1/10

Joypad n°142

Critique du numéro 142

Mai 2003. Suite au rachat de Hachette Digital Presse par le groupe anglais Future Network, une (grande) partie de la rédaction de Joypad quitte le magazine en faisant jouer la « fameuse » clause de conscience. Pour remplacer les légendes qui deviendront des Dieux vivants un an plus tard avec la mort de Gaming : une savante mixture à base de Future et de FJM. Le résultat : un an durant, l'illusion fonctionne grâce à la maquette traditionnelle et aux efforts de Julien Chièze ou Karine Nitkiewicz. Février 2004 : deux autres membres de la team historique, Angel Davila et Julien Hubert, quittent le navire à leur tour. Tristan Ducluzeau, presque trop doué pour écrire dans un magazine de ce type, les imite au terme de six mois passés au sein de la rédaction. Un projet de nouvelle formule pointe le bout de son nez, certains parlent d'évolution vers un ton mature dans la lignée du Edge britannique.

Juin 2004, la bête arrive dans les kiosques. Format plus petit, portrait d'un créateur de jeu, chronique jus de cerveau... Gaming (ou son cadavre) continue d'éclabousser le paysage déprimant de la presse jeux vidéo française. Mais sinon, le nouveau Joypad ? Une régression remarquable qui a déjà réussi un exploit : décourager une partie de son lectorat jusqu'au plus fidèle (Sreets of Rage, souvenir ému d'une époque où nous avions encore l'âge mental - immuable celui-ci - des rédacteurs de cette presse).

Premier contact, visuel. La maquette. PlayStation2 Magazine ? Jeux Vidéo Magazine ? Le nouveau Consoles+ ? Tout ça en même temps ? A l'évidence, les Kévin Mag trouvent leur style commun. Au menu : 2-hits-combo de Carmen Electra, « superbes » visuels militaires, Pascal Obispo et son boa rose fluo en grand format, screenshots sorties d'on ne sait quel émulateur bugué, périmées, en double, pixellisées (merci Internet... et dire que j'avais honte de faire la même chose dans un fanzine scolaire à diffusion interne, fallait pas)... Au moins, une brève peut remplir allègrement une page entière. Allons allons, ne paniquons pas trop vite. Toutes les filles moches sont intelligentes, c'est connu. Intéressons-nous donc au contenu.

...

Teck Hao Tea, rédacteur en chef, dans son éditorial : «Le jeu vidéo évolue, vos goûts et vos desiderata aussi, et on ne voulait pas rater cela». Ainsi, le jeu vidéo évolue. Soit. Depuis un ou deux ans, la presse spécialisée évolue elle aussi. Chaque mois plus loin, en marche arrière. Avec une véhémence telle que l'on finit par s'entendre dire régulièrement cette fois, au moins, ils ne pourront pas faire pire. Et pourtant, les professionnels de la frontière journalisme/communication repoussent inlassablement les limites de la vacuité. A moins qu'aveuglés par la mauvaise foi, une évolution dans le mauvais sens des joueurs que nous sommes béatement nous ait échappé. Pourtant, Joypad devient «plus ouvert encore sur le monde sans cesse plus large du jeu vidéo». Dès la page 14, la revue compte bien apporter sa pierre au processus de légitimation et pose LA question essentielle : «Ça rend vraiment dingue la violence dans le jeu vidéo ?». Un grand coup de pied dans la fourmilière, assurément.

Mais non contente de perdre ses lecteurs anciens depuis quelques temps, la presse jeux vidéo se protège soigneusement de tout renouvellement avec ses raisonnements obscurs et ses formulations alambiquées. Test de Breakdown : «S'affranchir des poncifs du FPS et tenter de décupler les sensations en balayant les nombreux carcans qui troublent le genre (...) Sous cette impulsion, le First Person Shooter traditionnel s'ouvre délicatement à une nouvelle acception, délaissant le « simple » FPS pour accueillir à bras ouverts Breakdown, noble ambassadeur du First Person Simulator ! (...) Ici, narration et action semblent fusionner grâce à une mise en scène qui trace, fusillant les fioritures pour foncer sur l'efficacité (...) Breakdown balaie les critiques pour faire triompher le ressenti au détriment du vil factuel». Un jeu qui fait le ménage, donc. Snif snif, tant de poésie, cela émeut. Mais inutile de pester devant un tel déballage de linge sans prélavage puisque la raison fondamentale apparaît comme par enchantement au sein même de l'article : «Joypad a toujours souhaité encourager les titres qui prenaient des risques». Et des lecteurs oseraient tirer sur pareille ambulance ? Les ingrats.

Un truc de fou, j'vous dis, façon old school style qui déchire tout tac tac zéro conceçao. Pulvérisées les critiques à coup de grande baffe métaphysique. Et je vous rassure, je peux continuer longtemps comme ça. Ce style inimitable, vous l'avez reconnu. Le fringant, sémillant, surpuissant Julien Chièze tombe dans l'autocaricature et le reste de l'équipe suit la sinueuse route stylistique tracée par quinze ans d'avant-gardisme linguistique. Larme d'extase, gameplay foudroyant de justesse, puissance intellectuelle intrinsèque, jubilation extrême, réalisme exorbitant à chaque coin de page... L'esprit totale emphase échappé d'un communiqué de presse du mythique supplément janvier 2004 s'impose naturellement en dépit des décalages comiques qui en résultent (haha, Drakengard, quelle bonne blague).

Par ailleurs, les amateurs de saines lectures genre Lyonpeople.com se réjouiront de la présence de la page « Joyparty » (des « gens » jouant à Singstar lors d'une soirée canapés-cocktails-petits-fours Sony). Côté rubrique annexe, « Au-delà du Pad » vous recommande chaudement d'aller voir Kill Bill 2 et de lire des mangas, des fois que votre esprit de nerd ignore encore ce genre de culture. Bien bien. Et maintenant ? «Participez et communiez avec nous au travers de l'Enquête Lecteurs» propose Teck Hao Tea. Encore faudrait-il le rester, lecteur, après un tel tour de passe-passe qualitatif.

Fin de l'avortement professionnel en ce qui me concerne, et 1/10 pour le boulot, parce que boucler un magazine, même mauvais, représente une masse de travail conséquente. Et comme dirait un certain génie proclamé de la critique vidéoludique, je sais de quoi je parle.

A découvrir

Zeronews

Partager cet article

A propos de l'auteur

13 commentaires

  • dante2002

    21/06/2004 à 00h00

    Répondre

    Efectivement ce numéro de joypad a été pour moi la plus grande déception du mois.
    Même le nouveau console+ s'en est mieux sorti.
    En tout cas je me demande si FJM a conscience qu'ils sont en train de détruire leur propre marché...

  • Anonyme

    27/06/2004 à 00h01

    Répondre

    Joypad tombe dans le degenerariat le plus total...

    Quand je relis un vieux numero de Joy, une larme m'coule

    "UN NOUVEAU REGARD SUR LE JEU VIDEO"

    A quand la supression de "Faire comme TF1" dans le cahier des charges?

  • Gounaiel

    02/07/2004 à 00h02

    Répondre

    Hey, les mecs!!!
    Je tiens à préciser que FJM n'a rien à voir (commercialement parlant, s'entend) avec le nouveau Pad... Mais pour avoir bossé chez eux (FJM), je peux vous assurer qu'avec un peu plus de pognon, on le faisait, nous aussi, notre Joypad nouvelle nouvelle formule! Foi d'ex-pigiste exploité!
    On peut en effet être tout tristounet de voir le vomi qu'est devenu ce qui était NOTRE Joypad, mais force est de constater que le lectorat, jamais pris de façon aussi flagrante pour une figue, ne s'est pas laissé prendre au jeu : le sondage proposé le mois dernier leur a été retourné à travers la tronche; y'a une morale, tout d'même!
    Et puis de toute façon, la caution intellectuelle que pouvait incarner un pigiste comme ce Monsieur Tristan a perduré : une page "Gamingisante" apparaît, mais elle semble noyée par les photos grand format de P.Obispo (brrrr, fait froid dans l'dos...) et par un contenu des plus aguichants : "le sexe caché dans ICO"... hmmmmm...

    Enfin, pour répondre à Dante2002, je peux t'assurer que les "mauvaises rédactions" sont parfois remplies de gens bien qui doivent néanmoins se soustraire à des pontes songeant saisir les axiomes (indubitablement impénétrables) du désir lectoresque. En d'autres termes, même s'il y a des gens biens, chez FJM comme chez Future d'ailleurs, ils doivent forcément se la fermer; plusieurs réactions possibles : ou quitter le navire (cf. l'ancienne équipe de Pad)ou bien exploiter la vacuité de ces pontes en sabotant de l'intérieur le magazine (cf. un vieux n° de Cubezone -FJM- où un Zoom sur "Viewtiful Joe", totalement inutile, met bien en exergue le travail éditorial totalement inexistant); cette dernière solution, totalement égoïste, n'en demeure pas moins des plus jouissive...
    Bon suicide journalistique à eux!
    Bon vent à vous...

  • Anonyme

    05/07/2004 à 00h03

    Répondre

    bein que profondement deçu par l'"evolution" de joypad ,je note de petite amélioration pour le mois de juillet, en aout....qui sait ?

  • Sherwood

    30/07/2004 à 00h04

    Répondre

    Ouais Joypad is dead, en tout cas ce qui en faisait l'esprit. C'est dommage mais c'est comme ça. Il semble que la nouvelle ligne éditoriale soit de viser plus jeune et de ratisser plus large avec quelques photos affriolantes en prime. Ce qui manque surtout maintenant c'est l'humour dans les articles. En lisant Joy je ne me marre plus, et l'esprit presque familial qui ressortait de ce canard s'est barré en même temps que l'ancienne équipe. Monde de merde!

  • Anonyme

    02/08/2004 à 00h05

    Répondre

    pad je te vomis je t'ai lu pendant 9 ans tu t es transformé en une infame m* . quand j ai acheté le numero de juin j ai pas eu envie de le lire, c'est grave. tu diminues les pages et augmentes le prix, tu nous prends pour des c*. le pire, c'est qu il y a pas une rubrique valable

  • Thrawn

    08/08/2004 à 00h06

    Répondre

    HHaaaaHHHAAAA !!! Et oui, c'est la seule chose qui m'est venu en tête quand j'ai vu ce joypad : un grand éclat de rire. Consternant, après avoir feuilleté les quelques pages qui ornent ce bout de papier qui a pour seul décoration une encre de plusieurs couleurs. Résultat, un saut à la poubelle et que je ne le revoie plus. Là !! Après deux ans de bons et loyaux services tu est bannî de mon existence. Enfin, Adieu.

  • Anonyme

    22/08/2004 à 00h07

    Répondre

    Joypad, je l'ai lu depuis... 1993 ! Et le voir disparaitre ainsi, ça me fait mal. Certes, il existe un autre magasine qui porte son nom, mais ce n'est qu'un usurpateur, sans intérêt. Ce qui fait un magazine, c'est ce qui est dedans. Actuellement, il n'y a plus que le titre en couverture qui cherche a faire illusion, se reportant à un passé glorieux.
    Franchement, je suis très déçu de cette "nouvelle" mouture. L'intéret des rubriques est très en dessous de l'acceptable, il n'y a peut etre que la notation (bien incomplète) des jeux qui semble approximativement réaliste.
    Bref, adieu Joypad, nos chemins se séparent...

  • gasmok2

    23/08/2004 à 00h08

    Répondre

    moi, mon joypad il ne m'a pas quitté depuis ces debuts (streets of rage, pour ceux qui s'en souviennent), mais quand je vois ce qu'ils lui ont fait subir, c'est comme un coup de poignard en plein coeur.
    Pourquoi tant de haine, pourquoi etre passé d'un magazine intelligent (ce qui est rare) et amusant, à cette immondice, à cette parodie!!!
    Obispo en enoooorme, carmen electra en double...c'est plus joypad, c'est FHM. Donc voila après de nombreuses années en bonne compagnie videoludique, je ne te dis pas au revoir, mais un froid adieu sera plus à propos.
    Tu perds un de tes enfants, un de plus dirai-je.

  • Anonyme

    09/09/2004 à 00h09

    Répondre

    5 ans que je lis ce magazine... jusqu'au mois de février dernier ou j'ai décidé d'abandonner. J'ai donné une chance à joypad de se racheter, mais non, l'époque est révolu!
    Après GEN4, GAMEONE, voici le tour de JOYPAD.
    Quand a JOYSTICK, il ne s'en sort pas non plus avec les éloges!
    Quel horreur, j'en suis triste.

  • Anonyme

    24/09/2004 à 00h10

    Répondre

    Joypad était le seul magazine de jeux vidéos valable, il ne tombait pas dans le grand public comme tous les autres magazine. C'était interesant : beaucoup de texte, interesant, clair, beau (souvenez vous les couvertures.... notament celle de wind waker) vraiment je suis extremement decu par cette "évolution" on se retrouve avec un "console +" de plus....

    Joypad tu a fait le choix du grand public, je te comprends le grand public fait plus d'argent probalement que les gamers trop peu nombreux, ton nouveau magazine est quelconque... inintérésant, moche, que dire, c'est triste... tres triste....

    Néammoins un seul bon point, mal mis en page et pas assez long, les articles de "réfléxion" sur le jeux vidéos, essayant de s'éléver un peu du niveau du mag' tres bas.

    Adieu


    Adieu

  • Anonyme

    05/10/2004 à 00h11

    Répondre

    je lisais le mag depuis le debut et honnetement, la vieille equipe de pad commençait à devenir saoulante, ils commençaient à se prendre pour des stars, toujours les memes blagues, etc.... et même si l'esprit restait bon, on sentait une certaine lassitude. puis ils ont arrêté brusquement. et moi je lis les editos, ils disent tous au revoir, je me dis, c fini, ils en ont marre, et bien non, ils refont un nouveau mag, mais le problême c qu'il y'a 3 nerds seulement qui sont au courant. pendant ce temps, je continue à lire le joypad remanié qui ne change pas tellement, à part des pigistes plus relous en moyenne que les anciens. jusqu'a ce fameux numéro du mois de mai, ou j'ai trop la honte quand j'ouvre la page avec Pascal Obispo alors que je suis dans le TGV. Putain, mais ils sont fous d'avoir mis une photo pareille!! Je me dis, c une erreur de jeunesse, pas de jugement hatif... et puis ce numéro d'été, les photos d'hotesses, la soirée playboy, une grosse cochonne en pleine page parceque ça parle de tuning.... alors là, désolé mais c trop. la nouvelle redac de joy, une fois les rennes en mains, a enfin montré son vrai visage, des ados ou post ados obsédés, déplorables, qui mélangent jeux-video et entrevue. ça va la masturbation chez joy? joypad n'est plus qu'un prête nom, et ses néo-pigistes des bouffons. bien que certains d'entre eux écrivent des tests corrects, cette rédac me fout la gerbe, et maintenant j'ai honte de lire ce mag.
    je reste persuadé que si l'ex-team avait prévenu son lectorat de ses intentions réelles (créer un nouveau mag), Gaming (dont j'ai appris l'existence il y'a peu de temps sur des forums) serait encore...
    Darwin a fait son travail, l'évolution suit son cours, Gamekult et JV.com sont les nouvelles espèces en voie de domination, et la presse des jeux vidéo rendra l'âme, grâce à des financiers miteux qui veulent s'approprier tout ce qui bouge pour en faire de la daube. Les meilleurs choses ont une fin, Joypad aussi....

  • Anonyme

    12/08/2008 à 03h29

    Répondre

    le monde est dirigie par les accapareurs et les sangsues ><


    (j ai grandi de la pre adolescence a l age adulte avec votre ancien magazine) TOUS sur GAMEBLOG.FR (fait par des anciens de joy)

Participer à la discussion

Nous nous réservons le droit de ne pas publier les commentaires qui ne nous semblent pas appropriés (netiquette, loi, point godwin, imbécillité profonde, etc.). Et ne venez pas crier à la dictature !

Vous allez commenter en tant qu'invité-e :

Krinein Médias, ou comment parler des séries TV, qu'elles soient américaines, françaises ou d'ailleurs, avec une certaine intelligence (rien que ça). Mais la critique touche aussi les émissions de la télévision, les magazines, la radio...

Rubriques