3.5/10

Julie Lescaut

Les séries françaises se portent... "bien"

On relance souvent le débat de la qualité des séries policières françaises, paraît-il mille fois inférieures à leurs cousines américaines. Il est vrai que le paysage audiovisuel français est inondé de séries états-uniennes et que chaque année, leurs succès s'enchaînent. Mais en regardant de plus près du coté des mesures d'audience, on se rend compte que les productions françaises ne sont pas aussi malades qu'on le dit... Ou tout au moins pas toutes. A chaque diffusion, c'est entre sept et dix millions de téléspectateurs qui suivent les enquêtes de Julie Lescaut. Presque à chaque fois que le téléfilm est diffusé, TF1 arrive très largement en tête des audiences, avec en moyenne 35% de part de marché. Une véritable réussite, sur le long terme qui plus est, puisque la série a été lancée il y a bien des années, en 1992 ! Sur la liste des séries phares de TF1, seul Roger Hanin peut se targuer d'une réussite sur une plus grande distance encore, avec un Navarro datant de 1989 !

Ne vous fatiguez pas, on connaît l'histoire

C'est justement autour d'un pitch quasi identique à celui de Navarro que Julie Lescaut s'organise. Un policier, entre le stress de sa vie professionnelle trépidante et les petits tracas du quotidien et de la vie de famille. Voilà comment l'on peut résumer Navarro, mais aussi Julie Lescaut, la seule différence entre les deux étant qu'avec Julie Lescaut, le "flic" est une femme... Les scénarios de Julie Lescaut sont semblables à ceux de tas d'autres séries policières françaises : un crime initial, à la base de l'épisode et un long cheminement pour retrouver le coupable et le livrer à la justice. Entre l'exposition du problème et son implacable et inévitable solution, une heure trente de péripéties. Et oui, les enquêtes, chez Julie Lescaut comme ailleurs, se livrent toutes au même rythme. Pendant une heure trente, donc, le téléspectateur a droit à un nombre incalculable de fausses pistes, enchaînées sans transition. Les suspects défilent sous les yeux du téléspectateur pour qui il est difficile d'anticiper un dénouement... Jusque dans les quinze dernières minutes et la traditionnelle scène d'action, avec l'intervention de la police, à savoir Julie Lescaut et son équipe en personne.

Travail, famille...

Forcément, en filigrane, une histoire parallèle vient souvent se greffer à l'intrigue policière et traite de la vie des proches de Julie Lescaut : l'une de ses deux filles, la plupart du temps. Evidemment, Julie Lescaut est une super maman en plus d'être un commissaire de choc. Très prise par son travail, elle trouve tout de même toujours suffisamment de temps à consacrer à ses deux filles. On retrouve à peu près le même schéma familial que dans Une femme d'honneur et Navarro : une famille monoparentale (pas d'homme à la maison chez Une femme d'honneur, de même chez Julie Lescaut, divorcée), quelques problèmes relationnels légers et passagers avec les enfants, liés à leur jeune âge. Travail, famille... Reste la patrie. Julie Lescaut est une série qui se donne pour but de donner une bonne image de la police. Alors qu'avec P.J., l'objectif est de montrer des policiers avec leurs faiblesses, mais toujours très en rapport avec les problèmes de leur temps (d'où la connotation parfois très sociale de la série), avec Julie Lescaut, on reste dans le vague. Le téléfilm s'attache à montrer une police composée de minorités : une femme commissaire et des policiers de couleur avec N'Guma (Mouss Diouf) et Zora (Samia Sassi). Julie Lescaut s'attache souvent à démontrer le mépris et la méfiance qu'inspirent les "flics" à la population, mais sans jamais ouvrir de débat social. On ne soulève presque jamais de questions de société et les crimes perpétrés ne dévoilent que rarement des comportements et phénomènes pertinents.

Une qualité ?

Julie Lescaut est tout de même souvent moins mauvais que Navarro ou une Femme d'honneur. Le principal point fort de la série, ce sont quelques uns des acteurs principaux. On s'accorde facilement sur la médiocrité d'un Mouss Diouf et sur la fadeur et la transparence d'une Véronique Genest, qui incarne la femme-flic parfaite : jamais de bavure, un profond respect pour chacun et une autorité de fer. On sera par contre très surpris de deux autres acteurs aux rôles importants dans la série : Renaud Marx (Kaplan) et Alexis Desseaux (Motta), qui relèvent parfois le niveau de jeu de leurs camarades. C'est à peu près la seule qualité que l'on peut trouver à la série. Ne vous attendez pas à des scénarios difficiles, à des subtilités machiavéliques ou a une forte ambiance "polar" en regardant Julie Lescaut. La série est typique de ce qu'est habituée à faire la France en matière de séries policières depuis des années... Après tout, si l'audience est bonne, pourquoi changer ?

Partager cet article

A propos de l'auteur

7 commentaires

  • Anonyme

    02/04/2007 à 11h21

    Répondre

    Bonjour,
    je m'appelle Julie Lescaut.
    Jeudi dernier je suis passé sur TF1.
    Je suis une commaissaire parfaite et tout les français m'adorent.
    Je fais régner la loi et j'aime ça.
    Cependant au niveau du respect du code de la route je fais n'importe quoi et ça me plait.
    La ceinture je ne connais pas, pas plus que mes collègues. Bien sûr je ne parle pas des interventions d'urgence mais des trajets sans urgence ou personnel.
    Bien entendu si j'ai des passagers (témoins, victimes,...) je ne leur conseille pas non plus de mettre la ceinture, tant qu'à faire. Je ne risque pas d'avoir d'accident moi, de toute façon, je ne suis pas n'importe qui.
    Ah ! Mince, un livreur au milieu de la route qui m'empêche de passer !
    Tant pis, je lui gueule dessus par la vitre, et je klaxonne un bon coup, histoire qu'il se dépêche.
    Ben quoi ? Je suis Julie Lescaut quand même, les habitants dérangés par mon klaxon peuvent comprendre que c'est un cas de danger immédiat !
    Allez, je vous donne un autre truc : si vous voulez vous la péter quand vous arriver quelque part en voiture faites comme moi, garer vous de manière à géner le plus de monde possible, et si possible bien en travers sur le route ou même sur un trottoir.
    Et bien ? C'est pas parce-que le gouvernement est en pleine répression routière que je me dois de respecter le code de la route. Ben oui quoi, y'a que 7 millions de français qui me regardent alors je peux me permettre de les prendre pour des cons. Surtout en tant que flic.
    A bientôt pour de nouvelles aventures !

    Julie Lescaut

  • Guillaume

    02/04/2007 à 12h07

    Répondre

  • weirdkorn

    02/04/2007 à 21h43

    Répondre



    Julie Lescaut, tu ne voudrais pas faire des critiques pour krinein ?

  • Anonyme

    12/11/2007 à 19h29

    Répondre

    ALORS çA !!





    C'EST BIEN ENVOYÉ POUR UNE FOIS...






    Bravo kids, vous remontez dans mon estime...






    Y'en a mare de ces trucs à la téloche qui ne sont que des vraies daubes démagogiques...






    La-dessus, je preférais la Genet, à l'époque où elle se contentais de jouer les jolies putes rousses aux suberbes jambes et au grand coeur (j'ai un faible pour les rouquines à cause de la séries des "Angélique" avec Michelle Mercier)...

  • Anonyme

    23/11/2007 à 08h35

    Répondre

    Moi je trouve que c'est plutôt intéressant comme série, au niveau des scénarios surtout je trouve qu'ils se décarcassent assez bien, quant au niveau de jeu des acteurs, je leur mets facilement un 7/10. Les autres séries de policiers français sont nettement en dessous de ça !


    Rudy de Belgique.

  • Anonyme

    07/07/2009 à 10h57

    Répondre

    Pourquoi critiquer une femme d'honneur, Corinne TOUZET, elle, au moins
    a su s'arrêter  dans sa série. de plus de 10 ans. Quant à Julie LESCAUT
    elle ferait
    bien d'en faire autant, c'est franchement très bas cette nouvelle série
    avec ses 2 cohéquipîers qui ont oublié de se raser. On y comprend rien,
    ils articulent mal, puis on connait déjà la fin avant d'avoir suivi le
    début, c'est d'une évidence, aucun suspens, c'est mal filmé. Puis
    franchement cela m'étonnerait que ce soit comme ça dans la police.
    Cette série est copiée sur les américains (il manque la tasse de café)
    et c'est pas ce
    qu'il a de mieux dans le genre. Je regrette l'ancienne série avec Mouss
    Diouf et toute cette équipe qui avait de l'humour. Ici tout est noir,
    triste, aucune classe. Arrêtez le désastre, de grâce.

  • Anonyme

    26/12/2009 à 22h48

    Répondre

    j'ai retrouvé lescaut à Paris mais pourquoi y-est-elle? Que sont devenus son compagnon Pierre et le petit Pavel ? Quelqu'un peut-il me répondre ?

Participer à la discussion

Nous nous réservons le droit de ne pas publier les commentaires qui ne nous semblent pas appropriés (netiquette, loi, point godwin, imbécillité profonde, etc.). Et ne venez pas crier à la dictature !

Vous allez commenter en tant qu'invité-e :

Krinein Médias, ou comment parler des séries TV, qu'elles soient américaines, françaises ou d'ailleurs, avec une certaine intelligence (rien que ça). Mais la critique touche aussi les émissions de la télévision, les magazines, la radio...

Rubriques