6/10

Dollhouse, maison de fous ?

Joss Whedon, après avoir inventé Buffy contre les vampires et Firefly, crée à nouveau une saga consacrée à un personnage de femme forte. C'est à se demander comment il saura se dépatouiller du mega-blockbuster The Avengers, où il dirigera un casting composé aux 7/8 de mâles alphas... Peut-être donnera-t-il le premier rôle à la Veuve Noire incarnée par Scarlett Johannsson ?


DR.
Ici l'héroïne, Eliza Dushku, que l'on connaissait bien sous les traits d'une tueuse dans Buffy et les vampires, puis dans Angel, apparaît sous les traits d'une poupée… tueuse. Et ce n'est pas la seule à s'être enfuie du monde vampirique pour rencontrer Ken, car la scientifique d'Angel apparaît elle aussi dans un rôle qui ne la change pas beaucoup.

Heureusement pour la première, elle devrait être à l'affiche de SOS Fantômes 3 l'an prochain ! Plutôt bien pour l'auteur et l'actrice d'une des séries qui se bananent actuellement le plus aux USA. Le plan d'origine était de produire cinq saisons, mais la chaîne a arrêté les frais au bout de deux.

La série n'est pas si mal, les poupées sont là pour assurer de gros contrats de tous types : passionnels, maritaux, assassins, politiques... Il ne s'agit pas ici de robots d'acier, mais d'humains prêtant leurs corps durant cinq longues années, à qui l'on va retirer leurs personnalités afin d'en glisser une, puis deux, puis trois, puis quatre jusqu'à la fin du contrat, ou l'explosion de leur cerveaux. Seulement voilà, l'un d'entre eux a la capacité d'assimiler toutes les données et de s'en servir : Echo-Caroline-Faith-Eliza.


DR.
Au début les histoires sont assez distrayantes, puis vient le passage où la série veut prendre un tournant moral, lancer l'action dans une quête prenant le pas sur les autres péripéties durant un temps, puis les remplaçant définitivement. Et là, on s'ennuie. Alors étant donné que la série n'apportait pas l'attachement nécessaire aux personnages, une fois les distractions finies, il ne reste plus rien, autant arrêter le drame.

T'façon, y a bien un âge où on comprend que Ken et Barbie sont super barbants, et bien Dollhouse aussi.

A propos de l'auteur

Geek hyperactive

2 commentaires

  • Nicolas

    02/12/2011 à 17h24

    Répondre

    J'ai regardé la saison 2, c'est un peu mieux car plus équilibré, et Echo révèle enfin son côté "spécial". Mais cela reste très mineur, comme série, et souvent inintéressant. Et les coups de théâtre finaux sont... hum... incohérents ? Genre écrits la veille du tournage ?

    L'ultime épisode est indescriptible. Oh, il colle un point final à la série, ça c'est sûr, mais c'est comme si on avait raté la diffusion d'une saison entière. En dix ans, oui, il peut se passer des trucs, mais il ne faut tout de même pas oublier le background de base.

    En définitive, le personnage le plus intéressant / réussi, c'est celui de Topher Brink. L'acteur est génial, le personnage est génial, et même quand il est interprété par un autre acteur (dans deux épisodes), le personnage reste génial.
    http://television.krinein.com/dollhouse ... 15995.html

  • naweug

    02/12/2011 à 18h28

    Répondre

    Ah tiens, il se finit comment l'épisode final ? Parce que je crois que je n'ai vu que le début.. et ça me semblait un peu nawak, mais que ça pouvait repartir sur de meilleures bases, si suite il y avait (qu'il n'y aura pas, bien sûr)

Participer à la discussion

Nous nous réservons le droit de ne pas publier les commentaires qui ne nous semblent pas appropriés (netiquette, loi, point godwin, imbécillité profonde, etc.). Et ne venez pas crier à la dictature !

Vous allez commenter en tant qu'invité-e :

Krinein Médias, ou comment parler des séries TV, qu'elles soient américaines, françaises ou d'ailleurs, avec une certaine intelligence (rien que ça). Mais la critique touche aussi les émissions de la télévision, les magazines, la radio...

Rubriques