7/10

Les Mystères de l'Ouest

Les Mystères de l'Ouest version tv possède un charme fantasque irrésisitible. Assurément, une des meilleures séries de son époque.

Les cow-boys contre les savants fous. Voilà comment on pourrait résumer Les Mystères de l'Ouest, série emblématique des années 1960, caractérisée par un triolisme fusionnel entre le western, l'espionnage et le fantastique sur fond de kitsch scénographique.

Space cow-boys

1963, le succès des James Bond donne une idée à Michael Garrison, producteur de télévision américain : pourquoi ne pas mixer les codes du western, genre cinématographique en vogue, avec les lignes de force de l'espionnage, qui cartonne à la tv (Des Agents très spéciaux, Max la Menace, etc.) ?

Ainsi naît Les Mystères de l'Ouest où deux agents secrets au service du président Ulysse Grant sauvent le pays à la bannière étoilée des plus vils mégalomanes existants.

Le binôme est constitué de Jim (ou James) T. West, cow-boy classe malgré des pantalons terriblement serrés, et d'Artemus Gordon, gadgeto-comique. Toujours au taquet à l'image de leurs colts prêts à dégainer, le duo à éperons mène à bien sa mission d'extermination du mal grâce à la maîtrise des techniques de close-combat du premier et au train du second, rempli de gadgets qui ferait pâlir tout 007 qui se respecte.

Très à l'Ouest

Espionnage et western mis de côté, la série se distingue par l'intégration d'ingrédients fantastiques. Une étrangeté agréable portée par des méchants tous plus fous les uns que les autres, les plus emblématiques restant le Matamor agité Comte Manzeppi et Miguelito Loveless, nain hargneux, sorte de Numéro deux d'Austin Powers, l'espion qui m'a tirée avec un bac S en poche et la certitude que l'état de Californie appartient à sa famille.

Les mégalos scientifiques sont parfois doublés par des icônes du cinéma de genre digne de l'époque glorieuse de la maison cinématographique Hammer. Il est ainsi possible d'y croiser le temps d'un épisodes des Vénusiennes, un voyage temporel, une machine à rétrécir ou une maison hantée.

Si la série Les Mystères de l'Ouest pourra, par son kitsch sixties, paraître bien vieillotte à la majorité des sérievores contemporains, cette balance des genres, inédite à l'époque, et rarement vue encore aujourd'hui, confère aux aventures de Jim T. West et Artemus Grodon un capital sympathie valant bien un smiley carré orange qui sourit.

La Nuit de la bonne série

Gavée de gimmicks (inserts de bandes dessinées, ses titres d'épisodes débutant tous par "La Nuit..."), d'humour, de scénarii capillotractés qui se terminent toujours bien, Les Mystères de l'Ouest version tv possède un charme fantasque irrésisitible, au contraire de sa transposition ciné pitoyable par Barry Sonnenfeld avec Will Smith et Kevin Kline. Assurément, une des meilleures séries de son époque.

A découvrir

Earl - Saison 1

Partager cet article

A propos de l'auteur

    2 commentaires

    • tyler

      04/07/2006 à 20h31

      Répondre

      Oh qu'elle est geniale cette serie. Voir culte..

    • riffhifi

      29/04/2007 à 14h06

      Répondre

      Rappelons également qu'il s'agit sans doute de la première série gay de l'histoire de la télé. Le joli couple formé par West et Gordon (dont le premier porte des pantalons moulants et le deuxième aime à se travestir, notamment en femme) vit dans un train qui ne contient... qu'une seule chambre à coucher
      Ajoutez à cela le symbole sexuel du billard, le fait que les personnages féminins de la série soient au pire des criminelles et au mieux des idiotes, et on obtient une théorie d'autant plus convaincante que le créateur Michael Garrison était lui-même homosexuel.

      Mais le tout reste parfaitement visible au premier degré par des générations de spectateurs innocents fans de western !

    Participer à la discussion

    Nous nous réservons le droit de ne pas publier les commentaires qui ne nous semblent pas appropriés (netiquette, loi, point godwin, imbécillité profonde, etc.). Et ne venez pas crier à la dictature !

    Vous allez commenter en tant qu'invité-e :

    Krinein Médias, ou comment parler des séries TV, qu'elles soient américaines, françaises ou d'ailleurs, avec une certaine intelligence (rien que ça). Mais la critique touche aussi les émissions de la télévision, les magazines, la radio...

    Rubriques