1.5/10

Crésus

Avertissement : cette critique hautement sarcastique peut heurter la sensibilité des fans de Lagaf', ceux-ci n'auront qu'à la lire telle quelle. Pour les autres, la critique peut aussi se lire en remplaçant les mots par leur contraire. Toi aussi, amuse-toi à remplacer les mots entre guillemets par un mot de ton choix !

Mais où était parti le "plus grand" présentateur de divertissement à l'heure de l'apéro, celui que tout le monde s'arrachait ? Après sa carrière d'interprète désormais passé au rang de la postérité avec des titres comme la Zoubida, Vincent 'Bigdil' Lagaf' est de retour avec un nouveau diver... émiss... euh « truc » passant sur la "magnifique chaîne culturelle" TF1 qui, avec ce genre de « truc », espère certainement atteindre le niveau d'Arte. Grand moment de télévision, superbe démonstration d'une émission rondement menée, rires sans fin, présentateur sympathique et étalant sa science à juste titre... eh bien "oui" !

Sur le plateau de Crésus, cinq candidats se disputent le droit d'accéder à une finale pour gagner du gros sous de chez gros sous en répondant aux questions débiles posées par Lagaf'. Pour donner un élément de comparaison, Attention à la Marche ! passerait pour une émission culturelle de haut niveau. Mais revenons à nos moutons où un candidat peut tondre la cagnotte, globalement entre 50 000 et 200 000 euros, distribués par le personnage virtuel sous forme squelettique. Un jeu à base questions/réponses qui déferlent sur nos écrans pour notre plus « grand plaisir ». Le jeu se décompose ainsi :

L'une ou l'autre : choisir entre une réponse ou l'autre, particulièrement innovant et réussi car on découvre la question seulement après avoir accepté d'y répondre. Totalement novateur... ah non, désolé, on m'informe que ceci a déjà été fait, on aurait presque pu croire que Crésus fût innovant une seconde mais non ! Que « d'émotions » jusqu'à ce qu'un candidat trébuche deux fois et récolte une sanction sous la forme d'un double camembert ; comme le public, on pousse son « Oh ! Dommage ! » : les messages subliminaux qui devraient vous pousser à vous déplacer jusqu'à la plus proche supérette pour acheter votre dose de soda couleur noire s'avèrent "relativement" efficaces. Qu'est-ce qu'on « rigole » après moins d'un quart d'heure...

La patate chaude : la difficulté augmente avec le choix entre trois réponses pour seulement quatre candidats. Tension, tension, quand tu nous tiens ! Le « bonheur » est décuplé, les candidats se lancent des petites piques superficielles... re-non. On a plutôt l'impression de se retrouver dans Jéopardy car le choix des réponses laisse prévoir la question. Le plus « drôle » reste tout de même de voir les candidats hésiter à répondre à ces questions de culture générale basiques. Le premier candidat à cumuler au moins deux erreurs se retrouve dans l'obligation de provoquer à nouveau un duel à quitte ou double pour éliminer un adversaire. Avec beaucoup de « joie » ou de 154e degré, l'appréciation de l'émission passe par ces couleurs « flashoyantes » du personnage animé ou le nouveau look de Lagaf'(au choix parce qu'il faut bien trouver des arguments).

La décharge électrique : dix réponses dont une seule fausse sur un thème « original ». Le premier à se viander comme une truffe (oubli volontaire des guillemets) sur la question part et laisse les deux derniers se disputer place en finale. Electrisant ? « Bien sûr » ! Le personnage 3D balance ses piques et prend le rôle du méchant alors que le présentateur se pose en aide au candidat, à coup sûr le couple deviendra rapidement « indiscutable » à cet horaire, l'envie de « continuer à regarder l'écran » présente depuis le début n'est pas très loin d'atteindre son paroxysme mais la suite est encore « meilleure ».

La demi-finale : en 70 secondes, Lagaf' enchaîne les questions en proposant trois réponses. Le principe du compte à rebours jamais usité de nos jours est une véritable révolution technologique... désolé, on m'avertit que Pyramides utilisait entre autres le même principe. Mais quoi qu'il advienne les « trésors » de surprises venant de l'animation laissent un « sourire indélébile » et le spectateur en « prend plein les yeux ».

La finale : cinq choix sur des questions « difficiles » pour le gros lot qui permettent aux candidats d'étaler toute leur (in)culture. Face à face, l'animateur se révèle incapable de renouveler son « excellente prestation ». L'émission prend un rythme « endiablé » et fait une imitation « réussie » de Qui veut gagner des millions ?  

Crésus n'est qu'une accumulation de sous-jeux « jamais vus » à la télévision. Après, il faut bien sûr parler de la prestation de Lagaf' qui n'hésite pas à reprendre les expressions qui ont fait sa « gloire » avec grimaces, blagues à deux balles, pseudo imitations et bons mots des dîners de famille arrosés. Un « haut niveau » rappelant les « plus beaux jours » de ses précédentes émissions. Le niveau de questions reste « excellentissime », le personnage 3D devrait être « glorifié » au lieu de faire une figuration « sympathique ». Le seul point « négatif » est que les gafettes sont restées au placard pour le coup. Espérons que l'émission éphémère « perdure à travers les âges pour divertir le monde entier »...

Partager cet article
A voir

Psychovision

A propos de l'auteur

3 commentaires

  • citizen

    19/07/2005 à 15h50

    Répondre

    franchement bravo la critique!j'aia doré!

    pour le jeu en lui meme c'est désolant et vrai qu'a coté attention a la marche faut etre inteligent pour y jouer!

  • Anonyme

    02/02/2008 à 22h31

    Répondre

    jadorai ce jeu et jaimerai que vous continuer a la repasse et on est plusieurs a vouloir


     


    merci de votre attention


     


    du jeu cresus


     

  • Anonyme

    06/09/2008 à 17h10

    Répondre

    c etait tres drole

Participer à la discussion

Nous nous réservons le droit de ne pas publier les commentaires qui ne nous semblent pas appropriés (netiquette, loi, point godwin, imbécillité profonde, etc.). Et ne venez pas crier à la dictature !

Vous allez commenter en tant qu'invité-e :

Krinein Médias, ou comment parler des séries TV, qu'elles soient américaines, françaises ou d'ailleurs, avec une certaine intelligence (rien que ça). Mais la critique touche aussi les émissions de la télévision, les magazines, la radio...

Rubriques