8/10

feux de l'amour (Les)

Voilà, c'est fait. Krinein peut enfin se vanter d'être LE site de critique en classant précieusement dans ses archives les Feux de l'Amour.

Savez-vous pourquoi tous les après-midi, cher monsieur, votre femme s'écroule sur le canapé exactement à 13h50, juste après les sages recommandations de Non, ce n'est pas lui...
Non, ce n'est pas lui...
Catherine Laborde ? Oui, vous savez quelle est la nature de ce péché quotidien. Vous savez qu'à partir de 13h50, vous n'aurez plus la possibilité de joindre votre compagne qui aura pris soin de couper toute communication avec l'extérieur durant 50 minutes. Vous dessinez dans votre tête ce fauteur de trouble ; ce salopard de Victor Newman qui, depuis 35 années maintenant, partage ses problèmes de couple en tout intimité avec les ménagères du monde entier. Vous le voyez vaguement avec sa moustache ringarde à la Magnum, trônant dans une maison rose bonbon décorée par Hillary Clinton, vidant son Martini en se demandant s'il va divorcer pour la 3ème fois de Nikki. Amusé, une interrogation vous trotte dans la tête : « comment un tel programme peut-il exister ? »

Bien avant l'apparition de « The Young and the Restless », les fabricants de lessives et autres produits de nettoyage recherchaient une idée pour faire de la publicité intensive sur leur marque. Comment s'accaparer l'attention des femmes aux foyers ? La solution lumineuse fut toute trouvée : sponsoriser des feuilletons durant la semaine, pendant des tranches horaires où la femme au foyer est la plus exposée aux supports médiatiques. Rendez donc grâce à Colgate-Palmolive et Procter and Gramble pour leur génie ! Que ce soit à travers des émissions radiophoniques ou à la télévision, leurs productions peuvent se vanter d'avoir une durée de vie dépassant de loin tout type de série et autres divertissements. Mais comment de telles niaiseries peuvent-elles battrent des records de longévité ? Cher Monsieur, n'étant pas à votre domicile la semaine, vous ne pouvez comprendre tout le processus d'acculturation nécessaire pour adhérer aux Soaps. Mais avant d'aller plus loin, une présentation plus précise de l'intrigue et des personnages s'impose :

Comment résumer 35 ans de mariages, de tromperies, d'hormones de croissance via des séjours en Europe ou encore de morts suivis de résurrections ? Pour simplifier les choses, vous pouvez transposer certains concepts d'Harry Potter sur Les Feux de l'Amour :

La dynastie Newman : les Gryffondors de la maison

vick_250

Victor Newman et Nikki
Il est là le lion de Genoa City ! Victor Newman est depuis peu un ancien PDG des entreprises Newman et Jabot Cosmetics. Impitoyable homme d'affaire, Victor donnait jusqu'à présent des ordres sans supporter d'être contredit. Ce point a tendance à agacer son entourage, notamment ses enfants : Nicolas et Victoria Newman. Malgré sa fortune, Victor est une personne de confiance qui a su garder les pieds sur terre. Son palmarès féminin n'est pas à rougir mais la femme de sa vie (et de ses chérubins) demeure Nicole Reed : une ancienne prostituée devenue sainte nitouche qui effleure « accidentellement » d'autres lèvres que celles de son mari. A l'instar de ses adversaires (les Abbott), les Newman peuvent se vanter d'être une famille paradoxalement unie malgré les frasques et éternels conflits d'intérêts entretenus par chacun. A travers eux, d'autres protagonistes partagent leurs joies et douleurs, parfois à leurs risques et périls. Que ce soit Sharon, la fausse vierge toujours en conflit avec sa belle-mère, Ryan le grand amour de Victoria tué par une folle ou encore les petits-enfants traumatisés dès la naissance quand ils arrivent à franchir ce cap.

Les Abbott : Serpentard avides de revanches

De gauche à droite : Jack, Ashley et John Abbott Senior
De gauche à droite :
Jack, Ashley et John Abbott Senior
A l'origine, John Abott est un financier qui a construit sa fortune à travers sa société Jabot Cosmetics (spécialisée bien entendu dans les produits de beauté). Aujourd'hui retraité, le patriarche a transmis le flambeau à ses 3 enfants : Jack, Ashley et Traci. Diplômé de Harvard et vétéran de la Guerre du Vietnam, Jack entretient une haine profonde à l'égard de Victor Newman, le requin qui avait la main mise sur la société de son père. Rancunier mais calculateur, Jack a réussi récemment à berner tout le conseil d'administration pour récupérer les rênes de sa firme, et renvoyer Victor avec jubilation. Sa sœur Ashley, mariée jadis avec Victor et ayant volé quelques années plus tôt son sperme pour se l'inséminer en cachette, est considérée comme le médiateur des deux maisons rivales. Traci, quant à elle, est une romancière reconnue mais faisant des apparitions passagères dans la série. Comme les Newman, des personnages secondaires fréquentent les Abbott. Nous pouvons citer Jill, ex-femme de John avide de richesses et de reconnaissance... ou encore Phyllis, ex-épouse de Jack, peste et anciennement folle. Côté garçon, nous pouvons mentionner Brad Carlton, le bellâtre de la troupe arrivé un jour en tant que jardinier pour être aujourd'hui tout naturellement... le directeur général de Jabot Cosmetics.

Katherine Chancellor : la mère Serdaigle

vick3_250
Katherine, en compagnie de sa nièce

Mariée au regretté Philipp Chancellor II, Katherine est aujourd'hui présidente de Chancellor Industries. Une firme importante dans le petit monde du Soap Opéra puisqu'elle est également mentionnée dans Amour, Gloire et Beauté. Ainsi, les Chancellor constituent un pont entre les deux séries. Certains acteurs meurent dans une première pour émigrer définitivement vers la seconde. Katherine a deux enfants : l'invisible Brock Reynolds et Jill Foster Abbott qu'elle a eu hors mariage. Katherine déteste sa fille qu'elle considère comme une erreur de la nature. Amis depuis qu'ils sont étudiants, la matriarche a des relations amicales avec la famille Abbott. Elle demeure également une parfaite confidente pour Nikki et le reste de la famille Newman. Peu de personnages secondaires sont visibles chez les Chancellor. Katherine a été veuve 4 fois. En dehors de sa maîtresse de maison, seule sa petite nièce Macchenzy semble trouver grâce à ses yeux.

Ainsi pouvons nous présenter brièvement les principaux personnages des Feux de l'Amour. Bien entendu, si nous restons sur le modèle Harry Potter, il vous manque une maison. Ces « Pouffsouffles », pourraient être rangés dans la catégorie des personnages secondaires. Ceux qui n'ont pas un lien direct avec l'une des trois premières maisons. Ce sont le plus souvent les employés qui, eux aussi, accumulent les bouleversements sentimentaux et d'affiliation. Parmi eux, nous pouvons citer principalement les Winters, cette famille noire dominée par deux frères fréquentant chacun une des sœurs Barbers. Vous avez également Paul Williams, le séduisant détective privé fricotant avec la fille du producteur de la série. Enfin, on peut aussi reléguer dans la case « fourre-tout » les jeunes adolescents pré-pubères, soucieux de ne pas se faire violer quand arrive leur première fois.

Trève de bavardages. Maintenant que vous en savez plus sur la profondeur des faits, faut-il répondre à votre question : pourquoi les Feux de l'Amour dopent-ils depuis tant d'années les performances de votre machine à laver ?

Un épisode de trop qui peut vous mener à l'addiction

Il est vrai qu'un autochtone ne suivant pas régulièrement les épisodes peut se perdre facilement dans cette jungle de luxure. Vous regardez vaguement une dispute soutenue par une musique en suspens. L'une parle d'un test de grossesse, l'autre ressent soudain un instinct paternel émerger en lui. Un fils veut que son père passe plus de temps avec sa mère ? Il décide d'organiser une OPA agressive pour le pousser à démissionner de son travail. Absurde, grossier, pitoyable... les qualificatifs manquent pour déterminer cet excrément parfumé de Chanel. Les minutes sont interminables, se transforment en heures. Votre doigt zappe sans retenue, préférant vous réfugier du côté de chez Delarue, plus scatologique mais concret.

vick8_250
Sea and Sun ... Peu de sexe.
Pour les téméraires, l'intérêt commence à émerger au bout de deux épisodes suivis convenablement. Vous ignorez précisément qui sont réellement ces personnages, mais leurs problèmes pittoresques vous amusent. Voir ce père de famille cocufié de partout sans le savoir, tandis qu'il déverse un monologue solennel sur les vertus familiales, vous fait sourire. Vous connaissez déjà les clichés, mais la sincérité des acteurs et la mise en scène dramatique stimule votre esprit ironique. Les Feux de l'Amour ont ce mérite simple mais étrangement recherché de vous vider la tête pendant que tourne votre lave-linge. A ce moment-là, vous vous dites Monsieur que la boucle Procter and Gramble est bouclée. Mais détrompez-vous...

Arrive au final la période additive où les cas sont irrécupérables. Les Feux de l'Amour devient votre rendez-vous quotidien. Pour bien préparer la semaine, vous lisez les prochains épisodes sur Téléstar histoire d'avoir un avant-goût de ce qui vous attend. Vous savez que Ryan va mourir jeudi mais vous devez impérativement être là lorsque cette fin shakespearienne aura lieu. Le Téléstar ne vous suffit pas ? Il reste toujours Internet pour se projeter quelques années en avant. Vous devenez incollable et êtes prêt à découvrir d'autres soaps basés sur le même concept.

Des acteurs biens payés

Inutile de vous décrire davantage ces intrigues que vous trouvez superficielles. Vous les connaissez par cœur. Pourtant, derrières les champagnes et paillette, la machine est huilée au millimètre près. Les producteurs et scénaristes ont ici mis sur pied des bases recyclables leur donnant l'opportunité de rebondir facilement. Pour cela, il faut imaginer des personnages à forte personnalité, les confronter dans une intrigue répétitive mais dont la teneur varie en fonction de leurs tempéraments et univers familiaux. La douce Sharon sera une parfaite martyre assistant au déclin de son couple tandis que Phyllis sera plus plus sulfureuse et mordante face à la même situation. Le soap dépend davantage des personnages que des acteurs qui les interprètent. Ainsi, les morts, les mariages et autres cocus se répètent inlassablement, faisant mûrir doucement les protagonistes mais sans précipitation. Autant rester sur ces gardes si un comédien quitte la série pour transformer son rôle en psychopathe (comme ce fut le cas avec Eva Longoria) ou le tuer dans un accident d'hélicoptère le temps de la renégociation !

Malgré ce fait, il ne faut pas cracher sur la performance du jeu d'acteur. Même si vous avez affaire à un vulgaire soap, les comédiens présents depuis plus de 10 ans ont réussi au fil du temps à creuser en profondeur leur interprétation. Certes, comme tout studio digne de ce nom, les fausses larmes sont rajoutées au coin de l'œil quand Drucylla supplie Malcom de ne pas dire à son frère qu'il est le vrai père de sa fille. Mais ces derniers réalisent une prestation sans retenue et sans à priori. Rares sont les interprètes réellement superficiels en dehors des figurants de passage dans la série.

vick4_250
Une partie de la famille Winters
Un dernier élément à noter concerne le casting en lui-même. Les Feux de l'Amour ne néglige aucune classe sociale. Bien avant l'avènement de Harry Roselmack et de Barack Obama, les Winters étaient déjà présents dans la série. Et même si les intentions sont davantage marketing qu'humaine, force est de reconnaître que le soap a été un pionnier pour mettre en avant les joies et déboires d'une famille noire américaine. Les Winters sont traités sur un même pied d'égalité que les autres familles : mêmes intrigues, même suspens, même temps de prestation... Une avancée positive donc, qui ouvrira peut-être d'autres portes sur son chemin.

Le ciseau magique...

Reste maintenant à conclure sur la mise en scène elle-même. Comme vous le savez, les soaps sont long, très long... Le cliché veut qu'une révélation fracassante prenne trois mois de virevoltes et de réflexions alors qu'elles sont tournées en quelques jours seulement dans les studios. Par un habile coup de ciseau pour orchestrer les montages, Les feux de l'Amour parviennent à faire saliver leurs fans. Deux méthodes sont le plus souvent utilisées :

  • La première consiste à esquiver les questions cruciales jusqu'à un certain point. Drucylla a fait un test de grossesse. Qui est le père ? Elle n'ose pas ouvrir l'enveloppe jusqu'à ce que Phyllis le lui dérobe. Enfin elle reprend main dessus et ouvre l'enveloppe, mais elle a en réalité demandé un autre test de grossesse.
  • La seconde méthode est l'ultime rebondissement. Les scénaristes font toujours très attention de donner la clé d'un dénouement avant le générique final pour satisfaire l'appétit des consommateurs. Mais ils en profitent pour recréer une autre intrigue. Vous saurez quel est le résultat du test de grossesse de Drucylla, mais à ce moment, sa fille Lilly rentre alors dans l'appartement. Générique. Vous ne recherchez plus à savoir qui est le père, mais quand et comment Lilly va connaître la vérité. C'est ainsi que vous êtes reparti pour plusieurs mois de quêtes infructueuses.

vick5Voilà, c'est fait. Krinein peut enfin se vanter d'être LE site de critique en classant précieusement dans ses archives les Feux de l'Amour. Maintenant messieurs, vous saurez pourquoi votre femme consacre 50 minutes de sa journée à Colgate-Palmolive. Ironie du sort tragique, instrumentalisée par des experts marketing. Un coup de maître qui dure depuis 35 ans sans avoir besoin d'anti-rides.

A propos de l'auteur

9 commentaires

  • Bung

    12/07/2008 à 00h44

    Répondre

    ZZZzzzZZZZzzzZZZZzzZzzZZZzzzzzZZZ...


     Mais je prends ça avec humour.

  • Amiral

    12/07/2008 à 11h58

    Répondre

    Concernant la notation qui peut surprendre/ crisper certains d'entre vous, je n'ai pas considéré Les feux de l'Amour comparable à une série télé classique. Je l'ai noté en prenant en compte son concept: celui de Soap Opéra. . 

    Désolée si j'enffonce le clou mais dans son registre, c'est un bon Soap.


     

  • Anonyme

    13/07/2008 à 19h26

    Répondre

    le meilleur des soaps. Et encore vous n'avez pas abordé sheila carter la meilleure psychopathe télévisuelle de tout les temps. Ca aurait doublé la taille de la critique.

  • Anonyme

    24/07/2008 à 00h43

    Répondre

    Excellentissime! J'ai beaucoup ri en lisant cette analyse... un beu morceau d'anthologie! Ah, vous avez oublié les pauvres femmes battues comme April Lynch, ex-femme de Paul qui trouve toutes les excuses à son mari Robert mais retournerait bien avec Paul si seulement Christine voulait bien le lâcher... Elle part à Génoa City et atterrit dans un foyer pour victimes de violences conjugales... le même foyer qui accueille Amy Wilson quelque temps plus tard, avec les mêmes professionnelles, mais dans une autre ville!!! Si, si, il existe un foyer d'accueil qui a le don d'ubiquité.Et puis les personnages dont l'âge est élastique : Lily, fille de Drusilla, née après Nate, le fils d'Olivia, mais qui devient adolescente alors qu'il est encore un petit garçon... Même chose entre le fils de Nina Chancellor, et celui de Jill Abbott... Et puis les coïncidences extraordinaires qui se produisent à tout bout de champ... Un vrai royaume enchanté!Et c'est vrai qu'il y a un taux élevé de mortalité infantile, de fausses couches, de résurrections...

  • Amiral

    24/07/2008 à 14h02

    Répondre

    Mince, j'ai aussi oublié la vasectomie de Victor Newman... Ma critique est foutue ! Tiens d'ailleurs, j'entends le générique ...

  • Anonyme

    10/10/2008 à 22h17

    Répondre

    je suis une trés grande fan des feux de l'amour je ne


    rate aucun episode j'abite en tunisie mais domage qu'il ne le passe plus le mercredi es il ne dur pas 50 minute mais entre 40 et 45 minutes pour moi regarder les feux de l'amour c'est le meilleur moment de la journée et que le samedi et dimanche semblent long pour arriver a lundi 13h59 et longue vie aux feux  de l'amour tout les acteurs sont formidable chacun on leur role dans cette serie m yamina


     


     

  • Anonyme

    18/10/2008 à 23h47

    Répondre

    Lorsque je voies tous ces personnages avec de vrai nom-prénom, cela me mets le tournis direct et un mal au crane. Je sais j'ai un cerveau de poisson rouge.


     Et je me dis  qu'en définitive "l'homme à l'harmonica" par exemple, c'est plus marquant, surtout lorsqu'on sait pourquoi il a un harmonica. Ou Lionel et Paquita dans BrainDead. C'est peu commun mais simple et je les retient plus facilement.

  • Anonyme

    04/11/2008 à 15h02

    Répondre

    J'apprécie cette énormément cette serie et je suis vraiement désolée de ne plus pouvoir la voir parce que je travail, et je suis encore plus désolée car le mercredi est un jour de repos et je ne peux toujours pas la regarder au moins une fois par semaine. Je ne comprends pas pourquoi on la retire le mercredi alors que beaucoup de femme sont à la maison ce jour là; TF1 REAGISER LAISSEZ NOUS REGARDER LES FEUX L'AMOUR LE MERCREDI ET FAITE DES REDIFFUSION POUR LES ABSENTS DU DEBUT D'APRES MIDI

  • Anonyme

    12/07/2009 à 20h11

    Répondre

    cela fait 18ans que je regarde les feux de l amour je ne rate pas un episode j adore 45mn de bonheur les acteurs sont exellents je les adores continuez et ne stopé jamais c est un vrai bonheur merci      

Participer à la discussion

Nous nous réservons le droit de ne pas publier les commentaires qui ne nous semblent pas appropriés (netiquette, loi, point godwin, imbécillité profonde, etc.). Et ne venez pas crier à la dictature !

Vous allez commenter en tant qu'invité-e :

Krinein Médias, ou comment parler des séries TV, qu'elles soient américaines, françaises ou d'ailleurs, avec une certaine intelligence (rien que ça). Mais la critique touche aussi les émissions de la télévision, les magazines, la radio...

Rubriques