8.5/10

Dead Set - Saison 1

Les téléspectateurs n'ont jamais été aussi près d'être des zombies que dans Dead set. Une série de télé-irréalité réussie.

La série anglaise Dead set ne sera probablement jamais diffusée à la télévision française. Il faut dire qu'elle s'écarte de tous les standards télévisés habituels, que ce soit au niveau de la durée, du sujet abordé ou encore du niveau de violence de la série. Dead set est, en effet, une série de... zombies. Diffusée outre-Manche sur E4 à partir du 27 octobre 2008 et sur Channel 4 du 6 au 8 janvier 2009, elle comporte seulement 5 épisodes pour une durée totale de près de deux heures et demi, dont un pilote d'une soixantaine de minutes. Le format court de la série lui permet d'ailleurs de passer aisément au cinéma. Aussi bien en tout cas d'un film de zombie classique où la tripaille vole à tours de bras.

Dead Story

Attention... vous êtes filmés !
Attention... vous êtes filmés !
Oui des zombies, car Dead Set est le résultat de la digestion d'un genre quasi-historique et qui connaît, depuis quelques années, un véritable effet de mode : si le cinéma continue à plonger les deux mains dans les tripes du genre (Rec, Diary of the dead), la BD (Les zombies qui ont mangé le monde), le comic-book (Marvel zombies) ou encore la littérature (Un horizon de cendres) se sont mis avec joie à faire se relever des cadavres sanguinolents à la recherche de cerveeeaaaaau. On retrouve désormais même des marches zombies dans le monde entier ! Le pitch de Dead set est finalement assez simple et pas franchement très original : les morts se lèvent, marchent de façon lente et désordonnée, émettent quelques borborygmes dégoûtants et cherchent à bouffer les vivants, tandis que les survivants tentent, tant bien que mal, de s'organiser pour éviter justement de servir de boulettes de viande aux macchabées. Une des différences entre les films est le lieu que les survivants choisissent (ou pas d'ailleurs) pour résister à la horde de non-morts : le supermarché de Dawn of the dead, la maison de Night of the living dead ou le pub de Shaun of the dead. La trouvaille géniale de Dead set est de faire se dérouler l'action dans un studio de télévision, et plus particulièrement dans le décor d'une émission de télé-réalité, Big Brother pour ne pas la nommer (version internationale de Loft story, avec en prime de vrais candidats de l'émission et la vraie présentatrice anglaise !). Les relations entre la télé-réalité et le mythe des zombies saute tout de suite aux yeux : les candidats enfermés dans leur loft ne sont finalement que la nourriture d'un public avide et sans états d'âme.

La ferme-zombies

Si j'avais un marteau...
Si j'avais un marteau...
En plus de ce parallélisme évident, la communauté formée par les participants du jeu est une sorte de réduction de la Société avec ses froussards, ses fortes personnalités, ses égoïstes... On croise ainsi les clichés habituels de la télé-réalité : la belle blonde tellement bête, le costaud tombeur, le travesti, le petit malin ou le vieux aux opinions largement différentes du reste des candidats. Mais l'intelligence de Dead set est aussi de parvenir à dépasser ces clichés éculés en faisant entrer dans l'émission des personnalités généralement absentes. Dans cette société, chaque décision, chaque action aura des répercussions sur l'ensemble du groupe, entraînant conflits et trahisons. Et c'est là que le spectateur reste sur sa faim avec Dead set. Car les scénaristes avaient une véritable mine d'or sous la plume. Ils auraient pu développer les personnages et leur psychologie sur une durée plus longue que ces deux petites heures et demi, pour explorer plus profondément les relations humaines en situation de crise et pousser le parallèle avec la télé-réalité. Mais la série aurait sans doute pâti d'un étalement dans le temps. Cette durée finalement courte permet de faire monter rapidement la tension tandis que les zombies se rapprochent. Et le spectateur ne peut qu'attendre, pris dans un maelström de sang et de peur, une fin qui ne peut que s'annoncer terrible.

Vous l'aurez compris, avec Dead set, vous pouvez oublier les sempiternelles séries médicales, policières, drôles ou sentimentales. Ici ni les sentiments, ni l'humour ne résistent bien longtemps aux légions de morts. Seul subsiste le regard du téléspectateur par l'intermédiaire des dizaines de caméras du loft.

Partager cet article

A propos de l'auteur

Intéressé par beaucoup trop de sujets, nazonfly est en charge de la partie Musique Krinein depuis quelques années. Ce qui ne l'empêche pas de visiter les territoires des livres, du cinéma, des médias et même de sciences et tech.

9 commentaires

  • Anonyme

    23/03/2009 à 22h10

    Répondre

    D'accord avec cette critique


     Tout en ne révolutionant pas le genre scénaristiquement surtout(loin s'en faut), mais par une mise en scène dynamique (merci la saga des "28"), des épisodes très cours qui permettent de maintenir une vraie tension et un cadre original, cette micro série est plus qu'agréable à suivre. Espèrons qu'il vont pas nous pondre une saison deux parceque ça serait vraiment flinguer le concept...


    Mais la vision de cette fiction m'irrite dans un sens, parceque je me demande : "pourquoi en france, personne n'ose faire des trucs aussi radical et différent(a part vaguement canal +)?"...franchement ça a du couter 2 balle a produire (meme si ça ne se voit pas), alors pourquoi ne pas tenter...même si un truc comme ça a 3/4 de chance de se planter dans l'hexagone, au moins on entrouvrirai un porte....c'est pas les idées ni le talent qui manque j'en suis sur!

  • nazonfly

    24/03/2009 à 09h20

    Répondre

    Une raison assez simple à mon avis : le CSA. Il y a des règles concernant les films qui passent à la télé. Je sais que les chaînes n'ont droit qu'à un certain nombre de films interdits au moins de 12 par an, et n'ont pas le droit d'en diffuser pendant les vacances, du moins à 20h30...






    [img]http://www.csa.fr/protection_mineurs_TV/images/signaux01.gif"%20border="0[/img]


    Lorsqu’un
    programme comporte des scènes qui risquent de choquer les plus jeunes
    ou lorsque le sujet abordé risque de les perturber.

    Ils ne peuvent pas être programmés à l’intérieur des émissions pour la jeunesse, mais ils peuvent être diffusés en journée.






    [img]http://www.csa.fr/protection_mineurs_TV/images/signaux02.gif"%20border="0[/img]
    Lorsqu’un
    programme risque de perturber les repères d’un enfant de moins de
    12 ans, notamment parce qu’il recourt de façon systématique et répétée
    à la violence ou évoque la sexualité adulte.

    Ces programmes sont
    diffusés essentiellement après 22 h, mais peuvent l’être ponctuellement
    après 20 h 30 (les chaînes cinéma et les chaînes de paiement à la
    séance étant soumises à un régime différent).






    [img]http://www.csa.fr/protection_mineurs_TV/images/signaux03.gif"%20border="0[/img]
    Lorsqu’un
    programme risque de perturber les repères des moins de 16 ans,
    notamment les programmes érotiques ou ceux qui présentent des scènes de
    violence particulièrement impressionnantes.

    Ces programmes sont
    diffusés après 22 h 30 (les chaînes cinéma et les chaînes de paiement à
    la séance étant soumises à un régime différent).






    [img]http://www.csa.fr/protection_mineurs_TV/images/signaux04.gif"%20border="0[/img]
    Les
    films interdits aux moins de 18 ans ainsi que les programmes
    pornographiques ou de très grande violence, réservés à un public adulte
    averti et qui peuvent nuire à l’épanouissement physique, mental ou
    moral des moins de 18 ans.

    Seules certaines chaînes accessibles par
    abonnement, dont des chaînes cinéma et des chaînes de paiement à la
    séance, sont autorisées à diffuser ces programmes, dans la mesure
    notamment où elles mettent en place un système de verrouillage de ces
    programmes permettant d’éviter que des mineurs y aient accès. Ils ne
    peuvent être diffusés qu’entre minuit et 5 h du matin.




     Source : http://www.csa.fr/protection_mineurs_TV/signaux01.html

  • Anonyme

    29/03/2009 à 09h46

    Répondre

    Oui enfin après il faut aussi relativiser : ce programme a-t-il été diffusé à 20h30 en GB et E4 est-il une "grande chaine nationnale" ?


    Ma petite idée serait non aux 2, donc les restrictions ci dessus du CSA n'aurait pas d'influence.

    Et même si rien n'empêcherait d'avoir de l'audace et de diffuser à partir de 22h (ou d'avoir de l'audace sans violence..).


    Reste que souvent, notamment au USA la vraie créativité vient (seulement) des chaines plus confidentielles du cable (Dexter sur Showtime ou Damages sur FX (et ses quelques milliers de spectateurs.. honteux!) pour n'en citer que 2).


    Espérons donc que l'essort de la TNT aura les mêmes conséquences (oui c'est beau de rêver).

  • Anonyme

    31/03/2009 à 16h12

    Répondre

    Une diffusion est tout de même prévue en France sur Canal + ...


     Sinon cette série est attachante mais pas carrément réussie.

  • Veterini

    04/04/2009 à 10h48

    Répondre

    Bon bah d'accord avec Naz, sauf que j'ai pas trop aimé le montage façon 28 days later. Et puis bon, le parrallélisme Téléspectateur/Zombie est pas franchement des plus poussées ; ça réutillise de vielle ficelle de Romero sans grande immagination quoi.


    Ce qui m'a bien plût quand même c'est l'ambiance fin du monde, -peut-être à cause de l'ancrage dans le réel-, d'autant que les événements sont assez brusque.


    Le coté "zombie-révélatrice-des-faiblesse-humaines" sans être non plus spécialement orignal (le producteur c'est le plus méchant, dingue) est plutôt bien mené.


    68/100

  • Anonyme

    22/10/2009 à 09h33

    Répondre

    Avant d'écrire des critiques bidon comme la votre, renseignez vous sur le sujet, vous êtes à coté de la plaque, avez-vous au moins regardé la série??? Je ne crois pas . Merci

  • nazonfly

    22/10/2009 à 11h25

    Répondre

    Euh... Yobiwan, tu veux dire quoi? Pourquoi elle est bidon cette critique?

  • Anonyme

    17/11/2009 à 14h39

    Répondre

    La série vient d'être diffusée en France sur la chaine "Frisson" il y a quelques semaines, c'était vraiment génial, très prenant, et très flippant. Gore juste ce qu'il faut, et une fin qui m'a bien plue et pleine de sens.


    Need plus de séries comme ça !!

  • Anonyme

    29/11/2009 à 16h30

    Répondre

    "les morts se lèvent, marchent de façon lente"


    Cette phrase fait douter que le critique ait vu la série !!! OO

Participer à la discussion

Nous nous réservons le droit de ne pas publier les commentaires qui ne nous semblent pas appropriés (netiquette, loi, point godwin, imbécillité profonde, etc.). Et ne venez pas crier à la dictature !

Vous allez commenter en tant qu'invité-e :

Krinein Médias, ou comment parler des séries TV, qu'elles soient américaines, françaises ou d'ailleurs, avec une certaine intelligence (rien que ça). Mais la critique touche aussi les émissions de la télévision, les magazines, la radio...

Rubriques