9/10

Californication - Saison 1

Une série drôle et touchante avec beaucoup de sexe, de vie de famille et de Californie ? Un cocktail a priori improbable et pourtant délicieux.

Pour beaucoup, David Duchovny est l'éternel Fox Mulder d'X-Files. Pour quelques uns, il est aussi le réalisateur du tendre et réussi House of D, l'acteur d'Evolution, Zoolander, The TV Set ou encore du récent Si j'étais toi. En 2007, avec la première saison de la série Californication (créée par Tom Kapinos et composée de 12 épisodes diffusés sur Showtime), le beau quarantenaire américain apparaît aux yeux de tous comme un acteur particulièrement chouette, marrant et chanceux. Il joue tout simplement dans la meilleure surprise télévisée de l'été et de la rentrée 2007 aux Etats-Unis.

Sexe et famille

Un tableau déjanté et... moderne
Un tableau déjanté et... moderne
Chanceux car en incarnant Hank Moody (traduisez, c'est rigolo), un écrivain de Los Angeles en quête d'un nouveau succès (après un « one time hit »), David Duchovny a l'occasion de mettre en avant l'étendue de ses aptitudes comiques (il est égocentrique, taquin, sarcastique et rigolard). Chanceux aussi car il a l'occasion de tourner avec des dizaines de jeunes femmes à moitié ou totalement nues (de la Madeline Zima à Camille Langfield, en passant par Brooke Banner, pornstar de son métier). Chanceux encore de pouvoir en même temps interpréter un père de famille quasi idyllique, à la fois cool et soucieux pour la sécurité de son enfant et de son ex. Chanceux enfin d'être aussi producteur exécutif de cette série qui a su trouver son public et donc rapporter de l'argent.
Parfois « pas très catholique » (littéralement), même si chatouiller cette religion n'est plus du tout subversif, la série se distingue par sa facilité à aborder à la fois les thématiques du sexe et de la famille. A travers sa propension à tomber dans les cabrioles sexuelles, Hank Moody tempère ses difficultés professionnelles, les remords de sa relation terminée avec son ex et ses soucis qu'il a pour recréer un environnement stable autour de lui. Le résultat de ces tâtonnements existentiels permanents est drôle, sympathiquement érotique (toutes les scènes coquines, à peine « soft porn », peuvent se retrouver à l'adresse www.californicationgirls.com) et tendre lorsqu'il s'agit des aspect familiaux (Natascha McElhone joue avec un charme fou le rôle de la femme aimante mais inaccessible).

Dans la vie d'Hank Moody, le monde semble être un jeu où les règles se compliquent aisément et où certains de ceux qui interagissent dans sa sphère peuvent parvenir à le perturber, le faire réfléchir et le faire changer. Il y a sa fille (petit bout de choux intelligent comme on peut en rêver), le compagnon de son ex (au caractère presque contraire à celui de Hank), la fille de 16 ans de ce dernier (très en formes...) ou encore l'agent (pervers et poilant).
Dans Californication, rien ne tourne jamais vraiment rond et les a priori sont effacés par l'inattendu. La série est à l'image de notre société : tantôt malade, tantôt perdue, de plus en plus sans barrière (ou presque), fascinée par l'argent, la beauté, le succès et le pouvoir. Devant un tableau si jouissif, on ne peut que demander une deuxième saison qui est d'ores et déjà prévue.

A découvrir

Star Academy 7

Partager cet article

A propos de l'auteur

33 commentaires

  • Guillaume

    25/10/2007 à 22h09

    Répondre

    Vivement que la série arrive en France, elle est vraiment sympathique.

  • froo

    25/10/2007 à 22h37

    Répondre

    Il paraît que la diffusion est prévue sur M6 au printemps prochain... (mais bon, elle perdrait beaucoup au doublage... :\ ) 


    Sinon, à la base, j'ai commencé à regarder cette série parce qu'elle s'appelle Californication.... (on ne se refait pas... ^^)

    Et bin je n'ai pas regretté... c'est tout simplement gé-nial !

    Je ne me suis toujours pas remise de la première scène du première épisode !

    (ni de la fin de l'épisode 10 d'ailleurs... huhhuh! ^^)

  • Vincent.L

    25/10/2007 à 23h10

    Répondre

    Les anglophones comprendront l'intérêt de mon titre (et ma référence musicale accessoirement)...

  • Bzhnono

    25/10/2007 à 23h51

    Répondre

    Très marrant comme série mais qui n'oublie les petits moments d'émotion l'épisode sur l'annonce de la mort du père de Hank et ses conséquences sont riches en émotion.


    Duchovny joue très bien le paumé en quête de repère et change totalement de registre après ses anciens rôles. Madeline Zima a bien grandi (pour ceux qui auraient regardé une nounou d'enfer...pas difficile avec les multi diffusions de 6).


    Bref une série excellente. Un bon cru que l'année 2007 pour les surprises avec Californication et Dexter. 

  • Umbriel

    26/10/2007 à 10h08

    Répondre

    Je connais pas du tout, mais vu la critique, je pense que je vais me regarder ça Ca à l'air pas mal du tout ^^


     


     

  • Hello

    26/10/2007 à 19h18

    Répondre

    J'aime bien le parallele "one time hit" avec "one hot minute"


     


    (ou peut-être qu'il n'ya rien et que je vois des piments partout ) 

  • Vincent.L

    26/10/2007 à 20h08

    Répondre

    Aucun parallèle. "one time hit" est une expression anglaise Par contre, personne n'a encore compris mon titre de critique (les 2 trucs à comprendre) ?

  • froo

    26/10/2007 à 22h25

    Répondre

    Pour le premier truc, je sèche... j'opterai pour une référence historique (conquête de l'ouest) devenue musicale par la suite.


    Par contre, pour le deuxième... je dirais que ça a un rapport avec l'autre sens que peut avoir le verbe "to come"....

     

  • Vincent.L

    26/10/2007 à 23h45

    Répondre

    Tu as trouvé le premier : "to come" voulant dire "jouir" en anglais . Par contre, pour la référence musicale, il faut aller chercher du côté d'une autre série télévisée et de quelques teen movie qui se passaient sur la côte ouest...

  • froo

    27/10/2007 à 03h10

    Répondre

    Arf, j'étais allée chercher beaucoup trop loin alors...

    évidemment... c'est le générique de The OC. (merci google.) ^^


    Sinon, je viens de voir l'épisode 11.... tout simplement excellent ! J'ai hâte de voir ce qu'ils nous réservent pour l'épisode final... ça risque d'être

  • Vincent.L

    27/10/2007 à 13h12

    Répondre

    Le mariage (qui se passera pas comme prévu )

  • Vincent.L

    27/10/2007 à 13h15

    Répondre

    Sinon oui c'était bien le générique de The O.C. : Phantom Planet - California

  • Anonyme

    27/10/2007 à 14h39

    Répondre

    C'est pas plutôt "to cum" que "to come" ?

  • Dat'

    27/10/2007 à 15h30

    Répondre

     


    To cum c'est ejaculer. To come c'est jouir dans le sens large.


    (si si mon message reste dans le ton de la serie ^^ )


    Je crois aussi avoir entendu quelle debarquera sur M6 au Printemps prochain... (dans + clair de canal Plus je crois bien...)

  • Vincent.L

    27/10/2007 à 20h15

    Répondre

    Exactement (pour la traduction) !

  • Vincent.L

    30/10/2007 à 23h02

    Répondre

    Je sors du s1e12 et je me demande bien ce qu'ils vont pouvoir faire d'intéressant dans la deuxième saison ! (spoiler : à moins que la fin soit un rêve ?)

  • froo

    31/10/2007 à 01h20

    Répondre

    C'est ce que je me suis demandé aussi... 


    Vu qu'il lui arrive assez souvent de rêver / halluciner...

    Surtout dans sa voiture...

    Et avec la chanson en fond, "You can't always get what you want", qui clôt joliment la boucle, mais qui dans le premier épisode accompagnait la scène d'ouverture, qui n'était autre qu'un rêve...


    En tout cas, j'ai beaucoup aimé toute cette première saison. [img]http://www.krinein.com/forum/images/smilies/love.gif"%20border="0[/img]

  • Anonyme

    15/11/2007 à 12h56

    Répondre

    J'ai adoré. La fin du numéro 12 m'a emballé. Une très bonne surprise 2007 avec Dexter. Cela dit ça va passer très tard en france car on n'a pas l'habitude de ce "strong langage". Cela perdra hélas beaucou au doublage. Duchovny Excellent !


     


     

  • Kei

    26/01/2008 à 09h32

    Répondre

    Moi aussi j'ai cédé aux sirènes du titre prometteur (et à celles des critiques et commentaires enthousiaste). Et je ne regrette pas un instant non plus.

  • hiddenplace

    26/01/2008 à 13h53

    Répondre

    Héhé moi aussi : série vraiment chouette, lucide et cynique à souhait, et un David Duchovny méconnaissable et croustillant (surtout quand on ne connaît de lui qu'Xfiles^^) Il me reste encore 2 épisodes... suspense!

  • Anonyme

    06/02/2008 à 19h38

    Répondre

    j'aime beaucoup surtout grace a l'excellent Duchovny


    mais je trouve dommage que le sexe soit aussi present sa risque d'en rebuter beaucoup 


    yora t'il une saison 2? 

  • Koub

    11/02/2008 à 15h28

    Répondre

    Vous pensiez avoir tout vu dans le genre trasho-sexuel dépravé avec Nip/Tuck? Perdu! Californication,
    série créée par Tom Kapinos pour la chaîne Showtime, frappe encore plus
    fort. On y retrouve ce très cher Mulder qui, malgré le poids des
    années, met encore complètement tout. Il joue Hank Moody, écrivain
    pseudo-génial en totale perte de vitesse. Sa gonzesse l'a plaqué pour
    un autre et il couche par erreur avec la fille du nouveau mec de sa
    femme. L'échec! Mais ce n'est pas tout. Son seul et véritable chef
    d'oeuvre, God hates us all, merveille de pessimisme nihiliste, vient d'être transposé à l'écran par un abruti sous le nom de A crazy little thing called Love.
    Dans le genre massacre conceptuel, c'est l'Oscar! Enfin bref, Hank a
    complètement les boules et il se met à enchaîner les lignes de coke et
    les gonzesses tout en essayant de récupérer sa femme. C'est à crever de
    rire, c'est bien foutu, c'est joli et c'est pas con du tout. Mais,
    putain, qu'est-ce que c'est trash o_O

  • Anonyme

    19/02/2008 à 11h12

    Répondre

    Dans le genre trasho-sexuel dépravé, Californication est bien moins cynique que Nip/Tuck, l'ambiance y est plus "bonne enfant". Mais cela ne retire rien au plaisir qu'on prend à régarder la série. Ma critique sur Playlist Society : http://www.playlistsociety.fr/2008/02/c ... son-1.html

  • Guillaume

    10/03/2008 à 22h56

    Répondre

    C'est en vo sous titrée ?

  • hiddenplace

    10/03/2008 à 23h09

    Répondre

    Qu'est-ce que c'était bien, cette série quand j'y repense (je l'ai vu d'un bloc y a quelques semaines)


    Quoiqu'avec du recul, y a quand même un point négatif: on se disait que les scénaristes n'aimaient quand même pas bcp la gent féminine dans cette série, même les plus beaux personnages féminins comme l'ex femme de Hank ou sa fille chérie ont des faiblesses bcp moins pardonnables que les innombrables du héros. [img]http://www.krinein.com/forum/images/smilies/snif.gif"%20border="0[/img]


    Mais bon globalement, c'est une très jolie série, notamment pour sa chouette BO et sa photopgraphie un peu "vintage".


    (et j'aurais dû dire tout ça plutôt derrière la critique de la série, mais bon tant pis )

  • Anonyme

    12/03/2008 à 11h48

    Répondre

    je pense que cette série a été inspiré du livre Woman de Charles Bukowski. D'ailleurs le personnage s'appel Hank. C'est un livre rappelant un peu Sade mais dans une langue plus relachée et la sexualité est moins hardcore. Il y a de l'amour, du sex, de la drogue, de l'alcool et un brave type se noyant dans un océan de chatte en chaleures. Lisé ce livre, faites des recherches, parlez-en autour de vous et vous remarquerez les points communs et the little good words. Réactions, addicts?

  • Anonyme

    16/03/2008 à 16h34

    Répondre

    je viens de voir les 2 1ers épisodes...je suis enchanté!!!! quelle serie mais surtout quel role pour DD...franchement c'est une serie qui va faire date mais qui sera vu par des connaisseurs...comme pour la serie Dexter de la meme chaine SHOWTIME.


    Amusez vous en mattant cette serie franchement"décalée" et lavez vous le cerveau des series trop classiques mais surtout trop "propres" sur elles. 

  • Anonyme

    19/04/2008 à 00h02

    Répondre

    Est-ce que quelqu'un connaît la provenance du titre de cette série ? Ainsi que celui du personnage qui s'appelle curieusement Dani California ? Je n'ai même pas cherché à regarder cette série que je trouve de TRES mauvais goût. Si quelqu'un sait répondre à mes questions, j'aimerais bien savoir ce qu'il en pense ! Et si vous ne le savez pas, vous devriez vous renseigner... Pour moi, ceci est une marque de non-respect envers les Red Hot Chili Peppers, et je croît ne pas être la seule à le penser !

  • Dat'

    19/04/2008 à 14h21

    Répondre

    Pourquoi "non respect" ?


    Et tant qu'on y est, on peut relancer la polemique entre Mr Bungle et RHCP pour le titre Californication...


     

  • Anonyme

    26/12/2008 à 01h44

    Répondre

    j'ai vu une serie identique sur dailymotion mr km mais y parait que c'est vrai

  • Bung

    26/12/2008 à 20h48

    Répondre

    Bah la provenance ce n'est sûrement une contraction de "Californie" et "Fornication".


     Rien à voir, ou alors involontairement, avec les Red Hot ^^


     Moi, je ne l'ai pas aimé, je trouvais l histoire ininteressante - j'en ai rien à faire de l'atermoiement d'un mec qui passe sa vie à coucher. Ca fait rebelle les fuck ou les discussions sur le cul... 


    Je la mettrais dans le même panier que Sex And The City: Ca se planque derriere le "politiquement incorrect" pour masquer de l'ersatz de vaudeville.


    Reste que la technique est agréable et les acteurs jouent avec conviction...

  • KaSuGayZ

    26/12/2008 à 23h22

    Répondre

    Bung, ton com est ultra lucide, je rejoins ton avis, et pourtant jsuis tombé dans le panneau et j'ai maté les deux saisons :/

  • Anonyme

    06/10/2010 à 21h57

    Répondre

    C'est plat, vraiment très plat. La subversion n'est pas au rendez-vous,


    Duchovny n'arrive pas à élever la série vers d'autres horizons, elle ne décolle pas et les épisodes paraissent interminables.


    On est loin de Bukowski.

Participer à la discussion

Nous nous réservons le droit de ne pas publier les commentaires qui ne nous semblent pas appropriés (netiquette, loi, point godwin, imbécillité profonde, etc.). Et ne venez pas crier à la dictature !

Vous allez commenter en tant qu'invité-e :

Krinein Médias, ou comment parler des séries TV, qu'elles soient américaines, françaises ou d'ailleurs, avec une certaine intelligence (rien que ça). Mais la critique touche aussi les émissions de la télévision, les magazines, la radio...

Rubriques