6.5/10

Ciel, mon mardi ! - DVD

Lire la critique du DVD Ciel Mon Mardi !

Rok da house des Beat Master en guise de générique, Christophe Dechavanne dans la peau du jeune présentateur dynamique et survolté, des débats houleux et insolites sur divers faits de société, quelques chroniqueurs décalés autour d'un bloc-notes défouloir, l'adrénaline du direct affranchi d'une quelconque table de montage, des débordements périodiques à la clé : voici dressé en quelques lignes les ingrédients qui ont fait l'imposant succès de Ciel, mon mardi !, émission hebdomadaire de seconde partie de soirée diffusée pour la première fois le 10 mai 1988 sur la chaîne TF1. Comme tout spectacle télé marquant qui se respecte, et peut-être excité par la réussite commerciale de l'édition De Caunes / Garcia : Le Meilleur de Nulle Part Ailleurs, il n'aura fallu attendre qu'une petite génération pour que l'ancestral Best Of diffusé en VHS (1992) soit remanié en édition triple DVD.
De la même façon que Coucou c'est nous : Les Meilleurs moments (2004), le coffret de Ciel, mon mardi ! nous propose trois disques sur lesquels ont été pressés les meilleurs moments du Bloc-notes, les extraits des légendaires Débats et l'intégrale de la 100ème. Le tout accompagné par les commentaires explicatifs de toute l'équipe sur le contexte d'époque et les mécanismes particuliers de leur concept. De quoi en apprendre un peu plus sur les coulisses sans pour autant être surpris par ses images encore fraîches dans notre mémoire collective...

Dechavanne, Carmouze, Rahard, Field et Favier dans toute leur splendeur
Dechavanne, Carmouze, Rahard,
Field et Favier dans toute leur splendeur
D'une durée approximative d'1h30, le premier disque du coffret débute par le portrait rapide des chroniqueurs qui ont oeuvré à faire de la séquence Bloc-notes un moment phare de l'émission. Peu de choses sont à signaler sur cette section (plutôt élogieuse vis-à-vis de tout le monde) si ce n'est l'importance grandissante de ce moment charnière s'intercalant entre les deux débats de Ciel, Mon Mardi ! Une fois les présentations terminées, le DVD enchaîne sur un copieux best of où le passeur de plats et agitateur Christophe Dechavanne s'adonne aux plaisirs de la déconnade autour de l'actualité sordide du cynique Renaud Rahard, des démonstrations d'objets inutiles de Patrice Carmouze Lagaffe, du courrier du coeur de la si sensuelle Sophie Favier et des sujets pseudo culturels de Socrate Michel Field. Je ne vous cacherai pas que ces meilleurs moments du Bloc-notes ont un petit arrière-goût fade de rediffusion tant ils ont été repris (et le seront encore) dans diverses émissions de rétrospectives. La sélection familière ne surprendra donc pas la plupart des téléspectateurs. Quant aux extraits un peu moins habituels, ils ne sont pas les pépites espérées. Hé oui ! Les chasseurs d'images d'Arthur ont déjà raflé la denrée rare... les goinfres. Cela dit, les sourires parviennent à se dessiner sur le visage pour peu que l'on soit client des singeries et blagues pendardes de la compagnie Dechavanne qui profite de ce sas de décompression pour se laisser aller sans modération, tout en trouvant là les rouages essentiels du continuateur Coucou c'est nous ! (1993), version light du Bloc-notes déchargée des sacro-saintes altercations verbales et physiques des mythiques Débats de CMM.

Les discussions mouvementées ont toujours été de grands classiques de la télévision. Surtout lorsque les invités ont un caractère bien trempé ou un coup dans le nez - les deux, c'est encore mieux paraît-il. Si le Droit de Réponse (1981/87) de Michel Polac reste la référence en matière de liberté de ton télévisuel, Ciel, Mon Mardi ! n'a pas à rougir de ses compétences en la matière. D'un moindre niveau de pertinence, cependant, l'émission de Dechavanne affiche son originalité - si l'on peut dire - en élargissement le Talk-show au sang bouillonnant et authentique des gens du peuple et des personnalités marginalisées. Un virage dans l'histoire de la télévision française. Certes, ce n'est pas toujours dans un traitement intelligent et subtil que le succès de l'émission prend racine. De la bouche de Dechavanne et consorts, l'intérêt se situe au niveau de la confrontation des extrêmes, sans trop se soucier des nuances, jugées ennuyeuses et peu enclins au « grand spectacle ». Bien qu'ayant le mérite d'aborder quelquefois des thématiques fortes, les débats de Ciel Mon Mardi ! sont rarement créés pour réveiller une pensée constructive et collective. Le but tacite est souvent de faire tomber les masques, perpétrer la tradition du cliché, de la polémique et de l'antagonisme par l'intermédiaire de faits de sociétés, des plus révoltants (les erreurs judiciaires, les bavures policières) aux plus insipides (les dames pipi, les chasseurs, les pigeons). Et si en plus, insultes verbales et/ou bagarres générales explosent en cours de route, les producteurs seront aux anges. Les spectateurs aussi.

Plateau du débat « Extrême Droite », avant la baston générale...
Plateau du débat « Extrême Droite »,
avant la baston générale...
Pour celui qui découvre, l'accumulation et la nature particulière de la plupart des extraits du second DVD reflètent une image confuse de Ciel, Mon Mardi !
Condenser dans un disque de 3h autant de tensions et de conflits, ou adosser moments dramatiques et instants puérils, n'est sans doute pas l'initiative la plus audacieuse des instigateurs du disque, même si ce panachage folâtre est la marque de fabrique du programme et la raison de son triomphe auprès du public. Mais vu d'une traite, l'ensemble reste tout de même indigeste, voire soporifique à certaines intervalles. Heureusement, tout est chapitré. Mais parce que les extraits sont très courts (et intenses), la frustration face à tous ces fragments, orphelins de leur contexte qui plus est, domine à nombreuses reprises. Personnellement, pour chaque sélection, j'aurai aimé en voir un peu plus que d'ordinaire, sentir la pression du débat augmentée, puis redescendre. Et ce genre de vue d'ensemble est bien trop rare dans le DVD. A l'instar du best of Bloc-notes, les passages sélectionnés sont finalement peu surprenant, faute à leur popularité bedonnée par les multiples et redondantes émissions nostalgiques. Evidemment, les commentaires récapitulatifs de Dechavanne, Carmouze, Rahard et Field venant illustrer les différents morceaux choisis, apportent leur lot d'anecdotes, d'éclaircissements et d'analyses... tout en restant dans l'auto-congratulation, cela va sans dire. Il manque cependant à cette portion ultra vitaminée de quoi se caler sous la dent des protéines lentes, essentielles à une longue et durable nutrition.

Malgré la dimension gueularde et furieuse qui se dégage de cette partie de l'émission à travers son coffret DVD, je ne tiens pas à tomber dans mon propre piège en faisant une caricature grossière des débats sérieux et loufoques de Ciel, mon mardi ! En dehors de sa légèreté et de sa volonté espiègle d'orchestrer des conflits, le programme est tout de même à l'origine de discussions aux sujets méconnus ou prohibés, tels que le sang contaminé ou l'excision. Ses exclusivités autour du Baron Noir ou de Jacques Medecin participent également à faire de l'émission un modèle d'impertinence, une ligne de conduite insouciante qui, aujourd'hui, aurait sans nul doute du mal à trouver une case horaire sur l'une de nos chaînes hertziennes, bâillonnées par le politiquement correct. Quoiqu'il en soit, le spectateur ne garde généralement en mémoire que le côté « caustique » de l'émission. Trop dépouillé pour aller en profondeur, trop bordélique pour permettre l'échange, CMM demeure un divertissement imprévisible et loufoque. Sa prétention n'a jamais été ailleurs, je pense. Ce n'est sûrement pas la 100ème qui nous contredira sur ce point.

Dechavanne et Christian Clavier entourés par la Ligue d'Improvisation de France
Dechavanne et Christian Clavier entourés
par la Ligue d'Improvisation de France
Farce et Attrape. Tel aurait pu être l'intitulé du troisième disque qui clôture sa rétrospective par l'émission anniversaire de Ciel, mon mardi ! Programmée le 20 novembre 1990, sa présence intégrale dans le coffret est une idée remarquable qui comblera les fans et les curieux. En plus de donner un bon aperçu du rythme et de la structure globale, l'émission condense à elle seule toute l'adrénaline générée pendant plusieurs années de diffusion. Son caractère spécial y est pour beaucoup, incontestablement. En fait, l'idée de départ est de jouer un tour aux nombreux détracteurs de l'émission. A l'époque, Ciel, mon mardi ! provoque périodiquement tensions politiques et sociales, se voit critiquer et traiter de tous les noms par les journalistes dits professionnels, Michel Polac en tête. Procès et pains dans la gueule sont d'autre part monnaie courante pour les présentateurs de l'émission. Histoire de renchérir la donne et fêter dignement la 100ème, Dechavanne décide alors d'aller encore plus loin. A l'insu du spectateur, toute l'équipe monte l'un des plus gros bateaux de l'histoire de la télévision : un débat autour de l'adultère (sujet racoleur par excellence) mais cette fois-ci animé par de faux intervenants, des comédiens de la LIF (Ligue d'Improvisation Française). L'audace est une réussite. L'événement devient légendaire. Bon. Même si les commentaires de Dechavanne viennent éclairer ma lanterne, je ne me souviens pas exactement de l'impact qu'à eu cette tromperie sur son émission. Devant mon petit écran de télévision, un mardi soir en 1990, je ne crois pas avoir été méfiant vis-à-vis du jeu - pourtant extrêmement excessif et caricatural ! - des protagonistes. Avec du recul, et en connaissance de cause, il est plutôt marrant de voir que la plupart des participants de la LIF sont devenus des figures connues du théâtre et de la télévision : Christian Sinniger, Éric Métayer et Philippe Lelièvre en sont la brillante preuve. Et hormis les débordements ultra diffusés de la séance folledingue du Bloc-notes (avec un Christian Clavier totalement déchaîné et particulièrement insupportable), le visionnage du premier débat est un petit bonheur plutôt agréable. Il met en perspective les techniques de mise en scène si chère à l'émission... en poussant pour de faux le bouchon au-delà de l'admissible. Il s'amuse tout autant avec cette manie propre à Dechavanne de sélectionner ses invités parmi de potentiels « bons clients » et « personnages pittoresques ». L'identité de Ciel, mon mardi ! est ici clairement affichée.


Considéré culte pour certains, étiqueté trash TV par d'autres, ce précurseur français d'un style télévisuel à l'américaine n'a jamais su canaliser sa rebellitude. Las des troubles et tensions engendrés par l'émission, Christophe Dechavanne et sa société de production Coyote ont profité des vacances d'été 1992 pour remplacer leur phénomène par un clone édulcoré bien connu de tous sous les appellations Coucou c'est nous ! (1992/94), puis Coucou ! tout court (1995). Après cette échappée plus ou moins réussie, l'an 2000 fera renaître de ses cendres notre bon vieux Ciel, mon mardi ! mais dans une nouvelle version plus axée Talk-show (et dont on ne nous parle malheureusement pas dans le coffret DVD). Mis k.o. en une saison par le poids lourd On a tout essayé de France 2, il faudra attendre juin 2006 pour que le spectre de l'émission refasse encore une fois surface, dans une variante unique : Ciel mon mardi, l'émission coup de poing est à ce jour la dernière tentative d'un programme qui donne l'impression de vouloir revenir sur les ondes hertziennes. D'ailleurs, le Christophe ne cache pas son envie dévorante de revenir aux commandes d'un énième Ciel, mon mardi !, et ce, même depuis la chambre de sa future maison de retraite. Quelle obstination exemplaire ! En attendant cette prochaine (et si attendue que cela ?) incursion, le coffret DVD dont nous venons longuement de parler devrait contenter les admirateurs du style Dechavanne. Les autres patienteront, sans problème.

Partager cet article

A propos de l'auteur

4 commentaires

  • hiddenplace

    06/10/2006 à 19h08

    Répondre

    Ancienne adepte dans ma période adolescente de [i]Coucou c'est nous, je me rappelle que cette émission faisait allègrement la transition entre le bouclage de mes devoirs et le passage à table J'étais trop jeune pour connaître la version plus trash que représente le fameux Ciel Mon mardi, mais je serais presque tentée de faire l'expérience de ce "vrai-faux" débat sur l'adultère^^

    En plus, Dechavanne, même si légèrement hystérique^^ (merci à Patrice Carmouze par ses merveilleuses[/i] inventions, et à Sophie Favier par son cheveu sur la langue^^ de détendre l'atmsophère... (et aux animaux d'attiser le bordel ? je suis pas sûre qu'il y en avait aussi dans CMM^^), a toujours plus ou moins eu ma sympathie au milieu de tous ces présentateurs prétentieux sur TF1

  • Anonyme

    17/10/2008 à 01h21

    Répondre

    J'ai recu le DVD de "Ciel,mon mardi!"pour les fetes de fin d'année 2006 et les extraits du bloc-notes sont amusants mais je me dis souvent que Christophe dechavanne n'aurait jamais du inviter Christian Clavier pour la 100ème et ça a du etre un vrai calvaire de faire un faux débat sur l'adultère avec les comédiens membres de la ligue d'improvisation francaise dont Philippe lelièvre qui est aujourd'hui le prof de théatre de la star academy...Mais je vous recommande vivement ce DVD car si vous etes des fans de Christophe dechavanne et son émission,achetez ce DVD et je suis sur que ca vous plaira...

  • Jekyll

    23/08/2013 à 18h47

    Répondre

    Salut,A propos de Ciel mon mardi, je recherche un débat ayant eu lieu très exactement le 7 janvier 1992 et qui traitait d'une maison hantée. Qui aurait cela sous la main?Merci

  • Jekyll

    23/08/2013 à 18h49

    Répondre

    C'est aussi des bons souvenirs d'émissions...Notre jeunesse, un air de mai 68, des débats libres et agités...Rien n'est aussi osé aujourd'hui!

Participer à la discussion

Nous nous réservons le droit de ne pas publier les commentaires qui ne nous semblent pas appropriés (netiquette, loi, point godwin, imbécillité profonde, etc.). Et ne venez pas crier à la dictature !

Vous allez commenter en tant qu'invité-e :

Krinein Médias, ou comment parler des séries TV, qu'elles soient américaines, françaises ou d'ailleurs, avec une certaine intelligence (rien que ça). Mais la critique touche aussi les émissions de la télévision, les magazines, la radio...

Rubriques