5/10

Camp Rock 2 : Le face à face

La franchise Camp Rock a beau demeurer plutôt moyenne, la nouvelle tournure orientée comédie musicale de cet opus le distingue positivement du premier épisode. Recommandable pour ceux qui apprécient les High School Musical.

En 2008, Camp Rock nous présentait Demi Lovato, jeune graine de chanteuse à la voix bien portante mais peu habituée à la lumière des projecteurs, tandis que Disney nous imposait la présence de son nouveau boy's band les Jonas Brothers. Pas besoin de vous préciser qu'il s'agissait d'un téléfilm à fort potentiel musical, cherchant à surfer sur la vague de succès déclenchée par les High School Musical sans pour autant arriver à soutenir la comparaison, le premier étant davantage un « film musical » qu'une « comédie musicale ». Avec le recul, aucune des chansons de Camp Rock ne demeurait véritablement à l'esprit, si ce n'est le titre principal que l'on nous ressert deux ou trois fois dans le film, This Is Me. Le téléfilm trouve néanmoins son public sur les chaînes spécialisées, de quoi motiver Disney à produire une suite. Avec plus d'argent engagé, évidemment.

Mitchie (Demi Lovato) revient donc à Camp Rock, non seulement pour pousser la chansonnette mais également pour approfondir sa relation naissante avec le chanteur Shane Gray (Joe Jonas). Tout semblerait être sous d'excellents auspices s'il n'y avait pas un concurrent direct et beaucoup plus fortuné en train de poser ses valises près du camp : CampStar. Sa vocation : trouver et former de futures stars de la chanson. Les élèves, insupportés par cet état d'esprit et par la menace qu'il représente pour leur camp, décide de reprendre les choses en main, et prouver à tout le monde qu'ils sont bien plus talentueux que les jeunes arrogants d'en face...

Demi à gauche, Vanessa à droite.
Demi à gauche, Vanessa à droite.
Disney semble vouloir faire perdurer son exploitation du filon High School Musical, et le Camp Rock en fait les frais, dans le bon sens globalement. Demi Lovato, maintenant âgée de 18 ans, se barbouille la figure de maquillage, se teint les cheveux en brune, et parfait sa petite moue de séductrice. Voulait-elle véritablement ressembler autant que ça à Vanessa Hudgens ? La comparaison se justifie pleinement, en témoigne les deux photos ci-contre. La jeunette a également pris des cours de danse, comme l'intégral du casting du film. La raison en est bien simple : Camp Rock évolue et devient une comédie musicale, encore un point commun avec son modèle. Ce choix ne plaira peut-être pas à tout le monde, mais il produit son petit effet : les chansons portent véritablement le film, entraînent le spectateur dans un grand tourbillon chorégraphié, et en devient réellement divertissant. Un effort a également été amené pour élever d'une note la qualité des prestations, qui sont nettement plus abouties que les précédentes. On pourra se morfondre des morceaux médiocres de RNB (Fire, Tear It Down, Walking in my Shoes), évidemment chantés par les vilains du film, mais l'on appréciera à n'en pas douter l'énergie déployée par des partitions comme Brand New Day, Can't Back Down, It's On, ou par la délicatesse des mélodies menées par Introducing Me et Wouldn't Change A Thing. A ces belles paroles s'ajoutent des chorégraphies plurielles qui, sans être extraordinaires, ont fait l'objet d'une certaine attention et d'un travail de l'ensemble du casting - mis à part la petite Meaghan Jette Martin (Tess dans le film) qui semble avoir un peu de mal avec la danse.

Les Jonas Brothers sont de retour, et bonne nouvelle, ils ont tous changé de coupe de cheveux. Ils ont donc carrément l'air moins bêtes, ou tout du moins ils auraient l'air moins bêtes s'ils n'avaient pas décidé de se rapprocher de leurs personnages de la sitcom Jonas. Les Gray deviennent donc des « gens du commun » habités par la facétie, distillant des blagues moyennement drôles et des grimaces à tout bout de champ. Le point positif, c'est que Shane Gray (Joe Jonas) n'est plus le fer de lance, il est carrément bouffé par ses deux frères qui obtiennent des rôles beaucoup plus ouverts. La romance de son frère Nate (Kevin Jonas) passe même par dessus la sienne, cette dernière étant pourtant supposée concerner le couple porteur du téléfilm. Nous restons dans des tolérances très menues, avec des attirances réciproques minimalistes et des schémas romantiques vu des milliers de fois dans ce genre de production télévisuelle. Il ne faut pas oublier que l'histoire s'adresse à une génération très jeune, et qu'elle pose des problématiques simplistes et peu fédératrices, pleines de bons sentiments et de manichéisme. Il n'est donc pas étonnant que passé 15 ou 16 ans, le film semble bien trop infantile pour intéresser au-delà d'une vague curiosité.

Si la qualité d'écriture du film n'évolue pas d'un poil, demeurant donc à un niveau plutôt médiocre, celle de la bande originale suffit à porter Camp Rock 2 à un niveau bien supérieur à son prédécesseur. L'énergie qui émane des chorégraphies et des morceaux de musique suffit à rendre le produit plutôt divertissant, pour peu que l'on apprécie les comédies musicales et les histoires pour adolescents.


A découvrir

Masterchef

Partager cet article

A propos de l'auteur

2 commentaires

  • Anonyme

    27/09/2010 à 13h20

    Répondre

    j'aime le film face a face

  • Anonyme

    26/10/2010 à 18h54

    Répondre

    j'adore ce film $)

Participer à la discussion

Nous nous réservons le droit de ne pas publier les commentaires qui ne nous semblent pas appropriés (netiquette, loi, point godwin, imbécillité profonde, etc.). Et ne venez pas crier à la dictature !

Vous allez commenter en tant qu'invité-e :

Krinein Médias, ou comment parler des séries TV, qu'elles soient américaines, françaises ou d'ailleurs, avec une certaine intelligence (rien que ça). Mais la critique touche aussi les émissions de la télévision, les magazines, la radio...

Rubriques