Le bug Facebook

Lundi 24 Septembre, la rumeur se propageait comme une trainée de poudre sur le web français : les messages privés de 2008 étaient devenus publics sur les murs Facebook. L'info, pas du tout vérifiée, était attisée par l'indignation, les réactions virulentes et les "preuves".
Marc Zuckerberg, le créateur de Facebook était même sommé de passer dès le lendemain par la case CNIL pour s'expliquer.

Mais parfois il est urgent d'attendre avant de parler d'un sujet, ou de vérifier les informations. Le temps que la vapeur retombe, que les esprits échauffés se calment, que la vérité fasse jour.


Visuel de Goiaberea sur Flickr.

Le bug a-t-il vraiment eu lieu ? On est plus que circonspect maintenant que l'on dispose de plus d'informations. Les explications fournies par Facebook se tiennent : il n'y a pas de bug, il y a une incompréhension de leurs utilisateurs.

C'est vrai que 2008 c'est un peu la préhistoire pour les réseaux sociaux. Facebook a été fondé en 2004, et ce n'est qu'en mai 2008 que l'interface a été francisée.
Nous avions combien d'amis à l'époque ? Une poignée certainement : notre cercle très restreint de réelles amitiés. Nous disions sans doute en public les choses, pourquoi faire autrement puisque les potentiels lecteurs étaient uniquement un tout petit cercle que l'on connaissait bien ?

Puis plus tard, on s'est aperçu que les réglages de confidentialité n'étaient pas si évidents, il faut dire que la firme américaine ne joue pas toujours la carte de la facilité pédagogique. Ni même ne laisse beaucoup de choix.

Alors, maintenant, en 2012, nous connaissons bien mieux la façon de gérer une identité numérique, mais c'est encore loin d'être parfaitement exécuté. Ce n'est pas rare de voir un ami facebook poster un message sur une timeline, pensant poster en privé. Pourtant nous sommes en 2012 ! Imaginez-donc, quand c'était la préhistoire !

Ce ne serait donc pas très étonnant qu'entre l'opacité des règles de confidentialité et la méconnaissance du public de l'époque, les messages aient été en réalité tout à fait visibles là où ils devaient l'être, mais là où nous ne l'aurions pas imaginé, c'est à dire en public.

Dès lors, on ne peut pas parler de bug, car le bug est lié à l'informatique. Mais on aurait bien envie d'évoquer un énorme bug humain, lié à la relation entre Facebook et ses utilisateurs.


Le bug qui menace Facebook.

Si ceux-ci ne comprennent pas efficacement les règles de confidentialité, surtout en 2008, c'est bien parce que rien n'était fait pour les y inciter. Facebook a trop d'intérêt à ce que le maximum de contenu soit public pour trop en faire dans la privatisation.
Le contrat moral semble être à deux vitesses. C'est peut-être normal que des messages qui n'étaient pas réglés comme privés se retrouvent visibles de tous. Mais ce n'est pas normal qu'un grand nombre d'internautes soient persuadés qu'ils auraient dû être privés. L'incompréhension est totale, et rappelle sans faillir qu'il faut toujours y regarder à deux fois quand on utilise une plateforme sociale.

Et si jamais il y a vraiment eu un bug de la machine ? L'avenir nous le dira certainement, on attend les preuves de la chose (personne n'a encore trouvé, alors que l'on compte des millions d'utilisateurs). Mais cela ne change finalement rien : un bug finit tôt ou tard par arriver, à moins que ce ne soit une appropriation illégale par une intervention extérieure. Tout ce que l'on place chez un tiers a toujours bien plus de chance d'être rendu un jour public que ce que l'on garde pour soi.

Reste que pour avoir une communication privée, le meilleur moyen sur le net reste certainement d'utiliser l'email.


Un peu d'humour sur un visuel de CleveredFool.com (Flickr).

Partager cet article

A propos de l'auteur

Guillaume est le fondateur et le rédacteur en chef de Krinein. Curieux et passionné par la culture au sens large, il poursuit sa route sur les chemins tumulteux de la critique culturelle.

17 commentaires

  • naweug

    10/04/2012 à 13h33

    Répondre

    Ce qui inquiète les utilisateurs sont les futures conditions d'utilisation : est ce que Fb sera proprio des photos prises avec ?http://television.krinein.com/-8220/fac ... 18675.html

  • Akashinai

    10/04/2012 à 13h34

    Répondre

    certainement oui,
    j'ai lu il y a peu que Facebook hébergeait 5% des photos prisent dans le monde depuis la naissance de la photographie...C'est quand même énorme!

  • SpaceJ

    10/04/2012 à 13h42

    Répondre

    Y'a pas que Riffhifi qui n'utilise pas Facebook

  • OuRs256

    10/04/2012 à 13h59

    Répondre

    SpaceJ a dit :
    Y'a pas que Riffhifi qui n'utilise pas Facebook


    Tout a fait :i

    En tout cas, j'utilisais pas non plus Instagram et avec cette news, je me dis que je risque pas de l'utiliser lol

  • Anonyme

    10/04/2012 à 14h39

    Répondre

    1 milliard de dollars.

    Tout ça pour que certaines se prennent en photo dans leur salle de bain en faisant le duck face, ou d'autres devant leur golf GTI habillé en Mac....

    La qualité et l'intérêt des photos prisent dans le monde est inversement proportionnel à l'accroissement du nombre de photos prisent.

  • hiddenplace

    10/04/2012 à 19h28

    Répondre

    J'allais dire que c'était une bonne nouvelle, comme ça ceux qui n'ont pas d'iphone ou d'android pourraient quand même voir les jolies photos des autres (parce que j'en ai vu des chouettes avec Instagram... quand c'est accessible) mais le fait que les photos soient la propriété de FB est moins une bonne nouvelle...
    Mais en fait, il est écrit qq part que les propriétaires des photos sur FB cèdent leur droits à l'hébergeur ? (avec toutes leurs nouvelles clauses, difficile de s'y retrouver...) Parce que ça me paraît un peu énorme, quand même non ? (après je sais qu'elles ne disparaissent jamais, même quand on a l'impression de les supprimer, mais bon... comme pour tout internet, en fait)

  • nazonfly

    10/04/2012 à 20h53

    Répondre

    Ah non pas comme tout sur internet ! Facebook conserve délibérément tout ce qui est posté sur son site. Il y a l'histoire d'un mec qui a demandé tout ce que Facebook avait sur lui, c'était assez effrayant.

  • nazonfly

    03/10/2012 à 16h56

    Répondre

    Pourquoi Facebook est-il bleu ?http://sciences-tech.krinein.com/-8220/ ... 19681.html

  • Guillaume

    03/10/2012 à 17h05

    Répondre

    Parce que c'est une couleur rassurante, et que la majorité des gens aiment ?

  • froo

    03/10/2012 à 17h46

    Répondre

    Le bleu, c'est beau.

  • hiddenplace

    03/10/2012 à 19h35

    Répondre

    J'aimerais qu'on puisse personnaliser son facebook pour mettre tout en vert anis.
    (je vois parfois des profils de gens qui ont cliqué sur une appli qui soit disant permet de le faire, mais je n'ose jamais cliquer... c'est bien du fake / spam, n'est-ce pas ? )

  • Luz

    03/10/2012 à 19h41

    Répondre

    Hiddenplace et le vert anis ... une véritable histoire d'amour !

  • nazonfly

    03/10/2012 à 20h01

    Répondre

    hiddenplace a dit :
    (je vois parfois des profils de gens qui ont cliqué sur une appli qui soit disant permet de le faire, mais je n'ose jamais cliquer... c'est bien du fake / spam, n'est-ce pas ? )


    À mon avis oui.

  • Choucroot

    03/10/2012 à 20h51

    Répondre

    froo a dit :
    Le bleu, c'est beau.

  • Guillaume

    03/10/2012 à 20h59

    Répondre

    C'est du fake bien entendu

  • Choucroot

    03/10/2012 à 21h01

    Répondre

    Un bug dans la Frootrix ?

  • naweug

    04/10/2012 à 01h19

    Répondre

    Bleu (& rose) = beurk.

    Je suis en mode hyper constructif ce soir...

    EDIT : A quand un bouton j'aime sur les commentaires du forum Kri ?

Participer à la discussion

Nous nous réservons le droit de ne pas publier les commentaires qui ne nous semblent pas appropriés (netiquette, loi, point godwin, imbécillité profonde, etc.). Et ne venez pas crier à la dictature !

Vous allez commenter en tant qu'invité-e :

La science fait de plus en plus partie de nos vies, à travers le hi-tech bien sûr, mais aussi la culture geek. Alors, Krinein sciences et technologies est là pour en parler, pour critiquer, pour discuter.

Rubriques