8/10

Jimmy Neutron

Passé un certain âge, on trouve la plupart du temps les dessins animés pour enfants mal faits, ennuyeux, jamais drôles et affreusement moralisateurs. Certains arrivent toutefois à se détacher du lot comme Bob l'éponge et son effarante stupidité ou Jimmy Neutron dont les histoires sympathiques et le ton décalé peuvent séduire plus d'une génération. Créé par John A. Davis et produit par Nickelodeon (les Razmokets), ce dessin animé tout en image de synthèse pourrait bien vous faire apprécier le genre à nouveau.

Jimmy Neutron ou James Isaac Neutron de son vrai nom est un vrai petit génie. Même s'il va à l'école primaire du coin en compagnie de ses amis Carl et Sheen ou de sa rivale Cindy, cela ne l'empêche pas de créer toutes sortes d'invention qui lui vaudraient assurément de multiples prix Nobel dans notre monde, en particulier son robot-chien multitâche Goddart. Le hic, parce qu'il y a forcément un hic, est qu'hormis Goddart ses trouvailles ont tendance à avoir de sérieux effets secondaires qui compliquent davantage la situation qu'elles ne l'améliorent.

Le scénario est on ne peut plus classique. Le coup du "je suis super doué donc je change les choses même si ça finit toujours par louper" est un procédé maintes fois utilisé (par exemple Code Lisa) mais qui marche toujours. Tant que l'imagination est là et que l'histoire ne se répète pas, il n'y aucune raison pour que cela ne fonctionne pas. Et là où se démarque Jimmy Neutron est par le ton général employé ainsi que quelques personnages valant le détour. Certes, la fin de l'aventure est toujours gentille, la bonne conduite à tenir étant sous-entendue, mais la série ne tombe jamais dans les grands discours moralisateurs. De toute manière, lorsque l'on voit ce que font auparavant les personnages, on se dit que les scénaristes sont quand même bien secoués. Ils ne reculent devant aucune situation idiote ou jeux de mots foireux et la série devient alors un petit condensé de délires, pas toujours réussis mais au moins tentés. De l'explication des vols spatiaux sans combinaison à la restitution d'un caractère à partir de petites billes à recaser dans le cerveau, la série surfe sur le n'importe quoi, souvent avec brio, et sans temps morts.

En fait, tout le dessin animé tient uniquement sur le dos de deux personnages : Sheen et Carl, les meilleurs amis de Jimmy. Bien qu'ils aient deux caractères totalement opposés, ils n'en restent pas moins aussi idiots, chacun à sa manière. Sheen est l'aventurier et vénère UltraLord, sorte de croisement entre G.I. Joe et Goldorak. Toujours prêt à sortir une blague et à faire les actions les plus idiotes, c'est le personnage comique indispensable de la série. Il est relayé par Carl, son opposé : perpétuellement à la masse, fan de lamas, pleutre, timoré et moche dont l'intelligence est encore plus réduite que l'accumulation de ses défauts. Les autres personnages n'atteignant jamais le niveau de folie de ces deux-là, ils s'avèrent moins intéressants. Jimmy est trop parfait malgré son égo surdimensionné. Ses parents baba cool sont rigolos mais un peu fades et Cindy Vortex, à la fois éprise et jalouse de Jimmy, pourrait être un peu plus déjantée.

Le graphisme est original pour du dessin animé, il est entièrement en image de synthèse. Evidemment, il n'atteint pas le niveau d'un Pixar ou d'autres films du genre mais pour de la télévision le niveau est plus qu'acceptable. C'est fluide, très (trop ?) coloré et les personnages ont tous des designs sympas, de Jimmy à l'institutrice en passant par les martiens.

Jimmy Neutron est loin d'être extraordinaire mais est suffisamment réussi pour qu'on s'intéresse à lui et qu'on reste sur ce programme après une séance de zapping. Avec des fins d'aventures plus mordantes, davantage de délires et d'autres personnages de la trempe de Sheen (vive UltraLord) et Carl, le dessin animé aurait pu être vraiment excellent.

A découvrir

New York 911

Partager cet article

A propos de l'auteur

0 commentaires

Participer à la discussion

Nous nous réservons le droit de ne pas publier les commentaires qui ne nous semblent pas appropriés (netiquette, loi, point godwin, imbécillité profonde, etc.). Et ne venez pas crier à la dictature !

Vous allez commenter en tant qu'invité-e :

Krinein Médias, ou comment parler des séries TV, qu'elles soient américaines, françaises ou d'ailleurs, avec une certaine intelligence (rien que ça). Mais la critique touche aussi les émissions de la télévision, les magazines, la radio...

Rubriques