7/10

Frères Scott (Les) - Saison 2

Après une première saison incertaine où les scénaristes cherchaient le ton qu'ils allaient donner à long terme à la série, les héros de One Tree Hill (Les Frères Scott en VF) reviennent pour une deuxième saison franche en 2004-2005 sur la chaîne WB et en 2005-2006 sur TF6.

Désormais, le créateur Mark Schwahn et son équipe n'hésitent plus du tout. Ils semblent avoir gagné une assurance à toute épreuve qui leur permet d'enchaîner des situations où tout semble ingénieusement prévu. De moins en moins gentils, les épisodes livrent une dose impressionnante de drames et de mystères en tous genres où se mêlent mensonges, manipulations, méchancetés, trahisons, infidélités, maladies génétiques, accidents, coups et fracas, tentative de suicide, relations amoureuses peu ordinaires et révélations. Dominant cet aspect du programme, le personnage de Dan Scott (Paul Johansson) est magnifique de cruauté, de machiavélisme et d'absence de remords. A lui seul il vaut plusieurs caractères infects de Melrose Place (qui s'y connaît pourtant largement dans le domaine). D'ailleurs, le personnage de Dan est si méchant qu'il en est souvent terriblement drôle.

Là où le programme Les Frères Scott - Saison 2 marque beaucoup de points, c'est en ayant parfaitement compris qu'un bon soap fonctionnait avec de nombreux seconds rôles tout aussi importants que les premiers. Ainsi, cette nouvelle saison introduit les personnages de Taylor James (Lindsey McKeon), la soeur fêtarde d'Haley; Jules, la mystérieuse compagne de Keith; Andy Hargrove (Kieren Hutchison), le professeur au grand coeur et au goût prononcé pour les femmes matures; Felix (Michael Copon), le beau gosse latino (Michael Copon) qui se cache derrière son apparente confiance en lui; Anna (Daniella Alonso), la soeur de Felix, pas fixée sur sa sexualité; Chris Keller (Tyler Hilton), le rocker pas clair dans ses intentions... Tout aussi utiles, les second rôles de la saison 1 sont amplement développés. De la sorte, on retient particulièrement Mouth (Lee Norris), l'ami attentionné sur qui on peut compter; Nikki (Emmanuelle Vaugier, déjà aperçue dans Veronica Mars et Smallville), toujours prête à tout pour arriver à ses fins; Tim Smith (Brett Claywell), le meilleur ami vulgaire et un peu lourd de Nathan...

Si la deuxième saison n'a pas peur d'en faire des quantités dans le dramatique et dans les retournements, elle apporte en contrepoids un certain nombre de scènes criantes de vérité qui lui donnent une épaisseur non négligeable. Même si les discours du coach (Barry Corbin, à qui l'on ne décernera sûrement pas de prix d'interprétation) sont toujours aussi moralistes, la série offre de vraies réflexions sur la parenté, la famille, la fraternité, l'amitié, l'amour, les choix sentimentaux, le mariage et ses conséquences, les engagements professionnels, les drogues (alcool, coke, pilules) et les doutes de l'adolescence. En totale phase avec cette partie de la série, les citations de phrases de grands auteurs anglo-saxons en début d'épisode s'introduisent sans accrocs par rapport à la première saison.
Toujours aussi sympathique, la musique pop-rock de Keane, Kasabian, The Veils, Athlete ou encore The Wreckers et Jimmy Eats Wall (les deux formations en guest stars) accompagne agréablement les nombreuses aventures de One Tree Hill.

Définitivement plus affirmée dans son style dramatique diablement rythmé, dans la diversité et la richesse de ses personnages, la deuxième saison des Frères Scott se rapproche de la première saison de Newport Beach ou des sept de Melrose Place, tout en y rajoutant des pensées actuelles qui tendent vers Angela 15 ans et Gilmore Girls.

A découvrir

monde de Joan (Le)

Partager cet article

A propos de l'auteur

1 commentaires

  • Anonyme

    23/09/2008 à 20h04

    Répondre

    j'adore enfin une série sans violence et faite pour les jeunes et les moins jeunes

Participer à la discussion

Nous nous réservons le droit de ne pas publier les commentaires qui ne nous semblent pas appropriés (netiquette, loi, point godwin, imbécillité profonde, etc.). Et ne venez pas crier à la dictature !

Vous allez commenter en tant qu'invité-e :

Krinein Médias, ou comment parler des séries TV, qu'elles soient américaines, françaises ou d'ailleurs, avec une certaine intelligence (rien que ça). Mais la critique touche aussi les émissions de la télévision, les magazines, la radio...

Rubriques