2/10

C'est mon choix

"Je fais des choses que personne ne fait", "je suis fakir", "je fais peur aux gens", "je suis économe", "j'aime me travestir", "j'assume pleinement ma surcharge pondérale", "je suis célibataire par choix"... Voici le genre de sujets racoleurs avec lesquels TF1 nous abreuvait depuis des années. Mais c'est maintenant France 3 avec son émission C'est mon choix qui exploite le filon.

Tout d'abord, il faut se rendre à l'évidence, C'est mon choix est un brillant succès. Certes controversé, mais un succès tout de même. Tout a été fait à tous les niveaux afin que l'émission fonctionne. Rien n'a été omis. En premier lieu, et c'est ce qui saute aux yeux, les sujets sont "très bien" choisis : le racolage est la seule clef du succès dans l'univers impitoyable de la télévision (jetez un coup d'oeil sur Combien ça coûte et autres et vous comprendrez). Promettez aux téléspectateurs de voir des choses inhabituelles, incroyables, dérangeantes ou faussement taboues et aussitôt l'audimat augmente. Félicitations ! Ensuite, il faut bien avouer que le plateau de l'émission est une véritable "réussite". La lumière est harmonieuse, ne laisse aucune zone d'ombre, et dévoile l'espace de témoignage, qui est tout simplement et sobrement constitué d'une estrade coiffée de plusieurs canapés aux tons oscillants entre le pastel et le vif léger. Une décoration de bon goût qui noie le téléspectateur dans l'illusion d'être chez lui, ce qui permet de le mettre en confiance et l'incite à ne pas changer intempestivement de chaîne. A cela ajoutons l'architecture générale : les spectateurs de ce show de "télévision réelle" sont placés dans un amphithéâtre. Simple et efficace, on pense tout de suite avec nostalgie aux bancs de l'université, et c'est tout naturellement que l'on s'attend à un échange, un transfert, un partage de connaissance avec les "professeurs" du devant de la scène. Cela nous conforte dans le choix de regarder l'émission puisqu'on est en pleine conférence "culturelle", en plein milieu d'un cours. Bravo!

Finalement tentons de cerner pourquoi France 3 a décidé de diffuser une émission telle que C'est mon choix. Le service public est censé être le garant du bon goût, de la sobriété et du respect de tous, pourtant on a l'impression que cette fois-ci, la mission de service public rate sa cible. Certes, France 3 a une vocation proche des gens (cf. les informations régionales) qui lui permet en théorie de faire du talk-show vivant et réel ; un devoir d'intégration qui suppose un traitement égal de chacun et par conséquent rend recevable le fait de voir des invités présenter leurs excentricités en public afin de voir ceux-ci mieux intégrés, et pourquoi pas compris par leurs contemporains ; mais C'est mon choix ne fait absolument pas cela : on a juste le droit au déballage des "jardins secrets" des conviés, et souvent, pour ne pas dire toujours, les exhibitions de ces derniers sont rendues grotesques et dérisoires par l'intervention du public qui en prétextant de poser des questions se constitue seul juge et sonne dès lors le glas du questionné. Je n'appelle pas cela de la mission de service public ! Toutes les fioritures et les moyens éhontés mis en place afin de capter et captiver le téléspectateur m'incitent à penser que l'émission C'est mon choix ne peut vous offrir qu'une chose, un abrutissement sagement réfléchi, et par conséquent garanti.

A découvrir

Eurêka

Partager cet article
A voir

Consolemul

A propos de l'auteur

Guillaume est le fondateur et le rédacteur en chef de Krinein. Curieux et passionné par la culture au sens large, il poursuit sa route sur les chemins tumulteux de la critique culturelle.

2 commentaires

  • airyn

    11/01/2006 à 18h26

    Répondre

    Aaah ! C'est mon choix ! Avec le fameux jingle de début d'émission sur fonds orange... Evelyne Thomas doit se morfondre de l'avoir arrêtée, puisque aujourd'hui la voilà au placard (chez TF1 en plus - elle est pas prête d'en sortir - bon courage Evelyne !).
    Cette émission a connu deux périodes : la période "sérieuse", influencée par "Ca se discute", où les sujets étaient graves, sinon sérieux, puis la période "loufoque", inspirée du talk show américain Jerry Springer, où les gens s'engueulaient ou se maquillaient.
    Les débuts d'après-midi sur france 3 étaient animés !

  • Anonyme

    25/05/2007 à 07h20

    Répondre

    De c'est mon choix, je n'ai de souvenir que le 1er degré : l'hymne à la tolérance,^
    le respects des invités et du public du plateau, affichez vos différences, elles sont enrichissantes,
    Bref, l'espace du dialogue, même si le contenu du dialogue n'allait pas toujours très loin.


    Dans la ligne du message d'Airyn :
    Evelyne Thomas n'aurait pu continuer l'émission, tous les sujets avaient été épuisés (parfois même à plusieurs reprises).
    J'ai jamais regardé assiduement, mais c'est vrai que le sérieux des sujets s'est énormément effrité. Mais ça restait regardable comparé à d'autres émission de début d'après-midi et comparé aux talk-show américain bien trashy.


    Merci pour la critique, qui met en lumière "le conditionnement" du téléspectateur grâce au plateau.

Participer à la discussion

Nous nous réservons le droit de ne pas publier les commentaires qui ne nous semblent pas appropriés (netiquette, loi, point godwin, imbécillité profonde, etc.). Et ne venez pas crier à la dictature !

Vous allez commenter en tant qu'invité-e :

Krinein Médias, ou comment parler des séries TV, qu'elles soient américaines, françaises ou d'ailleurs, avec une certaine intelligence (rien que ça). Mais la critique touche aussi les émissions de la télévision, les magazines, la radio...

Rubriques