5/10

Fugueuses

Line Renaud et Muriel Robin se donnent la réplique sur un texte inhabituellement faible de Pierre Palmade, co-écrit par Christophe Duthuron. Evitable.

Diffusée le 5 janvier dernier sur France 2, Fugueuses est une pièce de Pierre Palmade et Christophe Duthuron, interprétée par Line Renaud et Muriel Robin. En attendant le film, qui nous est promis (soupir) pour 2009, Universal pictures vidéo édite le DVD de la captation du 5 janvier, qui était la retransmission en direct de la toute dernière représentation au Théâtre des Variétés. Pas de chance, Line Renaud s'y montre enturbannée du pied droit qu'elle s'était cassé la veille. Mais ce qui rend la pièce boiteuse, finalement, c'est la faiblesse de son écriture et son incroyable manque de rythme.

Margot (Muriel Robin) fait une fugue : à quarante ans, elle quitte mari et enfants pour partir sur la route avec sa valise. Claude (Line Renaud) fait aussi une fugue : elle s'éclipse de la maison de retraite des Glaïeuls où son fils l'a collée contre son gré. Les deux femmes se rencontrent, se heurtent, s'adoptent, se heurtent à nouveau, etc.


Le sujet a de quoi intriguer, surtout lorsqu'on réalise que cette histoire de femmes est écrite par deux hommes. Deux générations se télescopent, deux personnalités se nourrissent l'une de l'autre, il y avait matière à un bien bel échange, d'autant que les actrices sont toutes les deux des habituées de la scène. Pourtant, c'est triste à dire, mais le spectacle se réduit à un simple enfilage de lieux communs sans étincelles - ou si peu, égrenés au fil des tableaux prévisibles et plats du chemin des fugueuses : la route, la forêt, la ferme, le pont, etc. Les thèmes abordés ne dépassent pas le cadre du traditionnel « la vie, la mort, l'amour, les vaches » (liste authentique et quasiment exhaustive), et chaque scène étire péniblement en longueur la pincée d'idées qui l'anime. A l'arrivée, la pièce dure près de deux heures, semble longue comme un dimanche de pluie et n'est pas traversée d'assez de bons mots pour réjouir ou susciter l'hilarité. Le duo vedette fait de la peine à voir, car l'alchimie fonctionne et l'émotion perce parfois, mais le texte n'est pas à la hauteur de la rencontre.

Les dernières scènes laissent place à une émotion que l'on devine décuplée par le fait qu'il s'agisse de la dernière représentation, et on peut facilement se laisser attendrir par la vue de Line Renaud en pleurs. De là à dire que le niveau de la pièce s'en trouve relevé...

Le DVD

Le DVD estime nonchalamment à 3 heures sa durée de programme, alors que la pièce et les bonus, génériques compris, totalisent moins de 2h40. Irréprochable techniquement, il propose cependant une galerie de bonus d'une inutilité assez vertigineuse :

  • Une interview d'une trentaine de minutes avec Line Renaud et Muriel Robin, qui se jettent mutuellement des fleurs (littéralement) et se font interrompre par moult extraits du spectacle que l'on vient juste de regarder.
  • Un portrait croisé de 7 minutes, qui voit les deux actrices se poser à tour de rôle des questions aussi bouleversantes d'originalité que « quelle est ta qualité préférée ? ».
  • 5 minutes qui montrent la suite des saluts de la dernière ; on aurait pu aussi bien laisser cette séquence à sa place, dans la vidéo principale (il ne s'agit d'ailleurs que d'un échange de compliments supplémentaire).

Les auteurs ? Aux abonnés absents. C'est simple : les bonus ne vous apprendront tout simplement rien. En fait ça tombe bien, il paraît que personne ne regarde les bonus des DVD...

A découvrir

Nip/Tuck - Saison 5

Partager cet article
A voir

Abribus (L')

A propos de l'auteur

0 commentaires

Participer à la discussion

Nous nous réservons le droit de ne pas publier les commentaires qui ne nous semblent pas appropriés (netiquette, loi, point godwin, imbécillité profonde, etc.). Et ne venez pas crier à la dictature !

Vous allez commenter en tant qu'invité-e :

Krinein Médias, ou comment parler des séries TV, qu'elles soient américaines, françaises ou d'ailleurs, avec une certaine intelligence (rien que ça). Mais la critique touche aussi les émissions de la télévision, les magazines, la radio...

Rubriques