Décès de Supernana

Supernana, ou plutôt Catherine Pelletier, connue pour ses performances sur les anciennes ondes FM, est décédée la nuit dernière.

Catherine Pelletier a appartenu à plusieurs radios dans les années 80/90 dont Skyrock et a travaillé avec de nombreuses personnalités comme Jean-Yves Lafesse ou Laurent Petitguillaume ; elle devait rejoindre prochainement Laurent Baffie sur Europe 1.

 

 

A propos de l'auteur

Geek hyperactive

8 commentaires

  • JC

    14/09/2007 à 22h08

    Répondre

    J'ai appris la nouvelle avec tristesse ce matin. Supernana fait partie de mes premiers émois radiophoniques à l'époque le week-end sur Skyrock en compagnie du ouf malade Prince de Haynin.



    C'était bien, à dix mille lieux des "libres" antennes actuelles.



    RIP.

  • Anonyme

    15/09/2007 à 00h10

    Répondre

    tout a fait d'accord avec toi ca me fait vraiment quelques chose de savoir quelle est partie.il me restera neammoins les souvenirs et les fous rires.


    elle ma vraiment fait evoluer dans ma vie a un moment donné !!!!!!

  • Anonyme

    16/09/2007 à 02h11

    Répondre

    ce matin 8h30, mon radio reveil s'enclanche sur la revue de presse de FI, la nouvelle me reveille d'un coup et mes souvenirs d'adolescent me renvoient à mes 14 ans. Hazard? j'apprends la mort de Supernana en étant dans les mêmes conditions que celles ou je l'ai connu, dans mon lit et sous ma couette. A l'époque elle et ses accolytes (lafesse, Grossexe etc) de Carbone 14 m'acompagnait dans les profondeurs de la nuit, ou mes gloussements et mes rires contenus menaçaient de réveiller la maison au risque d'exploser.Ce matin c'est encore bizarrement par le biais de la radio que j'entends parler encore d'elle, une derniere fois, mais je ne ris plus et avec elle c'est une grande partie de l'enfance qui fout le camp et qui me renvoit à mes 40 ans brutalement. 8h35, fin de la revue de presse, Ivan Levaï a fait un bel hommage pour la superDame, moi je suis encore ébété devant mon café qui m'attends, elle qui n'était qu'une voix je comprends qu'elle ne peut pas mourir car une voix ça ne meure pas. La sienne surtout reconnaissable entre 10.000 comme la voix d'une "Macha" dans un autre genre, ce timbre si singulier qu'elle aura si bien imprimer malgré les disparitions, d'émissions et d'antennes successives qu'elle aura connu ensuite. 9h15 je suis pret à sortir, je vais aller travailler, oh bien plus frais qu'à l'époque ou luttant contre le sommeil afin de rien manquer et d'être le plus fidele des auditeurs je ne m'endormais jamais avant 5h du matin; et ou ensuite les cours de college puis de lycée m'obligeaient aux plus grands efforts pour ne pas m'effondrer sur ma table. Mais nourris du sentiment qu'une autre famille composée de de grands frères et d'une grande soeur existait de l'autre coté du poste. Dans cette période de l'après mai 81 ou tout semblait possible, pour moi celle de l'insouciance et des rêves innaccéssibles, tout cela ce matin m'a paru bien loin, trop loin!. 9h30 avant de sortir j'éteinds ma radio tandis que Supernana continue de brouiller mes ondes, dehors il faisait déja  grand jour et tu manquais déja!.  

  • xalfx

    17/09/2007 à 00h30

    Répondre

    RIP une grande et grosse dame comme il en manqe tant aujourd'hui

  • Anonyme

    17/09/2007 à 09h06

    Répondre

    Jour de deuil national dans la Principauté de Haynin

  • Anonyme

    17/09/2007 à 19h56

    Répondre

     

    poubelle night:quand la radio s'activait!

    ce matin 8h30, mon radio reveil s'enclanche sur la revue de presse de FI, la nouvelle me reveille d'un coup et mes souvenirs d'adolescent me renvoient à mes 14 ans. Hazard? j'apprends la mort de Supernana en étant dans les mêmes conditions que celles ou je l'ai connu, dans mon lit et sous ma couette. A l'époque elle et ses accolytes (lafesse, Grossexe etc) de Carbone 14 m'acompagnait dans les profondeurs de la nuit, ou mes gloussements et mes rires contenus menaçaient de réveiller la maison au risque d'exploser.Ce matin c'est encore bizarrement par le biais de la radio que j'entends parler encore d'elle, une derniere fois, mais je ne ris plus et avec elle c'est une grande partie de l'enfance qui fout le camp et qui me renvoit à mes 40 ans brutalement. 8h35, fin de la revue de presse, Ivan Levaï a fait un bel hommage pour la superDame, moi je suis encore ébété devant mon café qui m'attends, elle qui n'était qu'une voix je comprends qu'elle ne peut pas mourir car une voix ça ne meure pas. La sienne surtout reconnaissable entre 10.000 comme la voix d'une "Macha" dans un autre genre, ce timbre si singulier qu'elle aura si bien imprimer malgré les disparitions, d'émissions et d'antennes successives qu'elle aura connu ensuite. 9h15 je suis pret à sortir, je vais aller travailler, oh bien plus frais qu'à l'époque ou luttant contre le sommeil afin de rien manquer et d'être le plus fidele des auditeurs je ne m'endormais jamais avant 5h du matin; et ou ensuite les cours de college puis de lycée m'obligeaient aux plus grands efforts pour ne pas m'effondrer sur ma table. Mais nourris du sentiment qu'une autre famille composée de de grands frères et d'une grande soeur existait de l'autre coté du poste. Dans cette période de l'après mai 81 ou tout semblait possible, pour moi celle de l'insouciance et des rêves innaccéssibles, tout cela ce matin m'a paru bien loin, trop loin!. 9h30 je sors enfin, tandis Supernana me brouille un peu les ondes. 

  • hiddenplace

    17/09/2007 à 20h23

    Répondre

    Euh... ?

  • Anonyme

    23/09/2007 à 22h11

    Répondre

    elle va nous manquer super nana

Participer à la discussion

Nous nous réservons le droit de ne pas publier les commentaires qui ne nous semblent pas appropriés (netiquette, loi, point godwin, imbécillité profonde, etc.). Et ne venez pas crier à la dictature !

Vous allez commenter en tant qu'invité-e :

Krinein Médias, ou comment parler des séries TV, qu'elles soient américaines, françaises ou d'ailleurs, avec une certaine intelligence (rien que ça). Mais la critique touche aussi les émissions de la télévision, les magazines, la radio...

Rubriques