Bionic Woman - Saison 1 - Preview

Remake de la série culte Super Jaimie, Bionic Woman pourrait devenir une des belles surprises de l'année tv 2007/2008.

Du côté d'Hollywood, la tendance est au reboot. En clair, reprendre une saga bien installée et la dépoussiérer selon des codes en vogue actuellement, sombres et sérieux. Batman Begins et Casino Royale en sont des exemples grand écran parfaits. En série tv, la formidable Battlestar Galactica avait déjà ouvert la voie dès 2003. Quatre ans après son coproducteur David Eick revient à la charge avec Bionic Woman, update de série culte de la fin des années 1970, Super Jaimie.

Tuuuu tuuuu touuuuu tuuuuttt

Jamie Sommers. Un tient diaphane, des yeux bleu ciel. Elle a 24 ans. Elle est poisson. Depuis la mort de sa mère, elle travaille comme serveuse pour prendre soin de sa petite sœur, Becca. Jaime n'a pas le quotidien rêvé des jeunes femmes en fleur de son âge mais elle aime Will Anthros, son ancien professeur de bioéthique. D'ailleurs, elle est enceinte. Ca la bouleverse. Elle est perdue. Mais ce n'est que peu de chose face à ce qui l'attend. Un poids lourd la prive d'un bras, de ses deux jambes, d'un œil, d'une oreille et de son bébé. Elle gagne en retour une multitude d'organes bioniques et une promesse d'embauche du gouvernement américain. Un mal pour un bien ?

(NBC)
(© NBC)
Oubliez le kitch du spin-off seventies de L'homme qui valait trois milliards, Bionic Woman fait dans le sérieux. La patte de David Eick est reconnaissable entre mille. Celui qui a fait renaître la science-fiction à la télévision grâce à Battlestar Galactica a peaufiné son projet. Comme la série de Sci-Fi, Bionic Woman traite avant de tout de notre monde à travers le prisme de l'anticipation. Bioéthique, prix à payer pour être sauvé, hérédité, identité. Autant de thèmes que le pilote soulève et qu'on espère voir explorés plus tard. Car sans ça, Bionic Woman ne sera qu'un ersatz d'Alias mettant en scène une jolie jeune femme résolvant diverses missions secrètes.

Il y a pourtant de l'espoir. Rythmé et bien réalisé, le seul pilote est un modèle d'efficacité. Profitant du charme mélancolique de Vancouver (Canada), la série aligne son ambiance terne et désabusée sur les tourments de Jaime Sommers. Le personnage est magnifiquement campé par l'Anglaise Michelle Ryan qui lui insuffle une profondeur tout britannique. Le reste de la distribution joue sa partition solennellement. Chez les méchants incarnés par Thomas Kretschmann (24 saison 2, Immortel (Ad Vitam)) et Katee Sackhoff (Battlestar Galactica), première expérience ratée de femme bionique. Comme chez les good guys, de Miguel Ferrer (Preuve à l'appui) à Will Yun Lee (Thief) en passant par Chris Bowers. Malgré un côté sombre assumé, la tension de la série baisse maladroitement lors de scènes mélodramatiques notamment celles opposant Jaime à sa soeur sourde Becca (Mae Whitman). On notera que cette caractéristique disparaîtra dans la série définitive où Mae Whitman (Arrested Development) sera remplacée par Lucy Hale (How I Met Your Mother).

Pour conclure, le pilote de Bionic Woman s'avère plein de promesses pour l'avenir. Savoir que David Eick se tient aux manettes de la série renforce d'autant plus cette impression. En dépit de ses qualités, Bionic Woman aura toutefois fort à faire à la rentrée dans un contexte extrêmement concurrentiel. La série sera en effet opposée à Esprits criminels sur CBS, Private Practice, spin-off de Grey's Anatomy, sur ABC, avant de croiser la route d'Americain Idol en janvier 2008 sur la Fox. Espérons que ses micro implants lui servent à quelque chose...

A découvrir

Meadowlands - Saison 1

Partager cet article

A propos de l'auteur

    3 commentaires

    • weirdkorn

      12/10/2007 à 07h23

      Répondre

      "On notera que cette caractéristique disparaîtra dans la série définitive où Mae Whitman (Arrested Development) sera remplacée"


      Her ? ^^

    • gyzmo

      21/01/2008 à 21h44

      Répondre

      Après le visionnage de seulement 3 épisodes, je ne donne pas cher de la
      peau de ce Bionic Woman... Ce qu'avait fait David Eick avec Battlestar
      Galatica était une excellente suprise, la meilleure pour moi dans le
      cadre du "rebootage". Mais pour son second coup d'essai, je dois avouer
      ne pas être enthousiaste du tout. C'est plat, superficiel, gnangnan à
      de nombreuses reprises. Du sous-Alias sauce Heroes (à la base, que des
      bonnes références quoi...). Les musiques pop rock qui accompagnent les
      misérables scènes d'action sont ridicules. Ca sonne Buffy, et c'est
      insupportable pour mes pauvres oreilles. Dommage, le cast est
      intéressant (Katee Sackhoff - Starbuck dans Battlestar, sous un jour
      nouveau ; Ferrer - Morton, le superviseur du projet RoboCop de
      Verhoeven, dans un rôle clin d'oeil un peu cliché cela dit). La scène
      d'ouverture est très accrocheuse. Les FX sont corrects. Pour le
      reste... ça sera sans moi en tout cas^^.

    • Bzhnono

      04/03/2008 à 14h44

      Répondre

      La série n'a pas survécu à la grêve des scénaristes.


      Avec seulement 8 épisodes et des audiances plutot bonnes au début (13,6 millions de TVspectateurs pour le pilotes) mais dégringolant rapidement (moins de 6 millions pour le dernier épisode) Bionic Woman aura été le grand flop série de l'année.


      Annoncée à grand renfort de publicité comme LA série de l'année, elle se sera bien cassé la figure. 8 épisodes sympas mais que je n'ai pas trouvé bien folichon, la série jouant sur le tableau des intrigues sérieuses dans des décors assez sombres et des sujets graves mais balançant par-ci par là quelques traits d'humour pas toujours appréciables.


      En fait rien ne distingait vraiment la série des autres mettant en scène des "super"héroïnes à la Alias ou Painkiller Jane (annulée aussi à l'issue de la première saison).


       


      Un peu comme Gyzmo, la première scène accroche, les effets spéciaux sont loin d'être mauvais, mais après avoir vu les 8 épisodes, j'ai trouvé que la série souffrait d'un sacré manque d'originalité en fait, pas de renouvellement, pas d'avancées extraordinaire dans l'intrigue. Bref j'ai trouvé ça assez plat. 


       

    Participer à la discussion

    Nous nous réservons le droit de ne pas publier les commentaires qui ne nous semblent pas appropriés (netiquette, loi, point godwin, imbécillité profonde, etc.). Et ne venez pas crier à la dictature !

    Vous allez commenter en tant qu'invité-e :

    Krinein Médias, ou comment parler des séries TV, qu'elles soient américaines, françaises ou d'ailleurs, avec une certaine intelligence (rien que ça). Mais la critique touche aussi les émissions de la télévision, les magazines, la radio...

    Rubriques