9/10

Dr Quinn, femme médecin - Saison 4 - La nouvelle ère

Attention, cette critique contient des références à des évènements qui se sont produits dans les saisons précédentes. Si vous n'avez pas vu celles-ci et ne souhaitez pas découvrir contre votre volonté ces évènements, alors ne lisez pas les lignes qui vont suivre.



Des nouveaux persos bien trempés
Nous vous le disions il y a quelques temps, la fin de la saison 3 constitue une charnière, une sorte de semi-fin qui permet à la saison 4 de prendre tout son essor. Forte de cet avantage, la saison 4 s'avère être ainsi, avec la deuxième, la plus riche et la plus palpitante de la série. Michaela et Sully sont (enfin !) mariés, ils ont emménagé dans leur nouvelle maison, la réserve indienne a disparu, le chemin de fer est arrivé à Colorado Springs, autant dire que tout cela ouvre des pans entiers de scénario pour relancer la dynamique de l'histoire de notre héroïne de série préférée. Et autant dire les scénaristes n'ont pas manqué le coche qu'ils s'étaient eux-mêmes offerts.

D'une, et c'est peut-être le plus savoureux, on a droit à quelques nouveaux personnages secondaires, mais permanents, bien pimentés, toujours ambigus à souhait, plus ou moins antipathiques, mais qu'on finit toujours pas aimer à un moment ou à un autre. Notamment, vous verrez apparaître une espèce de pendant de Hank, en version plus moderne.


Des moments toujours difficiles.
De deux, la série sait aussi faire disparaître d'autres personnages, alors que l'on ne s'y attendait pas et jouer comme d'habitude sur la corde tragique et émotionnelle du spectateur, tout en restant on ne peut plus réaliste sur la description des sentiments des personnages.

De trois, tirant peut-être les leçons de l'erreur "Washita" de la saison 3, on remarque que les producteurs prennent désormais la peine de conclure certains de leurs épisodes sur de réelles références historiques, y compris de l'histoire médicale. Entre autres, on fait un intéressant apprentissage de la drépanocytose.

Enfin, cette saison 4 sait conserver les qualités qui ont fait son succès, notamment en proposant toujours une diversité et une richesse des thèmes abordés, qui, de plus, constituent des problématiques tout à fait modernes : crise de l'adolescence, deuil, difficultés à procréer, censure, exclusion face à une maladie grave, peine de mort, etc...

Je crains dès lors de devoir me répéter : chers Krinautes, ne vous arrêtez pas en si bon chemin et poursuivez Dr Quinn.

Partager cet article

A propos de l'auteur

9 commentaires

  • jaiina

    01/08/2012 à 10h51

    Répondre

    Ca me rappelle d'excellents souvenirs, faudra peut être que je m'y remette. En plus, c'est vrai que la série se situe à une époque charnière de la révolution industrielle, dont les implications dans la vie au quoitidien sont bien expliquéeshttp://television.krinein.com/-14592/dr ... 19333.html

  • Islara

    01/08/2012 à 15h47

    Répondre

    Ce qui est aussi très intéressant (et impressionnant), c'est la longueur d'avance, que dis-je, la triple longueur d'avance, qu'ils avaient en matière de droit des Femmes par rapport à la France, alors qu'ils étaient quand même dans une région plus que rustre.

    Je compare à la France uniquement, car les pays anglo-saxons et scandinaves ont tjs eu aussi une longueur d'avance en Europe.

  • Canette Ultra

    02/08/2012 à 08h24

    Répondre

    Vous passez à côté de l'essentiel en terme de progrès !

    La véritable avancée est le shampoing ! Regardez les cheveux de Hank ! une telle chevelure est impossible dans une contrée si poussiéreuse et sauvage. Et pourtant ! Ses cheveux brillent de 1000 feux, les reflets sont éblouissants, pas un seul noeud ou mèche rebelle.

  • froo

    02/08/2012 à 09h36

    Répondre

    Pas besoin de shampooing industriel pour avoir des beaux cheveux hein !

    Le rhassoul (argile) fait ça très bien, le shikakai (plante indienne) en poudre aussi, voire un mélange oeuf-citron-miel ou même juste de l'eau. Quand on voit les cheveux qu'ils avaient avant (longueur et épaisseur de ouf), on se dit que L'Oréal et cie, plein de sulfates, silicones, parabens et autres cochonneries, à forte dose en plus, c'est ptêt plus décapant qu'autre chose. ^^

  • Canette Ultra

    02/08/2012 à 10h00

    Répondre

    entièrement d'accord et quand on voit que c'est un cow boy qui a de tel cheveux, on voit que c'est un homme avisé qui a su être à l'écoute des femmes qu'il embauche dans la série... (c'est la seule explication qui me vient concernant ce personnage)

  • Islara

    02/08/2012 à 10h32

    Répondre

    De toute façon, Canette aime tellement Hank que c'est déjà la 2ème ou 3ème fois qu'il nous fait la remarque de son irréaliste propreté pour l'époque.

  • Canette Ultra

    02/08/2012 à 14h03

    Répondre

    [img]https://encrypted-tbn1.google.com/images?q=tbn:ANd9GcSz6gr1QRG2NAA3_NCK14QR8uOaVbt_CnlVYmZy5OFEZ3syAGOhQw[/img]C'est le seul véritable héros de cette série

  • Islara

    02/08/2012 à 14h55

    Répondre

    Tu oublies Preston Lodge, 3ème du nom.

  • pastis-mirabelle

    02/08/2012 à 15h15

    Répondre

    Canette Ultra a dit :
    [img]https://encrypted-tbn1.google.com/images?q=tbn:ANd9GcSz6gr1QRG2NAA3_NCK14QR8uOaVbt_CnlVYmZy5OFEZ3syAGOhQw[/img]C'est le seul véritable héros de cette série


    En parlant de héros, il me fait penser à Klaus (alias "Force Mustang"), de Hero Corp.

Participer à la discussion

Nous nous réservons le droit de ne pas publier les commentaires qui ne nous semblent pas appropriés (netiquette, loi, point godwin, imbécillité profonde, etc.). Et ne venez pas crier à la dictature !

Vous allez commenter en tant qu'invité-e :

Krinein Médias, ou comment parler des séries TV, qu'elles soient américaines, françaises ou d'ailleurs, avec une certaine intelligence (rien que ça). Mais la critique touche aussi les émissions de la télévision, les magazines, la radio...

Rubriques