7.5/10

Dirty Sexy Money - Saison 1

Drôle, sarcastique, séduisante et intelligente, Dirty Sexy Money est une des quelques bonnes surprises de la rentrée télévisée aux Etats-Unis.

 

Argent, beauté, pouvoir, les Darling ont tout pour eux. Ils règnent sur New York comme des rois sur leurs empires. Excessifs, impulsifs et souvent insouciants, ils ont une grande facilité à se retrouver dans des situations délicates. Pour régler tous leurs problèmes, ils peuvent compter sur Nick George (Peter Krause), un avocat qui a pris (non sans réticences) la suite de son père au service de la famille. Un père mystérieusement décédé dans un accident d'avion...

Bonne surprise

Drôle, sarcastique, séduisante et intelligente, Dirty Sexy Money est une des quelques bonnes surprises de la rentrée télévisée aux Etats-Unis. Créée par Craig Wright, producteur et scénariste sur Six Feet Under, Lost et Brothers & Sisters, la série est diffusée depuis le 26 septembre 2007 sur ABC. Forte d'un casting ahurissant (1) et de sites luxueux (palaces, grands hôtels, etc.), elle dégage un charisme immense et affiche un american dream porté à son paroxysme. Alors que beaucoup de séries exposent la richesse comme un but ultime ultra jouissif et idyllique, Dirty Sexy Money en propose certaines limites. L'ennui est particulièrement bien incarné par le personnage superficiel de Juliet Darling (moquerie de Paris Hilton). Ainsi, le programme pose la question : lorsque l'on a tout depuis sa naissance, peut-on apprécier la vie comme les autres ? La réponse est évidente : non. En conséquence, les protagonistes nantis se cherchent perpétuellement et se trouvent souvent dans le sexe ou encore dans la religion, la politique et les ambitions démesurées. La pression familiale apparaît aussi comme un obstacle à l'épanouissement immédiat, car synonyme d'obligations et de... travail.

En terrain glissant

Outre ce tableau multiple de caractères bien trempés, Dirty Sexy Money marque des points grâce aux nébulosités d'un passé complexe rempli de secrets de famille. Le père de Nick a-t-il été tué ? Si oui, par qui et pourquoi ? Si le héros Nick est le catalyseur de la famille, il se pose tantôt des questions sur sa propre vie. Etant tombé dans le même cercle infernal que son père, il a du mal à faire la part des choses entre l'exubérance des Darling, ses idéaux (utiliser le salaire gigantesque qu'il gagne pour servir le plus grand nombre) et sa vie de famille. Sur ce dernier point, il rencontre des problèmes récurrents avec sa femme, posant implicitement la question d'un choix entre elle et les Darling.
Remplie de cet ensemble d'histoires bien construites, Dirty Sexy Money évolue en permanence sur un terrain glissant, menaçant de tomber un jour ou l'autre dans une vision trop facile des riches. Mais pour l'instant, la série s'en sert très bien. Il faudra voir si cela va tenir tout le long des 24 épisodes de la première saison.

(1) Dont Peter Krause (Six Feet Under), Donald Sutherland (Commander in Chief), William Baldwin (Backdraft), Samaire Armstrong (The O.C.), Seth Gabel (Da Vinci Code), Zoe McLellan (JAG), Sheryl Lee (Twin Peaks).

A propos de l'auteur

2 commentaires

  • Anonyme

    12/11/2008 à 20h55

    Répondre

    Géniale cte série. Je l'ai découverte grâce à l'emission de cana plus du matin ou ils la présentai, j'ai regarder le premier épisode, puis le deuxième, le troisième....et je décroche plus. Pour moi, c'est une série intelligente sur le fait que le pouvoir et l'argent ne font pas le bohneur....sur la vraie vie dans le sens ou ils abordent les relations d'un regard plutot moderne.

  • Anonyme

    28/08/2010 à 22h22

    Répondre

    exellent ya rien na redire une tuerie

Participer à la discussion

Nous nous réservons le droit de ne pas publier les commentaires qui ne nous semblent pas appropriés (netiquette, loi, point godwin, imbécillité profonde, etc.). Et ne venez pas crier à la dictature !

Vous allez commenter en tant qu'invité-e :

Krinein Médias, ou comment parler des séries TV, qu'elles soient américaines, françaises ou d'ailleurs, avec une certaine intelligence (rien que ça). Mais la critique touche aussi les émissions de la télévision, les magazines, la radio...

Rubriques