9.5/10

Dexter - Saison 4

Pour Dexter Morgan, l'heure est venue de grandir. Père de famille, il découvre à quel point il est difficile de rester serial-killer sur son temps libre... Et la concurrence est sévère ! Incroyablement prenante, malicieuse et bien écrite, cette quatrième saison pourrait être simplement la meilleure à ce jour.

Après une troisième saison décevante (tout est relatif) et une websérie sans grand intérêt (Early Cuts), la quatrième fournée de Dexter pouvait très bien tourner à la farce ou emprunter le chemin de la platitude : le héros devient papa, ses tribulations se sont enfermées dans une forme de routine... Pourtant, avec une maestria digne des deux premières saisons, les auteurs reprennent la série en main, faisant de ses potentiels défauts la source de nouveaux atouts.

Les constantes : Dexter Morgan est toujours analyste pour la section homicide de la police de Miami, et il continue à assassiner secrètement des coupables pour
satisfaire ses propres pulsions de meurtre. Les nouveautés : il vient d'emménager avec Rita et ses enfants, dont le dernier est de lui ; le marmot s'appelle Harrison, comme le père adoptif de Dexter qui lui avait appris la méthodologie du serial-killing... Mais les tueurs sont légion en Floride, et le dernier en date se distingue par sa longue carrière, menée à travers la totalité des USA : le Trinity Killer choisit systématiquement une jeune femme, une mère et un père à qui il donne la mort selon un rituel bien spécifique. De quoi faire revenir en ville l'agent spécial retraité du FBI Frank Lundy, qui n'est autre que l'ex de la sœur de Dexter, l'inspecteur Debra Morgan ; bien qu'elle vive désormais avec le séduisant Anton, résistera-t-elle au charme du baroudeur ? Toujours au rayon des relations coupables : l'inspecteur Quinn sort avec une journaliste qui lui soutire des informations, tandis que le lieutenant LaGuerta et le sergent Batista doivent cacher leur romance aux yeux de leurs collègues et de leur hiérarchie. Loin de virer au soap opera stérile, cet enchevêtrement de situations périlleuses constitue un solide parallèle aux activités de dissimulation de Dexter lui-même, sans cesse sur la corde raide, toujours en train de jongler entre son travail, sa famille de plus en plus prenante et son "hobby". Cette simple gymnastique, admirablement décrite à coups de sous-intrigues pertinentes (l'épisode 4, Dex takes a holiday, est particulièrement réussi) aurait suffi à mettre cette saison au-dessus de la précédente, qui stagnait à de nombreux niveaux. Mais la présence de "Trinity", incarné par un sidérant John Lithgow (Golden Globe du meilleur second rôle, pas volé), emporte ces douze épisodes vers des cimes bien plus élevées...


Acteur multitâches, connu entre autres pour son rôle dans la sitcom 3ème planète après le soleil, John Lithgow a failli décrocher le rôle d'Hannibal Lecter en 1990, avant d'être coiffé au poteau par Anthony Hopkins. A voir sa performance ici, on se dit qu'il aurait pu sans peine convaincre dans le rôle du cannibale... Alternant la bonhomie cordiale et la menace glaçante, le tueur aux deux visages irradie de dangerosité, et renvoie à Dexter l'image de ce qu'il pourrait être - ou devenir. L'heure est venue pour le trentenaire de s'interroger : pourquoi a-t-il choisi de se marier et d'avoir un enfant ? pour faire de sa famille une couverture, ou pour leur prodiguer l'amour et la protection dont ils ont besoin ? est-il capable de cette humanité ? doit-il se renier pour devenir adulte ? ou au contraire, évoluer pour être heureux ? Après avoir envoyé valser le "code de Harry", il découvre qu'il n'est pas si facile d'établir ses propres règles, et si la mise en danger est indispensable à son bonheur, peut-être que son bonheur lui-même le met en danger...

Proposant à la fois une chronique familiale très juste, fine analyse des rapports humains et sentimentaux (malgré sa nature de métaphore cynique alimentée à l'humour noir), et un thriller feuilletonesque ultra-tendu aux multiples ramifications, du genre qui pousse à se bouffer les doigts pendant le visionnage, Dexter a magistralement redressé la barre tout en posant les jalons d'une suite que l'on attend d'ores et déjà de pied ferme.


#1 - Living the Dream
#2 - Remains to be seen
#3 - Blinded by the light
#4 - Dex takes a Holiday
#5 - Dirty Harry
#6 - If I had a Hammer
#7 - Slack Tide
#8 - Road Kill
#9 - Hungry Man
#10 - The Lost Boys
#11 - Hello, Dexter Morgan
#12 - The Getaway

A découvrir

Numb3rs - Saison 4

Partager cet article

A propos de l'auteur

11 commentaires

  • gyzmo

    25/03/2010 à 21h52

    Répondre

    Je n'ai pas (encore) lu la critique (par peur d'indices sur l'intrigue), mais en voyant qu'autant de monde trouve cette saison excellente, il me tarde de reprendre là où j'ai du m'arrêter ! Car en six épisodes, je me suis régalé de la premiere moitiée de cette nouvelle aventure, plus intéressante que la précédente au niveau des questionnements de Dexter au sujet de sa particularité, de sa confrontation avec ce qui se présente comme un maître à suivre (John Li­th­gow hhuuuuuuuuuuh ! ), et des rebondissements vachement bien construit. Toujours le même bémol, cela dit : Rita, caricature de plus en plus insupportable. Vivement qu'elle finisse en sushi.

  • weirdkorn

    04/04/2010 à 22h52

    Répondre

    God damn it !!! Je m'agenouille et me prosterne devant la meilleure saison qui m'ait été donné de voir, toutes séries confondues. Certains épisodes (le 9 et le 10 ) ou scènes resteront à jamais dans l'histoire du petit écran. Wahoo, breathless show...

  • Choucroot

    28/09/2010 à 16h31

    Répondre

    J'ai du mal à comprendre un tel enthousiasme pour une serie dont la qualité et l'intensité décline depuis la deuxième saison, sans parler de la compagne de Dexter dont l'interprétation donne juste envie de s'arracher les cheveux.

  • Luz

    28/09/2010 à 18h06

    Répondre

    Elle joue plutôt bien le rôle de la blonde avec des gros seins !

  • Guillaume

    28/09/2010 à 18h50

    Répondre

    Vous parlez de Julie Benz ? Elle est dans la nouvelle série No ordinary family dont le pilote est diffusé pour la première fois ce soir sur abc (aux usa).

  • riffhifi

    28/09/2010 à 21h58

    Répondre

    Gyzmo, il y a un mode spoiler dans les commentaires, ça permet aux gens de les parcourir (les commentaires) sans en croiser (des spoilers) contre leur gré

  • gyzmo

    28/09/2010 à 22h19

    Répondre

    Les balises SPOIL ne marchent pas chez moi bouhou !!!


     

  • Islara

    01/12/2010 à 15h18

    Répondre

    Bizarrement, peut-être parce qu'à force d'avoir entendu dire que c'était la meilleure saison, après l'avoir finie hier, la saison 4 est pour moi bien pourrie (j'ai adoré les autres saisons pourtant).


    Je n'attendais qu'une chose de cette saison : que la graine semée en fin de saison 3 pousse et que Debra découvre la passé de son cher frangin, et ça part sur tout autre chose.


    Et c'est d'un lent, mais d'un lent... Finalement ça ne démarre qu'à l'épisode 9 et pour arriver à quoi ? A repondre la même graine citée plus haut et retourner à la case départ et s'entendre dire : "C'est le destin on ne peut rien y faire.", rengaine qu'on entend depuis le 1er épisode. En voilà une belle réflexion ! Et c'est d'un glauque en plus, d'un triste, et on la voit tellement venir la fin même s'ils essaient de nous faire croire le contraire. Je ne pense que c'était nécessaire d'aller si loin surtout pour une conclusion aussi vide.


    La fin est en plus d'un bâclé ! Comment il a trouvé l'adresse de Dexter l'autre méchant ?? Et d'où que le pauvre enfant il pleure ? Il n'a pas bouffé ni bu de la journée et il n'est même pas inconscient ?? Et genre le 38 de fièvre, comme si c'était l'horreur. A 38, on ne donne même pas de médocs, tout parent sait ça (ah les séries, des fois, ils sont à côté de leurs pompes). C'est à se demander si les auteurs ont fait quelques recherches sur les jeunes enfants et nourrissons. On aurait pu le croire vu le sujet traité. Mais non, même pas.


    Reste à espérer que la saison 5 va rattraper cette plongée dans les abysses de l'ennui et du ridicule.


    Et puis moi, je l'aime bien Julie Benz. La Darla de Buffy en bonne mère de famille c'était rigolo. ^_^

  • Guillaume

    01/12/2010 à 16h51

    Répondre

    Les premiers épisodes de la saison 5 que j'ai pu voir semblent démarrer pas mal. Dexter est davantage mis en danger, et il a, malgré son mauvais fond, pas mal de mal à se remettre de la conclusion de la saison 4.


    Moi j'aime plutôt bien cette saison 4 : j'avais pas du tout adhéré à la précédente avec son pote serial killer...

  • Islara

    02/12/2010 à 13h30

    Répondre

    Ah, intéressant. Je garde donc de l'espoir pour cette saison 5.


    La saison 3 était clairement un cran en dessous que les 2 premières, qui étaient haletantes. Mais la 3 surprenait quand même car je n'aurais jamais cru que notre malheureux Dexter se livrerait autant à un tiers, ni qua ça irait aussi loin. [img]http://www.krinein.com/forum/images/smilies/weuh.gif"%20border="0[/img]


    En fait, les saisons sont bien quand elles sont centrées sur Dexter et c'est là que le bât blesse pour la 4 je crois... d'un point de vue très subjetctif bien sûr.

  • gyzmo

    02/12/2010 à 13h58

    Répondre

    Les deux premiers épisodes de la saison 5 que j'ai pu voir sont effectivement prometteurs. Le personnage de Dexter en tant qu'ovni humain est en tout cas très bien mis en scène (je parle même pas du jeu d'acteur, toujours aussi excellent).

Participer à la discussion

Nous nous réservons le droit de ne pas publier les commentaires qui ne nous semblent pas appropriés (netiquette, loi, point godwin, imbécillité profonde, etc.). Et ne venez pas crier à la dictature !

Vous allez commenter en tant qu'invité-e :

Krinein Médias, ou comment parler des séries TV, qu'elles soient américaines, françaises ou d'ailleurs, avec une certaine intelligence (rien que ça). Mais la critique touche aussi les émissions de la télévision, les magazines, la radio...

Rubriques