9.5/10

Boss - Saison 1

Boss est sans aucun doute une des meilleures nouvelles séries de cette année 2011/2012 : un casting brillant, une réalisation impeccable, une histoire principale troublante et un rythme soutenu.

Le pitch


Tom Kane est le maire de Chicago. Tout tourne grâce à lui : les emplois, l'économie, l'éducation, la santé, etc. Pour en arriver là, il a dû sacrifier un certain nombre de choses, jusqu'à sa famille. Son mariage n'est plus qu'une façade, sa fille ne lui parle plus. Et il n'a plus d'amis, ni d'alliés, à part quelques employés qui sont restés loyaux... du moins, jusqu'ici.
Sa vie bascule le jour où il apprend qu'il est atteint d'une maladie dégénérative incurable, qui affecte son cerveau : sa mémoire va commencer à flancher, ses mouvements vont être de moins en moins contrôlés, et il finira par être totalement paralysé.
Mais l'heure de l'apitoiement n'est pas de rigueur, puisque les élections pour les primaires (élection du gouverneur de l'état de Chicago, l'Illilois) vont bientôt avoir lieu. Et Kane a bien envie de tirer une dernière fois toutes les ficelles, avant de s'avouer vaincu... ou pas.

Le casting

Starz, la chaîne qui a produit, entre autres, Spartacus, Torchwood (la dernière saison diffusée), nous offre ici une galerie de personnages impressionnants, autant au niveau de l'écriture des dialogues, du jeu d'acteur, des costumes, que de par son casting parfait.

Tom Kane (Kelsey Grammer) : l'acteur est essentiellement connu pour son rôle du Dr Frasier, dans la série éponyme (1993-2004). Plutôt catégorisé comme un acteur faisant dans la comédie et la satire sociale, il incarne ici un homme implacable, avide de pouvoir qui, tout à coup, se retrouve seul face à sa condition d'homme mortel. Tout semble lui échapper, alors qu'il était l'unique dirigeant de Chicago. Son interprétation est très juste : ses moments de faiblesse sont aussi vibrants que ceux de colère. Il a le rôle principal, il écrase tous ses collaborateurs rien que par sa présence à l'écran. Il est brillant. Il a d'ailleurs remporté le Golden Globe de la Meilleure performance d'un acteur dans une série dramatique.

Meredith Kane (Connie Nielsen) : son rôle le plus connu est celui de Lucilla dans Gladiator. Mais vous l'aurez aussi remarquée dans L'Associé du diable, Photo obsession, Mission to Mars, etc. Actrice danoise d'1m78, Connie Nielsen incarne ici la femme du maire de Chicago. A l'instar de son mari, elle projette une image d'une femme qui sait où elle va, et ce qu'il faut faire pour cela. Tout comme Kelsey Grammer, elle interprète à merveille cette première dame, très classe dans son attitude et dans ses tenues, toutes sobres, mais très travaillées. Elle reste énigmatique, jusqu'au dernier épisode qui... nous n'en révélerons pas plus, pour ne pas vous gâcher le scenario.

Emma Kane (Hannah Ware) : cette jeune actrice londonienne joue la fille du maire. Mais elle est avant tout le pasteur de la Première Eglise Episcopalienne de Chicago, de laquelle elle gère une clinique de soins gratuite ouverte aux plus démunis. Elle semble ne plus avoir de liens avec ses parents, sans doute à cause d'une ancienne dépendance à la drogue. Hannah Ware est touchante, humaine et compatissante. Elle représente tout l'inverse des deux protagonistes ci-dessus... du moins, en apparence.

Ben Zajac (Jeff Hephner) : le jeune candidat aux Primaires de gouverneur de l'Illinois. Il est le Trésorier de l'Etat, il est ambitieux, il est beau gosse et il est issu de la classe ouvrière. Mais il a aussi, et surtout, un problème avec les femmes... Jeff Hephner est un habitué des seconds rôles dans les séries TV (sa filmographie est bien trop longue pour être citée). Il devient ici un personnage à double visage : il est à la fois le père de famille politicien qui veut d'un Chicago enfin débarrassé de toute corruption ; et un homme passionné par le sexe féminin, qu'il ne peut s'empêcher de séduire à la moindre occasion.

Ezra Stone (Martin Donovan) : le conseiller et le bras droit du maire depuis trente ans. C'est le seul qui semble incarner la droiture, dans ce milieu politique pourri. Il est le porte parole du maire, l'aide dans ses décisions, gère les conflits, et fait parfois les sales besognes. Martin Donovan est lui aussi un acteur vu de nombreuses fois, sans qu'on puisse toutefois mettre un nom sur son visage. Mais cela n'enlève rien à son jeu qui est, comme celui des autres, très juste. Il sourit très peu, et montre rarement ses émotions, même lorsqu'il exprime son opinion.

Tous les autres acteurs sont aussi très bons. Mention spéciale à Troy Garity qui incarne Sam Miller, le journaliste d'investigation prêt à tout pour que la vérité éclate enfin.

La réalisation

Trois réalisateurs se relaient pour cette première saison : Mario Van Peebles, Jean de Segonzac et Jim McKay. Que des noms connus des afficionados des séries TV.

© Copyright Lonely Planet Images 2011
La photographie est légèrement différente selon les intentions des personnages. Mais il n'y a pas d'image hyper léchée comme on peut le voir par exemple sur la chaîne AMC (Walking dead, Rubicon, etc.). La caméra n'est pas toujours immobile et les réalisateurs jouent avec les flous et les gros plans sur les visages de chacun, avec beaucoup de finesse. Les lieux importent assez peu, sauf pour certains notables de Chicago : les enfants jouant à la statue à côté du Navy Pier, les 106 statues Agora de Magdalena Abakanowicz à Grant Park, ou encore la fontaine du Buckingham Memorial dans ce même parc... Pourtant, la ville est au coeur même de la série, mais cette dernière se centre essentiellement sur ses personnages. 
La musique est de Brian Reitzell, qui a travaillé sur Lost in Translation, Marie Antoinette, 30 jours de nuit... qui est agréable, mais n'a rien de marquant, même dans le générique. Celui ci représente les rues de Chicago, avec des dessins de mains et de poings dressés, ou de visages, en superposition sur les immeubles.

Le trailer

Nous n'avions pas vu ce trailer avant de regarder la série. Et, bizarrement, il ne nous semble pas vraiment refléter ce qu'elle est vraiment. Nous vous le mettons néanmoins, pour que vous vous fassiez votre propre idée :

Boss est donc une série qui mérite d'être vue. Son format court et intense (8 épisodes de 55mn chacun), au rythme soutenu avec des moments de pause, vous happera dans une spirale infernale, qui ne vous lâchera qu'une fois toute l'histoire regardée. N'hésitez pas, vous risqueriez de passer à côté d'un bon moment de TV.

Liste des épisodes :
- Listen
- Reflex
- Swallow
- Slip
- Remembered
- Spit
- Stasis
- Choose

A propos de l'auteur

14 commentaires

  • Choucroot

    16/02/2012 à 14h21

    Répondre

    Yeaaaah, ÇA ça donne envie ! j'y file !http://television.krinein.com/-24621/bo ... 18194.html

  • cubik

    16/02/2012 à 14h22

    Répondre

    ah tiens, mon comm' est passé à la trappe

    je disais donc que c'est cool cet avis
    il était déjà sur ma liste d'à voir mais la liste est longue

  • naweug

    16/02/2012 à 14h32

    Répondre

    J'espère que ça vous plaira. Autour de moi, ça a fait l'unanimité des sériephiles..

  • cubik

    16/02/2012 à 15h03

    Répondre

    j'avais déjà commencé à la récupérer de toute facon, donc je regarderai... un jour

  • naweug

    01/09/2012 à 22h58

    Répondre

    Ah tiens, je n'ai pas mentionné ici que la saison 2 de cette EXCELLENTE série a commencé outre Atlantique. Et, fiou, ça envoie encore plus de lourd !
    Vous avez regardé Choucroot et Cubik au fait ?

  • cubik

    01/09/2012 à 23h02

    Répondre

    j'ai recupéré les 3 épisodes mais pas encore regardé
    ptet demain, tiens

  • naweug

    23/11/2012 à 19h07

    Répondre

    Sal*p*ries d'Amércains de m*r*e ! La série est annulée. Ras le bol de ces chaînes qui ont rien entre les jambes.. >

  • Loïc Massaïa

    23/11/2012 à 20h18

    Répondre

    naweug a dit :
    Sal*p*ries d'Amércains de m*r*e ! La série est annulée. Ras le bol de ces chaînes qui ont rien entre les jambes.. >


    J'ai pas vu cette série, mais je suis tout à fait d'accord avec ça. Je me remet toujours pas de l'arrêt de Dead like me...

  • Loïc Massaïa

    23/11/2012 à 20h19

    Répondre

    Et de Caprica aussi, tiens.

  • cubik

    24/11/2012 à 01h55

    Répondre

    moi c'est Carnivale qui me manque

  • Choucroot

    25/11/2012 à 21h29

    Répondre

    cubik a dit :
    moi c'est Carnivale qui me manque

    un crime contre l'art cette annulation, la plus inacceptable de l'histoire de la série télé

  • Maat

    25/11/2012 à 22h28

    Répondre

    Deadwood et Rome de mon côté question blase des annulations.
    N'empêche, faut que je trouve le temps de regarder the boss...

  • sven

    25/11/2012 à 23h25

    Répondre

    L'arrêt de la série qui m'a le plus traumatisé, c'est Firefly! Meilleure série de SF ever!

  • naweug

    25/11/2012 à 23h52

    Répondre

    Choucroot a dit :
    cubik a dit :
    moi c'est Carnivale qui me manque

    un crime contre l'art cette annulation, la plus inacceptable de l'histoire de la série télé


    Ca c'est clair.
    Ajoutez à la liste le Caméléon

Participer à la discussion

Nous nous réservons le droit de ne pas publier les commentaires qui ne nous semblent pas appropriés (netiquette, loi, point godwin, imbécillité profonde, etc.). Et ne venez pas crier à la dictature !

Vous allez commenter en tant qu'invité-e :

Krinein Médias, ou comment parler des séries TV, qu'elles soient américaines, françaises ou d'ailleurs, avec une certaine intelligence (rien que ça). Mais la critique touche aussi les émissions de la télévision, les magazines, la radio...

Rubriques