3.5/10

Gloire et fortune : la grande imposture

La télé réalité tourne en rond depuis un moment. Alors pour remettre un peu de piment au genre, quoi de mieux que de s'auto parodier ? Tel est le point de départ de Gloire et Fortune : la grande imposture, la nouvelle émission de M6. Le concept : faire croire à un individu tout ce qu'il y a de plus normal et de plus innocent qu'il est en train de vivre un jeu de télé réalité dont le vainqueur empoche 40 000 euros alors que tout est scénarisé à l'avance et que ses compagnons sont tous des acteurs. Mais pour l'instant, c'est la chaîne et Benjamin Castaldi, le producteur, qui se font avoir au vu des très mauvaises audiences des deux premières semaines.

Le rôle du piégé est revenu à un certain Mathieu, un étudiant en informatique. La production l'a choisi pour son caractère gentil, innocent et foncièrement positif. La personne parfaite pour incarner un Monsieur tout le monde. A l'opposé, ils ont pris pour l'accompagner des comédiens jouant des stéréotypes de personnages de télé réalité comme le gay, la peste, la bimbo ou la stratège. Le voilà lâché au milieu d'une belle villa devant prendre des allures loufoques entre tous ces faux candidats et des situations déjà décidées. Pour animer le tout, Pierre Dohstel, la figure de M6 boutique, est choisi. A lui d'organiser les jeux et les cérémonies d'élimination grotesques.

Le concept est sympathique, plutôt rigolo mais cela se gâte bien vite à la vue du scénario. Les personnes censées créer des évènements drôles ont-ils de l'inspiration ? On ne dirait pas. Cela se limite à une ou deux idées par jour, pas bien originales ni même marrantes. On sourira devant l'arrivée à cheval de l'animateur ou la danse des pingouins mais un peu plus de créativité aurait été bienvenue. En effet, pour la suite de l'émission, ils ne trouvent rien de mieux que de leur faire remettre des costumes ridicules ou de faire semblant d'énerver les candidats. La seule scène vraiment amusante, la coupe de cheveux ratée, n'était même pas prévue dans le scénario original. C'est bien le signe qu'il faut laisser faire les choses se dérouler d'elles même pour obtenir un résultat naturel et intéressant.

Les acteurs sont au centre de l'émission et une grande partie de la réussite tient de leur jeu. Pour cela, ils ne sont pas tous aussi doués, notamment Karl, Aresky ou Barbara qui en font de trop. Par contre, Alysson, Jean-Claude et Eddy s'en tirent nettement mieux. L'émission, en manque d'idées, ne parvient à attirer l'attention que par le jeu des répétitions. Entre diffuser un énième résumé de la semaine précédente, diffuser dix fois les mêmes scènes ou toujours bien mettre à côté de Mathieu "il ne sait pas ce qui se passe" ou "au courant de rien", la production nous prend vraiment pour des idiots. On cherche alors la parodie. Oui, ils se moquent d'un genre qu'ils ont apporté mais en reprennant les mêmes méthodes pour les présenter.

Gloire et fortune : la grande imposture ne déroge finalement pas à ce que l'on voit habituellement en télé réalité, la faute à un scénario sans imagination et à un tout qui ne capte pas l'attention. Les réalisateurs ont du mal à trouver des scènes intéressantes alors ils nous les repassent en boucle pour combler un manque évident d'intérêt. On passe ainsi du matin au soir sans rien voir de leurs activités. Finalement, tout n'est peut être que justice et c'est la production qui s'en sortira le moins bien, l'émission donnant une formidable opportunité aux acteurs de se faire connaître et Mathieu, en plus de le faire passer pour un type bien, ne doit pas être à plaindre aujourd'hui.

A découvrir

C'est pas sorcier

Partager cet article

A propos de l'auteur

1 commentaires

  • airyn

    16/11/2004 à 17h44

    Répondre

    Je trouve à ce jeu télé un petit côté "Truman Show" (film avec Jim Carrey) qui rend Mathieu extrêmement attachant. C'est finalement un divertissement très sophistiqué : il se base sur notre culture de la real-TV pour nous faire réagir. Mais c'est à double tranchant : est-ce qu'on "s'enfonce" ou est ce qu'on "améliore" un concept ? (je devrais dire un véritable formatage - le mot n'a jamais été aussi bien applicable que sur la real-TV ).

    La boucle est bouclée : M6 commenca par Loft Story et elle finit par Gloire et Fortune.

Participer à la discussion

Nous nous réservons le droit de ne pas publier les commentaires qui ne nous semblent pas appropriés (netiquette, loi, point godwin, imbécillité profonde, etc.). Et ne venez pas crier à la dictature !

Vous allez commenter en tant qu'invité-e :

Krinein Médias, ou comment parler des séries TV, qu'elles soient américaines, françaises ou d'ailleurs, avec une certaine intelligence (rien que ça). Mais la critique touche aussi les émissions de la télévision, les magazines, la radio...

Rubriques