3/10

Masters of Horror - Saison 2 (Episode 1 : Les forces obscures)

Pour débuter sa deuxième saison, la série des Masters of Horror propose un second essai de Tobe Hooper, après son Dance of the Dead la saison passée. Un essai totalement raté qui sombre dans le ridicule et le grand n'importe quoi. Indéniablement le plus mauvais épisode de la série à cette date.

Un fantastique flou et brouillon


Sur un nouveau scénario de Richard Matheson (déjà auteur du foutraque et néanmoins stylé Dance of the Dead), le réalisateur de Massacre à la Tronçonneuse filme une petite ville qui devient tarée pour de mystérieuses raisons. Une malédiction apparemment, qui perturbe Kevin (Sean Patrick Flanery), jeune shérif qui a assisté enfant au meurtre de sa mère par son père.
Du début à la fin, malgré parfois de beaux jeux de lumières chaudes, cet épisode s'enferme dans un fantastique flou et brouillon. S'en jamais lui donner assez d'éléments pour que l'on entre dedans. D'inquiétantes et violentes scènes de gore apparaissent de temps en temps, entrecoupées d'une révélation progressive qui, on le sent dès le début, ne trouvera pas de réponse satisfaisante. Trop rarement l'ambiance parvient à être pesante, angoissante, rappelant de loin L'Antre de la Folie de Carpenter. Non, ici, on s'ennuie ferme et les acteurs n'ont vraiment pas l'air d'y croire, la faute certainement à l'histoire trop vague et timide. Constamment, Hooper ne parvient qu'à faire frémir l'intérêt du spectateur. Comme lors de retournements grossiers de ses personnages secondaires, le père Tulli (Ted Raimi), une provocation gentillette. Tobe Hooper coule carrément dans la scène finale où la vision de l'entité maléfique, sorte de gros tas de boue, prête largement à sourire et rappelle le récent échec de Mortuary.

Face à une telle calamité, on commence à se demander si le réalisateur de Poltergeist parviendra encore un jour à nous surprendre et à relever le niveau de ses dernières productions.

Partager cet article
A voir

David Nolande

A propos de l'auteur

5 commentaires

  • Anonyme

    12/12/2006 à 12h48

    Répondre

    Je le crois pas, t'aps pas un peu l'impression de copier mon idée ?? , ne t'inquiète pas, je ne t'en veux point très cher !!!



    Sinon, cet épisode a une réputation minable, et bizzarement ,la vision de dance oh the dead m'a rappellé que Hooper est finallement devenu plus mauvais que Craven, c'est dire l'exploit !!!

  • Vincent.L

    12/12/2006 à 18h00

    Répondre

    Je le crois pas, t'aps pas un peu l'impression de copier mon idée ?? , ne t'inquiète pas, je ne t'en veux point très cher !!!


    Désolé de te décevoir mais je ne vais jamais en "critiques des internautes". Je n'avais donc pas vu tes autres critiques de Masters of Horror.

    J'ai décidé de faire des critiques liées à chaque épisode de la saison 2 pour réagir à chaud, c'est tout

  • Anonyme

    13/12/2006 à 13h36

    Répondre

    Vincent.L a dit :
    Je le crois pas, t'aps pas un peu l'impression de copier mon idée ?? , ne t'inquiète pas, je ne t'en veux point très cher !!!


    Désolé de te décevoir mais je ne vais jamais en "critiques des internautes". Je n'avais donc pas vu tes autres critiques de Masters of Horror.

    J'ai décidé de faire des critiques liées à chaque épisode de la saison 2 pour réagir à chaud, c'est tout


    Et tu te vantes de ne jamais y aller ??? que c'est pas gentil !!!

    enfin, de toute façon ça n'empeche que je le faisais avant , maintenant si je continue à le faire, personne le lira... tant pis !

  • Vincent.L

    13/12/2006 à 18h53

    Répondre

    Et tu te vantes de ne jamais y aller ??? que c'est pas gentil !!!


    J'y vais maintenant

  • Veterini

    19/12/2006 à 23h00

    Répondre

    les 5ères minutes sont quand même très réussi réussi pour donner la nausée, je sais pas ce qui lui a pris à l'Hooper. Il devait vouloir battre le nombre de rotation de caméra par minute peut-être, en tout cas mal de mer garanti.

Participer à la discussion

Nous nous réservons le droit de ne pas publier les commentaires qui ne nous semblent pas appropriés (netiquette, loi, point godwin, imbécillité profonde, etc.). Et ne venez pas crier à la dictature !

Vous allez commenter en tant qu'invité-e :

Krinein Médias, ou comment parler des séries TV, qu'elles soient américaines, françaises ou d'ailleurs, avec une certaine intelligence (rien que ça). Mais la critique touche aussi les émissions de la télévision, les magazines, la radio...

Rubriques