8/10

Buffy contre les vampires

Critique des 7 saisons de la série

En 1992, le scénariste Joss Whedon et le réalisateur Fran Rubel Kuzui sortent Buffy, Tueuse de Vampires (Buffy The Vampire Slayer en VO), un petit film de vampires de série B qui sera cinq ans plus tard à la base de l'histoire de la série Buffy The Vampire Slayer (Buffy Contre les Vampires en VF) diffusée sur Série Club et M6 en France et sur WB aux États-Unis.

Après un minable épisode pilote jamais diffusé (avec entres autres une grosse Willow) qui circule depuis sur Internet (sous le nom de Buffy - Unaired Pilot), le programme commence sa première saison de douze épisodes avec une formule de base qui sera déclinée sur les 6 saisons suivantes, ce qui représente en tout 144 épisodes de 42 minutes. Une formule de base qui se résume à un "grand méchant" par saison (comme un "boss" dans les jeux-vidéos) et plusieurs autres monstres moins puissants. Dans la première catégorie, le show, mené par son héroïne Buffy Summers (Sarah Michelle Gellar), bien malgré elle tueuse de vampires, possède des créatures maléfiques plus ou moins convainquantes. Du côté réussi, on a le Maître (Mark Metcalf) qui impressionne malgré son nez de cochon, l'inoubliable Drusilla (Juliet Landau) et sa folie, Angel (David Boreanaz) et sa perte d'âme qui reste un des meilleurs retournements jamais vu dans une série, Spike (James Marsters) et son style gothique-punk à la Billy Idol qui dégage une incroyable "coolitude", le Maire Richard Wilkins III (Harry Groener) et son cynisme mortel, le gang Jonathan (Danny Strong) - Warren (Adam Busch) - Andrew (Tom Lenk) qui constitue une vraie menace néanmoins hilarante et une Willow (Alyson Hannigan) qui pète les plombs dans la saison 6. Du côté décevant, on a le ridicule Adam (George Hertzberg) de la saison 4, l'énervante vampire Harmony (Mercedes McNab) ainsi que l'excessive et peu charismatique déesse Glory (Clare Kramer) de la saison 5.

Dans ses combats majeurs, Buffy est accompagnée de son "crew" qui s'agrandit au fur et à mesure des épisodes et dont certains personnages font des aller-retour: Rupert Giles (Anthony Stewart Head), l'observateur anglais de Buffy; Willow Rosenberg, la meilleur amie de l'élue, qui se découvre une passion pour la magie dans la saison 3 et un goût pour les filles dans les saisons 4-5-6-7; Alexander "Xander" Harris (Nicholas Brendon), l'ami-loser qui se révèle avec le temps de plus en plus utile; Cordélia Chase (Charisma Carpenter), la bimbo superficielle dont l'importance évolue aussi; Faith (Eliza Dushku), une deuxième tueuse au tempérament bien trempé; Wesley Wyndam-Pryce (Alexis Denisof), le second observateur maladroit de Buffy; Daniel "Oz" Osborne (Seth Green), le pitoyable Loup-Garou; Anya Jenkins (Emma Caulfield), une démon qui passe assez rapidement du bon côté; Tara Maclay (Amber Benson), une magicienne peureuse et faiblarde; Dawn Summers (Michelle Trachtenberg), la petite soeur irritante de Buffy qui cache un secret millénaire; Riley Finn (Marc Blucas), un militaire niais...

Cette fameuse équipe se retrouve aussi confrontée à la deuxième catégorie de démons, ceux qui ne durent souvent pas plus d'un épisode, dans laquelle on trouve par exemple: une poupée animée comme Chucky, une professeur mante-religieuse, une fille invisible, une momie, un homme reptile, un démon qui passe en boucle le Believe de Cher (!), une maison hantée, un clone d'Alex, un monstre de Fast-Food, un serpent géant, la première tueuse de vampires qui entre dans les rêves des héros, Dracula, des hyènes humaines, des robots tueurs, des vampires peu robustes, des fantômes, des sorcières, des nageurs dopés aux stéroïdes, des esprits vengeurs, d'inquiétantes visions de l'avenir, des hallucinations... Dans cette seconde catégorie, les épisodes de sorts sont tantôt les plus comiques (celui où les adultes retombent en adolescence, celui où Buffy devient sauvage comme à la préhistoire, celui où Jonathan devient une Superstar, celui où toutes les filles sont folles d'un même garçon, celui où Buffy devient invisible...) tantôt les plus séduisants par la pertinence de leurs histoires (celui où Willow devient un grand vampire, celui où Buffy a la capacité d'entendre les pensées de tout le monde, celui où tout le monde perd la mémoire, celui où tout le monde est obligé de chanter: le fameux épisode comédie musicale Once More With Feelings...).

Autour de ces nombreux affrontements contre les forces du Mal, Joss Whedon et ses scénaristes récurrents David Greenwalt, Marti Noxon, David Fury, Jane Espenson, Douglas Petrie, Rebecca Kirshner, Drew Z. Greenberg, Steven S. DeKnight et Drew Goddard mettent en place des intrigues sentimentales qui, pour la majorité, "boosteront" la série et participeront à son succès. On se retrouve ainsi souvent face à des triangles (quadrilatères et plus) amoureux forcément créateurs de tensions, de secrets, de mensonges et de révélations: les combinaisons Buffy Vs Angel-Spike-Riley, Willow Vs Alex-Oz-Tara-Kennedy (Iyari Limon), Alex Vs Willow-Cordélia-Faith-Anya (!), Spike Vs Drusilla-Buffy, Angel Vs Buffy-Drusilla-Darla (Julie Benz), Gilles Vs Jenny Calendar (Robia LaMorte) - Joyce (Kristine Sutherland)... Pour ce qui est de la profondeur sociologique, Buffy Contre les Vampires, en plus de donner le rôle vedette d'héroïne forte à une jeune femme, traite intelligemment de thèmes tels que le passage de l'adolescence à l'âge adulte, le poids des responsabilités, les relations mère-fille et fraternelles, la perte d'un parent ou encore l'importance des amitiés. Aussi, avec l'évolution de certains personnages, en particulier Buffy et Spike, la série évoque une intéressante lutte intérieure entre le Bien et le Mal. Au niveau de la musique, les Live au "Bronze" permettent d'apprécier des artistes comme Garbage, Aimee Mann, Sean Lennon, Sarah Bettens et Angie Hart.

Même si comme dans X-Files les héros manquent de mourir à chaque épisode, Buffy Contre les Vampires offre un séduisant et surprenant mélange d'horreur, de fantastique, de comique et de romance. Si la saison 1 se teste un peu, la 2 et la 3 se trouvent des méchants imposants et imprévisibles à souhait. La 4 et la 5 se cherchent un nouveau souffle qui apparaîtra en partie grâce à un Spike dont l'influence va croissante et qui comble le départ d'Angel en 1999 pour la série dérivée du même nom. La saison 6 propose les épisodes les plus drôles et les plus étonnants avec une fin apocalyptique qui aurait peut-être suffit pour clôturer en apothéose le show. Enfin la 7 se perd trop longuement dans la préparation d'une lutte finale qui n'en vaut pas la chandelle, malgré des héros qui commencent enfin à subir les dangers.

A découvrir

Monk - Saisons 1 à 3

Partager cet article
A voir

South Park

A propos de l'auteur

8 commentaires

  • nazonfly

    11/10/2005 à 10h24

    Répondre

    Merci pour cette critique d'une de mes séries préférées et qui est, si l'on s'y penche un peu, plus intéressante qu'on ne peut le croire. Car loin d'un fantastique béat à la Charmed (appelant notamment par "démon" à peu près tout ce qui bouge) ou de la niaiserie du même Charmed, Buffy sait ajouter des éléments plus profonds (Willow qui découvre son homosexualité, la mort de la mère de Buffy, les relations sadiques entre Buffy et Spike). Le père absent de Buffy est un très bon exemple puisque là où d'autres séries en feraient des tonnes sur ce sujet rebattu, Buffy contre les vampires ne s'attarde pas dessus et préfère donner un père d'adoption à la jeune héroïne.
    Evidemment on pourrait regretter le traitement pour le moins déstabilisant du mythe du vampire et quelques éléments de scénario risibles (s'il y a autant de problèmes à Sunnydale, c'est que la ville est batti sur la Bouche de l'Enfer... A noter que malgré des morts "civils" toujours plus nombreux, la ville ne change jamais d'aspect, la population ne fuit pas...).
    A la fois purement fantastique, souvent drôle, parfois profond, Buffy est une série pour ados qui se laisse néanmoins bien regarder!!

  • Anonyme

    05/07/2007 à 23h13

    Répondre

    Bonsoir ces unes des séries les plus belles et intéressantes!!!!


    Même si elle a été conclu, finaliser par le dernièrs épisodes qu'on auré voulut continuer à voir avancer cette serie reste une série unique a mon goût on a su garder les mêmes acteurs principaux tout au longs des saisons sauf Angel mais je n'est pas resentis cette divergeance vu qu'on pouver quand même l'apercevoir dans quelques épisodes par la suite et il rester un personnages qu'on continuer des parler tt au long des saisons suivantes


    cordialement

  • Anonyme

    27/09/2007 à 22h54

    Répondre

    Whaoo Buffy c'est une super série. je sirai même que c'est l'une des meilleures . Elles est arriver a garder tous ses fans en haleine du début jusqu'a la fin. Très bien réaliser avec des éffets spéciaux fantastiques et de qualité , des cascades à nous couper le souffle , des romances à nous faire rêver , mais surtout des sénarios qui nous captivent à tous les coups. Au dela de sont theme fantastique Buffy a réussi à nous entrainer dans un univers familier . Relation parents-enfants , proffesseur-étudiants, l'amitier. Grandissante au fure des épisodes la série a évolué c'est maturiser . Elle ne c'est pas terminer avec les mêmes ados immatures et presque iresponsables mais avec des adultes reponsables et bien décider à faire ce qu'ils ont à faire. je dit bravo à joss whedon  et à toute son équipe mais surtout à Sarah Michelle Gellard et à tous les autres acteurs de la série.

  • Anonyme

    29/04/2008 à 17h47

    Répondre

    je kiff buffy contres les vampires c lune des meilleur séries au monde c trop cool

  • Anonyme

    11/05/2008 à 19h03

    Répondre

    Je trouve cette series super il ya de super dialogue.Les épisodes sont toujours génial il y a des rebondissements.Ce doit être l'une des meilleures series qui puisse exister, les effets special sont extrmement bien fait.

  • Anonyme

    29/07/2009 à 20h54

    Répondre

    buffy contre les vampires mwa jador !! buffy c tro une dingue je trouv et angel est tro bo !! voila . jconseille ocii cette serii .

  • Anonyme

    13/01/2010 à 23h06

    Répondre

    Cet article a le mérite d'exister et de présenter cette magistrale série sous un assez bon jour, chose bien trop rare tant elle souffre d'une réputation erronée (en même temps, avec un tel nom, forcément...).


    Il est toutefois un peu basique et surtout, je ne peux me résoudre à l'éplucher en grands détails depuis que je suis tombé sur le passage : "Tara Ma­clay (Amber Ben­son), une ma­gi­cienne peu­reuse et fai­blarde".


    Magicienne, d'accord. Mais peureuse et faiblarde ?! Depuis quand quelqu'un, parce qu'il est timide, est forcément faiblard ? Qui sauve la bande quand Buffy veut tous les exterminer dans l'épisode "Normal Again", à coups de sorts suffisamment puissants pour neutraliser la Slayer ? Qui gagne en confiance en elle progressivement jusqu'à réussir à se séparer de la femme de sa vie pour le bien de celle-ci, ou à mettre en boîte quelqu'un d'aussi impressionnant que Spike ? Qui apprend la magie à Willow ?


    Il faudrait s'y prendre à deux fois avant de critiquer en de tels termes injustes un personnage si aimé des fans.

  • Anonyme

    23/06/2010 à 22h59

    Répondre

    atenter mes c trop demantt! jadore la serie !!


    il vont super trop bien ensemble buffy & angel!!!


    pas vrai?????????????


    JE VOUS AIMES DE TOUT MON ((coeur))!!

Participer à la discussion

Nous nous réservons le droit de ne pas publier les commentaires qui ne nous semblent pas appropriés (netiquette, loi, point godwin, imbécillité profonde, etc.). Et ne venez pas crier à la dictature !

Vous allez commenter en tant qu'invité-e :

Krinein Médias, ou comment parler des séries TV, qu'elles soient américaines, françaises ou d'ailleurs, avec une certaine intelligence (rien que ça). Mais la critique touche aussi les émissions de la télévision, les magazines, la radio...

Rubriques