8/10

Dr House, médecin malgré lui

133, c'est le nombre d'heures passées en compagnie du sarcastique Dr House, et encore, c'est sans compter les multiples visionnages dus aux rediffusions, ou à un trop gros fanatisme. 7965 minutes, 177 épisodes, et c'est fini. Ça y est. Tout le monde est mort, le monde entier a attrapé un virus mortel rapporté par le robot martien, la terre explose sous l'influence du soleil… tout ça, tout ça. Enfin ça, je ne dois pas vous le dire.

Cette saison, pour la voir, j'ai dû supplier mon mari (ben oui, je suis une femme, pas question que je gère la télécommande !), promettre de faire le repassage, de laver le sol avec une brosse à dents, de sortir la tortue tous les mardis soir, de faire de la zumba en petite tenue… Et finalement, cette saison, hé bien… elle a plu, et pas qu'à moi. Et pas que parce que tout le monde meurt (oups ! pardon, j'ai encore gaffé !).


DR.
Alors qu'est-ce qui fait de cette saison, LA dernière saison ? À part qu'il n'y aura pas d'autres épisodes ? La fin ? Oui et non, elle clôture la série, mais n'empêcherait pas une suite en elle-même.

Avant de parler de la saison en elle-même, il faut se souvenir : la dernière fois qu'on a vu House, il fonçait droit dans le salon de Cuddy, et pas d'un pas réfléchi, mais plutôt avec le pied sur l'accélérateur. Pour se punir, il part faire un petit séjour en prison. C'est là que commence la nouvelle et dernière saison : derrière les barreaux.

Et la prison n'empêche pas House de continuer son train-train habituel, qui se complique lorsqu'il apprend qu'il va sortir… là, les murs de sa cellule ont l'air de plus en plus petits, et les dangers de plus en plus grands, et son esprit de plus en plus mal(sa)in !

Une fois sorti, on retrouve un House à l'esprit acéré, tordu, torturé, tordant, sous les ordres d'un Foreman ne possédant pas le décolleté ou le jeu de jambes de Cuddy, et devant se créer une nouvelle équipe sans budget !
Mais la nouvelle équipe est une occasion de plus d'apercevoir de vieux amis… et trois nanas : une geek, deux bonnes. Une pestiférée d'un autre service, l'infirmière de prison de House, et sa femme.


DR.
Hé oui, la jolie Ukrainienne revient, avec le service d'immigration collé à son mignon petit cul ! Sa femme-de-mariage-blanc, c'est un peu le souffle dynamique, positif, de la saison, elle est toute entière, naturelle, pleine de punch, sexy, et surtout : elle arrive à suivre House dans ses délires mais sans l'y enfoncer. Elle apporte une petite touche d'espoir vers une fin heureuse. C'est le 1% de possibilité de bonheur chez House.

Côté équipe, Foreman change de camp, il assume son côté « House » et s'en sert pour pouvoir contrer les mauvais coups de celui-ci. Chase revient, il tiendra le rôle du bogoss, et Taub le rôle du paumé, les deux formant ainsi un miroir du nouveau duo féminin.

Dans le rôle de l'ami-pour-la-vie, on retrouve l'éternel (mais pas tant) Wilson, un peu plus présent dans cette saison-ci. On s'y attache même beaucoup plus que dans les saisons précédentes où il ne faisait qu'écho à House. Quant aux guests, outre la célèbre Numéro 13 qui vient faire un dernier tour de piste, on trouve Wentworth 'Prison Break' Miller, Jeffrey Wright (Felix Leiter dans les derniers James Bond), Sharif Atkins (le Dr Gallant dans Urgences), ainsi que quelques revenants qu'on ne spoilera pas...

Mais finalement, on a passé quoi… 6-12 jours en compagnie du Dr House, 6 jours intenses, et malgré tout il est rentré dans notre quotidien, comme un vieil ami, pendant plusieurs années.

A propos de l'auteur

Geek hyperactive

0 commentaires

Participer à la discussion

Nous nous réservons le droit de ne pas publier les commentaires qui ne nous semblent pas appropriés (netiquette, loi, point godwin, imbécillité profonde, etc.). Et ne venez pas crier à la dictature !

Vous allez commenter en tant qu'invité-e :

Krinein Médias, ou comment parler des séries TV, qu'elles soient américaines, françaises ou d'ailleurs, avec une certaine intelligence (rien que ça). Mais la critique touche aussi les émissions de la télévision, les magazines, la radio...

Rubriques