2.5/10

4400 (Les) - Saison 2

Pourrait-on faire le rapprochement entre les 4400 et une grosse blague ? Assurément, les blagues les plus courtes sont les meilleures, tout comme les saisons des 4400. La série fantastique n'est plus que l'ombre d'elle-même dans une seconde saison qui vire rapidement au grand n'importe quoi scénaristique. Rien de plus qu'une grosse blague. Alors qu'on avait envie d'en savoir plus sur les agents Baldwin et Skouris (on croirait quand même du Mulder et Scully) et sur la raison de la venue des 4400 après une première saison bien ficelée, on souhaite juste que la production soit arrêtée une fois la seconde visionnée.

On sent que les scénaristes ont été totalement dépassés par une histoire riche où les possibilités d'action et d'évolution sont énormes. Entre la situation des agents du NTAC et de leur famille, le centre des 4400 ou les pouvoirs et la mission des revenus, il y a suffisamment de matière à traiter, même trop pour les auteurs qui ont voulu mêler tous les genres : fantastique, policier et même soap avec de grands retournements de situation.

Alors que la saison débute d'une manière correcte, les épisodes se font de moins en moins bons, déviant du sujet d'origine des facultés des 4400 et de leur but pour se focaliser sur des personnages dont on commence à se fiche éperdument. La série devient dès lors banale et rien ne changerait si l'on remplaçait les 4400 par n'importe quelle autre association. Toutefois, ce n'est encore rien en prévision de ce qui nous attend à partir d'un 7ème épisode particulièrement déroutant qui trace une frontière entre le passable et le débile. Dès lors, la série part en vrille et ne comporte plus aucune ligne directrice, si ce n'est une totalement déviée du sujet originel. Je préfère ne pas m'étendre sur une fin de saison sans saveur ni cliffhanger. L'histoire n'évolue plus, reposant sur des querelles de gouvernement et de sectes qui deviennent surréalistes. Les personnages deviennent mauvais, sans aucune profondeur et ont des réactions dignes des pires soaps. La réalisation n'arrange rien, fade, classique et sans tempo, à des lieues de ce qui se faisait dans la première saison.

La deuxième saison des 4400 ne fait qu'empirer à chaque épisode et seuls les plus résolus réussiront à la regarder jusqu'au bout. Il faut le faire pour transformer une bonne série en cette chose molle et dénuée de sens. Le travail s'annonce intense pour retrouver le niveau des débuts.

A découvrir

Gogwana

Partager cet article
A voir

Sept à huit

A propos de l'auteur

0 commentaires

Participer à la discussion

Nous nous réservons le droit de ne pas publier les commentaires qui ne nous semblent pas appropriés (netiquette, loi, point godwin, imbécillité profonde, etc.). Et ne venez pas crier à la dictature !

Vous allez commenter en tant qu'invité-e :

Krinein Médias, ou comment parler des séries TV, qu'elles soient américaines, françaises ou d'ailleurs, avec une certaine intelligence (rien que ça). Mais la critique touche aussi les émissions de la télévision, les magazines, la radio...

Rubriques