A DECOUVRIR
5/10

Neuromancien

Neuromancien a été écrit en 1984 par William Gibson et est le livre fondateur du cyberpunk. Ce récit de SF contient toutes les bases de ce mouvement de pensée littéro-socio-scientifique : un univers dur avec un système capitaliste sans pitié, où la drogue est omniprésente, où les gens vivent plus dans le virtuel que dans le réel (imaginez un monde ou nous serions tous dans le loft de M6 en prenant une pilule et en se branchant une prise dans... dans l'interface que nous aurions à la base du cou bien sur). L'histoire est simpliste sous un aspect compliqué : intrigues de grosses sociétés, intelligences artificielles, femme soldat, informaticien. Ce livre est un roman qu'il faut avoir lu, par exemple parce que Gibson est "l'inventeur" de la matrice et aussi parce que le cyberpunk est très à la mode. Par contre, il ne faut pas chercher l'émotion littéraire avec ce livre : mal écrit, fouillis, style illisible. On a du mal a comprendre pourquoi le livre a eu le prix Hugo en 1985.

Partager cet article

A propos de l'auteur

10 commentaires

  • zion

    15/10/2003 à 00h00

    Répondre

    Un livre chiant à mourir. C'est le bordel le plus total on ne sait jamais où l'on est et quand. C'est une prouesse si des mecs ont réussi à sortir des concepts de bouquin.

  • Alexlink1er

    26/10/2003 à 00h01

    Répondre

    Pour réagir à Zion : il s'agit là d'un auteur qui écrit effectivement "comme un pieds" mais son histoire et le monde qu'il décrit sont tellement forts que l'on lui pardonne ses exces .
    Cyberpunk, c'est le genre qu'a crée Gibson par ses oeuvres. Un genre que l'on retrouve partout : à commencer par Matrix (et oui!). On y voit un monde futuriste, téchnologique et débordant d'informatique, de drogue et ça se passe sur Terre.
    Bref un monde extraordinaire et une histoire sans pareil.

    A lire aussi !

  • Anonyme

    16/03/2004 à 00h02

    Répondre

    Vous n'y ètes pas les gars. Ce que vous n'avez pas compris, c'est tout l'aspect littéraire du roman... retournez à vos Bd, à vos séries télé, à votre littérature jeunesse !

  • Anonyme

    28/10/2005 à 15h05

    Répondre

    Essayez de le lire en anglais. Lorsqu'un livre vous paraît "brouillon", et que l'auteur n'est pas francophone, alors il vous reste à vérifier une hypothèse *avant* d'accuser l'auteur d'incompétence: peut-être la traduction est-elle foireuse ?
    Pour ma part, même si je ne taxerais pas Gibson de grand écrivain, je trouve que ses livres tiennent debout. Et effectivement, les traductions françaises ne sont pas très réussies.

    J'ajoute que ce genre de représentations d'un "cyber-space" séparé du monde "réel" me fatigue à la longue. Déjà en 85 cela avait un goût de déjà-vu. Et pourtant hier encore avec Matrix les jeunes ont tripé: s'ils savaient quel âge cela donne à leurs idées ! Mais bon là, respect, c'est le premier: lisez celui-là avant de jeter les autres.

    En 85, Gibson n'a jamais touché un ordinateur. Il en a entendu parler par les journaux, et un ami lui a "raconté" l'ordinateur qu'il s'était acheté. Là dessus, Gibson a réussi un beau "coup" littéraire en resuçant à la mode montante "techno-punk-jakuza" tout le discours du "monde de l'esprit et des esprits" que la SF américaine des années 60-70 avait servi sur fond de LSD et de chamanisme.

  • Fabien L

    11/01/2006 à 21h06

    Répondre

    Je suis quasiment choqué (!) de lire que le style de Gibson dans ce roman, et dans les suivants d'ailleurs, soit nullisime. C'est bien une des rares fois au contraire où j'ai rencontré dans la SF un auteur qui avait su donner à son écriture un style qui colle si bien au genre et au monde qu'il décrit. Il est vrai par contre que la traduction n'est pas toujours très heureuse. Je m'insurge contre le raccourci fait par certains de mes prédécesseurs sur ce forum. Gibson n'écrit pas comme un pied, sa prose n'est pas fouillie. Ses phrases hachées, sa manière d'utiliser des noms propres pour désigner des objets, mais aussi cette façon qu'il a de produire des descriptions qui sont autant d'instantanés nous restitue parfaitement un monde hypercapitalisé, individualiste, où les relations sociales prennent un tour très particuliers, où les êtres se concomment les uns les autres et se rencontrent rarement. Le suspense est aussi parfaitement servi par ce style. Pour une fois que la SF est en plus de la bonne litérature !

  • Wax

    12/01/2006 à 11h38

    Répondre

    Fabien L a dit :
    Pour une fois que la SF est en plus de la bonne litérature !


    Quand on cherche bien et qu'on ne s'arrête pas forcément à ce qu'on veut bien donner en pature au "consommateur" de SF (souvent pris pour un débile il faut bien le dire), on s'aperçoit (Oh Joie!) que la proportion de bonne littérature dans les publications SF n'est pas inférieure à celle concernant d'autres genre. Après que l'on aime ou pas le genre c'est une autre histoire...

    Après concernant Neuromancien, histoire d'apporter ma pierre à l'édifice, je pense que la traduction française n'est pas géniale, que la richesse en idées novatrice (donc déroutant le lecteur) suffit à donner une impression de confusion, et que Gibson s'il n'écrit pas comme un pied, n'a pas un style des plus clairs. Ce qui n'enlève rien à la qualité de ce roman, qui vaut beaucoup par son originalité et a le mérite d'avoir inventé un pan entier de la SF à lui tout seul!

  • Fabien L

    13/01/2006 à 15h11

    Répondre

    Pour répondre au dernier message, je suis bien sur d'accord, on trouve des oeuvres de SF de grande qualité sur le plan littéraire. je me suis peut-être un peu enflammé, comme un jeune premier, en lisant les critiques précédentes. Ceci dit, je crois quand même que la SF reste un genre où bien souvent on privilégie beaucoup le fond au détriment de la forme. Et je ne parle même pas de la soupe commerciale qui envahit les rayons.
    Pour revenir sur Gibson, je trouve précisément qu'il arrive très bien à marier le fond avec la forme. C'est vrai par contre que Neuromancien porte pas mal de nouveaux concepts, le tout étant un peu déroutant au départ. Ca fait longtemps que j'ai lu ce livre, et rien que d'en parler, finalement je crois que je vais le relire.

  • Protos

    13/01/2006 à 16h59

    Répondre

    La première fois que je l'ai lu, je l'ai trouvé abscon, trop détaillé sur certains points (technologies) et pas assez sur d'autres (environnement). Le style, je l'ai trouvé peu claire, pas trés fluide.

    Par contre, je l'ai relu récemment, et j'ai adorré. Quand on connait mieux le sujet, on se plonge plus facillement dans l'histoire, et l'on comprend mieux pourquoi ce livre à eu tant de succès.

    Ca reste prémonitoire au niveau technologique et sociale. Et tout porte à croire que nous y seront bientôt amenés. L'ambiance est spéciale aussi, et on la retrouve rarement ailleurs, c'est du cyberpunk, du hi-tech grunge désillusionné.

    A bien y réflechir, l'ambiance est proche de celle des Ghost In The Shell, avec ses chercheurs omnipotents, ses interfaces hommes-machines, ses bas-quartiers pourris et ses complexes luxurieux. Il y a aussi un coté K. Dick, avec la drogue et les hallucinations, bien que ce soit moins psychologique.

    Un livre à lire au moins deux fois donc, pour bien l'appréhender (un peu comme les Dunes de F; Herbert).

  • Anonyme

    16/02/2008 à 23h06

    Répondre

    Je viens de lire Neuromancien comme vous et justement je pensais que ce serait mieux de lire l'oeuvre pour bien comprendre le monde de Matrix... Problème, j'ai trouvé ça vraiment "fouilli", très bizarre. J'ai déjà lu des romans sf (j'aime  beaucoup ce style) ou encore des romans où les éléments de réponses arrivent au goutte à goutte mais là bof quoi ! J'ai pas compris grand chose. Pourriez vous (svp) m'expliquer qui est et que veut muetdhiver ? Lien avec armitage corto et poing hurlant ? origine de trait plat et pourquoi aide t'il case ? Lien avec senso rézo et tessier ashpool ? Merci d'avance !

  • Anonyme

    15/03/2009 à 10h49

    Répondre

    Gravement illisible, à la limite de l'incompréhensible tellement c'est fouillis.


    Mais Gibson a inventé l'univers Cyberpunk par ce livre, un genre fantastique a part entière.


    Ce qui, à la reflexion, rend le traitement infâme qu'il a fait à son texte encore moins pardonnable.

Participer à la discussion

Nous nous réservons le droit de ne pas publier les commentaires qui ne nous semblent pas appropriés (netiquette, loi, point godwin, imbécillité profonde, etc.). Et ne venez pas crier à la dictature !

Vous allez commenter en tant qu'invité-e :

Rubriques