9/10

Elegy

Vous est-il déjà arrivé, en fouinant dans le rayon « périodiques » de votre librairie favorite, d'être frappé d'un véritable coup de foudre ? Non ? Moi si. En tombant sur le numéro de décembre2005/janvier2006 d'Elegy, je n'ai pas pu faire autrement que de l'acheter sur le champ (et ce malgré un prix plutôt élevé, mais justifié, comme vous allez pouvoir le constater). Pourquoi un tel engouement ? Pour une raison très simple et que je dois beaucoup au hasard : la couverture du magazine. Une photo splendide qui me donne une envie indomptable de voir ce qu'il se passe à l'intérieur de ce bimestriel, qui n'est pourtant pas une découverte, ni une nouveauté.

De fait, Elegy est un magazine à l'histoire quelque peu chaotique : après une existence de quelques années sous forme de fanzine puis sous le giron d'un groupe de presse qui finit par faire faillite, sa publication subit une coupure de quelques mois, avant de reprendre début 2005, pour le plus grand plaisir de ses abonnés. Elegy, c'est un magazine unique en son genre. Sous-titré « Musique et culture », il vous abreuvera littéralement de musique et de culture. Gothique, principalement. Et c'est là que les clichés en prennent un coup ! Oubliez tout ce que vous pensez connaître de la culture gothique, et plongez-vous dans Elegy pour découvrir tout ce qu'elle peut receler de passionnant.

Elegy peut se lire dans les deux sens : prenez-le d'un côté, vous trouverez la partie musique. Retournez-le, et comme par magie, voilà la partie culture ! Enfin un magazine qui évite clairement de faire l'amalgame (non pas que la musique ne soit pas de la culture, mais rares sont les revues qui consacrent autant de place à l'une qu'à l'autre.) Commençons par la musique : en couverture, tout un tas de groupes pas ou peu connus - heureusement, le CD sampler est là pour vous guider et vous donne un aperçu des principaux artistes évoqués (Bauhaus, Bérurier Noir, Dark Sanctuary pour citer les plus connus). La plupart des articles sont en fait des interviews. On constate avec plaisir que l'artiste peut s'exprimer longuement et librement. Les questions posées montrent généralement une bonne connaissance de l'artiste, l'invitant à retracer son parcours, à dévoiler ses influences, mais se montrent parfois aussi plus pointues, faisant appel à des connaissances que le lecteur lui-même ne possède pas toujours. Quelques pages de chroniques à la fin de la partie « musique » résument en quelques lignes les albums intéressants du moment. Les styles de musique évoqués sont assez larges, tout en restant dans une lignée plutôt mélancolique ou ténébreuse (comme en témoigne le graphisme, sombre et travaillé, du magazine) : plus que le genre musical à proprement parler, ce sont l'humeur et l'atmosphère dans laquelle évoluent les artistes qui les réunissent dans ce magazine. Elegy, en mettant en avant des groupes confidentiels ou en marge de la scène actuelle, apporte un point de vue différent et intéressant sur l'actualité musicale, et se révèle être une source inépuisable de découvertes.

Retournons maintenant le magazine pour pénétrer dans la partie « culture ». Ici encore, tout est soigné à l'extrême, élégant, fascinant... En un mot : beau. Sont évoqués, pêle-mêle, dans cette partie : l'actualité artistique, cinématographique, littéraire, la photographie, la mode dite « alternative », le graphisme... On retrouvera en outre les habituelles news et autres rubriques, le tout étant relié par cet esprit qualifié de « gothique » - mais j'hésite à employer ce terme tant il est perçu de manière réductrice. Encore une fois, je ne peux que vous conseiller de jeter un oeil dans ce magazine pour vous faire une idée de ce qu'est réellement le courant gothique. Sachant cela, il est également nécessaire de lire le magazine tout en gardant bien présent à l'esprit le fait qu'il est « orienté », et dit rarement les choses de manière neutre. Les articles, du reste très bien écrits, sont tous connotés, voire revendiquent clairement leur appartenance au monde gothique. Si cet engagement apporte clairement un plus au magazine, puisqu'il permet de porter un regard différent sur la culture, il reste néanmoins nécessaire de conserver un certain sens critique et en quelque sorte de conserver de la distance avec les avis exprimés.

Hautement esthétique et doté d'un contenu intelligent, Elegy satisfera tous ceux qui recherchent un point de vue alternatif sur la musique et la culture. La variété des sujets abordés n'atteint en rien la cohérence qui fait de ce magazine un ouvrage à l'identité très marquée. Du reste, Elegy ne cesse de se bonifier au cours du temps, et il ne nous reste qu'une chose à lui souhaiter : pourvu que ça dure !

A découvrir

Pékin Express 2006

Partager cet article

A propos de l'auteur

12 commentaires

  • Danorah

    24/01/2006 à 09h25

    Répondre

    (Je voudrais remercier spécialement Nazgul pour m'avoir fait découvrir Elegy, voilà, merci Nazgul )

  • Aen

    24/01/2006 à 09h34

    Répondre

    Un bon magazine bien maquetté, clair, dont les rédacteurs donnent l'impression de savoir de quoi ils parlent. Le prix est ceci un peu élevé bien que la facture d'Elegy en fasse un magazine qu'on aligne sans problème dans une bibliothèque plutôt que de le jeter une fois lu.

    Je suis juste amusé de voir les Bérus (à moins que ça ne soit un autre Bérurier Noir qui me serait inconnu) dans les groupes de la scène gothique.

  • schiste

    24/01/2006 à 09h38

    Répondre

    J'ai pas lu le numéro en question mais je pense qu'ils prennent les berrurier noirs sous un angle artistique... donc d'un point de vue gothique... comme le dis Danorah, le magazine montre le "vrai" Gothisme, donc pas tout à fait le populaire qu'on sait

  • nazonfly

    24/01/2006 à 10h24

    Répondre

    Longtemps j'ai acheté divers magazines plus ou moins orientés "Musique" (de Metallian à Star Club en passant par le défunt XL, Rocksound...). Quand je suis tombé sur Elegy par hasard il y a de ça quelques années, je me suis rendu compte que c'était le genre de mag' qui combinait à la fois de la musique variée (quand de nombreux périodiques se cantonnent à un style précis) et un aspect culturel très poussé. J'ai donc commencé à l'acheter en kiosque avant de définitivement m'abonner juste avant le "break" de quelques mois.

    Côté musique.
    Comme le dit Danorah, la musique présentée dans Elegy est englobée dans le terme "gothique". Ce qui fait qu'on peut dans un même CD on peut passer de la new wave au punk, de l'heavenly voices à de l'electro, du metal à de la pop!! (le numéro 35 en est un exemple avec les Dresden Dolls, Billy Idol, Alec Empire, Am'Ganesha'n). Les CD ne sont pas tous égaux mais il n'est pas rare qu'une ou deux perles se cachent dans chaque galette. J'ai ainsi pu découvrir de nombreux groupes exceptionnels comme Caprice, Dark Sanctuary, Flesh Field. Malgré la connaissance étrangère des noms de groupe, la scène française y est bien représenté. Une scène française dont on ne parle jamais et qui parfois s'exporte mieux qu'elle ne se vend en France!
    A la lecture de Elegy, on se rend compte de deux choses. La première est qu'ils sont fortement ancrés dans les années 80, ce qui à mon avis explique notamment la présence des Bérus sur le dernier CD. La deuxième chose est que le monde passe à côté d'un nombre majeur de groupes : ainsi les groupes cultes pour les rédacteurs d'Elegy s'appellent Legendary Pink Dots, Siouxie and the Banshees, Alien Sex Fiend etc etc. Le lecteur un peu extérieur à la scène gothique va donc de surprise en surprise au fil des pages.

    Côté culture
    Cet aspect est ce qui fait l'originalité d'Elegy car de multiples aspects de la culture gothique sont abordés dans ces pages, une culture bien souvent réservée à un public averti. Création de poupées, photographies, peinture, cinéma, "performances", tatouage... se retrouvent au fil des numéros. De plus, chaque numéro est l'occasion pour un auteur de présenter une de ses nouvelles (je me souviens notamment d'une nouvelle de Léa Silhol) en général plutôt sombres, plutôt "gothiques" évidemment. Dernièrement une nouvelle rubrique est même apparue : la mode gothique qui sur quelques pages embellit encore le mag'.

    Ce dernier point est l'occasion pour moi de revenir sur deux points :
    - comme l'a dit Danorah, le mag' est vraiment beau. L'une des couvertures vient en général d'un des artistes présents dans le numéro, ce qui ajoute un cachet formidable au produit.
    - une rubrique mode apparaît quelques mois après que le mag' se décide à se scinder en deux (dans le même numéro...). Elegy est un magazine qui évolue beaucoup et qui ne se repose pas sur leurs lauriers. Un site web (http://www.elegy.fr) magnifique a été créé pendant le "break". Dernièrement une version espagnole est même apparue.

    A noter aussi que l'équipe première d'Elegy s'est séparée, l'une continuant Elegy, l'autre se lançant dans le mag' D-Side.

  • iscarioth

    24/01/2006 à 11h16

    Répondre

    schiste a dit :
    J'ai pas lu le numéro en question mais je pense qu'ils prennent les berrurier noirs sous un angle artistique... donc d'un point de vue gothique... comme le dis Danorah, le magazine montre le "vrai" Gothisme, donc pas tout à fait le populaire qu'on sait


    Ouais... J'ai peut être pas tout compris, mais les bérus, c'est du pur keupon... Strictement rien à voir avec le gothique, que ce soit le "vrai" ou le "typé"...

  • superbock92

    18/02/2006 à 17h31

    Répondre

    Je cour acheter de suite le nouveau numéro.
    La photo de couverure est vraiment splendide.

    Merci Danorah, pour ta critique.
    Savez vous comment ce procurer le precedent numéro?

  • Aen

    19/02/2006 à 23h35

    Répondre

    Tiens, ils ont repompé une photo de la Gazette des scénaristes d'il y a quelques années en couverture... belle photo d'ailleurs.

  • nazonfly

    21/02/2006 à 14h30

    Répondre

    superbock92 a dit :
    Je cour acheter de suite le nouveau numéro.
    La photo de couverure est vraiment splendide.

    Merci Danorah, pour ta critique.
    Savez vous comment ce procurer le precedent numéro?


    Si je ne me trompe pas, il y a un formulaire de commande d'anciens numéros dans le mag'.
    J'ai pas trop accroché au sampler de ce mois, même si je ne l'ai pas trop écouté.

    La photo de couverture n'est pas pompée d'un je ne sais quoi, mais est l'oeuvre d'un des artistes interrogés dans le mag' en général.

  • Aen

    21/02/2006 à 19h35

    Répondre

    J'ai pas dit que la photo n'était pas l'oeuvre d'un des artistes d'Elegy, juste qu'elle avait déjà été publiée en couv' de la Gazette des scénaristes (j'sais même pas si ça existe encore d'ailleurs) il y a quelques années de ça.

    En ultime recours pour prouver ma bonne foi, je scannerai la-dite couv', mais faudra attendre quelques semaines...

  • nazonfly

    22/02/2006 à 10h27

    Répondre

    Aen a dit :
    En ultime recours pour prouver ma bonne foi, je scannerai la-dite couv', mais faudra attendre quelques semaines...


    Non non pas besoin
    C'était juste pour expliquer que ce n'est pas parce qu'une image a déjà été publiée ailleurs que Elegy a piqué l'idée sur un autre magazine (chose que j'avais cru comprendre après ton post, mais j'ai pu me tromper ).

    Bon on va arrêter de polluer ici

    On continuera par MP

  • Anonyme

    10/04/2008 à 22h35

    Répondre

    Même si ce topic date énormément... j'ai tres envie de dire que la culture goth n'as pas dutous rien à voir avec les punk car elle est née à partir de ce mouvement et elle restera toujours un peu punk.

  • Anonyme

    22/07/2009 à 15h26

    Répondre

    je suis une fan de ce mag ! et une fidele depuis le debut !! à savoir plus de dix anx (deja ? arf ! ) ma période la moins "aimé" celle bi couverture ; face musique ; face culture !! un enorme bon point pour l'abonnement car on ne le trouve pas partout !! voilou !!!!  

Participer à la discussion

Nous nous réservons le droit de ne pas publier les commentaires qui ne nous semblent pas appropriés (netiquette, loi, point godwin, imbécillité profonde, etc.). Et ne venez pas crier à la dictature !

Vous allez commenter en tant qu'invité-e :

Krinein Médias, ou comment parler des séries TV, qu'elles soient américaines, françaises ou d'ailleurs, avec une certaine intelligence (rien que ça). Mais la critique touche aussi les émissions de la télévision, les magazines, la radio...

Rubriques