7/10

Fort Boyard

Vive l'été, la saison des vacances et du soleil. Chaque année, c'est le même refrain : bronzage sur les plages, randonnée en montagne, farniente à la campagne et surtout Fort Boyard tous les samedis soir sur France 2. Lancée en 1990, l'émission est désormais un des fleurons des productions télévisées françaises, représentant à elle-seule 10% de l'exportation audiovisuelle nationale. Pas moins de dix pays proposent leur propre version du jeu, sans compter ceux diffusant la version française sous-titrée. Les émissions sont tournées d'avril à juillet et le fort devient une véritable ruche lors de cette période où plus d'une centaine de techniciens y sont affairés (ils sont bien cachés).

Le cadre du jeu est sûrement la clé de son succès. On ne trouve pas tous les jours un énorme fort de pierre bâti en pleine mer. C'est le moment de la petite leçon d'histoire (ce n'est pas tous les jours qu'un programmé télévisé nous offre cette possibilité). En pleine guerre contre les anglais, Napoléon décide de construire un fort au large de La Rochelle afin de protéger le port. Pas de bol, ils se rendent compte que bâtir un tel édifice n'est pas vraiment facile et ils laissent tout tomber après s'être pris une raclée contre les anglo-saxons. Les travaux reprennent finalement sous Louis-Philippe en 1827 et le fort est achevé vers 1860. Bien entendu, il est déjà désuet techniquement pour faire la guerre et il servira de prison voire de garnison à la Marine. Il est finalement abandonné et est la proie des pillards. Tout change lorsqu'en 1980 Jacques Antoine, producteur d'émissions souhaite en faire un lieu de jeu télévisé. Le Conseil Général est d'accord et va engager les travaux de rénovation. L'émission est lancée. Si les ouvriers de XIXème qui ont travaillés dessus savaient cela, ils y auraient sûrement mis moins d'ardeur.

Le concept du jeu est simple : réussir des épreuves, principalement physiques, afin de récupérer des clés qui permettront d'ouvrir la salle des trésors. Une fois cela accompli, il faut se mettre à la recherche d'indices qui dévoileront le mot mystère, indispensable pour que les pièces (les boyards) tombent dans cette salle. Voilà à peu près ce que l'on peut voir sur nos écrans depuis quinze ans. Le jeu a bien connu quelques évolutions comme l'affrontement contre les maîtres du jeu pour récupérer du temps ou le campement à l'intérieur du fort pour passer la nuit mais rien n'a fondamentalement changé si ce n'est les candidats. On pouvait voir au début des inconnus super costauds venus récupérer de l'argent. Ils ont été finalement remplacés par des célébrités venues jouer pour des associations caritatives.

Ce qui fait le charme de Fort Boyard, c'est également la difficulté des épreuves. Celles-ci se renouvellent régulièrement et sont toujours plus imaginatives, misant mois sur la force brute comme lors des premières saisons. Au menu, soulever d'une cellule des boulets de canon situés dans la mer, grimper à une corde qui ne cesse de descendre, monter sur une paroi glissante de 45° ou réussir à compléter une sorte de puzzle. Bien entendu, les candidats disposent d'un temps limité et ceux restant enfermés dans la cellule après le décompte du sablier se voient envoyés en prison. Les épreuves sont variées, fortement sympathiques, de temps en temps marrantes, et elles constituent la partie la plus divertissante du jeu. Le rythme se calme malheureusement par la suite et l'envie de zapper commence à se faire pressante. La recherche d'indices peut tout de même se révéler plaisante lorsque l'on voit des candidats morts de peur à l'idée d'entrée dans une fosse à mygales ou d'effectuer un saut à l'élastique (d'un autre côté ça se comprend).

Toutes ces épreuves vont de paire avec l'imagerie du fort et sa farandole de personnages haut en couleur. On y voit toujours deux animateurs bienveillants (Sarah Lelouch) et malveillants (Olivier Minne qui a dû s'entraîner au fort au vue de sa nouvelle musculature), les guides Passe-Partout et Passe-temps, le Père Fouras et ses énigmes, la Boule, la dresseuse de tigres, etc. Tout y est très travaillé et rondement mené pour assurer le spectacle, ce jeu n'étant finalement qu'un show au cadre inhabituel.

Fort Boyard, c'est l'émission familiale par excellence. C'est sympathique, parfois rigolo ou surprenant et au final divertissant. Les enfants adorent ça et l'émission ne fait de mal à personne, sauf peut-être à quelques participants. Bref, cela fait quinze ans que ça dure et ce n'est pas près de s'arrêter. En plus c'est bon pour le tourisme en Charente.

A découvrir

Eté évasion

Partager cet article

A propos de l'auteur

8 commentaires

  • axelay

    22/08/2005 à 23h43

    Répondre

    le fort boyard est en charente maritime et pas en charente


    j'y tiens c'est mon pays natal !

    et bravo pour la critique

  • nazonfly

    23/08/2005 à 11h48

    Répondre

    Ahhh Fort Boyard, toute ma jeunesse. Et on finit par laisser tomber ce divertissement à l'adolescence (ben oui c'est le samedi soir, jour des sorties entre potes).

    Etrange coïncidence, je suis tombé sur un épisode il y a peu (j'en entends déjà se gausser de mon adolescence perdue). Contrairement à weirdkorn, je ne trouve pas que les épreuves se renouvellent tant que ça puisque la paroi à 45°, le farfouillage dans diverses urnes remplies de choses gluantes, visqueuses et vivantes sont, par exemple, là depuis le début.

    Je trouve que l'intérêt de ce jeu a largement diminué à cause d'une simple chose : le remplacement de candidats anonymes par une tripotée de "people". Là où les candidats s'arrachaient pour gagner quelques euros (les épreuves étaient alors plus difficiles, notamment les énigmes du Père Fouras), les peoples ne jouent pas pour leur pomme (enfin si, ils jouent pour gagner en visibilité) mais pour des associations. Eternel débat entre actions caritatives pour aider des gens ou pour permettre aux people de se montrer, promo inside. En tout cas, on sent bien que les people ne sont pas aussi impliqués que les candidats des premiers temps. Et nombre d'épreuves se sont vues simplifiées pour permettre aux nouveaux candidats de gagner un peu d'argent.

    Au final, je crois que le jeu Fort Boyard a été le prélude d'une des grandes nouveautés de la télé : la télé réalité. Voir des gens comme vous et moi galérer, s'échiner rappelle inévitablement des jeux comme Koh Lanta. Et c'est d'ailleurs ça qui fait son succès. La seule différence c'est que la France avait été un précurseur mais n'a pas su évoluer dans cette fois et se contente désormais d'adapter les jeux étrangers, américains, hollandais, allemands...

    Ahhh que dire des "personnages" de Fort Boyard si ce n'est qu'ils sont la marque de fabrique du Fort comme le dit weirdkorn, mais qui ne regrette pas la subtile ironie d'un Patrice Laffont, a contrario d'un Olivier Minne des plus inintéressants.

    En conclusion, comme un vieux Cabrel nostalgique (pléonasme non?), Fort Boyard c'était mieux avant. Il reste de nos jours quelques magnifiques plans sur des décolletés féminins, mais ça ne sauve pas le jeu.

  • hunt

    23/08/2005 à 13h44

    Répondre

    même que le bort boyard d'abord, j'en ai fait le tour en bateau.

    d'ailleurs, quand on va un peu vite en bateau, ca fait mal au coxys.

    ce que l'on ne voit pas à la télé, c'est que la partie du fort visible depuis la plage de boyard-ville comporte une grosse plateforme.


    voila, en fait je voulais juste me la peter pasque je suis déjà allé voir le fort de pres. ca me fait une belle jambe d'ailleurs.


    ah oui: eh, anne gaelle, repasse plus souvent dans l'épreuve des tuyaux !!

  • Fandor

    23/08/2005 à 18h11

    Répondre

    nazgul666 a dit :

    Je trouve que l'intérêt de ce jeu a largement diminué à cause d'une simple chose : le remplacement de candidats anonymes par une tripotée de "people".
    mais qui ne regrette pas la subtile ironie d'un Patrice Laffont, a contrario d'un Olivier Minne des plus inintéressants.

    Ceci expliquant cela.

    Autant il est facile de se foutre de la gueule de candidats lambdas, autant ça devient plus délicat lorsqu'il s'agit de personnes "connues". Ce n'est pas obligatoirement un manque de courage mais si Lorie, Douillet ou encore Légitimus vous font mauvaise presse, les prochaines émissions vont être un peu compliquées à monter.

    Mais les "people" peuvent réserver de bons moments: Bruno Solo a presque atomisé le jeu et, d'ailleurs comme quoi, ils lui ont bien fait payer lors des épreuves.

    Je serai bien en peine de parler de l'émission de maintenant, ça fait plusieurs années que je ne l'ai pas regardée et je ne peux pas dire que ça me manque.

  • Sakana

    28/08/2005 à 17h39

    Répondre

    Je suis assez d'accord avec ce que tu dis, l'émission avec Bruno Solo était vraiment sympa. Pour moi, people ou pas, je trouve que Fort Boyard est une très bonne émission.

  • Ramimi

    02/09/2005 à 17h52

    Répondre

    Perso j'étais vraiment une fidèle il y a plusieurs années en arrière. Cendrine Dominguez et Patrice Lafont assuraient bien, on sentait la mer à travers l'écran, le suspence, l'endurance, et aussi la sobriété. Peut-être qu'en grandissant je vois différemment, mais aujourd'hui voir cette émission ça me coupe le souffle, elle me stresse. mais le concept me plait toujours autant !

    Ramimi

  • Anonyme

    26/07/2007 à 11h42

    Répondre

    [img]/medias/../forum/images/smilies/yeah.gif"%20border="0[/img]

  • Anonyme

    26/07/2007 à 11h49

    Répondre

    [img]/medias/../forum/images/smilies/gneee.gif" border="0" alt="" /> fort boyart et une exelente émission mais défois un peu éxagérer,......    

Participer à la discussion

Nous nous réservons le droit de ne pas publier les commentaires qui ne nous semblent pas appropriés (netiquette, loi, point godwin, imbécillité profonde, etc.). Et ne venez pas crier à la dictature !

Vous allez commenter en tant qu'invité-e :

Krinein Médias, ou comment parler des séries TV, qu'elles soient américaines, françaises ou d'ailleurs, avec une certaine intelligence (rien que ça). Mais la critique touche aussi les émissions de la télévision, les magazines, la radio...

Rubriques