8/10

Cosmopolitan

On peut être une femme intelligente, à qui tout réussit, et aimer rire de choses légères. Voilà le concept de Cosmopolitan. Ce mensuel compte parmi les plus plébiscités par la gent féminine, dans le monde entier. La version française existe depuis 1973 et ne s'est jamais aussi bien vendue qu'aujourd'hui, surclassant ainsi ses concurrents, Biba et Isa. Voilà comment réussir dans la presse écrite en trois leçons.

« You're beautifuuuul, no matter what they saaaay... »

Cosmo (c'est son petit nom), comme tous les magazines féminins, consacre une bonne partie de ses pages à la mode et à la beauté. Comment porter une ceinture en cuir clouté de 30 cm de hauteur sans avoir l'air complètement ridicule ? Voilà une question que toute femme qui se respecte s'est posé au moins une fois dans sa vie : Cosmopolitan tente donc d'y répondre, sans oublier la crème miracle qui fera s'évaporer vos cernes avant votre rancart de demain (ou, faute de mieux, délestera votre portefeuille de quelques billets), mais aussi le jeans qui fera passer vos fesses pour celles de J-Lo. Le point fort de Cosmo sur ce sujet est sans nul doute de proscrire le ton moralisateur / culpabilisateur. Vous avez 15 kg en trop ? Des rides dignes du Grand Canyon ? Les dents jaunes ? On s'en fiche, vous êtes comme vous êtes et c'est très bien. Cela n'exclut pas, bien sûr, les articles de type « moins 5 kg en 1 jour ! » et autres régimes miracle.
Beaucoup de produits de beauté, crème, maquillage et autres savons, sont présentés tout au long du magazine. L'intérêt de ces pages est d'autant plus limité que les cosmétiques sont décrits à la manière d'une publicité : c'est bien, c'est beau, et puis c'est pas cher (puisqu'on vous le dit !). Où est passé l'oeil critique ? Soit les journalistes ne traitent que des produits de qualité, soit l'hypocrisie est de mise. Reste que la plupart des publicités qui parsèment le magazine vantent les mérites de produits présentés dans les articles.
Les pages mode sont à peine mieux que chez la concurrence. Les vêtements sont généralement moches et chers mais siglés, ce qui vous conviendra parfaitement si vous aimez dépenser une fortune dans une paire de santiags vertes et bleues. Dans le cas contraire, cette partie vous laissera de marbre, ou vous donnera des idées cadeau pour l'un de vos ennemis, ce qui est, je l'avoue, bien pratique à l'approche de Noël.

In Real Life

Mesdames et messieurs, la visite continue, nous poursuivons la lecture de Cosmo. Là, au loin, nous pouvons apercevoir un élevage de produits culturels. On voit bien qu'ils sont nés en captivité, ils ont le teint pâle et sont maigrichons.
Le seul mérite de ces pages culture est d'exister. En matière de films, nous nous trouvons face à un ersatz de programme de ciné, version light. A peine quelques lignes de texte forment un résumé qui vous satisfera uniquement si vous êtes peu exigeants. Cela vous permettra au moins de ne pas passer pour un idiot patenté lors des dîners mondains.
Les détracteurs de Paris Match et consorts auront l'agréable surprise de constater que les people savent se faire discrets dans les colonnes de Cosmo. Contrairement à d'autres magazines féminins qui semblent penser que qualité rime forcément avec célébrité, Cosmo vous propose de ne pas apprendre qui a embrassé Brad Pitt l'autre jour, ou qui a été vu en compagnie de Sharon Stones à la dernière soirée Pipeul.
La présence de reportages contribue, quant à elle, à la qualité du magazine. Ce sont généralement des retranscriptions de faits culturels mêlés à des interviews. Le numéro 386 de Janvier 2006 présente ainsi le problème des filles en Chine, pays où le contrôle des naissances exerce une pression énorme sur les familles. Bien qu'elles tombent parfois dans le pathos, ces pages offrent un regard différent sur les femmes et leur condition dans le reste du monde, permettant ainsi de diversifier l'horizon de Cosmopolitan, et estompant le coté vaguement écervelé qui apparaissait dans les articles mode, ciné ou livres.

« Comment se faire larguer en 10 leçons »

En plus d'être doté d'une maquette particulièrement claire et agréable, Cosmopolitan bénéficie d'articles qui le positionnent largement au dessus de ses concurrents. Je veux ici parler de la partie pseudo psychologique mais vraiment drôle.
Nous trouvons ainsi des articles de fond intitulés « Défi ! Noël en famille sans tuer personne » par exemple, qui abordent avec humour les évènements de la vie quotidienne, prodiguant au passage le genre de conseils que vous donnerait votre meilleure amie. Tout cela fleure bon les discussions entre copines, et permet de se remonter le moral après un coup dur.
Egalement au programme, des tests, que vous pourrez zapper, à moins d'être fan du genre.
Mieux et plus amusant, Cosmopolitan présente chaque mois un assortiment d'anecdotes dans des thèmes variés, comme la vengeance après une rupture, ou le pire cadeau que l'on vous ai fait.
C'est, bien sûr, très léger, beaucoup plus inconsistant qu'un mémoire sur la pisciculture en Islande, mais aussi tellement plus relaxant. Cela permet de passer un bon moment, voire de rire si vous le lisez à plusieurs...
Cosmopolitan parle également beaucoup de sexe, mais le sujet est traité avec humour, et non pas de manière graveleuse. Le magazine profite de sa position privilégiée pour aborder, de manière régulière, les questions de la contraception et des maladies sexuellement transmissibles. Parce qu'on veut bien rire, mais faudrait pas oublier les priorités, hein.

Cosmopolitan se positionne comme l'un des magazines féminins les plus drôles, sans pour autant délaisser les réelles préoccupations d'une femme d'aujourd'hui. Amusant sans être décérébré, voilà comment nous pouvons qualifier ce magazine.
Ainsi, on peut à la fois lire Krinein et Cosmopolitan. Ce n'est évidemment pas tout à fait le même sujet. Mais par rapport à des magazines pour hommes dans le genre de FHM, Cosmopolitan est beaucoup plus raffiné, et l'humour y est plus spirituel. A vrai dire, je n'ai jamais compris pourquoi les magazines pour hommes croyaient nécessaire d'exhiber de jeunes femmes dévêtues dans des positions coquines afin de booster les ventes. Cosmopolitan compte un peu plus d'un million de lectrices* (c'est dire si sa recette fonctionne), à peine moins que le magazine pour hommes que nous évoquions plus haut. Bien que la cible visée reste les femmes, plus de 200 000 hommes* lisent également ce féminin, preuve qu'il peut plaire à tout le monde.

* Chiffres de l'APPM (Association pour la Promotion de la Presse Magazine)

A découvrir

Confessions intimes

Partager cet article

A propos de l'auteur

3 commentaires

  • Meow

    24/02/2006 à 23h42

    Répondre

    Pour deux euro, même les hommes virils peuvent se lancer, j'ai bien vérifié, ni [url=http://www.queenmother.tv/nycgirl/angel/angeimages/ange1.jpg" title="gestes maniérés">gestes maniérés incontrolés, ni perte de

  • Anonyme

    02/12/2007 à 16h18

    Répondre

    j'adore votre magazine (abonnee depuis 30 ans) mais mon numero de decembre est arrive tres abime agenda 2008 compris puis je en recevoir un autre c'est la premiere fois que cela arrive merci

  • Dat'

    02/12/2007 à 16h29

    Répondre

    Excusez nous, nous allons vous renvoyer ça le plus vite possible, avec une boite de chocolat en bonus pour vous indemniser du trouble occasionné.

Participer à la discussion

Nous nous réservons le droit de ne pas publier les commentaires qui ne nous semblent pas appropriés (netiquette, loi, point godwin, imbécillité profonde, etc.). Et ne venez pas crier à la dictature !

Vous allez commenter en tant qu'invité-e :

Krinein Médias, ou comment parler des séries TV, qu'elles soient américaines, françaises ou d'ailleurs, avec une certaine intelligence (rien que ça). Mais la critique touche aussi les émissions de la télévision, les magazines, la radio...

Rubriques