8/10

Dr House - Saison 1

La maison du bonheur

A l'heure où les Français découvrent Dr House grâce à TF1, les Américains en sont déjà fous : en moyenne, plus de 19 millions de spectateurs se sont réunis devant leur poste cette année pour suivre les épisodes du médecin le moins politiquement correct. Il est donc plus que temps pour Krinein de vous dire pourquoi on adore (nous aussi).

Le Dr House, Gregory de son prénom, a plusieurs défauts : il boite, ne supporte pas les patients qui se plaignent pour rien et n'aime pas lécher les bottes de sa supérieure. Pourtant il est indispensable, car c'est sans doute l'un des meilleurs médecin pour ce qui est de découvrir de quelle pathologie (toujours rare) souffrent ses patients. Son équipe d'experts est là pour l'aider, mais pas forcément pour le soutenir.

Souvent ironique et cynique, Dr House est l'une des séries les plus délicieusement incorrectes. Pour parvenir à identifier les maladies, l'équipe de House utilise des techniques plus ou moins habituelles, allant de la biopsie (environ une par épisode) à la fouille illégale du domicile du patient, le tout à la manière d'une enquête de police. Le schéma est souvent le même : brainstorming de toute l'équipe, puis chacun se fait sa petite idée et essaye de la défendre. Généralement, à ce moment-là, tout le monde a tort (ce serait trop facile). Puis, la vie du patient est mise en danger et notre héros enfreint la réglementation une petite dizaine de fois. Et, finalement, nous avons le droit à notre happy end. Schéma classique et récurrent mais qui a fait ses preuves.

Hugh Laurie, le génialissime interprète du Dr House, aurait justifié à lui seul l'intérêt de la série. Il joue à la perfection, toujours à la pointe du cynisme sans que l'on parvienne à le détester. Plein d'humour noir, il tranche radicalement avec le genre de médecin que l'on croise dans les séries hospitalières classiques, de type Urgences (seul point commun entre les deux séries : 25 mots savants à la minute, faites chauffer vos dictionnaires). Les seconds rôles ne sont pas en reste, car même s'ils n'ont pas l'humour de leur patron, les acteurs et le scénario ont su leur donner une place non négligeable.

Le seul défaut de Dr House est sans doute de reprendre systématiquement le même schéma et d'avoir peu d'originalité d'un épisode à l'autre. Heureusement, l'humour décapant et le charisme à tout épreuve des personnages ne nous feraient manquer pour rien au monde un épisode.

A découvrir

Hôpital (L')

Partager cet article

A propos de l'auteur

5 commentaires

  • Vincent.L

    16/09/2007 à 12h10

    Répondre

    Si tu rajoutes quelques éléments dans ta critique, elle peut être valable pour les 3 saisons :


    "pour donner un peu plus d'intérêt à la série, les scénaristes ont, une fois par saison, la joyeuse idée d'introduire quelques éléments de danger qui peuvent questionner sur le futur vital de House ou de ses subordonnés"


    et


    "l'addiction du personnage principal dépressif est une récurrence intéressante de la série, en montrant un individu si égocentrique et sûr de lui qui refuse systématiquement les améliorations".


    J'aurais bien aimé aussi quelques phrases sur les collègues (car l'alchimie n'est pas forcément évidente mais là ça l'est), sur la musique (notamment du générique avec Massive Attack), et sur la performance de Hugh Laurie (faut-il rappeller qu'il a joué dans Black Adder ?)


    Sinon, je suis d'accord avec toi  

  • Bzhnono

    16/09/2007 à 12h46

    Répondre

    D'ailleurs la performance de Hugh Lauraie a été salué par deux fois outre atlantique puisqu'il a remporté 2 Golden Globes du meilleur acteur (un pour chaque saison deu House...il est nommé cette année dans la même catégorie, pour la saison 3).

  • Umbriel

    18/10/2007 à 00h02

    Répondre

    Foreman : tous ces examens en 24h ? On aura jamais le temps


    House : Pas grave, vous finirez à l'autopsie. 

  • Subymona

    27/08/2008 à 10h28

    Répondre

    Eh bien moi, je viens de découvrir Dr House (oui, je regardais déjà trop de séries avant alors j'avais pas voulu m'y mettre mais le hasard a voulu que...). Et c'est vrai que, sur la base d'une série médicale, les scénaristes, créateurs et acteurs ont réussi à faire du "neuf". Le concept déjà: une équipe d'experts (plus réservé aux Experts justement, ou aux séries de médecine légale comme Crossing Jordan et Bones) qui livrent une véritable enquête pour trouver des maladies en général très rares. J'aime beaucoup le brainstorming qui suit toujours plus ou moins le même schéma de maladies qu'on élimine au fur et à mesure, avec l'idée récurrente de House que de toute façon le patient ou sa famille mentent sur quelque chose. Du coup, à partir du moment où on accepte l'idée que le patient a, a priori, quelque chose d'extraordinaire, on entre facilement dans des épisodes souvent très bien rythmés, ponctués d'hilarantes remarques de House et d'événements improbables (tiens, je vais faire un tour chez mon patient et fouiller sa maison). Sans parler de cette médecine à moitié au pif sur le postulat que les gens font confiance aux médecins et qui engendre souvent des situations telles que "bon, on le traite pour tout ça et on voit si ça s'améliore" / "on tente ceci sur un des patients atteints et ça sur un autre et celui dont l'état s'aggrave nous en apprendra davantage". Et puis un point supplémentaire à l'accent de Chase en version originale . 

  • Anonyme

    10/05/2009 à 20h26

    Répondre

    La serie esttout simplement geniale et magique rien a dire a part bravo toute l'equipe qui realise et qui font fonctionner dr house !!!

Participer à la discussion

Nous nous réservons le droit de ne pas publier les commentaires qui ne nous semblent pas appropriés (netiquette, loi, point godwin, imbécillité profonde, etc.). Et ne venez pas crier à la dictature !

Vous allez commenter en tant qu'invité-e :

Krinein Médias, ou comment parler des séries TV, qu'elles soient américaines, françaises ou d'ailleurs, avec une certaine intelligence (rien que ça). Mais la critique touche aussi les émissions de la télévision, les magazines, la radio...

Rubriques