Le football va-t-il tuer le cinéma français ?

BeIn Sport. Pour ceux qui ne suivent pas l'actualité du sport, ce nom ne devrait pas évoquer grand chose. Pourtant cette petite chaîne va sans doute changer le paysage médiatique sportif français et pourrait entraîner un changement dans le cinéma français.

Sport et football à la télé aujourd'hui

En France, l'amateur de sport a l'habitude de jongler avec les différentes chaînes disponibles (TF1, France Télévisions, Canal+, M6, Direct 8, Eurosport et même Orange Sport) pour avoir sa dose quotidienne d'ainfdrénaline par procuration.

Ainsi, en ce qui concerne le football, la Ligue 1, notre compétition nationale, est diffusée exclusivement sur Canal+ et Orange Sport, les coupes (Coupe de France et Coupe de la Ligue) sur France Télévisions, la Ligue des Champions (la coupe européenne des grosses équipes) sur TF1 et Canal+, la Ligue Europa (la Coupe Européenne des petites équipes) sur M6, les matchs de football féminin et des Espoirs sur Direct 8 et la Ligue 2 et le National (3ème division) sur Eurosport. Le tout étant bien évidemment attribué selon des appels d'offres sur plusieurs années qui se chiffrent parfois en centaines de millions d'euros.

BeIn Sport fait bouger les lignes

Portée par le tout puissant État du Qatar comme sa maison-mère Al Jazeera, BeIn Sport a mis un grand coup de pied dans la fourmilière, tout d'abord en s'adjugeant une partie des droits télés
BeIn Sport, une chaîne presque Atari
de la Ligue 1 : chaque journée de championnat verra deux matchs sur Canal+ et deux matchs sur BeIn Sport ! Mais Canal a perdu les droits des matchs à la demande au profit de BeIn Sport. C'est donc sur BeIn Sport que se retrouvera la majorité des matchs de Ligue 1.

BeIn Sport a poursuivi avec le rachat d'une partie de la Ligue des Champions au détriment de TF1. Les afficionados de House et autres Mentalist seront contents : leur série ne sera plus déprogrammée au profit du football. Loin de s'arrêter en si bon chemin, BeIn Sport diffusera aussi toute la Liga (le championnat espagnol auparavant sur Canal+), une partie du Calcio et de la Bundesliga (championnats italiens et allemands).

La chaîne à l'appétit monstrueux commence déjà à mettre ses billes sur le rugby même si elle a perdu les droits du basket qui resteront sur Canal+.

Pour l'instant, les Coupes restent sur France Télé : rassurez-vous vous pourrez toujours voir des Lyon-Quevilly ou des OL-OM sur des chaînes en clair.

BeIn Sport a déjà presque tué Orange Sport : le tour de Canal ?

La première victime de l'arrivée de BeIn Sport pourrait se nommer Orange Sport. Créée à partir de rien, disponible seulement si vous aviez Orange, elle disposait
Canal, une future boîte vide ?
d'un produit d'appel intéressant : un match de L1 le samedi soir. Malgré ce petit bout de football et quelques autres compétitions (NBA, snowboard, boxe, athlétisme, tennis), elle ne compte que 365 000 abonnés. Des abonnés qui sont apparemment en ligne de mire dans une négociation entre Orange et Al Jazeera.

Du côté de TF1, on ne se fait pas de bile : la Ligue des Champions ne semble plus intéresser beaucoup de monde (4,3 millions de téléspectateurs pour le quart de finale Bayern-OM à comparer aux 8 millions hebdomadaires du Mentalist) et les matchs des Bleus restent à l'affiche, même si là aussi l'érosion est palpable.

La grande question reste l'avenir de Canal+ pour laquelle le football est un produit très important. Ainsi ses meilleures audiences sont souvent le football : l'OM-PSG de novembre 2011 a rassemblé 35% des abonnés. Certes la chaîne conserve son fameux match du dimanche soir mais le supporter français, loin d'être la vache à lait des autres pays, voudra-t-il payer les 39 euros de l'abonnement Canal+ et les 11 euros de BeIn Sport ? Et s'il fallait choisir entre les deux, choisira-t-il Canal+ ? L'offre cinéma et séries de la chaîne cryptée saura-t-elle séduire suffisamment à l'heure où de plus en plus de monde télécharge films et séries en avant-première ?

Vers la chute de Canal+ ? Et du cinéma français ?

Un titre un peu provocateur mais la question mérite d'être posée. Il ne faut pas oublier que la perte des droits télés de la Ligue 1 avait précipité la chute de TPS. En sera-t-il de même avec Canal ? Tout dépendra sans doute de la volonté
Le cinéma, une destinée pas bébelle ?
de BeIn Sport d'investir encore plus dans le développement de son offre sportive et principalement footballistique.

Imaginons maintenant que BeIn Sport a la peau de Canal+ avec une fuite massive des abonnés vers la chaîne qatarie. Quelle est l'influence sur le cinéma ? Il faut rappeller que toutes les chaînes de télé doivent verser une part de leur budget à la création cinématographique française, ce qui permet à la France d'avoir l'un des cinémas les plus vivants et variés de la planète. Canal est le premier investisseur du cinéma français : la chaîne a une obligation d'investir 12,5 % de son chiffre d'affaire dans des productions européennes dont 9,5 % pour des productions françaises (Source). C'est donc 170 millions d'euros que verse la chaîne à la production cinématographique sans compter ce qu'apporte StudioCanal. Pour se faire une idée, le CNC dans son bilan 2011 annonce un coût total de production de 737 millions d'euros. Avec la chute de Canal, ce serait donc plus de 20 % du coût de production qui s'envolerait.

Le très puissant lobby cinématographique français saura très certainement faire pression pour éviter un effondrement de la chaîne. Ou alors la chaîne devra faire des économies, par exemple sur le salaire d'Ariane Massenet.

A propos de l'auteur

Intéressé par beaucoup trop de sujets, nazonfly est en charge de la partie Musique Krinein depuis quelques années. Ce qui ne l'empêche pas de visiter les territoires des livres, du cinéma, des médias et même de sciences et tech.

7 commentaires

  • Islara

    12/04/2012 à 14h12

    Répondre

    belnsport, mon oeil, c'est plutôt belnfoot qu'ils devraient s'appeler... C'est dingue d'être à ce point prétentieux. http://television.krinein.com/football- ... 18722.html

  • nazonfly

    12/04/2012 à 14h51

    Répondre

    Ils se sont d'abord lancés sur le foot, comme Canal+. Faut dire que c'est ce qui est le plus visible. Ils s'attaquent au rugby, ils auraient déjà les JO de Londres en différé. Nul doute que l'offre va devenir plus grande au fur et à mesure (d'autant plus avec les discussions avec Orange Sport...).

  • Choucroot

    12/04/2012 à 15h12

    Répondre

    A lire ton (très intéressant) article, on pourrait se demander si c'est pas plutôt le Qatar qui va tuer le cinéma français alors que le football l'a sauvé via canal+ il y à quelques décennies.
    Ou pas ?

  • cubik

    12/04/2012 à 16h31

    Répondre

    Beln, c'est la fameuse chaine sportive d'Al Jaazheera?

  • nazonfly

    12/04/2012 à 16h45

    Répondre

    Oui. Ce n'est pas clair dans l'article ?

  • cubik

    12/04/2012 à 16h49

    Répondre

    euh ben non
    Tu précises bien que c'est qatari, mais pas vraiment que c'est une filiale d'Al Jaazheera

  • Islara

    12/04/2012 à 16h51

    Répondre

    nazonfly a dit :
    Oui. Ce n'est pas clair dans l'article ?


    Si si, je te rassure, tu l'as dit (par contre, je ne sais pas si tu as utilisé la même orthographe que Cubik).

    Sinon, je ne m'inquiète pas trop pour le cinéma français. On parle de grosses structures qui se battent entre elles, c'est la loi du marché et de la concurrence. Mais les gros ne meurent jamais dans ces combats. Ils sont juste affaiblis. Il n'y a que les petits qui se font écrabouiller sur l'autel de cette dure loi.

Participer à la discussion

Nous nous réservons le droit de ne pas publier les commentaires qui ne nous semblent pas appropriés (netiquette, loi, point godwin, imbécillité profonde, etc.). Et ne venez pas crier à la dictature !

Vous allez commenter en tant qu'invité-e :

Krinein Médias, ou comment parler des séries TV, qu'elles soient américaines, françaises ou d'ailleurs, avec une certaine intelligence (rien que ça). Mais la critique touche aussi les émissions de la télévision, les magazines, la radio...

Rubriques