9/10

Jamendo : ouvrez grand vos oreilles

Jamendo part d'un principe simple : pour vivre de sa musique, il faut être connu. Pour être connu, rien ne vaut la distribution gratuite de sa production. Et les gens qui aiment un groupe n'hésiterons pas à le supporter en achetant sa musique en disque ou en mp3 sur un site de musique en ligne quelconque. Jamendo propose donc de la musique, beaucoup de musique, en téléchargement tout ce qu'il y a de plus légal et de plus gratuit. Vous voulez vous faire connaître ? Rien de plus simple. Tout le monde peut mettre ses créations sur Jamendo : il suffit de placer vos oeuvres sous licence Creative Commons et de tout soumettre au site par le biais d'un petit logiciel disponible en libre téléchargement. Pour ceux qui craignent de voir le fruit de leur labeur leur échapper, rassurez vous. La licence Creative Commons a été conçue pour les oeuvres numériques, et pour laisser aux auteurs la totale maîtrise de la diffusion de leurs réalisations. Vous pourrez trouver plus de détails à ce sujet sur le site des Creative Commons.

Pour le musicien, une telle plateforme est une manière de se faire un nom. Pour l'internaute, c'est un excellent moyen de faire des découvertes, puisqu'il peut non seulement écouter les chansons une par une, mais aussi télécharger tout l'album. Le site propose, pour chaque album et chaque chanson, plusieurs encodages différents (du mp3 en plusieurs qualités et du ogg Vorbis, un format libre de très bonne qualité) qui vous permettent d'écouter les morceaux en streaming quelque soit votre connexion à internet. Et surtout, vous pouvez télécharger tous les albums et tous les morceaux, sans délier les cordons de la bourse, et sans aucune restriction. Pour le téléchargement, cela se fait sur les réseaux P2P eDonkey et BitTorrent. Une preuve de plus que ces réseaux, diabolisés à cause du mauvais usage qu'il en est généralement fait, sont à la base des outils formidables.

Cependant, Jamendo ne se veut pas être un MySpace francophone (bien que le site soit actuellement disponible dans plusieurs langues, il s'agit à la base d'un projet luxembourgeois). MySpace vous permet d'écouter les morceaux sur la page des auteurs, une sorte de plate forme de blogs avec webradio intégrée, le tout dans un système communautaire à la Orkut. Et comme sur tous ces sites communautaires, on trouve du bon, mais il est bien souvent noyé dans la masse, représentée ici par des centaines de groupes de lycéens qui se pensent être les nouveaux System Of A Down.

Jamendo n'est pas un site communautaire dans le sens classique du terme : pas de commentaires, pas de journal. Sur la page d'un groupe, on ne trouve que les albums et les chansons de celui-ci. L'aspect "communautaire" ne transparaît que dans l'aspect "Web 2.0" du site. Les internautes sont fortement invités à faire évoluer le site, en contribuant de plusieurs manières. Tout d'abord en rédigeant des critiques des album, critiques qui sont publiées sur les pages des albums, au sein même du site. Ensuite en faisant évoluer le système de "tags". Pour ceux qui ne connaissent pas ce concept, qui sous tend maintenant beaucoup de sites comme youtube.com ou flickr.com, il s'agit tout simplement d'une petite étiquette que l'on met sur un album. Par exemple, on trouve des tags "jazzrock", "rocknroll", "bruit", "classique", "clarinette" etc... Chacun est libre d'en ajouter de nouveaux et de les associer aux albums. Plus un tag fédère de chansons, plus il apparaît en gros sur la page d'acceuil. Une manière de montrer les catégories les plus actives du site.

Pour les internautes voulant vraiment s'impliquer dans le projet, Jamendo met à leur disposition des outils qui permettront au site d'améliorer les services qu'il propose. Cela passe principalement par des petits serveurs à installer, qui partagent de la musique en permanence, assurant un minimum de sources pour tous les albums et permettant également d'accélérer la vitesse moyenne de download pour l'internaute lambda. Et bien entendu, vous pouvez également participer à l'effort de traduction.

Jamendo est une bénédiction, une preuve que non, internet et musique en libre téléchargement ne sont pas incompatibles. Une preuve qu'il est possible d'exister dans l'ombre des majors et des labels, et même de faire cohabiter une signature chez un label avec la libre disposition de la musique sur internet.

Malheureusement, le projet n'est pas exempt de défaut. On pourra regretter de ne pas pouvoir faire de vrai recherche par genre, le fait de cliquer sur un tag nous ramenant non pas à la sous catégorie associée au tag "en cours", mais à la racine du répertoire de celui que l'on vient de sélectionner. De plus, la contribution des internautes est toujours anonyme. Lorsque l'on connait la part de l'égo dans les actions des internautes, on peut se demander si les gens ne se lasseront pas de ces actions totalement altruistes.

Un presque sans faute pour un site totalement novateur, qui, je l'espère, devrait continuer encore longtemps sur sa lancée. N'hésitez pas ! Laissez libre cours à votre boulimie musicale, vous le pouvez et vous en avez le droit Et comme le dit l'adage du libre "it tastes better when it's free".

A découvrir

Pure laine

Partager cet article
A voir

Griffin (Les)

A propos de l'auteur

    3 commentaires

    • KaSuGayZ

      09/09/2006 à 15h02

      Répondre

      Et dans le genre Web2.0 qui participe à http://flickr.com/ ? Faut faire un groupe kirnein (:

    • iscarioth

      02/10/2006 à 23h10

      Répondre

      Reportage sur Jamendo par tf1 :

    • Anonyme

      24/10/2008 à 00h28

      Répondre

      encore faut il que JAMENDO diffuse de la musique vraiment'libre'

    Participer à la discussion

    Nous nous réservons le droit de ne pas publier les commentaires qui ne nous semblent pas appropriés (netiquette, loi, point godwin, imbécillité profonde, etc.). Et ne venez pas crier à la dictature !

    Vous allez commenter en tant qu'invité-e :

    Krinein Médias, ou comment parler des séries TV, qu'elles soient américaines, françaises ou d'ailleurs, avec une certaine intelligence (rien que ça). Mais la critique touche aussi les émissions de la télévision, les magazines, la radio...

    Rubriques