Comment gagner 500 000 euros ? L'exemple de crowdfunding de noob

500 000 euros. Un demi-million d'euros. 3,3 millions de francs (et 330 millions d'anciens francs rajouterait mon père). Voilà ce qu'a pu obtenir l'équipe de Noob en crowdfunding.

Noob ? Crowdfunding ? Kézako ?

Le crowdfunding

Si vous n'avez pas entendu parler du crowdfunding, c'est sans doute
Emporté par la foule
que vous habitez au fin fond de l'Antarctique sans accès internet, même par ballons loon de Google. Ou alors que vous préférez la langue de Molière et que vous l'appelez « financement participatif ». Non ? Toujours pas ? Alors récapitulons : lancé depuis quelques années sur internet, le financement participatif permet de financer des projets par l'appel aux dons des internautes. Pourquoi faire appel aux internautes ? Tout simplement parce que l'industrie ne peut plus financer des projets innovants et intéressants, mon pauv'monsieur, c'est la crise (insérez ici votre qualificatif préféré, du disque, du cinéma, de la finance, chez les ornithorynques).

Pionners et exemples récents

Si Wikipedia nous apprend qu'il existait de tels financements au cours
Marillion en concert
du XVIIIème siècle (mais sans les internautes hein), c'est l'apparition et le développement d'internet qui ont mis au goût du jour la participation des gens comme vous et moi à ces projets. Ainsi, en 1997, Internet était encore balbutiant mais ça n'a pas empêché le groupe Marillion de faire financer la tournée suivant l'album This strange engine par ses fans internautes. Depuis les projets n'ont cessé de se multiplier : en musique, on pourrait citer Grégoire « Toi+moi » financé par le biais de My major company ou encore Amanda Palmer, ex-Dresden Dolls qui a pu sortir, avec le soutien de 24 883 fans, Theatre is evil. En techno, on pourrait mettre la lumière sur la console Ouya sur laquelle tous les jeux seront accessibles gratuitement, ou sur la montre intelligente Pebble. Côté film, rappelons évidemment que vous pouvez financer House of VHS.

Les p'tits gars de Noob

Quant à Noob, c'est ce que nous appellerons une belle histoire.
La bande de noobs
Imaginez un peu : après quelques essais de film amateur depuis 2000, des amis décident de réaliser une websérie d'épisodes courts, humoristiques basés sur l'univers des jeux de rôle. Diffusée depuis 2008 sur la chaîne NoLife, la série atteint rapidement un certain succès et un succès certain : les 78 épisodes (soit 5 saisons, la saison 5 étant en cours de diffusion et la saison 1 critiquée ici même) ont atteint plus de 44 millions de vue au total ! À cela s'ajoutent 4 romans, 8 tomes de la BD et bientôt... un jeu vidéo et des films ! Pour en savoir plus et visionner les épisodes, un petit tour sur le site de Noob est de bon aloi.

Un film... et 500.000 euros

C'est donc dans ce contexte que Noob décide de faire, modestement,
La même bande de noobs
un film en appelant à la générosité de leurs – nombreux – fans (164 000 fans sur Facebook par exemple) avec un but... 35 000 euros en un peu plus de 3 mois, histoire surtout d'améliorer leur matos de tournage, de constituer une réelle équipe technique. Mais les fans sont généreux et le palier de 35000 euros est atteint au bout de... 15 heures ! Depuis c'est une affaire qui tourne et les paliers associés à des nouveautés (pour 75 000 euros une édition Blu-Ray par exemple) défilent à toute vitesse : 100 000 euros en 3 jours, 200 000 en 6 jours, 400 000 en 39 jours, 500 000 en 57 jours. Les chiffres sont étourdissants. Pour ceux qui déclaraient en décembre dernier « ce que les gens nous amènent, ce n'est pas sans conséquences. Ils donnent une énergie folle. » (Source), l'énergie doit être encore plus importante. Et gageons-le la pression d'autant plus forte.

Une p'tite conclusion pour la route

Que nous dit la réussite de Noob dans le financement participatif ? Que la crise du cinéma/de la musique/de ce que vous voulez n'est pas une fatalité et qu'il est aujourd'hui possible de se passer complètement des circuits traditionnels pour financer ses propres projets : en ces temps difficiles, une partie du public ne semble plus consommer ce que l'on veut qu'il consomme mais ce qu'il désire vraiment. Noob n'a peut-être pas la qualité visuelle d'autres séries à plus gros budget mais ils ont, à la fois, un concept d'émission qui touche son public (loin, très loin des concepts télévisuels habituels), une volonté et une énergie comunicative. Mais surtout ils ne paraissent pas isolés dans une tour de verre et sont au contraire très proches de leur public : ils multiplient les interviews, les dédicaces lors des salons. Des gens comme vous et moi. Mais qui vont avoir une sacrée pression sur eux. On attend de voir le résultat avec impatience comme certainement leur 9 000 fans à ce jour !

PS : les images utilisées sont sous Licence Creative Commons Paternité issues des Flickr de Mike Krzeszak ("Emporté par la foule'"), opethpainter ("Marillion en concert"). Les autres sont issues du dossier de presse de Noob.

A propos de l'auteur

Intéressé par beaucoup trop de sujets, nazonfly est en charge de la partie Musique Krinein depuis quelques années. Ce qui ne l'empêche pas de visiter les territoires des livres, du cinéma, des médias et même de sciences et tech.

13 commentaires

  • Choucroot

    01/07/2013 à 15h52

    Répondre

    C'est pratique d'avoir une fanbase d'informaticiens qui gagnent plein de sous et n'ont pas de vie sociale !

  • Islara

    01/07/2013 à 16h31

    Répondre

    Un jour, avec en plus le bagage de campagnes de jeu de rôle que j'ai, il va falloir que je regarde. Ne pas le faire va bientôt être criminel. ^^'

  • Anonyme

    01/07/2013 à 17h20

    Répondre

    La "fanbase" est jeune voire très jeune et surtout des joueurs de jeux vidéos.
    (A l'heure ou presque tout le monde a (a eut) sa ferme virtuel ou autre jeux "social" ça commence a faire du monde)
    Un joueur de jeux vidéo ça a entre 7 et 77 ans d?après la formule consacré mais d?après mon expérience les bébé commencent a tâter de la tablette avant de savoir marcher.
    Avec une moyenne de "don" d'environ 50 ? et a peine plus de 500 personnes (environ 5.5% des contributeurs) au dessus de 250 ? on est très loin d'un financement par une élite.
    Ensuite a partir de 50 ? t'a un t-Shirt et un DVD ou Blu-ray qui pour n'importe quel film standard serait en édition collector pas trop limité a (au moins) 25 ?.

  • Anonyme

    01/07/2013 à 20h16

    Répondre

    Ce n'est pas 9000 fans mais 9189 fans qui ont contribué.
    Le nombre de fan est a 170 000 si on ne compte que Facebook

  • Choucroot

    01/07/2013 à 20h39

    Répondre

    Haaa non non non, je suis désolé, ma remarque est basée sur une étude approfondie et même exhaustive: les donateurs sont à 95.62% des informaticiens qui gagnent plein de sous. Et ont, dans 82.16% des cas, les cheveux gras. 
    Cela dit, pour les gens ne disposant pas d'informations confidentielles comme moi (et qui ont bien vu que je ne suis qu'un vieux troll) ces chiffres sont intéressants. 50 euros de don moyen je trouve ça assez élevé, et malgré la (relative) jeunesse du public de Noob je doute que ce soit des dons faits avec de l'argent de poche. 
    La répartition des dons par montant est-elle consultable quelque part, ou seuls les bénéficiaires y ont accès ?

  • nazonfly

    01/07/2013 à 21h00

    Répondre

    À l'heure où certains mettent plus de 700 euros dans un téléphone, 50? pour une série (et comme le dit Anonyme), il y a un T-shirt et un DVD. D'ailleurs je me demande si je ne vais pas donner aussi (ç sera mon cadeau de Noël ).

  • Anonyme

    01/07/2013 à 22h49

    Répondre

    @Choucroot : A l'heure actuelle, il y a:
    -886 dons à 5 euros
    -791 dons à 10 euros
    -3474 dons à 25 euros
    -2724 dons à 50 euros
    -649  dons à 100 euros
    -426 dons à 250 euros
    -25 dons à 500 euros
    et 81 dons à 1000 euros (ce qui débloque pour le donateur un rôle dans le film).

  • Anonyme

    01/07/2013 à 22h54

    Répondre

    va voir sur ulule

  • cubik

    02/07/2013 à 09h13

    Répondre

    Perso, je trouve aussi que 50? de moyenne pour les dons, c'est élevé. Ca sent l'ingénieur qui gagne bien sa vie, pas le lycéen

  • Choucroot

    02/07/2013 à 15h10

    Répondre

    Merci pour le détail
    Sinon au delà de Noob, vous ne craigniez pas que le phénomène du crowdfunding appliqué à la culture ne lui soit préjudiciable, entraînant la disparition progressive des subventions publiques, à mon sens indispensables ?

  • nazonfly

    02/07/2013 à 16h03

    Répondre

    Le débat est sans doute très, très vaste. Déjà on voit que la culture commence à manger (paraît qu'il y a un gouvernement qui est en train de faire son budget pour l'année prochaine, et la culture c'est pas franchement la priorité). Ensuite faut voir à quoi sont versées les subventions publiques... Je me demande si un projet comme noob aurait eu beaucoup de fonds. Je dirais qu'au contraire, c'est ptet une bonne chose : ça permet de financer quelque chose qui n'aurait pas été financé sans cela (cf les exemples au dessus).

  • Anonyme

    02/07/2013 à 19h38

    Répondre

    Le crowdfunding permet d'améliorer la diversité de la culture, tous les truc TV ou autre son financer pour la rentabilité avant la culture. Maintenant il faudrait que les TVA soit abaissé pour ce genre de chose, voir avoir des déductions d'impot, au lieu de gaver les banques des que qu'une personne doit investir pour un projet, la tout le monde peut investir il faut juste un projet qui intéresse.Avec ce genre de projet les acteurs sont payé à la réussite et donc  relativisé leur salaire.

  • nazonfly

    15/07/2013 à 17h47

    Répondre

    Au final, le crowfunding a rapporté 682 000 euros à l'équipe noob. Et Ulule a décidé de changer leur taux de commission sur les projets à plus de 100 000 euros (3 ou 4 pour l'instant apparemment).

Participer à la discussion

Nous nous réservons le droit de ne pas publier les commentaires qui ne nous semblent pas appropriés (netiquette, loi, point godwin, imbécillité profonde, etc.). Et ne venez pas crier à la dictature !

Vous allez commenter en tant qu'invité-e :

Krinein Médias, ou comment parler des séries TV, qu'elles soient américaines, françaises ou d'ailleurs, avec une certaine intelligence (rien que ça). Mais la critique touche aussi les émissions de la télévision, les magazines, la radio...

Rubriques