Guillon prend la porte, Porte aussi.

La réelle actualité du moment ce n'est pas les turpitudes de l'équipe de France, non, l'actualité réelle et inquiétante en France, c'est le licenciement des deux bouffons de service que sont Didier Porte et Stéphane Guillon. Mais pourquoi me direz-vous ? En effet, pourquoi ? Et bien tout d'abord car cette nouvelle étape de la vie de la radio publique est symptomatique du malaise de notre pays.

On y voit le président du groupe Radio France (Jean-Luc Hees) qui tient un discours des plus étonnants : « Je considère que cette tranche d'humour est un échec. Elle a montré une grande misère intellectuelle dont je ne m'accommode pas » immédiatement suivi de « Ce qui ne fait pas rire à 7h55 ne me fera pas plus rire à 3 heures du matin ». Que doit-on comprendre ? Qu'un lampiste nommé par notre Président ne rigole pas en entendant Guillon, et que ce dernier mérite donc la porte ? Que ce même lampiste n'a jamais lu Bergson, qui montre brillamment que le rire est associé à la critique sociale, et que le but de ce créneau humoristique n'est pas nécessairement de faire du comique à la Benny Hill ?

Le même nous dit également « Quel patron d'une grande entreprise accepterait de se faire insulter par un de ses salariés sans le sanctionner », Mais Jean-Luc (vous remarquerez que je me prête à une familiarité de mauvais aloi, mais moi je ne travaille pas à Radio France, et chez Krinein le patron est cool, donc c'est bon), tu t'égares. Patron de quoi ? Jean-Luc Hees est le président d'une société de service public dont le chiffre d'affaire est composé à plus de 85% de la redevance, donc des impôts. Et ce n'est pas parce qu'il est nommé par le Président de la République qu'il est à ses ordres (car il a été aussi évoqué l'appel instantané de l'Elysée concernant Didier Porte comme raison de ces départs). En fait le vrai patron de Radio France (l'actionnaire comme le dit Val), c'est le Français moyen qui paie la redevance, et personne d'autre. Bien sûr il faut un pilote dans l'avion, mais le pilote devrait savoir rester un peu humble de temps en temps.

Mais ce qui me gêne le plus dans cette histoire, c'est en fait le comportement de Philippe Val. En effet, ce dernier est devenu pour moi le parfait exemple de la dilution de l'intégrité intellectuelle dans la tentation du pouvoir. Où sont passés les beaux discours d'antan, l'ode à la démocratie ? Je pourrais faire une réponse de geek au ton fort déplacé tant il est clair que depuis quelques temps les actes ne sont plus corrélés aux discours du passé. Etre aux ordres du pouvoir, de manière aveugle et juste pour sa gloire et son confort personnel, c'est fort loin d'un idéal anarcho-libertaire dont il se réclamait il y a maintenant longtemps.

La conclusion ne sera pas de moi, mais de Thomas Hobbes (tiré du Léviathan) :

« Et si l'on se montre partial en faveur des grands, voici les conséquences qui s'ensuivent : l'impunité engendre l'insolence, l'insolence engendre la haine, enfin, fait qu'on s'efforce d'abattre toute grandeur oppressive et injurieuse, fût-ce au prix de la ruine de la république. »

Partager cet article

A propos de l'auteur

73 commentaires

  • Anonyme

    24/06/2010 à 19h52

    Répondre

    pourquoi ,mes commentaires ne peuvent etre grossiers pour ,parler d'un etre dont la grossiereté le gonflait de suffisance. Il n'est pas le seul d'ailleurs !

  • nazonfly

    24/06/2010 à 20h40

    Répondre

    Chouette news. Enfin chouette c'est sans doute pas le mot...

  • Anonyme

    24/06/2010 à 23h00

    Répondre

    Je n'aime pas la méchanceté, donc je n'ai pas trouvé drôles les attaques personnelles que Stéphane Guillon balançait tous les matins contre les hommes politiques. S'il avait été intelligent, il aurait tenu compte des avertissements qui lui ont été adressés par des personnes de tous horizons : certains (Alain Minc par exemple) se sont exprimés avec plus d'humour que lui d'ailleurs.


    Ses guignolades n'avaient vraiment aucun rapport avec le rire de Bergson. Les grossièretés de Didier Porte non plus,  elles me faisaient de moins en moins rire d'ailleurs.  Alors peu importe que le directeur de France-inter soit de droite ou de gauche,  son choix me parait pertinent.


    Mais que personne ne pleure ! après ces 2 humoristes il y en aura d'autres, et encore et encore ! il parait que le rire est devenu la bande-son du monde car c'est la dérision qui prévaut maintenant, pas la déférence.

  • Anonyme

    24/06/2010 à 23h05

    Répondre

    Je trouve en effet la démarche condanable,et comme tu le dis symptomatique de l'air du temps, mais je ne vais pas pleurer non plus sur Stéphane Guillon qui de mon point de vue ne fait qu'insulter les gens en se cachant dérrière le mot "humour".


    C'est tout l'inverse de Desproges, auquel il est souvent comparé, qui lui usait de la provocation pour faire réfléchir et dont l'humour ne consistait pas à juste se moquer du physique des gens.


    Guillon est aux humoristes ce que BHL est au philosophes : Une pâle copie sans profondeur.

  • Sylvain

    24/06/2010 à 23h12

    Répondre

    Même si on ne les trouve pas drôle, et même si on aime pas la dérision, la démarche est condamnable. L'ours, tu as du mal lire mon texte, je ne dis pas que c'est politique au sens clivage droite-gauche-pingouin, mais bien qu'il s'agit d'une perte d'intégrité. Ta dernière phrase voudrait laisser croire que avant la déférence était le moteur, et que maintenant c'est la dérision.


    En fait c'est une erreur historique. Il y a eu un rebond de pudibonderie durant - grosso modo - l'époque victorienne et le début du 20ème siècle, mais à part à ces moments (et encore) la dérision était l'arme des faibles contre les puissants, et d'ailleurs était tolérée par ces derniers car soupape de sécurité et garantie d'un statu quo sociétale. C'est d'ailleurs amusant, les premières attestations de l'humour comme satyre des travers des puissants datent de l'Egypte ancienne, civilisation avec une pensée pourtant fondamentalement différente de la notre (qui est sur une base judeo-chrétienne forte).

  • Anonyme

    24/06/2010 à 23h46

    Répondre

    Ce sont les propos insultants de Stéphane Guillon qui sont inadmissibles :  Finkielkraut dirait que "ça sent la chaleur revancharde de la bassesse commune"... mais la gauche-dite-bien-pensante (que je trouve personnellement de plus en plus tyrannique) applaudit les insultes et en redemande.


    Ne connaissant strictement rien à l' humour égyptien, je me garderai bien de te contredire sur ce chapitre, mais si tu relis Bergson tu verras que l'attaque ad hominem n'a jamais été répertoriée parmi les traits d'humour, loin s'en faut : rire de soi, oui ( c'est bénéfique, cf l'humour juif par exemple) mais rire de l'autre non, c'est méchant et destructeur.


    Tu la vois où la perte d'intégrité ? qui est perdant là-dedans ?

  • Anonyme

    24/06/2010 à 23h48

    Répondre

    oN NE PEUT QU'etre d'accord. belle avancée de la démocratie!

  • Anonyme

    25/06/2010 à 06h33

    Répondre

    Guillon ne faisait pas de critique sociale au sens de Bergson, il n'y avait aucun fond, aucune réflexion dans ses chroniques, c'était juste de la vanne comme en font les gars au bistrot. Attaques physiques, approximations... Et de se cacher derrière Coluche qui lui, sous la vulgarité et les insultes, tenait un discours.


    Val, pareil, son passé de comqiue était un passé de caricaturiste, donc quelqu'un qui, par le rire, dénonce les travers. Ses textes étaient aussi méchants que Guillon, aussi durs et insultants parfois, mais au moins ils avaient un vrai fond (et Font aussi, ha ! ha ! ha !), que Guillon ne cherche même pas à atteindre.


    Par contre, pour Porte, je crains qu'il ne paye les âneries de son collègue Guillon, lui qui est bien plus méritant...

  • riffhifi

    25/06/2010 à 09h14

    Répondre

    Rire de l'autre, c'est la base même de l'humour : voir quelqu'un glisser sur une peau de banane, bégayer en public... rire de soi n'est jamais qu'une façon détournée de rire de quelqu'un d'autre, en adoptant une distanciation.


    Je suis étonné par ailleurs du débat qui semble s'élever au sujet de ce qui est "un rire bergsonien" ou "un rire non-bergsonien". D'après le souvenir que j'ai du bouquin, Bergson explique le mécanisme du rire (régulateur social, nécessairement dirigé contre quelqu'un), il ne définit pas un bon et un mauvais humour.


    Après, pour revenir à Guillon... c'est un peu une victoire pour lui de se faire virer, c'est comme le mec de Super Size Me qui se nourrit uniquement de McDo XXL : évidemment, il devient obèse. C'est une démonstration un peu forcée de la mainmise du pouvoir sur les médias (il est quand même resté longtemps avant de se faire dégager).

  • Anonyme

    25/06/2010 à 09h43

    Répondre

    Alors tu applaudis Dieudonné, Guy Bedos et Guy Carlier ... vive la méchanceté gratuite .


    Le rire devant celui qui glisse sur une peau de banane est un rire mécanique, qui fut bien analysé par les spécilalistes de l'humour. Ren à voir avec les vacheries de Stéphane Guillon& co.


    On sait bien que les enfants entre eux sont très cruels, mais les vacheries entendues dans les écoles sont dues à leur immaturité :  S. Guillon en est peut-être resté à ce stade, et ceux qui rient avec lui aussi ? Triste hypothèse........


     


     

  • nazonfly

    25/06/2010 à 10h11

    Répondre

    Je n'ai jamais entendu Guillon à la radio, mais son humour de Canal assez agressif (ah je me rappelle du mépris de Delerm qui faisait mine de lire son journal pendant la chronique de Guillon) me faisait rire.

    Par contre, l'ours tu m'as fait rire avec cette expression de gauche bien pensante qui, pour une fois, serait, si j'ai bien compris, mal pensante.

  • Anonyme

    25/06/2010 à 10h32

    Répondre

    oh je m'exprime comme je peux,  et parler est toujours une prise de risque :  le risque d'être mal compris, voire interprété.


    D'aillleurs en me relisant j'ai vu que je parlais de "méchanceté gratuite" : j'en ai ri tout seul ! Eh oui, tu sais combien Stéphane Guillon était payé sur France inter ? (il pleure son fric maintenant....) Rassure-toi, à la télévision il gagne le double, alors comme Thierry Ardisson modère utilement ses propos, je pense qu'il va garder sa place à Canal +  (entre 10 et 20 mille € par mois, ce n'est pas de la méchanceté gratuite, c'est du bizzness !)


    Ah la la, ces egos surdimensionnés , qu'ils soient footballeurs ou qu'ils se prétendent humoristes ........ras l'bol.


     

  • Sylvain

    25/06/2010 à 10h49

    Répondre

    Ce n'est pas parce qu'il y a des débordements de temps en temps dans leurs textes que ces deux humoristes méritent le baton, ce n'est d'ailleurs pas du tout le sujet de ma news.


    Ensuite je pense que certains d'entre vous ont mal entendu les textes de Guillon, il n'y a pas que de l'attaque personnelle, loin de là (et je viens de le vérifier en allant écouter les archives). Il y en a certes, mais c'est rarement le moteur de ses chroniques.


    Enfin, que vient faire la remarque sur le pognon là dedans ? C'est juste sans rapport avec le reste de la discussion.

  • pastis-mirabelle

    25/06/2010 à 11h22

    Répondre

    Je suis consterné par l'éviction peu classieuse de Guillon, Porte et Morel (ne l'oublions pas, c'est toute la tranche d'humour du matin qui a sauté). Et la disparition d'émissions uniques comme Allô la planète ne me rassure pas quant à l'avenir de la station. M'enfin, attendons la nouvelle grille de Val pour juger, malgré sa communication catastrophique...

  • Lestat

    25/06/2010 à 12h13

    Répondre

    Le contrat de Guillon se terminait fin juin, de toute façon. On ne lui a bouffé que quelques jours. Quand à Porte, il zappe quand même depuis pas mal de temps.


    Après, on est d'accord, ce n'est pas le propos de cette affaire...


    Tiens, de la politique sur Kri ?

  • Anonyme

    30/06/2010 à 20h01

    Répondre

    Parler de la méchanceté de Guillon en politique je suis d'accord...mais je puis vous assurer que les politiques entre eux sont loin d'être des enfants de choeur...alors M Guillon, qui attaque e physique une fois sur cent...c'est vrai que les Guignols et les autres humoristes (les imitateurs par exemple) eux restent toujours à leur place : 


    Pour ceux que ça interesse : http://turpitudes.over-blog.com/article ... 70623.html


     

  • Anonyme

    30/06/2010 à 22h28

    Répondre

    oui mais les hommes politiques, ce ne sont pas des humoristes ! Et si Stéphane Guillon  ne fait plus rire personne, il faut qu'il change de métier et puis c'est tout.  Radoter toujours les mêmes vacheries, ça lasse.....


    Il a nargué la France-inter pendant si longtemps qu'il devrait saluer le fair play de la direction. Evidemment, s'il cherchait depuis le début le statut de pauvre victime..... le beauf de gauche me déçoit encore plus.


    Comme disait Oscar Wilde "il ne faut pas se fier aux apparences, beaucoup de gens n'ont pas l'air aussi bête qu'ils ne le sont réellement".


     

  • Luz

    30/06/2010 à 23h11

    Répondre

    Le beauf de gauche a t-il un rap­port avec la gauche bien-pen­sante? La gauche bobo ? La gauche ca­viar ? La gauche pri­maire?



    Ca de­vient com­plexe, .. ce qui est sûr c'est que dans cette his­toire beau­coup ont été un peu gauches...


     

  • Anonyme

    30/06/2010 à 23h41

    Répondre

    Oh je ne fais pas le détail, je vois seulement qu'ils se panurgisent..... ils oublient que c'est quand les hommes se comportent en moutons que les loups arrivent


    Pour en revenir à Stéphane Guillon, tout le monde sait que  "face à la bêtise, la brutalité et l'acharnement de quelqu'un il est assez vain d'en appeler à la raison, il s'en moquera et continuera".   CQFD.


     

  • el viking

    01/07/2010 à 11h13

    Répondre

    le beauf de gauche, c'est un beauf à la mode....

  • kou4k

    01/07/2010 à 18h38

    Répondre

    Comparer Guillon à Desproges...


    Même si je ne pouvais supporter cet air malsain d'arrogance qui les caractérisaient et sur quoi il basaient leur humour, cette eviction reste une drôle d'histoire.


     Reste que ça me chiffone cette foutue tendance à surmédiatiser et surpolitiser chaque licenciement de provocateur... Je pense qu'il était déjà assez surpayé comme ça, parler d'acharnement politique dans n'importe quel cas, privé ça commence sérieusement à me tapper sur les nerfs.


     


     

  • pastis-mirabelle

    01/07/2010 à 19h27

    Répondre

    Je suis d'accord avec El Viking. J'ajouterais même que dans le cas du beauf de gauche, on parle de bobeauf !  

  • Anonyme

    01/07/2010 à 20h31

    Répondre

    et tu connais la différence entre un bobeauf de gôche et un bobo de gowche ?

  • pastis-mirabelle

    02/07/2010 à 00h26

    Répondre

    [img]http://www.krinein.com/forum/images/smilies/kwak.gif"%20border="0[/img]

  • Anonyme

    02/07/2010 à 00h36

    Répondre

    Aucune. Pour les 2, faire une révolution c'est faire un tour complet sur soi-même, c.à d. revenir au point de départ .

  • Wax

    02/07/2010 à 01h07

    Répondre

    Cette blague était offerte par l'Amicale du Café des Sports...

  • Anonyme

    02/07/2010 à 01h31

    Répondre

    ah bon, moi pas sportif, mais cette phrase se promène partout tu sais.


    J'ai aussi entendu que, pour la gauche caviar, chaque heure était une heure creuse. En particulier l'heure du déjeuner !

  • nazonfly

    02/07/2010 à 10h04

    Répondre

    Au moins l'orientation politique de l'ours est assez claire. Un ours. De droite. Putain c'est David Douillet qui est là.

  • gyzmo

    02/07/2010 à 10h46

    Répondre

    Ou Laurent Gerra !!!

  • Anonyme

    02/07/2010 à 11h47

    Répondre

    C'est peut-être pour sortir de cette politisation à outrance que je faisais de l'humour bébête ! par 33° à l'ombre faut pas être trop exigeant non plus ...  taka n'écouter que d'un oeil si tépa content . 


    Avec un minimum de pragmatisme on n'est ni de droite ni de gauche, on opte pour la position la plus adaptée à la réalité et puis c'est tout.  L'idéologie déconnectée des impératifs économiques, démographiques etc etc n'est qu' une utopie, stérile dans ses projets et inefficace tous azimuts.


    Tous ces bobos qui critiquent tout non-stop au lieu d'apporter des idées nouvelles pour résoudre les problèmes, ras l'bol. Surtout s'ils appellent leur critiques destructrices de l'humour !  Il faut prendre une certaine distance par rapport à la réalité pour pouvoir faire de l'humour, alors que le pauvre Stéphane Guillon................ triste sire.

  • gyzmo

    02/07/2010 à 12h46

    Répondre

  • pastis-mirabelle

    02/07/2010 à 13h40

    Répondre

    Les gens de gauche et de droite ont une échelle de valeurs différente. Ces valeurs déterminent entre autres l'importance de tel problème par rapport à tel autre. Sans valeurs, impossible de poser correctement les problématiques à résoudre. Le pragmatisme n'intervient que dans la manière de répondre à la situation. Il n'a donc rien à voir avec les convictions politiques, qui sont déjà intervenues en amont.


    J'ai fait court, j'espère que mon propos est compréhensible. 

  • Sylvain

    02/07/2010 à 14h04

    Répondre

    Il est compréhensible, et correct d'ailleurs. Mentionner l'économie est par exemple amusant car l'économie ne dicte pas les choix, elle offre un éventail de possibilité pour la gestion des ressources (renouvelables ou non), c'est d'ailleurs son but : l'analyse et la gestion des ressources.


    Ainsi, sur les problèmes actuelles des retraites, l'analyse économique n'a qu'une seule conséquence : il faut augmenter les cotisations, tout le reste ressort du choix d'une politique sociale. Même problème pour la crise, l'analyse économique a pour implication qu'il faut apporter massivement de la valeur dans le circuit, mais ne dit pas si c'est les banques, les particuliers ou les entreprises qui doivent toucher le pactole (cela revient au même d'un point de vue économique). Le choix de l'un des trois est en revanche un choix politique.


    En bref, ce que je veux dire est que la notion même d'impératif économique n'existe pas vraiment.

  • Anonyme

    02/07/2010 à 16h10

    Répondre

    Et vous revenez encore à la politique ?


    Je croyais qu'ici le sujet concernait Stéphane Guillon . Il est vrai que,  quand on a vu la tête des hommes politiques  à la manif' devant le maison de la radio hier( JL Mélanchon et J. Ralite de dernier des mohic... pardon communistes) on a tout compris.


    C'est quand Dieudonné s'est pointé que Stéphane Gullon a pris la poudre d'escampette : ouhlala finir comme lui ? au oubliettes ?   why not after all.....


    En attendant sur krinein je vois que tout le monde est content d'affirmer des certitudes , avec des gens du même avis bien sur, c'est moins dangereux que d'affronter une argumentation différente.


    ça me rappelle les vieux films en noir et blanc. Ya vait toujours les bons et les méchants. Sauf que quelquefois avec les années ça changeait : les cows-boys et les indiens par exemple, quel retournement spectaculaire ! c'est qui les bons maintenant déjà ?


    Je doute que la société soit partagée en 2 , les bons étant à gauche et les méchants à droite si j'en crois krinein.... l'éventail est plus large vous savez, ne soyez pas manichéens. Il y a des gens de bonne volonté partout, et des Thénardier partout aussi.


    Moi j'aime bien la phrase d'Oscar Wilde : "il est absurde de diviser les gens en bons et en mauvais, en fait les gens sont ou passionnants ou carrément ennuyeux".

  • Anonyme

    02/07/2010 à 17h03

    Répondre

      "mentionner l'économie est amusant car l'économie ne dicte pas les choix, elle offre un éventail de possibilités "....des possibilités de quoi  Sylvain ?


    ha ha ha tu es plus drôle que Stéphane Guillon : va dire ça aux grecs en faillite, ils te diront quel choix ils ont !  Ne le dis pas aux chinois ils n'ont pas le sens de l'humour.


    Et pour les retraites c'est pareil, radoter comme Martine Aubry que si elle est élue elle remettra les 60 ans offerts par le gentil Mitterand, si ce n'est pas de la démagogie qu'est-ce que c'est !  Il faut tenir compte des réalités démographiques et je ne vois pas de quelles échelles des valeurs Pastis Mirabelle veut parler.


    Les valeurs humaines sont les mêmes pour tous les hommes, ne diffèrent que les valeurs religieuses, corporelles, intellectuelles etc .

  • el viking

    02/07/2010 à 17h16

    Répondre

    Citer Oscar Wilde, c'est sympa, mais je préfère citer l'empereur palpatine: "il n'y a pas de côté obscur ou lumineux de la force; juste le pouvoir, et l'utilisation que tu en fais"... un homme plein de sagesse...

  • kou4k

    02/07/2010 à 17h27

    Répondre

    T'façons on est 7 miliards... D'ici un petit siècle on ne pourra plus se nourir...


    Ca va pêter, moi j'vous l'dis !

  • Guillaume

    02/07/2010 à 18h30

    Répondre

    Inter à 7h55 c'était quand même la meilleure audience toutes radios confondues. Ca n'est pas preuve de qualité ceci dit, mais c'est preuve que ça devait faire rigoler quelques têtes.

    Ce que je retiens surtout de l'affaire c'est que l'humour (qu'il soit bon ou pas ce qui est un autre débat,) risque de disparaitre de la grille de la station.

    Qu'on vire quelques personnes pour des raisons plus ou moins claires, admettons, mais de là à en profiter pour virer les concepts qui marchent sans pour autant être vulgaires ou intellectuellement dans le fossé,  c'est une drôle de politique pour une radio publique.


    Remarquez, on pourra toujours se rapatrier sur RTL et les grosses têtes, chantres de l'humour français...

  • Sylvain

    02/07/2010 à 18h41

    Répondre

    L'ours, non le sujet de mon texte n'est justement ni Guillon ni Porte, je croyais que c'était clair au bout de tant de commentaires dans ce sens de la part d'un peu tout le monde.


    Et je maintiens mes propos sur l'économie. Et je te conseille la lecture de manuels d'économie, ainsi que l'excellent livre de Kitcher ("Science, vérité et démocratie") pour les relations entre la politique et les outils (lui parle du cas de la science en général, mais l'économie est justement une science).


    Et les grecs ont d'un point de vue économique de très nombreux choix, ce qui coince c'est justement l'aspect politique.Par ailleurs la grêce n'est pas en faillite, elle ne le sera que si elle se declare en cessation de paiement, ce qui serait une (pas très bonne à long terme) solution à ses problèmes.


    Enfin, parlons donc des retraites, si on regarde les méthodes de calcul, il y a trois échapatoires  au "problèmes" des retraites. Alors déja, comme le dit pastis, il faut poser le problème. Visiblement ce quela société (enfin le gouvernement) souhaite, c'est preserver un niveau de revenu équivalent à celui actuel pour la retraite (cad : les retraités du futur aurait le même niveau de vie que les retraités de maintenant). On peut déja discuter de ce problème (veux t-on rester dans une économie de croissance, est ce que cela a un sens, etc... tout ça c'est de la politique).


    Bon, une fois fixé le problème, on voit qu'il y a trois voies possibles : augmenter les cotisations (comme les gens cotisent moins longtemps à cause du chomage et des études, et comme les retraites sont plus longues, il faut donner plus d'argent pour maintenir le revenu des retraités), rallonger la durée de cotisation et enfin repousser l'age de la retraite. Et bien il est évident que les deux dernieres propositions sont particulièrement bêtes : en effet elles ne sont pas maitrisées. Les institutions ne peuvent rien faire pour empecher les gens  d'arreter de travailler et de se fabriquer une pre-retraite à l'américaine.


    exemple : l'age de la retraite pour moi sera donc au moins de 62 ans, or je travaille depuis que j'ai 17 ans à trimestres pleins, donc j'aurai tous mes trimestres vers 58 ans.Quel est donc mon intérêt. M'arreter à ce moment là, vivre des sous économisés tout en bricolant à droite à gauche puis profiter ensuite de ma retraite, et ce faisant annulant l'intérêt de la rallonge de durée. Alors que si on passe la cotisation de 10 à 15 %, je ne m'arreterais pas avant d'avoir fait les 164 trimestres obligatoires.

  • pastis-mirabelle

    02/07/2010 à 18h55

    Répondre

    Dans les hommes politiques, il y avait aussi Corinne Lepage, qui est plutôt de centre-droit. Je n'ai nullement parlé de bons et de méchants, juste de valeurs différentes : tel problème sera traité en priorité par rapport à tel autre, tel problème doit être réglé par une loi plutôt que par une initiative privée ou inversement, etc. 



    Ce n'est pas parce que les Grecs sont dans une situation catastrophique qu'ils n'ont qu'une seule façon de s'en sortir. Est-ce que tu arrives à comprendre au moins cela ? 



    Pour en revenir à Guillon, si tu le mets dans le même sac que Dieudonné, c'est que tu n'as jamais pris la peine (le mot est faible) de faire un tour sur la nébuleuse de sites de ses petits copains et lui (c'est vraiment gerbant).

  • pastis-mirabelle

    02/07/2010 à 18h58

    Répondre

    Je m'adressais à l'ours.

  • nazonfly

    02/07/2010 à 19h27

    Répondre

    Il existe une autre voie pour les retraites: se débarasser des retraités. C'est un peu la voie qui a été choisie pour Guillon et Porte non ? Quelqu'un gêne, hop on s'en débarasser.


    Arrêtez de parler de retraite... je me demande jusqu'à quand je vais être obligé de bosser moi maintenant.

  • Anonyme

    02/07/2010 à 19h47

    Répondre

    "est-ce que tu arrives à comprendre ça?  AU MOINS ça? sous-entendu pauvre con, va : celui qui n'est pas de mon avis est un con. C'est ça le côté tyrannique des bobos, ils pensent que eux seuls comprennent tout, savent tout et ont raison sur tout, parce que d'abord eux ils sont gentils.


    J'ai le droit de ne pas aimer les propos insultants  Stéphane Guillon, j'ai le droit d'ignorer complètement la carrière de Dieudonné , et cela ne m'enlève absolument pas le droit au respect .


    Et comme dit kou4k...... (je ne finis pas ma phrase parce qu' en voyant Sylvain faire des calculs sur la comète à propos de sa retraite..... =c'est quoi un trimestre déjà ?  le con réfléchit).

  • pastis-mirabelle

    02/07/2010 à 21h10

    Répondre

    Bon y en a marre. Personne n'a écrit que la gauche était gentille et la droite méchante. Toi, en revanche, tu ne cesses de taper sur la gauche, les "bobos", les "bobos de gauche", les "beaufs de gauche", etc. C'est toi qui ne cesses de polluer les débats en enfermant les gens dans des stéréotypes dont toi seul sais à quoi ils correspondent (et encore, j'en doute). Et prendre tes impressions pour des arguments ne risque pas de te donner raison. Un certain HB faisait de même, d'ailleurs... Donc je regrette de m'être montré insultant mais malheureusement je n'en pense pas moins.

  • kou4k

    02/07/2010 à 22h38

    Répondre

    Rha osef !

  • Anonyme

    02/07/2010 à 23h06

    Répondre

    Les blagues sur les bobos, sur les blondes, ou sur les belges, ça court les rues tu sais.  A Paris tu ne passes plus devant un parking à vélib'  sans entendre une phrase antibobo ( on a payé très cher leurs installations et maintenant ils ne s'en servent plus ! encore des impots foutus à la poubelle....)


    Je ne pouvais pas deviner que tu étais bobo toi-même et que tu allais prendre ces phrases drôles pour des attaques personnelles.


    Suis sidéré de voir que les krineiniens applaudissent un Stéphane Guillon injurieux en tout connaissance de cause, et  me tombent dessus pour 3 phrases humoristiques que j'écrivais naïvement pour sortir des politicopalabres.  Si le modérateur me trouve hors-sujet il peut m'effacer.


    Je te laisse continuer à penser ce que tu veux Pastis, mais je prends bonne note de tes injures au passage.

  • pastis-mirabelle

    03/07/2010 à 00h36

    Répondre

    Mais je n'ai pas pas pris ces phrases pour des attaques personnelles, je dis juste que tu tapes sur une catégorie de population qui n'est définie que par des préjugés. Bobo, on l'entend partout et ça ne veut rien dire. Mais bon, si pour toi, question humour, les bobos sont comme les blondes ou les Belges, alors je comprends mieux ce qui nous oppose, vu que je déteste les blagues de blondes/belges : ce n'est pas du tout mon genre d'humour, voilà tout. Bref, je n'ai pas saisi l'humour, mea culpa.



    Personnellement, si j'applaudis Guillon, c'est avant tout pour ses spectacles. Quant à ses chroniques, elles sont beaucoup moins politiques que celles de Porte ou Morel. En revanche, les conditions de son éviction sont très liées à la vie politique : la politique s'étant peoplisée et Guillon s'étant directement moqué de certaines personnalités politiques, ces dernières ont provoqué son renvoi en prévision des prochaines élections car il commençait à devenir gênant pour leurs affaires. M'est avis qu'il y a aussi et surtout beaucoup de testostérone là-dedans : « Tu le sens, mon gros pouvoir ? ».

  • Anonyme

    03/07/2010 à 01h04

    Répondre

    bobo, on l'entend partout mais ça ne veut rien dire


    si si, tu regardes sur google, tu auras des définitions précises.  A Paris ils étaient au départ géographiquement situés dans les arrondissements  nord, nord-est, maintenant il y en a un peu partout . Sauf peut-être dans le secteur NAP car  "bobo de gauche" est un pléonasme évidemment.


    Moi non plus les blagues belges ne me faisaient pas rire, mais elles faisaient partie d'un répertoire classique . Je parle à l'imparfait car la mode est un peu passée maintenant.


    Quant à Stéphane Guillon c'est qui déjà ? Complètement oublié, rayé de ma mémoire.  Donc je te laisse l'applaudir sans lire tes pourquoi, ça ne m'intéresse pas.

  • pastis-mirabelle

    03/07/2010 à 01h49

    Répondre

    Cachez cet humoriste que nous ne saurions voir !  

  • nazonfly

    03/07/2010 à 09h02

    Répondre

    Les bobos, quand il y en a eu ça va, c'est lorsqu'il y en a beaucoup qu'il y a des problèmes.

  • Luz

    03/07/2010 à 09h48

    Répondre

    Avec l'antiseptique-qui-pique-pas c'est pas grave si y en a beaucoup, l'essentiel étant qu'ils soient petits !

  • Anonyme

    13/07/2010 à 13h04

    Répondre

    Vous vous rappelez la chanson de Serge Regggiani " Les loups ont envahi Paris / Soit par Issy soit par Ivry / Les loups ont envahi Paris / Cessez de rire, charmante Elvire / Les loups ont envahi Paris"  ?


    Elle m'est revenue à l'esprit quand j'ai appris qu'il y a avait eu vendredi à Paris un mort pour une histoire de cigarette  ( un jeune de 29 ans, comme celui qui a été tué sur l'A13 pour un refus de constat ! ! ! et ce ne sont pas les premiers...) :  je me suis dit que ma phrase  "lorsque les bobos se panurgisent les loups arrivent"......................


    Ce triste constat me permet de préciser à Sylvain que non seulement j'ai lu plus de bouquin qu'il ne le pense, mais surtout je ne m'arrête pas sur un point de vue personnel dès qu'il est remis en cause : donc à la suite de ces palabres sur les bobod'gôche j'ai creusé la question. Mais mon point de vue n'a pas évolué d'une miette :


    j'ai appris que ces idéalistes de gauche s'étaient déjà scindé en 2 groupes : on parle maintenant de boal (ça doit être pseudo-bourgeois-alternatif , je dis pseudo car il se veulent bourgeois mais n'en ont pas les codes relationnels), et puis ceux qui sont scandalisés par le laxisme de gauche côté sécurité, et qui glissent discrètement (il n'osent le dire) vers le FN. Moi qui croyais que Le Pen c'était l'extrême droite, j'ai appris que c'était la gauche déçue ! Je n'en croyais pas mes oreilles.


    Bon à partir de là, chacun a le droit de penser ce qu'il veut, de se positionner bobo ou pas, de rire avec Guillon ou de se révolter, mais il est imprudent de se cramponner à des certitudes sans ouvrir son horizon : bonnes vacances à tous !


     


     

  • gyzmo

    13/07/2010 à 13h43

    Répondre

    J'ai entendu dire que l'éviction de Guillon de France Inter lui pendait au nez depuis 1 an. Tout le personnel - du directeur à la femme de ménage, était au courant de cette Epée de Damoclès. Guillon y compris. Si ceci est vrai, le bonhomme a superbement joué l'étonnement, sa petite lettre de licenciement à la main, et ses larmes de crocodile en gestation. Plutôt bon acteur, sur ce coup.


     

  • Wax

    13/07/2010 à 15h00

    Répondre

    ...mais il est im­pru­dent de se cram­pon­ner à des cer­ti­tudes sans ou­vrir son ho­ri­zon.


    dixit le gars qui range les gens dans des petites cases bien définies...

  • Anonyme

    13/07/2010 à 16h36

    Répondre

    mais il est imprudent de se cramponner à des certitudes avant d'ouvrir son horizon


    dixit le gras qui a lu, écouté, et cherché pendant 8 jours pour mieux comprendre la  pensée unique (limite communautariste) des krineiniens ci-dessus .


    Manque de pot plus il ouvrait son horizon plus son point de vue lui paraissait non pas une certitude (je fuis la prison des certitudes), mais un point de vue bien éclairé.


    = réponse au Wax du café des sports.

  • Wax

    13/07/2010 à 16h50

    Répondre

    T'as raison mec c'est sûrement un complot...

  • Anonyme

    13/07/2010 à 17h03

    Répondre

    meu non meu non , ne soit pas parano mec : personne ne complote contre toi ni contre personne !


    Chacun donne son point de vue c'est tout. Ou tu gardes toujours le même jusqu'à la fin des temps, ou tu prends le risque d'évoluer un piti peu.... mais vu ta barbe chenue c'est peut-être déjà trop tard ?  

  • Sylvain

    13/07/2010 à 17h04

    Répondre

    Au moins maintenant on connait les lectures de l'ours le terme Boal a été inventé par le figaro, et seul le figaro s'en sert vraiment d'ailleurs, non ?

  • Anonyme

    13/07/2010 à 17h21

    Répondre

    ah ben non..... je ne l'ai lu nulle part,  je l'ai entendu.


    Et les commentaires qui allaient avec valaient leur pesant de cacahuettes ! On a le droit de rire, non ?


    Ton bouquin de Kitcher, je le pensais quelquepart entre les Schumpeteries et les Badiousocialeries mais non. Je l'ai trouvé sympatoche mais un poil naïf : il zappe le poids des intérets financiers qui pèsent sur les recherches (le clonage en particulier). Mais je ne l'ai lu qu'en diagonale..... il fait chaud j'ai pas la clim !


     

  • gyzmo

    13/07/2010 à 21h36

    Répondre

    Rah ! A chaque fois, vous tombez dans le panneau de sa provocation, les gars et filles ! Laissez couler. Elle finira peut-être par aller chasser l'impulsion sur d'autres territoires !


     


    L'espoir fait vivre

  • Anonyme

    14/07/2010 à 13h27

    Répondre

    Faites vos jeux rien ne va plus.......... ou vous optez pour la sclérose intellectuelle et le conformisme (pensée unique imposée par le chef et la majorité),  ou vous ouvrez votre site à des points de vues différents et ça peut ouvrir la porte à des discussions intéressantes ?


    Dans le premier cas effectivement je me taille. Dans le deuxième je précise qu'il ne faut voir aucune "provocation" dans mes posts, simplement de l'indignation : pour moi ce Stéphane Guillon aurait du être viré depuis longtemps, et les discutailles politicomédiatcotrucmuches m'ont pompé l'air.


    Maintenant tout le monde ici doit être content, Edwy Plenel a ré-embauché Stéphane Guillon et Didier Porte !  Faut aimer son canard évidemment....

  • gyzmo

    14/07/2010 à 14h06

    Répondre

    Krinein = Pensée unique, frontistes, site uniforme, moutons... Ah, tu vois que tu aimes bien généraliser et mettre tous les gens  du site dans la même case, hein ! J'espère que c'est de la provoc, autrement, c'est plus profond que ce que je pense^^


    Le cousin du frère de la tante de la belle-mère de mon voisin connaît de très bonnes adresses sado-masochiste, si cela t'intéresse

  • Anonyme

    14/07/2010 à 14h46

    Répondre

    Ce n'est pas de la provoc' (tu radotes ou quoi ?) ce n'est qu'une question.


    Comme le disait si bien Montaigne, " quand on me contrarie on éveille mon attention et non pas ma colère. Je m'avance vers celui qui me contredit, qui m'instruit "   Donc je remercie Sylvain de m'avoir permis de lire un livre intéressant : si je n'ai pas réussi à changer de point de vue sur son débat ce n'est pas faute d'avoir creusé la question.


    Mon point d'interrogation du jour était le suivant : doit-on adhérer à une doxa bien krineinienne pour donner son avis ou existe-t-il encore un droit à la liberté d'expression ici?


    C'est dommage qu'on ne puisse plus parler cinéma , car c'est en cinéphile que je me suis intéressé à votre site. J'ai vu récemment Bébés, et puis l'Amour en friches, et puis.........stop je suis hors sujet. 


    Ma question ne s'adresse pas à toi gyzmo, mais au responsable du site . J'ajoute que les "au moins on sait ceci + au moins on sait cela + au moins on connait les lectures de l'ours" m'ont fait rire ! = qui veut mettre l'autre dans des cases ?  

  • Anonyme

    14/07/2010 à 14h59

    Répondre

    Rien n'interdit de parler cinéma.....dans la rubrique ad hoc bien sûr

  • hiddenplace

    14/07/2010 à 15h06

    Répondre

    J'allais le dire, je ne vois pas de décrépitude dans la rubrique cinéma, personnellement...

  • Wax

    14/07/2010 à 15h25

    Répondre

    Peut être les films dont on parle et la façon de les aborder relève également trop de la pensée unique selon notre ami plantigrade...


    Oui ça par contre c'est bien de la provoc'...

  • Anonyme

    14/07/2010 à 15h40

    Répondre

    je ne vois pas de décrépitude dans la rubrique cinéma  


    moi non plus hiddenplace, mais elle est où la page sorties de la semaine ?  Aujourd'hui il pleut des seaux d'eau et je ne sais pas où aller me faire une toile.


    Comme les films que j'ai vus ne sont pas critiqués sur krinein, impossible d'y donner mon point de vue alors j'ai voyagé sur votre forum .... je sais maintenant que le terrain est miné  .

  • gyzmo

    14/07/2010 à 15h45

    Répondre

    Côté forum, tu peux créer des sujets cinéma sur les films que tu as vu si tu veux débattre ! Rien ne te l'interdit. A moins que tu ne sois trop timide

  • Anonyme

    14/07/2010 à 16h11

    Répondre

    Il ne faut pas feindre l'étonnement : ici on parle de culture, voire même de pop culture, alors qui peut encore s'étonner qu'on ne soit pas de droite ?

  • Anonyme

    14/07/2010 à 18h52

    Répondre

    t'as raison Joyeux, car "tous les crétois sont des menteurs" ( heu... c'est peut-être subtil comme argumentation pour un gauchiste primaire) atchoum !

  • nazonfly

    15/07/2010 à 10h00

    Répondre

    Se faire des bisous, c'est une pensée de droite ou de gauche ? Non parce que c'est bien les bisous.

  • Anonyme

    16/07/2010 à 12h37

    Répondre

    Se faire des bisous ce n'est pas une pensée, c'est une coutume  


    C'est vrai qu'à l'Elysée en ce moment c'est un festival de bisous ! du temps de Mitterand on se serrait la main , mais de là à dire que les bisous sont de droite...... faut pas rigoler. Le spectacle a changé de temps et d'acteurs, c'est tout.


    Maintenant quand qq'un n'a plus sa place quelquepart  on le licencie simplement ( ex le Stéphane Guillon du jour) , alors que du temps de Mitterand on le zigouillait , carrément ( entre Grossouvre et Bérégovoy la liste est longue).  Chacun ses coutumes n'est-ce pas .


    Entre qq'un qui te serre la main et te raccompagne gentiment jusqu'au métro le plus proche, et qq'un qui te fait un bisou et te plante là comme une vieille chaussette, tu préfères lequel ?  


    Et n'oublions pas Judas... un bisou n'est pas forcément une preuve d'amour.


    Après ces considérations hautement philosophiques sur les bisous, je suis d'accord avec toi : les bisous c'est bien , mais avec les gens qu'on aime bien. Sur le perron de l'Elysée je ne vois qu'un spectacle rigolo. 

  • gyzmo

    16/07/2010 à 12h51

    Répondre

    A tout péché miséricorde.

Participer à la discussion

Nous nous réservons le droit de ne pas publier les commentaires qui ne nous semblent pas appropriés (netiquette, loi, point godwin, imbécillité profonde, etc.). Et ne venez pas crier à la dictature !

Vous allez commenter en tant qu'invité-e :

Krinein Médias, ou comment parler des séries TV, qu'elles soient américaines, françaises ou d'ailleurs, avec une certaine intelligence (rien que ça). Mais la critique touche aussi les émissions de la télévision, les magazines, la radio...

Rubriques