0.5 pour Melrose place, par comparaison.

  • Vincent.L

    30/09/2005 à 15h11

    Répondre

    Juste un truc: je ne suis pas fan de soap (par exemple j'aime pas les Feux de l'amour, des Jours et des vies, Sunset Beach, Dallas, Amour Gloire et Beauté, Beverly Hills...) mais j'apprécie dans Melrose Place tous les délires que se sont permis les scénaristes et le rythme passionnant que ça donne.

    Après j'aurais tendance à ne pas comparer un film de 90 ou 120 minutes avec une série de 228 épisodes soit 9576 minutes. Moi je critique une série par rapport à d'autres séries. Je trouve Melrose Place très amusant, malin et divertissant, pouf je met 9/10 (j'ai baissé un peu tout de même). Après c'est sûr c'est pas Twin Peaks ou le Prisonnier mais bon c'est très impressionnant dans son genre tout de même.

  • Anonyme

    30/09/2005 à 17h29

    Répondre

    Non mais je te jure Vincent (david ?? ) au début je pensais que tu avais de mauvais gout, puis j'ai lu ta critique sur nightwatch et je me suis dit qu'on avait quelques digergences.

    Mais le je comprends tout, on ne vit tout simplement pas dans le même monde. Il faut que tu saches une chose, il ne viendrai jamais à l'idée à quelqu'un de censé de comparer twin peaks (un série REALISE, avec des dialogues intelligents et de vrai personnages) et le prissonier (Une mini série à l'apparence absurde mais aux mécanisme soigné) à ton produit visuel, formaté pour un public déja rodé par les séries que tu n'aimes soi disant pas.

    D'ailleur, je ne sais pas si tu l'as fait éxprès mais Twin Peaks et Le prisonnier sont des séries ou il y a un début et une fin (Dans l'un ça commence par le meurtre d'une fille et dans l'autre l'arrivé d'une personne dans un lieux étrange).

    Hors, Melrose Place c'est un pur soap, les scénaristes multiplient les intrigues et sous intrigues (toujours en rapport avec le pouvoir, la réussite le sex pour la plupart) pour ne pas cloturer la série, les mini histoires s'entremellent pour ne pas à lacher la série du jour au lendemain (pendant qu'une se termine, une autre a déja commencé), il n'hésitent pas à enchainer les twist et à intensifier le suspence pour faire naitre la dépendance chez le specateur, tout comme harlequin, Ces genre de séries n'essayent pas de raconter une histoire mais de servir toujours la même soupe en modifiant quelques ingrédients.


    Vu sous cet angle, on se rend compte que dans toutes ces séries, les intrigues sont expliquées et répétées par les personnages de la série pour impliquer le spectateur (ce qui montre le manque de réalisme) même si il commence à peine à regarder.On prépare les coupures pubs àn intervalles très régulières, les gens font des pauses pendant les dialogues, on nous en met plein les yeux avec tout ce qui se rapporte au luxe.
    Pour l'expliquer différements, melrose place est un soap opéra mais pas une série. La preuve, il y a des récompenses que pour les soap opéra.

    Je te parle de tout ça en connaissance de cause car j'ai été un gros consommateur de série télévisée (je le suis moin) et j'ai suivit deux soap opéra pendant très longtemps. Par contre melrose place est un poil plus soigné que les autres soap opéra mais comme on dit, au pays des aveugles....



    Par contre j'aimerai que tu me donnes tes notes sur des séries tel que

    24

    LOST

    6 feet under

    Nip tuck

    Oz

    Buffy

    Charmed

    Alias

    4400

    tales froms the crypt

    smallville

    X files

    Flash

    Supercopter

    Magnum

    Misfits of science

    Code quantum

    urgence

    je pense que ça suffira pour le moment, merci d'avance
    et je pense que ça suffira pour le moment !!!!

  • Protos

    30/09/2005 à 18h03

    Répondre

    X-Files : 10/10

    Supercopter : 11/10 (+1 point de bonus pour la musique)

    Magnum : 12/10 (+2 points de bonus pour Thomas, sa flegme légendaire)

    Code Quantum : 12/10 (+2 pts pour l'originalité des scénarios)

    Urgence : 6/10 (mouais... les premiers épisodes étaient sympas, mais ensuite c'est barbant)

    Smallville : 2/10 (c'est pas superman junior, ou un truc du genre? Jamais pu m'interresser à un seul épisode)

    Charmed : 3/10 (parcequ'elles sont migonnes. Pour le reste, c'est un peu neuneu, les effets spéciaux à 2 sous, ça va...)

    Buffy : 3/10 (pareil que charmed... les scénarios sont navrant.)

    Qui se souvient de :

    2 flics à miamis : 8/10 (+1 pour la musique)

    Hong Kong Connexion : 9/10 (+1 pour la musique)

    Mission Impossible : 9/10

    Et Colombo... ha Colombo... "Ma femme me disait aussi, qu'il fallait pas m'oublier" : 9/10

    et dans la SF :

    Une série avec "Mind" dans le nom, j'ai oublié ça date d'au moins 15 ans. Il y avait des héros psy, dont l'un maitrisait l'electricité, un gars cool en veste cuire, une autre maitrisait la télékinésie. C'était sympa. 8/10

    Sinon...
    il y a aussi, dans l'animation :

    Beavis and But'head : 6/10 totalement destroy, mais rarissime, et assez moche, faut bien le dire.

    South Park : 6/10 comme B & B, bien déjanté, mais moche. Vraiment.

    Les Simpsons : 9/10 Trés bon. Les épisodes ne sont pas d'égales qualité, mais en général, c'est bien sympa.

  • weirdkorn

    30/09/2005 à 18h33

    Répondre

    Stop, on dérive du sujet si on commence à noter toutes les autres séries. Restons sur Melrose place et à la rigueur les autres soaps.

  • Anonyme

    30/09/2005 à 18h47

    Répondre

    Protos a dit :

    Une série avec "Mind" dans le nom, j'ai oublié ça date d'au moins 15 ans. Il y avait des héros psy, dont l'un maitrisait l'electricité, un gars cool en veste cuire , une autre maitrisait la télékinésie. C'était sympa. 8/10


    Ca s'appelle Misfits of Science (superminds) c'est de 1985, voila le lien IMDB

    http://www.imdb.com/title/tt0089602/


    La fille qui a le pouvoir de télékinésie est super connue aujourd'hui, tu risque d'être étonné. t'as oubli le leader qui est jsute itntelligent et surtout leader et le scientifique noir (qui incarnait prédator et qui est mort récement)
    qui pouvait retrécir en appyant sur sa nuque.

    Pour les notes, on est plutôt daccord, sur ce, bonne nuit les la--pi--noux !!!

  • Anonyme

    30/09/2005 à 18h53

    Répondre

    weirdkorn a dit :
    Stop, on dérive du sujet si on commence à noter toutes les autres séries. Restons sur Melrose place et à la rigueur les autres soaps.



    OK sorry, c'est de ma fautes, envoie moi tout ça par MP VINCENT on pourra discuter plus tranquillement et sens troller de surcroit

  • Vincent.L

    30/09/2005 à 18h53

    Répondre

    KRISS, je ne peux m'empêcher de trouver ta remarque bien prétentieuse: en gros tu vis dans le monde des gens intelligents et moi dans le monde des imbéciles? (je te vois déjà opiner du chef devant ton écran...).

    Pour la comparaison avec Twin Peaks, qui est un véritable chef-d'oeuvre télévisuel (probablement la meilleure série jamais réalisée à ce jour), je me contentais de comparer deux programmes, c'est tout. Après, c'est sûr: Melrose Place et TP ne boxent pas dans la même catégorie.

    Maintenant, encore une fois, ce que j'apprécie le plus dans Melrose Place, c'est le talent d'écriture des scénaristes qui arrivent par tous les moyens à captiver une audience avec, comme tu le dis, des twist, du suspense... Désolé mais ce niveau de qualité d'écriture n'est pas donné à tout soap, loin de là... En ce sens Melrose Place est très intéressant, comme peut l'être Lost qui joue largement avec le spectateur.

    Après, si ça correspond pas à tes critères d'appréciation c'est ton droit mais ne crache pas sur les avis des autres en les prenants pour des c.ns.

    Je te réponds en MP pour tes notes. Puisque ça à l'air de te faire plaisir, tu vas pouvoir juger du haut de ton être supérieur... et en tirer des conclusions sa mon incroyable bêtise...

  • Anonyme

    30/09/2005 à 19h30

    Répondre

    J'ai pas envie de me prendre ce genre d'insulte dans la tête.

    C'est pas pasque je dis que Mac do c'est pas de la bonne bouffe que forcément je me prend pour un grand critique culinaire.

    Tiens on va continuer sur la métaphore, Mac do sait tenir une clientèle, un produit qui change tout le temps, des affiches qui donnent envie, moi j'y vais très souvent, j'aime bien, ça dépanne c'est rapide et ça se laisse manger facilement, mais jamais au grand jamais je comparerai mac do à un restaurant sauf si je parle de prix, mais la ça sort du domaine de l'art.

    Maintenant, vanter les mérites du mac do et raconter qu'ils donnent du coeur à l'ouvrage, je n'y crois pas du tout, Mac do cible sa clientèle et utilise des arguments commerciales cent fois utilisés sans aucune intégrités (la preuve avec le mac farmer), et les recettes sont toujours les même; pain, une viande, une sauce, une tranche de fromage et pourtant on tombe dans le piège, bon moi perso (et je pense que beaucoup sont dans mon cas, je préfère un modeste resto mais de suite, ça fait plus cher.

    Honnêtement, tu peus me traiter de supérieur ou d'intolérable mais on ne peut pas dire "chacun ses gouts " à tout instant, à ce compte on pourrai l'appliquer à vraiment tout (Quoi, il aime pas les noirs ??? Ben chacun ses gouts).


    Pour en revenir à Melrose place et aux autres séries, j'avas fait une liste de série très variées pour voir sur lequelles tu te dirigeait le plus (je vais la voir après ce message, et j'ai volontairement était féroce car à mon humble avis, 9,5 pour une série qui récupère en permanence et n'innove jamais, ben la c'est plus un problème de gout.

    Quand lynch a réalisé T P on sent l'univers stylé, l'atmosphèe lourde, les personnage énigmatique, ça nous prend à la gorge, et même si on veut savoir la suite, on a une appréhension énorme comme si on habitait avec eux, on est impliqué.

    Quand ces opportunistes de soap font une séries, l'ambiance, les musiques sont formatés, les dialogues sont surjoués, les gens ont souvent les yeux qui brillent, c'est surfait et très fade, un peu comme une bomme bien rouge mais sans gout, et on ne se sent pas vraiment impliqué, on est plutôt voyeur, et c'est tout le but de ces séries.


    Moi je connais des fans de séries dans le genre et une qui est fan des "feux de l'amour" a eu la b^étise de me sortir que FRIENDS était un sitcom qui voulait rien dire, preuve du côtés superficiel.

    Car une série comme friends utilise l'humour (parfois grssièrement) pour parler des problème de tout le monde et on se réconforte, ça nous fait du bien, et certains intrigues sont poignantes et sincères (quand Joey qui chandler par exemple.

    Pour melrose place, j'ai l'impression de voir toujours les même intrigues se suivre mais les personnages sont interverties, la vitctime devient bourreau, le vengeur devient le sage ect ect ...

    je sais que tu aimes cette série et que tu l'affectionnes, mais ne va pas me dire qu'elle vaut 9.5/10 ou même 9.

    Après, si ça correspond pas à tes critères d'appréciation c'est ton droit mais ne crache pas sur les avis des autres en les prenants



    j'essai surtotu de te ramener à la raison, on arrête pas de cracher sur les films de genre qui tente au moin d'exprimer quelques choses et on ffais des procès à dees films tel que tueurs nés sous pretexte que le film engendre la violence alors qu'il aurait plutôt tendance à la dénoncer. Mais pourquoi les gens n'ont pas remarqué ça en regardant le film, ben justement, à force de faire manger au gens que du premier degré, ils ont oublié le gout du second.

    désolé par contre si je t'ai blessé, je ne sui spas prétentieux, je sais que je ne suis pas le seul à penser cela à propos de melrose place... encore désolé.

  • Protos

    30/09/2005 à 19h44

    Répondre

    Je mise 3 copecks sur Kriss. Faites vos jeux...




  • Vincent.L

    30/09/2005 à 19h50

    Répondre

    Moi j'ai une autre philosophie: j'aime pas Mcdo, autant pour leur nourriture que pour leur politique générale (emploi, conditions de travail...). Et bah j'y mange pas, tout simplement... Je comprends pas que quelqu'un qui pense autant de mal d'une industrie telle que Mcdo ne ressente aucune gêne à y aller très souvent. Quel est ce désir étrange de cautionner par ses actes ce qu'on deteste dans son esprit? Bref, pour revenir à MP, personne ne te force à le regarder...

    Ensuite, again, TP n'a rien à voir avec MP en terme d'art, c'est sûr. Mais MP est bien foutu, très bien foutu, ce qui n'est pas si facile que ça à réaliser. C'est ça que j'apprécie.

    Allez, je descendrais peut-être à 8.5/10 mais ça serait mon dernier mot

    PS: comme alternatives à McDo, tu as: les sandwichs (pas plus chers, meilleurs et plus nourissants), les préparations maisons dans des petits boitiers plastiques (tu prépares ça le soir et paf le lendemain tu as un déjeuner de très bonne qualité puisque c'est toi qui l'a fait).

    PS2: des millions de personnes aiment Melrose Place pour des raisons bien plus obsures que les miennes, genre parce qu'il y a David Charvet, Alyssa Milano, Heather Locklear, Jamie Luner, Rob Estes... Je crois avoir donné des raisons un peu plus épaisses non?

  • gyzmo

    30/09/2005 à 19h58

    Répondre

    Quoi ???
    David Charvet a joué dans Melrose Place ???
    Je rajoute un demi point à ma précédente note
    (5 > 5.49)

  • Anonyme

    30/09/2005 à 20h00

    Répondre

    Si tu savais le mépris qu'on les créateurs des séries que tu regardent pour le spectateurs, ben tu arrêterai de regarder du coup, si j'en suis ton raisonnement...

  • Vincent.L

    30/09/2005 à 20h11

    Répondre

    Exactement

    D'ailleurs j'ai arrêté Melrose Place parce que c'est fini

  • Anonyme

    30/09/2005 à 20h14

    Répondre

    Vincent.L a dit :
    Exactement

    D'ailleurs j'ai arrêté Melrose Place parce que c'est fini


  • Vincent.L

    30/09/2005 à 20h34

    Répondre

    Comment sais-tu si les créateurs pensent du mal de leurs téléspectateurs? je suis curieux... tu les connais personnellement?

  • Anonyme

    01/10/2005 à 12h22

    Répondre

    Vincent.L a dit :
    Comment sais-tu si les créateurs pensent du mal de leurs téléspectateurs? je suis curieux... tu les connais personnellement?



    Ben ce genre de production n'est pas construite comme si l'auteur voulait exprimer quelquechose de personnel tout est calibré et formaté, tu peux apprécier ce principe car c'est un principe comme un autre ( un peu comme si on regarde la starac) mais il n'y pas de recherche, de la même manière qu'un produite on formate à la différence d'une oeuvre ou on tente de creer.

  • Vincent.L

    01/10/2005 à 13h49

    Répondre

    J'ai compris depuis hier ce que tu voulais dire, tu n'as pas besoin de te répéter . Bien sûr qu'un Lynch, un Chris Carter créent plus qu'un Darren Starr, Arron Spelling ou Josh Schartz, mais ça n'enlève rien au talent d'écriture du soap Melrose Place (forcément formaté dans un certain sens que tu as déjà explicité). Maintenant, rien ne dit que les créateurs et scénaristes méprisent leur public, je pense plutôt qu'ils s'amusent. Après, je ne suis pas d'accord pour faire des comparaisons avec la Starac qui est un vrai programme de mer.e qui a des conséquences bien différentes.

    Regardes les choses autrement, j'aime MP avant tout parce que c'est hyper divertissant: y'a plein de retournements, c'est super excessif et donc souvent très drôle et ça pousse les axes dramatiques à l'extrême. Après, c'est sûr, c'est pas un programme pour réfléchir même si on peut y trouver si on veut quelques critiques socio-économiques.

  • Anonyme

    01/10/2005 à 16h06

    Répondre

    Vincent.L a dit :

    Regardes les choses autrement, j'aime MP avant tout parce que c'est hyper divertissant: y'a plein de retournements, c'est super excessif et donc souvent très drôle et ça pousse les axes dramatiques à l'extrême. Après, c'est sûr, c'est pas un programme pour réfléchir même si on peut y trouver si on veut quelques critiques socio-économiques.



    je pense que les critiques c'est surtout toi qui les vois mais vu dans ce sens oui c'est marrant excessif.... un peu comme ces séries z qui se prennent pas aux sérieux mais qui plaisent.

    Dans ce sens c'est divertissent.

  • Protos

    01/10/2005 à 18h16

    Répondre

    Fin du combat.
    Le gagnant est : aaaarrrrrg.

  • Anonyme

    05/10/2008 à 21h06

    Répondre

    melrose place est la meilleure serie je souhaite vraiment la revoir une 3eme fois comment faire

Participer à la discussion

Nous nous réservons le droit de ne pas publier les commentaires qui ne nous semblent pas appropriés (netiquette, loi, point godwin, imbécillité profonde, etc.). Et ne venez pas crier à la dictature !

Vous allez commenter en tant qu'invité-e :

Krinein Médias, ou comment parler des séries TV, qu'elles soient américaines, françaises ou d'ailleurs, avec une certaine intelligence (rien que ça). Mais la critique touche aussi les émissions de la télévision, les magazines, la radio...

Rubriques